Chapitre 5 (3/3)

5 minutes de lecture

Lorsque l’envie de consulter le fichier de Clara Rivera démangea l’enquêteur, il se leva pour éviter tout écart supplémentaire et ferma la page.

D’habitude, Elise réagissait dès qu’il quittait sa chaise. Elle lui lançait des piques au sujet de ses appels téléphoniques. Cette fois, elle n’avait même pas relevé la tête. Son regard et son expression étaient figés. Il l’appela une première fois, hésitant, puis une deuxième et même une troisième. Il avait craint qu’elle comprenne à sa voix que quelque chose n’allait pas, mais à force, cette peur s’était volatilisée et son timbre de voix affirmé.

Il se dirigea vers sa coéquipière et agita la main devant son visage pour capter son attention.

— Elise ? Elise ?

La jeune femme sursauta.

— Ça va ?

— Je… repensais à la scène de crime, murmura-t-elle, le regard lointain.

Étaient-ce des larmes dans ses yeux ? Non, pourquoi pleurerait-elle ? Et pourquoi avait-il le sentiment de l’avoir trahie ? Pourquoi son regard s’était-il arrêté sur ce mot plutôt que sur la croix ? Pourquoi avait-il consulté le fichier dans son intégralité ? Pourquoi… Non, cela devait cesser. Il cligna des paupières, puis signala à Elise qu’il descendait chercher son téléphone dans le pick-up. L’enquêtrice le fixa comme si elle s’attendait à une autre réaction de sa part. Le savait-elle ? Non, comment l’aurait-elle su ? Il devenait paranoïaque. Après tout, il n’avait rien fait de mal. Il avait juste farfouillé dans son passé, dans une blessure qu’elle avait peut-être enfouie au fond de son cœur… Pourquoi lui avait-on donné l’accès ? Était-ce un piège pour tester sa confiance envers sa partenaire ?

— Je descends, répéta-t-il pour chasser toutes ces pensées.

— D’accord, répondit-elle d’une voix trop plate à son goût.

— Tu veux que je te trouve des analgésiques ?

Face à son regard interrogateur, il continua :

— Pour ton épaule…

Elise lança un regard vers son bras inerte. Diegory en resta coi. À quoi pensait-elle pour en oublier la douleur ?

— Je te ramène les analgésiques et de quoi boire, OK ? trancha-t-il, sachant à quel point Lucien se montrerait inflexible concernant le délai pour rendre leurs rapports. Au moindre problème, tu sonnes.

L’inspecteur traversa le bâtiment à une allure soutenue. Il détestait prendre l’ascenseur et préférait la solitude des escaliers. Les mots qu’il avait lus le tourmentaient. Elle n’avait que dix ans lorsqu’elle avait vu le corps sans vie de sa mère, baignant dans son sang. Qu’avait-elle ressenti ? Comment pouvait-il se poser cette question ? Si ce n’était douleur et détresse, qu’aurait-elle pu éprouver d’autre ? Et lui ? Pourquoi ressentait-il ce pincement au cœur ?

Diegory avait la désagréable impression que leurs liens venaient de changer. Il sortit sur le parking extérieur à la recherche de sa voiture. L’air frais le revigora. Il bascula la tête en arrière et contempla le ciel. Son soupir fendit la nuit, puis il reprit sa marche. Le véhicule se déverrouilla à quatre-vingts mètres de lui et indiqua sa position en allumant ses phares. L’agent ne regrettait pas son investissement. Il attrapa son téléphone dans la boîte à gants et composa le numéro de sa femme afin de la rassurer. Elle lui avait laissé pas moins de vingt-deux appels manqués et de nombreux messages écrits.

Il conversa avec elle jusqu’au hall d’entrée, puis raccrocha et reprit son marathon à l’intérieur du bâtiment. Bien que le dossier d’Elise se fût éloigné de son esprit un instant, il refit surface.

À son arrivée dans l’équipe, le directeur adjoint lui avait ordonné de la prendre sous son aile et avait transféré son coéquipier de l’époque dans une autre section. Il lui avait autorisé l’accès à toutes les archives concernant Elise et, jamais au grand jamais, Diegory ne les avait consultées. Cependant, une question le taraudait : pourquoi Lucien lui avait-il donné une telle permission ? Qu’espérait-il ? Qu’il la prenne en pitié ?

L’enquêteur poussa la porte de la cage d’escalier. Plutôt que de se diriger vers son bureau, il partit vers celui du directeur adjoint.

