Chapitre XXIV : Au cœur du danger, Partie 2

17 minutes de lecture

 Une étincelle ? Une étincelle ?! Cette vieille débloquait complètement. Je rageais et faisais voler quelques détritus d'un coup de pied. Mais qu'elle vienne cette Irasandre. Je n'en aurais fait qu'une bouchée, dommage que les cadavres ne se battent pas. Cela dit, je ne lui veux rien de plus que quelques informations.. Sauf que si la vieille disait vrai, les cadavres ne parlent pas non plus... J'étais dans une impasse. Si seulement je pouvais me renseigner.

 Je scrutais autour de moi, j'étais dans un quartier bien différent de celui des ateliers, toujours aussi sombre et glauque, mais ici, des gardes patrouillaient, armés de lances immenses, ornées d'un étendard noir et rouge, sûrement celui de la cité. Non loin des soldats, une immense bâtisse, d'apparence plus récente que les édifices que j'avais vu. Il s'agissait d'une prison, à en juger par les personnes menottées ou enchaînées que l'on amenait en file indienne. Je n'aimais pas cet endroit, même mon ventre s'était noué, j'avais comme une impression de déjà-vu. Sans plus m'attarder face au bâtiment, je reprenais ma marche. Je songeais à ma quête, à Irasandre. Que m'avait dit l'ancêtre déjà... Une reine ? Une impératrice ?

 Il devait bien y avoir un bâtiment un peu officiel dans lequel les dirigeants siègent ici. Il fallait que je demande, je ne comptais pas m'éterniser ici. Prise dans mes songes, j'oubliais ce qui m'entourait et percutais un garde de dos, faisant cliqueter son armure.

 "Waouh. Euh, excusez-moi. Lâchais-je.

- Bah alors, elle est perdue la petite dame ? Me répondit le soldat en se retournant, tout en m'examinant avec son air idiot.

- Moi je suis perdue et toi tu me gènes, et alors ? disais-je à voix basse.

- Pardon ? Grinça-t-il.

- Oui, je suis perdue, enfin, je cherche surtout un endroit.

- Je suis pas une carte touristique.

- C'est marrant, mais je m'en serais sûrement doutée. J'ironisais sèchement. Après je ne vois pas qui viendrait visiter une cité si... Mais passons. Votre centre de commandement, ou le lieu où votre gouverneur siège. Il y a ça en ville ?

- Oui il y a ça. C'est plus loin, deux rues à droite, la bâtisse aux quatre tours. Mais c'est interdit aux..."


 Sans que sa phrase ne soit terminée, j'étais déjà repartie. Cette ville, ses rustres, ses cadavres ambulants, son ambiance funèbre, finalement pouvait être un bon lieu touristique, mais pour un aveugle et sourd-muet. Je comptais désormais les patrouilles, de plus en plus nombreuses, les civils de moins en moins présents.

 Je croisais un, puis deux carrefours, à ma droite je pouvais enfin apercevoir le fameux édifice qui, malgré son immensité m'était resté hors de vue jusqu'à lors. Ce dernier était accessible par une allée, bardée de luminaires sinistres, sculptés dans la pierre et ornés d'os. Des miliciens en binôme plus solidement équipés faisaient des aller-retours devant ce fameux chemin, tandis que d'autres stationnaient en peloton entre les lumières.

 Allait-on me laisser passer tranquillement ? Je glissais la main à ma ceinture, étreignant le pommeau de mon arme, juste au cas où ; personne ne pouvait distinguer mon équipement après tout, cela me donnait un moyen de négociation supplémentaire. Je m'avançais en direction du chemin.

 "Halte là. On ne passe pas." Me criait-on.

 Je m'en doutais un peu, et contractais un peu plus fort la poigne sur mon arme, tout en m'avançant vers les gardes. Je les comptais une fois de plus. Deux douzaines de gardes à vue. J'étais cependant bien consciente que si je me mettais à me battre ici, d'autres rejoindraient le mouvement. Je devrais alors faire vite. Très vite. Quelques pas me séparaient des gardiens.

 "Découvre ton visage, étranger. Hurlait l'une des armoires à glace, apostrophant l'attention de tous les autres balourds en armure."

  Cela s'annonçait mal.

