Chapitre XXVI : L'éveil d'une tenace rancune, Partie 3

7 minutes de lecture

 La femme quittait en trombe l'auberge, sans même prévenir le tenancier, j'allais tout de même l'avertir que nous revenions, il ne sembla pas surpris, me confirmant qu'il attendrait que nous venions payer l'addition. Il avait confiance en Teïnelyore, je l'entendais dans ses pensées. Quant à la troisième femme, celle endormie, elle ne semblait pas daigner se réveiller, elle ronflait même par moments. Je quittais donc la taverne, et me dirigeais en suivant le soleil qui avait atteint son zénith, cela de sorte à rejoindre la fameuse entrée Sud où mon opposante m'avait donnée rendez-vous.

 Je prenais place dans la prairie, scrutant avec impatience les portes de la ville, constatant, que mon adversaire ne se montrerait peut-être pas. Je commençais même à enrager, jusqu'à ce que je vois arriver un convoi de plusieurs centaines d'âmes qui se dirigeaient toutes vers le lieu de notre duel. La femme avançait, accompagnée de celui qui devait être le Commandant de la Garde. La foule nous encerclait, se maintenant à une vingtaine de mètres de notre zone d'affrontement.

 Le gradé se rapprocha de nous deux. Il me regarda puis se retourna vers sa suppléante. Il commença à nous énoncer les règles de ce défi :

 " Combattantes, en tout premier lieu, je veux que vous me confirmiez que vous êtes toutes les deux consentantes à participer à ce duel. Nous hochions toutes les deux la tête. Les règles sont les suivantes : aucun tranchage de membres, nous avons des guérisseurs, mais tout de même ; le combat s'arrête immédiatement dès que l'une de vous deux déclare forfait ; pas de sales coups. Une épée enfoncée dans l'abdomen signifiera la disqualification de la pourfendeuse, vous n'êtes pas là pour vous entretuer. Cela vous convient-il ?

- Oui ! S'enthousiasmait mon adversaire.

- Oui. Acquiesçais-je à mon tour.

- Très bien ! Cela ne m'étonne pas que Teïnelyore se sente en confiance, son adversaire n'a pas choisi le bon opposant... Riait intérieurement le commandant fier de sa subalterne. Combattantes, après mon retrait, saluez-vous, et battez-vous ! "

 Le commandant s'éloigna, je levais mon espadon, envahie par une ondée de puissance. Teïnelyore en fit autant, laissant apparaître un sabre de simple facture. Elle n'allait avoir aucune chance, tous me sous-estimaient, je sentais les pensées m'entourant soutenir aveuglément la Vice-Commandante. Nous nous reculions toutes les deux de quelques pas, alors que je resserrais la poigne de mon arme, un autre frisson me parcourait le corps. Je sentis quelque chose sillonner sous mon œil, aussi je touchais la zone concernée, mais aucune aspérité ne s'y trouvait, quelle drôle de sensation... C'est mon pouvoir que tu sens, laisse-toi aller, tout ira bien.

 Je m'apprêtais à lui fondre dessus. Un impact au sol du bout du pied, et je fonçai droit sur mon opposante. J'assénai un coup rapide qu'elle se contenta d'esquiver. Elle se mit à courir, elle se replaça face à moi. Elle choisit d'attaquer, malgré sa vitesse, je levai mon épée longue et parai son assaut, je la repoussai d'un coup de pied et m'engouffrai dans sa garde, mon coup fut trop rapide, elle le bloqua, mais son sabre se brisa en deux.

 Elle s'éloigna de moi, gardant en main les quelques centimètres de lame restants. Je profitai de cela pour mener un ultime assaut, je bondis et retombai droit sur elle, elle se protégea le visage en frappant de son moignon d'arme dans le tranchant de la mienne, elle dévia mon coup, mais subit de plein fouet le contre-coup et le choc. Elle était déstabilisée, je lançai mon bras et réussis à l'entailler à l'épaule gauche. Après quelques acrobaties, elle se dégagea de ma portée.

 Je me repositionnai, lui laissant apercevoir le sourire narquois que je lui adressai. Elle resta immobile, aussi enrageai-je. J'empoignai plus vigoureusement la poignée de mon espadon. Une large marque sombre se dessina depuis ma main, sur tout mon avant-bras. Je me sentis tellement forte, assez pour charger, estoc levé droit vers Teïnelyore. Cette dernière ne bougea pas, jusqu'au dernier instant où elle jeta son sabre détruit au sol, elle tendit la main et fit rebondir mon arme à son contact.

 Elle profita de m'avoir surprise pour me saisir sous les bras et m'envoya dans les airs. Je retombai avec lourdeur une dizaine de mètres plus loin, je me remis droite sur mes pieds en une fraction de seconde. Je devais être en train de rêver, j'avais détruit son katana en deux frappes, mais sa main, je ne l'avais même pas égratignée. Il va falloir augmenter ton potentiel, je pense. Un choc interne me fit avoir un haut le cœur, tandis que l'obscur tatoutage se propagea le long de mon bras ; je me sentais lourde, surchargée... Mais pas de poids, juste d'une incroyable force.