Devant la baie vitrée opaque, l’agent s’arrêta. Il s’apprêtait à frapper lorsqu’il entendit la voix de Lucien :

— Même si tu dois le traîner par le cul depuis Taïwan, il me le faut ! J’ai besoin de lui, tu comprends ? Alors, fais en sorte de me le ramener ! Tu trouveras bien ! Je sais qu’il n’acceptera pas ! Oh ! Et puis merde ! Il me le faut, c’est tout ! Alors, dis-lui que c’est pour Rivera et il viendra. Tiens-moi au courant, je raccroche… Et toi ! Tu comptes rester derrière cette porte longtemps ?

Diegory entra au moment où Lucien se laissait choir sur son siège.

— Quel bon vent t’amène ? De toute évidence, tu n’es pas là pour parler de l’abattage du mur…

— Non, en effet, répondit l’agent d’une voix neutre en refermant derrière lui. J’aimerais savoir pourquoi vous m’avez donné l’accès à ce dossier, il y a cinq ans.

— Ainsi, tu l’as lu… lança-t-il en croisant ses mains sous son menton. Je suis à la fois surpris et déçu. Mais j’imagine que tu avais tes raisons ?

— Plus que mes raisons, j’aimerais connaître les vôtres.

— Je pourrais te dire que tu es impertinent, mais il y a vingt ans, j’ai posé une question similaire à mon supérieur. Je n’ai eu que le silence pour seule réponse. Qu’en penses-tu, Diegory ? Est-ce qu’après avoir lu son dossier, elle te semble différente ?

— Non.

— Elise est intelligente. Elle s’est classée première à tous les examens d’aptitudes et a réussi les tests psychologiques haut la main. Mais elle s’appuie trop sur ses intuitions. En la plaçant à tes côtés, je pensais que tu serais en mesure de lui inculquer les règles, mais au lieu de ça, vous les contournez ensemble. Alors je vais le redemander. Qui a ordonné l’abattage du mur ?

— C’est moi. Et qu’importe combien de fois vous poserez la question, cette réponse ne changera pas. J’en prendrai l’entière responsabilité et assumerai les sanctions qui en découleront.

— Tu ne lui rends pas service.

— Je ne cherche pas à lui rendre service. Ce sont mes actes et les conséquences de mon irresponsabilité. J’ai agi sous l’impulsion et je n’ai pas averti l’équipe d’investigation. Nous avons perdu de nombreux éléments ainsi que des pistes pour attraper le coupable, mais nous avons sauvé une vie et c’est tout ce que je retiendrai de ce faux pas.

— Elle est…

— Je sais, le coupa-t-il, mais cela ne change pas les faits. Nous l’avons libérée de ce tourment. Si vous n’avez plus d’autres questions, ayant posé les miennes, je m’en retourne à mon rapport.

Diegory s’apprêtait à quitter le bureau. Ses doigts effleurèrent la clenche quand Lucien reprit la parole :

— Emmène Elise aux urgences et rentrez vous reposer.

Quand avait-il remarqué qu’Elise était blessée ?

Lucien continua :

— Tu peux disposer, je n’ai rien à ajouter.

L’inspecteur ne se retourna pas, il savait la conversation achevée. Néanmoins, il ne put s’empêcher de partir sans lancer une dernière remarque :

— Finalement, vous tenez plus à elle que vous ne l’avouez !

Annotations

Recommandations

Jacques IONEAU
Avec mes meilleurs vœux de bonheur, santé et prospérité pour 2020
14
28
0
1
Adrien de saint-Alban