 J’exécutais tout de même son ordre, la surprise me laisserait quelques instants. D'autant qu'à première vue, il semblait plus âgé que son comparse, voire même plus que la majorité des autres soldats que j'avais croisé jusqu'à présent en ville. peut-être était ce le capitaine, son éventuel décès aurait donc un impact sur le reste de la garnison. Enfin, qui sait. J'abaissais lentement mon chaperon noir, découvrant selon sa requête mon visage, tout en me préparant à le décapiter s'il le fallait. À l'instar de la cheftaine dans les cavernes, son visage changea d'expression du tout au tout. Il me scruta, se retourna en direction du bâtiment, levant la tête pour fixer le haut d'une des tours, me regarda à nouveau. Ses yeux parlaient pour lui, j'y lisais de la peur et de la méfiance. Mais ce n'était pas tout, l'incompréhension et la surprise semblaient désormais aussi animer l'homme mûr. Son air agressif s'était évanoui.

 "Qu'est ce que vous venez faire ici ? Me demandait-il. Nul n'est autorisé à venir ici sans y être invité.

- Justement. J'ai été convoquée. Mentais- je sans me poser de question, j'étais prête à tout.

- Convoquée ? Mais... Il me scrutait à nouveau, se grattait le front, semblait perdu.

- Je doute par ailleurs que mon retard, s'il est dû à un garde sénile soit très bien perçu. Mais c'est vous qui voyez. Tant qu'à mentir, autant sur-enchérir me dis-je. Il s'agit de votre tête, pas de la mienne. Pouffais-je."

 Il était désormais tout déconfit, et sans broncher ni insister, se retira de mon passage. Beuglant de libérer la voie aux autres soldats.

 "Vous êtes bien aimable. Lâchais-je d'un ton hautain et sarcastique en revêtant à nouveau mon habit sombre."

 Autant dire que nous l'avions échappé belle, lui et moi. Je reprenais sereinement ma marche sur le pavage conduisant à une immense double-porte, que l'on m'ouvrait avant que je n'arrive à son seuil. Quelle classe, me dis-je. Un immense hall s'offrait à moi, son sol était couvert de tapis qui devaient autrefois être rouges mais qui désormais étaient crasseux, fripés, déchirés. La pièce elle même desservait quatre escaliers bien distincts.

 Le tout allait désormais être de savoir lequel m'amènerait à la bonne tour, et à la bonne pièce si possible. Je profitais de la grandeur du vestibule pour l'examiner : des torches et appliques murales éclairaient fortement le lieu, des statues d'une femme posant de différentes façons - Irasandre pensais-je - trônaient ça et là, une tapisserie-carte géante masquait l'immense mur à ma droite et à l'opposé une sorte de comptoir derrière lequel étaient occupés quelques hommes et femmes à lire ou écrire, et quelques gardes bien entendu, bavassant entre eux, qui surveillaient l'entrée.

 Les portes claquaient derrière moi, sans que personne ne sourcille. Tout en restant couverte, je m'avançais vers le comptoir, interpellais une jeune femme lisant un registre.

 "Quel escalier dois-je emprunter pour aller voir votre gouverneur ? Je suscitais à peine son intérêt.

- La raison de votre visite ? Me soufflait-elle sans même prendre la peine de soulever les yeux de son livre.

- Convocation spéciale. Mentais-je, une fois encore.

- Pour ?

- Comment ça "pour" ? Rétorquais-je, déjà à bout de patience.

- Et bien, si vous êtes convoquée, il y a bien une raison. Me répondait-elle d'un ton suffisant.

- La décoration, bien évidemment, ça fait bien longtemps que quelqu'un n'est pas venu, on dirait. Lui disais-je énervée.

- Haha, une nouvelle bouffonne pour distraire la galerie, ça fait longtemps que quelqu'un n'est pas venu, on dir..."

 Je la saisissais méchamment par les épaules, la soulevant au point de presque l'étaler sur le comptoir. La coupant avant qu'elle ne termine sa phrase. Je jetais un coup d’œil bref autour de moi, personne n'avait bronché, ni les autres personnes assises, ni les gardes dans la pièce. Approchant ma bouche à son oreille, je lui murmurais :

 "Écoute-moi bien la petite grosse, si tu ne veux pas que je repeigne le mur derrière toi avec ton sang et des morceaux de toi, tu arrêtes de jouer à la plus maligne et tu me dis quel escalier je dois prendre pour rencontrer le gouverneur."