 Teïnelyore se tenait l'épaule d'une main, mon coup avait sûrement fait mouche, finalement. Ce qui m'étonna le plus, c'était que depuis le début de notre affrontement, son esprit n'était animé d'aucune pensée en particulier. Elle semblait imperturbable, ni paniquée, ni échaudée. Je m'arc-boutai, me préparant à repartir à l'assaut, j'allai profiter de cet angle d'attaque, elle ne pourrait pas protéger son flanc gauche de manière optimale.

 Je m'interrompis lorsque je la vis faire apparaître une boule écarlate, flottant au-dessus de sa main droite. Elle l'envoya au-dessus de sa tête, l'orbe sanglante prit l'apparence d'une immense lance pourpre, garnie de trois longues lames et d'une pointe à la place de son pommeau. Le manche vint se glisser entre ses doigts.

 Elle s'enroula autour de son arme, la faisant virevolter et tournoyer autour d'elle avec une vélocité incroyable. Enfin, elle me re-fit front, et ne tarda pas à sprinter droit sur moi, après avoir arraché le sol à l'endroit d'où elle était partie. En une seconde elle se retrouva à mon corps-à-corps. Je fauchai l'air d'un coup puissant, qu'elle para sans difficulté, elle continuait de faire danser sa hallebarde à grande vitesse, la protégeant, peu importe l'angle que j'aurais pu choisir pour l'attaquer.

 De ses acrobaties défensives, naquirent des frappes, qui m'étaient désormais destinées, je suivis ses mouvements jusqu'à ce qu'elle augmente le rythme des rotations de son immense arme. Elle se mit à tournoyer sur elle-même. Elle ne chercha plus à se défendre, c'était un déferlement d'impacts que je ne pouvais plus que subir, elle était trop rapide. J'eus beau levé mon espadon et essayé de bloquer ses multiples et incessants assauts, je ne pouvais pas faire face.

 Trop de plaies me recouvraient le corps. Elle planta la pointe unique à mes pieds et se propulsa pour m'asséner plusieurs coups de pieds. Je laissai exploser la rage de ma frustration, l'envoyant à son tour en arrière. Elle se servit de sa lance pour ne pas s'écraser au sol, s'enroulant autour de cette dernière, sous les applaudissements de la foule. Elle ne me bondit pas dessus, elle fit léviter son imposant javelot, il se transforma en un espadon.

 À peine l'eut-elle en main, qu'elle me fondit dessus. Nous avions beau manié le même type d'équipement, sa façon de s'en servir dépassait les connaissances que j'avais acquises. Promptement, malgré mon entêtement à tenter de tenir bon, ma force ne la contenait plus. L'acier et le sang se rencontraient, sauf que les vibrations intenses provoquées par les chocs répétitfs étaient en train de m'engourdir les mains.

 J'essayai de ne pas m'enflammer, mais la facilité avec laquelle elle me dominait était insupportable. Il n'y avait plus rien à faire, je n'avais pas le niveau pour me battre contre la Tueuse de Dragon. Je bloquai un ultime coup, profitai du choc pour me laisser être projetée, à peine eus-je atterri que je levai la main. Puis laissai mon bras armé tomber au sol, mon espadon quittait ma paume, les sombres dessins s'éffaçaient de ma peau. Les spectacteurs applaudissaient la représentante de Bourg-en-Or, scandant son nom haut et fort. Teïnelyore se rapprocha de moi, et me tendit ses doigts, je les aggrippai. Elle me hissait et me serrait contre elle.

 " C'était un beau combat, je te remercie. Me chuchotait-elle. Tu te bats aussi bien que tes yeux ne sont beaux. Je ne suis pas déçue. Fantasmait-elle intensément. Tu viendras bien fêter ça ?

- Je... Malgré sa bonne foi et son indubitable fair-play, je me sentais honteuse. Elle aussi avait un don : une entaille, quelques gouttes de sang versées, cela l'avait rendue plus puissante que je ne pourrais jamais le devenir, c'était certain. Ne dis pas ça, ce n'était que la première fois où tu me laissais te donner de la force, bientôt, tu la surpasseras si tu suis mes conseils. Je veux bien, d'accord. Je répondais à mes deux interlocuteurs en même temps, sans que mon adversaire ne sache que je communiquais aussi avec mon arme.

- La fille-féline doit sûrement s'être réveillée... Elle risque de se demander où elle a bien pu atterrir. Elle était tellement sonnée quand je l'ai récupérée. Ne nous attardons pas ici, je te préviens par contre... La taverne risque d'être bruyante...

- Je ne sais pas si je ferai long feu, ce combat m'a épuisée de toute façon. "

 Ainsi, je rencontrais cette femme, qui tant me fascinait, tant m'horripilait. j'étais à la fois contente qu'elle ne m'ait pas prise de haut, et en même temps, je me rendais bien compte que ce qu'elle avait en plus de moi, me rendait verte de rage. Mon orgueil résonnait dans mes pensées comme un son de cloche, cela me mettait hors de moi.

 Ce duel n'en restera pas là. Un jour, Teïnelyore, nous nous referons face, et ce jour-là, je te vaincrai. Rien ne me limitera. Je t'écraserai et te prouverai que je peux te surpasser.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Vous aimez lire EruxulSin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0