Troisième et dernière partie

Fernand Langlois ou la passion des chiffres
Guinéennes ou pas, rares étaient les femmes qui lui résistaient. C'était de gré ou de force. C'était plus souvent de force. Il avait pourtant insisté, montré sa bonne foi de socialiste. Mais rien n’y fit. La guinéenne, de nature méfiante, avait refusé de se faire avoir par ce "client" indélicat et qui plus est, un Janus de la politique qu’était Fernand Langlois. Homme intelligent, certes, qui manipulait les chiffres avec aisance. D’ailleurs, il était obsédé autant par les femmes que par les chiffres. Par exemple, quand il voyait une femme il ne pouvait s’empêcher d’aller vers elle et de lui caresser le tour de poitrine pour deviner ses mensurations à la virgule près. Il avait des théories bien établies sur le rapport entre les chiffres et les femmes. Par exemple, étant persuadé que la taille des seins chez une femme était inversement proportionnelle à son Quotient Intellectuel. Plus son tour de poitrine était imposant, plus elle était stupide.
Quand il était sage petit garçon déjà, alors qu’il se promenait en compagnie de ses grands parents dans les jardins publics, il ne résistait pas à la pulsion qui le prenait de compter les petits canetons qui suivaient leur mère en pataugeant dans la mare, se disant en lui même: il y en a treize. Il ne se trompait jamais ou rarement.
D’où lui venait cette passion des chiffres? Dès la naissance sans doute. Son père était général d’armée et comptait les morts sur les champs de bataille. A l’adolescence, quand il commença à fréquenter les filles de son lycée, son obsession était de compter les poils sous les aisselles de ses conquêtes. Parfois c’étaient les poils pubiens. C’était plus délicat. Mais cela ne dura jamais. Il se faisait bouler car la sensualité des chiffres n’était pas forcément partagée par ses amourettes vite déçues. Il fallut attendre qu’il entrât à HEC. C’est là que le socialiste se sentit pleinement dans son élément. Il put à loisir concilier la froide passion des chiffres à la chaleur des passions amoureuses. Bref, joindre l’utilité des maths à l’agrément de la sensualité féminine. Ce fut à cette période qu’il prit véritablement son pied. Il comptait ses succès les uns après les autres. Ce fut pour lui une masturbation intellectuelle comme au temps des petits canetons qu’il comptait.
C’était sa technique de séduction. Voilà tout.
Plus tard encore, il découvrit la politique. Il admirait Jaurès. C’était pour lui comme un dieu. Il l’inspira plus tard pour sa carrière. Après tout, on peut aimer les chiffres et être socialiste, surtout aimer les zéros. Comme Kant qui, marchant droit devant lui sur le chemin de la fac où il donnait ses cours, changeait brusquement d’itinéraire et rentrait chez lui lorsqu’une une idée géniale lui traversait l’esprit.
Jaurès, lui, avait décidé de créer le socialisme en donnant l'aumône à un SDF. Jaurès était attentif à la misère des petites gens. La grandeur de son coeur et la puissance de son esprit avaient fait jaillir l'idée du socialisme pour assurer le bonheur des peuples.
Chez notre socialiste amateur de chair africaine, c'est en sortant de chez sa boulangère que l'idée du socialisme a jailli, comme cela, d’un coup, tel un jet de foutre. L’idée du socialisme s’était glissé dans son esprit en matant le tour de poitrine, la poitrine généreuse de sa boulangère et certainement pas en parcourant les gros pavés de Marx ou de Lénine.
Ainsi, le socialiste était décidé à devenir socialiste.
Pour l'heure, flanqué de ses deux avocats, le visage hâve, l’œil​ hagard, Fernand Langlois fixait le prétoire, assis, les mains jointes.
Il a été pris en flagrant délit de viol. Oui, lui, le puissant homme d'argent, plus puissant qu'un homme d'Etat.
Fernand Langlois, un violeur ?
Non assurément pas. Lui, le socialiste qui ne voulait que tenter de faire avaler une couleuvre à une négresse comme il avait toujours fait jusque là.
Le président du tribunal s'adressa à Fernand Langlois qui s'était levé:
-Monsieur Langlois, à la lumière de ce qui vous est reproché, déclarez vous coupable ou non coupable?
-Non coupable, votre honneur!


Adrien de saint-Alban
0
0
0
3
Défi
Keagan Ashleigh
Je vous propose dans ce petit récit une réécriture moderne de la légende de Oisin et Niamh, et par extension au mythe de Tír na nÓg, le pays de l'éternelle jeunesse.

J'ai beaucoup hésité quant au conte/mythe/légende sur lequel je voulais écrire mais il se trouve que cette légende fait un peu échos à mon roman dans lequel les mythes et légendes se retrouvent. Puis aussi j'écoute assez régulièrement Tír na nÓg de Alcest. Et pour finir, la légende est assez courte pour me permettre pas mal de liberté.
Du coup l'idée s'est imposée d'elle-même.

Je retenterais peut-être plus tard l'exercice avec un autre conte/mythe/légende, y'en a pas mal d'autres que je trouve plutôt pas mal à adapter.

[WORK IN PROGRESS] Je la publie maintenant juste pour valider le défi (j'ai du mal à respecter les deadlines, tu vois :o) ), mais c'est pas fini du tout. En attendant feel free de me laisser des annotations - j'en suis même pas au stade de la relecture encore, du coup peut-être attendez que le bouzin soit fini pour me laisser des commentaires, mais les annotations pourront m'aider dans la phase de relecture.
Edit parce que visiblement y'a besoin: j'ai le droit de pas comprendre / pas être d'accord avec vos annotations, et je VAIS discuter sur certaines, donc take a big pill of chill, ça veut pas dire que les annotations me font chier, loin de là. Et si je vous dit que vous POUVEZ laisser des annotations ça ne veut pas dire que j'en ai BESOIN. MERCI. (je copierais ça sur ma page de présentation parce que vraiment c'est un détail qui est vrai pour tous mes textes.)
1
3
4
9

Vous aimez lire Kiran Syrova ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0