 Sans dire un mot, elle pointa une des cages d'escalier et déglutit, nerveuse. Je la relâchais de sorte à ce qu'elle retombe bien fort sur son derrière.

"Comme quoi l'administration peut aider de temps en temps."

 Je lui tournais le dos et commençais donc à gravir les premières marches... Premières marches d'une très longue suite de marches. Une interminable ascension, dans un escalier relativement mal éclairé, tout ça, pour ne même pas être certaine de trouver les réponses que j'espérais. Les étages se succédaient, les peintures et sculptures des dirigeants de la cité aussi, assez souvent revenaient celles de la fameuse Irasandre, j'en étais désormais convaincue, ayant lu son nom, gravé au pied des bustes à son effigie.

 Des détails morbides m'interloquaient concernant les toiles dont elle était le modèle : elle était souvent accompagnée d'une jeune fille, qui jamais n'était la même entre deux représentations ; et, malgré le fait que les dates de créations se rapprochaient de notre époque actuelle, au fur et à mesure que je gravissais les marches, et donc qu'Irasandre semblait lentement être victime de la décrépitude comme n'importe qui, fut un moment où Elle ne semblait plus prendre une ride, voire même redevenir plus jeune que sur le tableau précédent, au point de redevenir aussi fraîche que sur les premières toiles que j'avais vu la représentant.

  Cela m'amenait à plusieurs conclusions... soit elle souffrait d'un narcissisme terrible et ne supportait pas qu'elle puisse vieillir comme tout le monde et avait donc demandé qu'on la peigne telle qu'elle était à son jeune âge, soit la vieille folle avait vraiment raison, et cette Irasandre était quelqu'un de singulièrement dangereux et pratiquait bel et bien des rites douteux pour rester jeune. Un autre détail me gêna énormément.

 Mais je faisais sûrement un mauvais amalgame. Je prenais finalement le temps de souffler entre deux étages, et constatais en m'approchant d'une fenêtre que le bâtiment s'élevait vraiment bien bien plus haut que n'importe lequel des sinistres immeubles de la cité. De mon emplacement, je pouvais aussi distinguer la séparation entre le ciel noir et mauve surplombant la cité et la nette délimitation, avec la nue bleue claire qui reprenait le dessus loin des murs sombres.

 Maugréant à l'idée de reprendre ma lente ascension, je me motivais et me remettais en route. L'escalier devenait de plus en plus étroit, et sa forme cubique laissait désormais place à un colimaçon infernal et tortueux, les murs n'étaient plus qu'ornés de torches, distancées de plus en plus les unes des autres. L'atmosphère devenait encore plus lugubre que celle de la ville, comme si une présence malsaine était contenue dans les murs de la tour, et que cette dernière arrivait même à imprégner l'air d'une pourriture accablante.

 Vivement que j'arrive au sommet me disais-je, cela commence à devenir vraiment pénible. Comme si l'architecte avait trouvé ça marrant de réduire la taille du passage, tout en utilisant donc plus de pierre pour combler le vide central ; c'était à se marcher sur la tête. Seul un esprit tordu pouvait imaginer une chose pareille. Cependant, je pouvais enfin apercevoir au dessus de moi la charpente qui supportait le toit de cette infâme tour. J'atteignais donc ENFIN le dernier palier.

 Le colimaçon donnait sur un long couloir illuminé par des braseros crépitants, totalement dépourvu de garde, dont le sol était décoré d'un magnifique tapis noir aux bordures et brodures dorées, l'éclairage permettait de distinguer à son bout, une majestueuse porte en bois massive. Ce large corridor dans lequel vases, statues, tableaux et bibliothèques se côtoyaient, avait presque un aspect vivant et charmant... Si on arrivait bien entendu à outrepasser l'ambiance qui était désormais d'une lourdeur sans égal, où la putréfaction et la mort semblaient forniquer l'une avec l'autre, accompagné d'une odeur pestilentielle.

