... Une rentrée scolaire

4 minutes de lecture

Elle entre dans l'école par la porte sur le parvis qui a déjà été empruntée par les autres élèves, rajustant sa queue-de-cheval, un peu stressé à l'idée de faire enfin sa rentrée scolaire, même si elle l'avait attendue depuis un fort long moment. Elle entre dans une sorte d'entrée, six autres élèves sont dans la pièces, parlant avec sûrement ceux qui étaient leurs parents. Elle profita du fait que la proviseure n'étais pas encore arrivée pour observer le hall d'entrée. Il était plutôt modeste par rapport à la bâtisse en elle-même. Le sol était fait de dalles de marbres et dans le hall, il y avait un grand escalier qui devait mener aux étages supérieurs. Elle avait lu sur Internet que la bâtisse principale où ils étaient était aussi l'endroit où logeaient les premières et secondes. Elle avait aussi appris que les Terminales eux étaient relégué dans des cabanons disposés dans le domaine. Sur l'escalier dont les marches étaient en bois, était disposé une sorte de velours pourpre. Il y avait aussi dans le hall une petite commode avec un grand vase dessus où était déposé un joli bouquet de Chrysanthème bien garni. On avait aussi placé au-dessus de cette commode un très grand miroir doré qui semblait très ancien mais impossible de le dater. Les murs étaient semblables à ceux d'un château, blanc avec des tons crème. En face de l'escalier, il y avait un couloir dont on entendit venir rapidement des bruits de talons. Les élèves tournèrent leurs têtes, se rapprochant de leurs parents. Mara, quant à elle, était toujours près de la porte, son père observant la pièce avec un petit sourire, mains dans les poches.
Une femme apparu donc, au premier coup d'œil, on pouvait la trouver assez jeune, mais à bien y regarder, elle avait quelques rides et pattes d'oie au coins des yeux, symbole du temps qui passait. Elle était assez grande et plutôt d'une peau très claire sans être un cadavre non plus. Elle avait des cheveux noirs qu'elle avait rassemblé en un chignon très tiré, stricte, son maquillage étant très peu voyant, juste là pour sublimer ses atouts naturels. Elle portait un tailleur jupe, pourpre, qui tirait sur des tons froids, marquant ses traits. Elle observa la dizaine d'élèves avec attention avant de prendre la parole.
"Bonjour à tous et bienvenue au Manoir, établissement d'excellence depuis maintenant quelques générations, où vos parents ont sûrement fait leurs études et où vous ferrez les vôtres, je suis Madame Guillot. Le corps enseignant et moi-même attendons de vous de la rigueur et du sérieux, nous n'acceptons pas l'échec de même que les retards en cours et c'est dans ce but que l'établissement fonctionne, nous voulons vous donner les meilleures chances de réussir vos projets et c'est pour cela que nous sommes aussi à votre entière disposition. Bien, vous avez l'air d'être tous là alors je vous propose chers parents, d'accompagner vos chérubins à leurs chambres respectives, elles sont au deuxième étage. Les noms des élèves sont marqués sur les portes. S'il y a un problème de chambre, merci de le régler directement entre vous, mais normalement tout devrait bien se passer."
La plupart des élèves commencent à monter avec leurs parents et leurs valises tandis que Mara tourna la tête vers son père pour le sortir un peu de ses pensées. Le père papillon un peu des yeux alors que la proviseure s'approche d'eux. Elle fait émerger le père de sa rêverie au moment même où elle commence à leur parler.
"-Monsieur Berruss ! Quel plaisir de vous voir ici avec votre progéniture, c'est un honneur pour nous d'accueillir un aussi grand chercheur que vous ! Votre épouse va bien ? Demanda Madame Guillot avec politesse
-Evangeline se porte comme un ange et nous sommes tout deux très heureux de voir notre chère Mara intégré l'école qui a fait ce que nous sommes.
-Je suis ravie de l'entendre Monsieur Berruss, je ne doute pas que l'année se passe à merveille pour votre chère jeune fille. Enfin, je vais vous laisser l'accompagnez dans sa chambre, j'ai pris soin de la mettre dans la chambre que Madame Berruss occupait lors de son passage au Manoir.. Bonne journée à vous."
Et c'est sur ces derniers mots que l'étrange directrice les laissa, repartant par où elle était arrivée. Le père de Mara sourit à sa fille et attrapa sa valise, se dirigeant vers l'escalier en colimaçon très luxueux et imposant tandis qu'elle le suivait, observant ce qui l'entourait avec attention. Il entama la discussion avec elle tandis qu'ils montaient au deuxième étage de la bâtisse.
"-Ta proviseure à été en cours avec ta mère et moi, expliqua-t-il
-Oh je vois ! C'est pour ça qu'elle demandait des nouvelles de maman.. Et comment elle était.., plus jeune je veux dire.
-Aussi maniéré que ce que tu as vu, elle n'a pas vraiment changée depuis le temps, elle a toujours été comme ça, très policé et mesurée dans ce qu'elle dit et fait. Je ne doute pas que ce soit une bonne proviseure."
Ils atteignirent enfin le deuxième étage et le père se dirigea instinctivement vers le fond du couloir, il toqua a la dernière porte et elle s'ouvrit sur une jeune fille, plutôt petite et rousse, elle dévisagea sans pudeur le père de Mara avant de parler.
"-Oui ? C'est pourquoi ?
-Bonjour Mademoiselle... Je venais aider ma fille à s'installer, c'est sa chambre.., dit le père
-Oh bien sûr, entrer ! Faites pas attention au bazar, j'viens d'arriver."
Elle se décale, les laissant rentrer ce qu'ils firent bien évidemment.

Annotations

Recommandations

Défi
Jaselirose

Pleine lune, nouvelle lune, lune gibbeuse, croissant de lune, lune rousse, clair de lune...
Autant d'expressions simplement pour dire que la lune est belle.
3
0
0
0
Rose P. Katell
Revisite du conte de La Petite Fille aux allumettes.

Sans le sou, Erika dérobe des allumettes à son logeur, qu'elle s'empresse de revendre aux passants afin de payer son loyer. Hélas, les ventes se font rares en cette période de fête et ne suffisent plus à lui assurer un toit. Trop fière pour demander de l'aide, la jeune femme survivra-t-il au froid de l'hiver ?
0
0
0
18
Nakwei
“Tant que les mots restent dans la bouche, ils sont à soi ; sitôt prononcés, ils sont à tout le monde.” (Proverbe chinois).
Ces textes en "Spoken Word" (c'est-à-dire en collaboration avec d'autres formes d'Art comme la danse, le théâtre ou la musique) ont éclos au gré de mon inspiration du jour, états d'âmes, rencontres, évènements ... Bonne lecture ...
9
23
0
3

Vous aimez lire Zoeelie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0