Chapitre 1 - Premier jour

3 minutes de lecture

Je suis désormais seul. La pièce assombrie ne laisse dépasser qu'un filet de lumière blanche, venant tout droit de la machine.
Je suis désormais attaché à cette chose, et seules mes actions peuvent améliorer ma situation. Ou l'envenimer.
Je vais faire un premier choix, un premier pas vers cette drogue... cette drogue dirigeant les monarques de ces lieux.
Je vais commencer par choisir... ceci.

............

- Julie! Reviens là, s'il te plaît! Le bus va arriver!
- Oui, Sandy, j'arrive, j'ai oublié ma carte.
Pff... Julie, quelle idiote. Elle a encore oubliée sa carte là-bas, au risque de se faire prendre et emprisonner. Heureusement qu'elle est...
Qu'est-ce que c'est que ça?
Plein... plein de véhicules blindés... ils viennent là... mais pourquoi?
Pourquoi viennent-ils ici? Pourquoi ils sortent leurs armes, leurs bombes?
Pourquoi... Julie! Pourquoi ils emportent Julie?!
- Arrêtez, arrêtez! Elle n'a rien fait de mal! Relâchez-la!
Je cours vers elle... plus rien. Du noir complet, une douleur intense dans l'épaule. On m'a... on m'a tiré dessus... un attentat?...
Non... c'est le garde...

............

Sandy! Pourquoi! Pourquoi ils lui ont tiré dessus! Elle n'a rien fait!
- Non, Sandy! Sandy! SANDY!
Je hurle, inutilement. Ce n'est pas possible... ce n'est pas possible. Elle est juste évanouie, elle va bien, elle va se relever, elle va bien... elle...
- Tirez-lui une balle dans la tête, demanda un haut-gradé.
Sandy...
Pourquoi ils ont tiré sur Sandy... pourquoi ils ont... ils ont abattu Sandy...
C'est ma meilleure amie, presque ma sœur, la seule famille qu'il me reste... on m'a arraché à mes parents à ma naissance par la guerre, on m'a délaissée de l'orphelinat où je vivais... j'étais foutue, à la rue, sans amis, sans famille... et maintenant, je le suis de nouveau.
C'est... c'est horrible... j'en veux à ce type... qui lui a tiré une balle... au type qui l'a ordonné... et au type qui contrôle tout ça... qu'ils souffrent dans des éternelles souffrances... tous... TOUS.

............

Je dois obéir. Cette décision de demander un tir létal dans cette citoyenne, c'était la bonne décision.
J'étais obligé. Le code 705-2 du Central oblige d'écouter les ordres de la Machine.
"Capturez tous les criminels reconnus", qu'il disait. "Le moins de létalité possible demandée", qu'il disait.
L'ancien Administrateur a imposé la loi du meurtre en cas d'agression physique... ou verbale. J'obéis aux ordres. Je n'ai pas de morts sur la conscience.
- Central, le suspect est capturé. Je le met où, maintenant?
- 4-14, envoyez sur le secteur 6.
- Secteur 6? Mais...
- Secteur 6.
- 4-14, central. Terminé.
Le Secteur 6... l'Administrateur est un démon.

............

L'ordre a été lancé. Je ne pense pas qu'il y ai beaucoup de mal à cela.
Les criminels... il y a eu tant de voleurs, de tueurs... voire pire.
Je me sens bien. Aucun problème, aucun... aucun...
Je viens de remarquer les chiffres. Ces chiffres. Qui montent.
Ce n'est pas un compteur en microsecondes... c'est...
Le nombre d'arrêtés.
C'est... incroyable. Je ne savais pas qu'il existait tant d'êtres pouvant...

Je pense de façon aveugle. J'en ai la conviction.

Il n'y a pas eu qu'un seul être assis sur le trône de fer, mais bien des centaines à se revêtir de la couronne à sept broches...
Ce monde de serpents inflige un puissant venin que sont les lois permanentes. La loi du vol gouvernemental, la loi de la récolte tarifaire... tant de choses à voir, tant de choses à gérer.
Plusieurs centaines de lois. Plusieurs centaines de règles. Plusieurs centaines d'éléments.
Je n'ai pas eu le temps de voir le garde se faufiller entre les câbles vers moi, pour m'annoncer la fin de l'opération... je suppose.
Après tout, ça ne m'étonnerait pas: il arrête les criminels, comme les autres.
- L'opération est finie.
Le compteur se fixe, lentement. Il s'accroche à une limite imprononçable, inimaginable... impossible.
- Bien.

L'ordre avait été lancé. Je pensais qu'il n'y avait pas beaucoup de mal à cela.
Les criminels... il y avait tant d'innocents, de faux criminels... voire pire.
Je me sens mal. Je n'ai rien que des problèmes... rien que ça... rien que ça...
Je viens de remarquer ces chiffres. Qui descendent... qui descendent...
Ce n'est pas le nombre de plaintes, c'est...
Le nombre de vivants.