 Charmant était donc l'adjectif idéal pour qualifier cet endroit. Sans savoir ce que j'allais trouver derrière la porte, j'avançais en me préparant au pire. Agrippant fermement mon pommeau d'une main, je poussais la très belle mais aussi très lourde porte. Face à mon regard, se profilait une immense salle, ronde à première vue, dont les trois quarts des murs étaient en fait une immense série de grandes et larges fenêtres, desquelles la lumière sinistre du ciel emplissait la pièce.

 L'éclat mauve de la nue était soutenu par les torches de la pièce, du même coloris. J'en étais certaine maintenant, j'avais atteint le point d'origine de l'horreur qui contaminait cette ville. Devant une des vitres, je distinguais une silhouette, elle semblait ne pas me regarder, cette dernière était surmontée d'une couronne toute aussi imposante que ridicule. J'étais aussi remontée que j'avais grimpé de marches. Je claquais violemment la porte.

 "Bon, il va falloir vraiment faire quelque chose pour l'atmosphère d'ici, d'ailleurs, à quoi bon avoir tant de fenêtres pour ne jamais les ouvrir, c'est infecte l'odeur ici ! Puis franchement, je comprends mieux pourquoi on dit que ceux qui gouvernent ne se mélangent pas au peuple. Avec le nombre de marches qu'il y a du rez-de-chaussée à ici, ça ne donne pas envie de descendre... ET ENCORE MOINS DE MONTER ! Hurlais-je.

- Il te plaît donc ? Me rétorquait- on d'une voix féminine, que j'avais presque l'impression de connaître.

- L'escalier ? Non mais vous êtes sourde en plus de n'avoir aucun goût en matière de décoration ? Sérieusement, ça ne vous a jamais choqué qu'on ne soit jamais venu vous voir ? C'est comme si les cadavres des derniers ayant tenté de grimper jusqu'ici avaient infusé dans la cage d'escalier.

- Je parlais du vêtement que tu portes, petite peste insolente.

- Petite peste insolente ? Carrément. Pour une première rencontre ça promet. Donc déco, zéro, contact social, zéro aussi, il y a d'autres détails et qualités que vous entretenez aussi bien, ou cela vous étonne encore de n'avoir aucun ami ? J'ironisais méchamment une fois de plus.

- Tu t'octroies bien des libertés, misér... Lâchait-elle avant que je ne la coupe.

- C'est une jolie coïncidence ce vêtement. Si j'avais trouvé une tenue aussi pratique, discrète et agréable à porter que celle-ci, il est certain que je l'aurais déjà échangée. Mais bon, comme on m'a prise pour celle qui l'avait fabriquée, et entre autre celle qui la portait autrefois, j'ai ouvert mon enquête. Lançais-je en m'approchant de quelques pas, toujours la main prête à dégainer.

- Tu ne trouves pas que cela fait beaucoup de coïncidences d'un coup ma petite ? Ou es-tu simplement trop bête pour te poser les bonnes questions ? Tu souffres d'égocentrisme ? Pouffait-elle, me faisant bouillir.

- Bon pour les goûts et les couleurs, je veux bien laisser passer. Les choses obscènes j'ai aussi eu un bon mentor, alors je me dis que nous avons tous nos délires... Mais les remarques à deux pièces d'or, j'ai moins tendance à les supporter. Surtout quand elles me visent.

- Il va falloir t'y faire, ma fille. Si tu ne comprends pas les choses basiques, on a dû souvent te dire que tu étais un peu limitée.

- Oh toi, soit tu me renseignes, soit tu vas y passer, et ce sont les clochards de ta propre ville qui ramasseront les morceaux restants de toi, "ma vieille".

- COMMENT OSES-TU REMETTRE EN QUESTION MON ÉTERNELLE JEUNESSE ?!"


 Après avoir hurlé ces quelques mots, la femme frappa dans ses mains, la lumière dégagée par les torches s'amplifia, et en un instant, la silhouette me fondit dessus, lame tendue, faisant front avec la mienne. Nos deux visages s'affrontèrent aussi. J'eus la confirmation à l'étrange sensation que j'avais ressenti face au tableau, et finalement la même face à la prison.

 Ses yeux étaient vides et blancs comme les miens, ses cheveux magentas... Comme les miens. Je la repoussais d'un violent coup de pied, je tombais à genoux, moi-même submergée par la même quantité d'informations que j'avais pu recevoir en rencontrant Eruxul. L'abandon, la prison, la torture, les vices que l'on m'avait fait endurer, ma mort, ma résurrection.