L'Administrateur est un monstre, un démon.
C'est vrai aussi pour moi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
lisous2004

Fantastique
Aventurière
Non
Normale
Yo-yo
3
2
0
0
Clo06

Pendant longtemps, je ne trouvais pas les mots pour m’exprimer oralement. Ils restaient coincés dans ma gorge, ils ne pouvaient sortir. Je ne savais dire que « oui » ou « non » (rarement), « merci », (surtout « merci »).
Pour exprimer ma peine, mon désarroi, mon désespoir, ma souffrance, j’étais seule face à moi-même.
Personne pour me réconforter, personne pour me donner confiance. Je n’avais que moi-même pour me construire, une autodidacte en somme.
Je ne savais qu’écrire, cela me soulageait. J’adorais les mots. J’aimais écrire des lettres. J’écrivais des poèmes surtout, et j’adorais Verlaine. La poésie m'amenait vers un monde meilleur auquel j’aspirais. Mais j’aimais aussi les dissertations, les mots croisés, le scrabble, tout ce qui se rapportait aux mots. A contrario, j’étais nulle dans tout ce qui ressemblait à un chiffre.
Et puis, j’ai dû apprendre à « sortir » mes mots : lors des concours professionnels devant cinq jurés, j’ai dû me faire violence. Pour dire « non » au travail, je me suis fait violence aussi. Et j’y suis parvenue. Je peux dire que j'en étais fière !
Aujourd’hui encore, j’aime les mots. Ils soignent mes maux, certains ont évolué en fines cicatrices, à peine visibles à l’œil nu et à cœur nu, mais d’autres sont arrivés.
Et ce soir, pendant que j’écris ces mots, mon cœur saigne encore. Combien de blessures du cœur puis-je supporter ? Je ne sais pas, mais je continue à écrire, car écrire met un baume à mes blessures, les anesthésie. Écrire me transporte dans un autre monde, loin des soucis et de mes misères. C’est une fuite, un besoin vital, qui m’empêche de sombrer dans une mélancolie fatale. Je me recrée un monde avec les mots et je fantasme avec les mots.
Les mots sont miens, les mots sont mes armes, mes mots sont salvateurs.

 
8
20
1
1
Défi
DieJobu

- Qu'est-ce qu'il y a ?
- Rien, tu m'avais demandé de t'appeler, je le fais.
- Oui, y'a une semaine. Je suis occupée là.
- Qu'est-ce que tu fais ?
- Je suis avec un ... ami.
- Tu vas coucher avec ?
- Je croyais que tu ne voulais pas le savoir ?
- Alors ?
- Je ... Non, enfin ça ne te regarde pas.
- Ça va être difficile après m'avoir eu au téléphone, non ?
Silence.
- Nina ? J'ai raison, n'est-ce pas ?
- Oui. Non. Tais-toi. Je dois raccrocher.
- Oh arrête. Je sais que tu préfères être au téléphone avec moi.
- Arrête.
- Nina ? Je te manque ?
Nouveau silence.
- Oui tu me manques. Je donnerais n'importe quoi pour que tu sois là avec moi. C'est complètement stupide, ça n'a même pas de sens ... Mais je pense à toi tout le temps. Tous les jours j'attends ton message, ton appel. Tu es la première personne à laquelle je pense en me réveillant le matin, je ferais n'importe quoi pour me réveiller à nouveau à tes côtés. Et ce que tu m'offres, c'est trop peu. J'ai besoin de plus venant de toi. Je sais, tu ne veux pas ... C'est trop bête, laisse tomber. Fais comme si je n'avais rien dit.
- Nina, je-
- Et puis non, en fait ! C'est bon, c'est vrai à la fin ! Quand on était ensemble j'étais terrifiée parce que je me disais que c'était pas possible, que je t'avais vu en tout vingt-quatre heures dans ma vie, que je pouvais pas ressentir ça. J'avais trop peur. J'ai essayé de me dévoiler devant toi, puis je me retenais. Puis au final ça n'a servit à rien, tu vois. On avait dit "pas de sentiments", je sais. Mais j'arrive pas à être un robot. Pas avec toi. J'arrive pas à contenir mes sentiments. Je suis désolée. Il vaut peut-être mieux que ... Que tu ne me rappelles jamais, je vais effacer ton  numéro, je ... Je peux pas souffrir à nouveau. 
- Nina ... Je prends le premier avion demain matin.
- Je t'ai dit non !
- Je ne te ferai jamais souffrir. C'est promis. J'arrive, attends-moi.
6
2
0
1

Vous aimez lire Chercheuse Pi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0