 "Ça y est, tu comprends ? Tu comprends ma petite "Evialg" ? Ricanait-elle en se moquant de mon nom.

- Toi... TOI ! TOI ! Je devenais folle de rage. Tu es le monstre responsable de tout ça ! Responsable de tous mes malheurs.

- C'est réciproque, ma fille. Si tu t'étais gentiment laissée absorber, j'aurais réussi. Réussi ce que nul n'avait réussi. Je serais devenue immortelle et invincible. Disait-elle rationnellement, sereinement mais pas sans excitation. A la place de ça, vois ce que je suis devenue !

- Tu te méprends Irasandre ! Tu as toujours été un monstre. TOUJOURS ! Un être plus vieux que toi, sait quelles monstruosités tu as accompli. Il m'a lui-même offert la possibilité de voir ce que tu m'avais infligé !!

- Tu parles de cet homme pourrissant, ce pauvre Eruxul, que j'aurais dû écraser quand j'en avais l'occasion ? C'est bien le seul que je pourrais craindre quelques instants.

- Lui-même. Et si tu penses que c'est le seul au courant, tu te trompes, tes méfaits ne sont pas tombés dans l'oubli. Infâme pourriture à forme humaine !

- Tu penses à cette petite vieille à qui tu as parlé dans les rues ? Devenant mauve puis flasque, la femme se liquéfia sous mes yeux et modifia son apparence en un instant, prenant celle de la vieille gâteuse qui m'avait aussi parlé d'Elle, me laissant plus que surprise une fois de plus. Et oui ma petite. Tu es bien bête. Riait-elle en reprenant sa forme originale.

- Je vais arracher chaque morceau de ta peau, Irasandre, je pourrais voir comme ça à quoi tu ressembles vraiment. Lâchais-je, me relevant, pleurant à grosses larmes, bien consciente de m'être faite manipuler depuis le début.

- Ma pauvre petite, si tu savais que tu n'avais aucune chance, tu ne serais pas si hautaine. soufflait-elle avant de laisser apparaître l'immense paire d'ailes rouges grésillantes dont elle m'avait elle- même parlé auparavant. À défaut de ne pas pouvoir t'absorber, je vais au moins corriger l'erreur de t'avoir mise au monde, abjecte progéniture. Et après ça, j'envahirai le monde pour en devenir la seule maîtresse, j'aurais bien le temps d'expérimenter à nouveau une fois reine du monde. "


 Une nouvelle fois, elle lança un assaut contre moi, mais bien trop rapidement, et bien trop violemment. Je volais en arrière, arrachant la porte et ses gonds en tentant de parer son coup, planant sur plusieurs mètres, m'écrasant au sol, amortie par le tapis. Je me relevais difficilement mais encore plus furieuse que je ne l'étais. Il allait falloir que je fasse mieux.

 Je durcissais ma poigne autour du pommeau du sabre et me laissais envahir par la même puissance que lorsque je m'étais battue la première fois contre Gnas. Gnas. Pourquoi fallait il que je pense à toi maintenant ? Pour avoir de l'espoir peut-être. La silhouette de ce qui était ma mère, traversait lentement le nuage de décombres, accompagné par ce bruit ignoble.


 "Constate ta faiblesse, et arrête de lutter. Laisse moi finir de te détruire.

- Tu te méprends encore une fois, Irasandre. Même si j'ai fait d'horribles choses ces dernières semaines, j'ai des amis que je ne peux pas me permettre d'abandonner avec la simple excuse de mourir. Tout ce que j'ai fait, c'est de ta faute, tu me manipulais. Maintenant que je me souviens, je sais que c'est moi qui ais détruit la ville dans laquelle nous nous trouvons. Tu as beau être forte, tu n'es faite que de chair !"

 Hurlant, je laissais à mon tour mes ailes apparaître, toujours aussi pâles que la neige, tout comme l'épée qui garnissait ma seconde main. "Alors ça, c'est inna..." Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase, c'est moi qui menais la charge cette fois-ci. Mon front percutait le sien, s'en suivit un tourbillon de frappes, je ne lui laissais pas une seconde de répit, elle avait beau bloqué certaines de mes attaques, j'étais trop rapide pour elle. Je me savais plus forte et me ruais sur elle, alternant entailles avec coups, je la tenais, j'allais enfin me venger, j'avais comblé ma mémoire, me rendant bien compte que tout n'était qu'une vaste illusion pour oublier toutes les horreurs que j'avais vécu. Elle allait payer.

 Irasandre la Terrible était dépassée, malgré ses tentatives de riposte, je ne prenais plus un seul coup, elle commençait à se vider de son sang par les multiples plaies que j'avais creusé dans son corps. Je l'avais repoussée dans la salle circulaire, elle était à ma merci, chaque assaut la rapprochait inexorablement de sa fin.

 Je finissais par la désarmer, et désormais elle était dos au mur, sa paire d'ailes ne grésillait plus, perdait en intensité et finalement, s'évanouissait. Je lui enfonçais le sabre d'acier dans le ventre, traversant ses entrailles et allant jusqu'à planter la lame dans la roche. Je me reculais d'un pas, la regardais, laissais mon arme de lumière disparaître, mais martelais son visage de coups de poing. Jusqu'à la voir incapable même d'ouvrir les yeux, je la frappais, secouant son corps mou, se vidant de son sang à chaque martèlement. Je fondais en larmes.

 "Voilà, le visage de celle qui m'a offert la vie. Je la cognais, essoufflée, enragée de mon impuissance à contrôler ma vie. Voilà, le visage que l'on donne à son pa- parent. Je hoquetais et bégayais de tristesse. Je pensais retrouver une mère, quelqu'un qui m'explique la vie, ma vie. Je me clarifiais la gorge, déplaçais les cheveux qui me tombaient dans les yeux, contemplais mes mains ensanglantées. Je ne trouve à cette place qu'un monstre, qui a défiguré le sens de la vie ! Je la frappais une dernière fois."

 Sa tête ne tenait même plus droite, elle était inerte, amochée, contusionnée, boursouflée. Je reculais à nouveau de quelques pas. J'étais dans l'incapacité de la reconnaître. Son visage ne ressemblait plus à rien, son corps était tellement mou, que seul le sabre retenu par le mur l'empêchait de s'effondrer.

 Je me détournais de sa vue, me retournais face à la ville, sûre de ma victoire. Libérée de cette quête insensée pour essayer de comprendre qui j'étais et qu'elle était mon histoire. Je n'en avais juste pas, j'étais un être qui avait été privé de son origine. Je n'étais et n'avais toujours été qu'un cobaye. J'étais émancipée de mon manipulateur, à défaut de n'avoir eu aucune réelle réponse à mes questions. Un bruit visqueux et ignoble émanait d'Irasandre, je n'y prêtais pas spécialement garde, elle devait finir de se vider de son sang. Je songeais désormais à mon voyage retour, à Tne' et Gnas que j'allais enfin pouvoir retrouver, les seuls vrais maillons de mon Histoire. Je n'étais plus le réceptacle d'un monstre, j'allais pouvoir être moi.

 Le bruit écœurant persistait derrière moi, et je me retournais pour constater le décès d'Irasandre. Sauf qu'elle se tenait debout, à quelques pas derrière moi, le bourdonnement sinistre était revenu lui aussi subitement, son bras était tendu dans ma direction, son corps meurtri de toutes les entailles que je lui avais infligé, ses yeux cachés par la chair que j'avais malaxé. Elle soufflait un ultime râle :


 "Vole ma fille, et quand tu retomberas, si jamais tu es encore en vie, la haine que tu as en toi finira de détruire ce que tu as commencé à briser par toi- même, c'est un aller sans retour, cette fois-ci. Adieu, Poenasandre."


 J'entrevois cette boule mauve sortir de sa main et foncer dans ma direction, elle s'immisce en moi et à la fois me traverse, j'entends le bris du verre à mon passage, je suis éjectée, éjectée si loin, que c'est comme si j'étais en train de voler, voler sous ces nuages noirs et mauves, une dernière fois je vois le ciel bleu au dessus de ma tête, avant de fermer les yeux et de sentir tous mes os se briser, à nouveau contre des rochers...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Vous aimez lire EruxulSin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0