Épisode 11, partie 4: Nikolaï

9 minutes de lecture

Nikolaï était chez lui, en train de se préparer. Billy l'avait contacté hier en lui demandant s'il voulait sortir ce soir. N'ayant rien d'autre à faire, il avait accepté. De toute manière, s'il avait été occupé, il aurait tout fait pour pouvoir être disponible pour le blondinet. Le garçon à l'air stressé et clairement paumé avait attiré l'oeil du russe depuis déjà quelques mois. Sauf qu'il ne savait pas vraiment comment l'aborder.

Il avait l'air si abattu quand il le croisait au Club. Il aurait pu venir s'asseoir près de lui quand il était au bar à se morfondre. Mais ce n'était pas le genre du dominant, qui en plus, était toujours accompagné par des femmes quand il devait sortir. Il détestait être seul. Tellement qu'il y avait toujours quelqu'un dans son grand manoir, pour qu'il ait une présence constante. La solitude, il avait toujours connu cela, et le silence l'angoissait terriblement.

Il en avait donc profité, ce soir-là, quand il avait compris que Billy le fixait, pour aller l'aborder. Mais il s'en était voulu dès l'instant ou il avait ouvert la bouche. Vu la panique qui avait pris le pauvre garçon. Il ne devait pas être très habitué à se faire draguer de cette façon, en plus Nikolaï n'avait pas sa langue dans sa poche…

Il avait longtemps gambergé pour savoir comment se rattraper. L'observant encore et toujours d'un oeil quand il se rendait au Club avec son troupeau de femmes en furies. Il se disait homosexuel, mais pourtant, il était toujours entouré de femmes qui pour le coup étaient plus attirées par son argent que par lui, malgré la beauté qu'il avait sue garder naturellement pour son âge.

À cinquante-deux ans, il en paraissait dix de moins. Ayant un style très motard. On ne pouvait identifier ses origines que par son léger accent et son nom. Nikolaï Melnikov avait beaucoup d'argent, mais ne le dépensait pas à tout va. C'était un mécène reconnu dans les grands cercles de la ville, aimant l'art d'une infinie passion.

Alors quand ce fut Billy qui vint l'aborder de son propre chef, il fit tout son possible pour cacher sa surprise. Ne pensant pas que cet homme allait un jour essayer de l'approcher. Il semblait être hétéro en plus de ça. De ce qu'il avait entendu. Donc ça ne pouvait pas le faire entre eux. Pourtant, le doute commença à percer dans son esprit quand il l'invita à cette soirée. Il disait vouloir le connaître mieux. C'était une formulation assez particulière de parler. On aurait presque dit un petit garçon accostant un autre garçon, plus cool, dans la cours de l'école. Il était timide à ce point-là ? Bizarrement, ça ne lui déplaisait pas. Il le trouvait alors encore plus mignon.

Toujours debout dans son immense dressing, il n'avait toujours pas choisi quoi mettre. Il voulait être assez attirant pour Billy, mais il devait être assez classe pour entrer au Clovis, vu qu'il s'agissait d'un Club assez sélecte, il avait d'ailleurs donné cette information aux deux comparses, vu qu'il avait observé que son ami brun s'habillait souvent de manière extravagante. Tranchant enfin pour un costume en satin rouge bordeaux, avec le col de la veste noire ainsi qu'une lavallière rouge. Il avait fière allure. Au moins, avec ça, il s'assurerait d'entrer. Le look un peu négligé pour sortir tous les jours était autre chose, et il était sûr que ça pouvait aussi plaire au blond, mais pas ce soir.

Finissant par demander à son chauffeur de l'emmener devant le Crimson, qui était leur lieu de rendez-vous pour qu'il prenne les deux autres pour enfin aller directement au Clovis. C'était un plus d'arriver dans une voiture avec chauffeur. Pas que l'accès au lieu était trop difficile, simplement, il fallait être bien habillé et beau de nature, sinon, le vigile vous refusait l'accès. Jamais Billy n'entrerait, mais vu que Nikolaï l'accompagnait… Rien n'était moins sûr.

Une fois Billy et celui qui se faisait appeler Elliot monta avec lui, il les observa pour voir si tout aller dans leurs tenues. Le blond avait opté pour une coiffure en arrière, le mieux pour ses cheveux indisciplinés. Avec une chemise rose et un pantalon couleur crème. C'était simple mais efficace. Alors que le brun avait mis un costume à bretelles gris perle, une chemise blanche et un noeud papillon rose. Il avait tressé sa longue queue de rat, ce qui lui donnait une allure innocente à souhait.

- Bonsoir Nikolaï… Tu… Tu es très beau…, rougit Billy avant même de finir sa phrase.

- Ah… Absynthe va nous devoir pas mal de verres aux frais du Club, parce que je déteste vraiment mettre des costumes…, fini par lancer Elliot, qui semblait étouffer dans son noeud papillon.

Tout ceci fit bien rire le russe, qui lui conseilla de le desserrer un peu pour se sentir mieux.

- Pourquoi aller au Clovis d'ailleurs, vu que vous êtes aussi habitués que moi au Crimson ?

- Oh c'est… Absynthe, la patronne… Elle veut qu'on fasse un repérage…, répondit le blond.

- Un repérage ? Mais pourquoi ?

- Parce qu'on lui a dit des choses sur le Clovis qui sont très problématique. Elle voudrait vérifier si c'est vrai, mais elle se ferait clairement refouler, vu que c'est la patronne du Club directement concurrent de celui-ci., expliqua Elliot.

- Je vois, d'accord, allons jouer les espions. Je dois avouer que laisser entrer seulement ceux bien habillés… Ce n'est pas un point de vue qui me plaît.

Elliot se mit alors à glousser. Se penchant vers le russe.

- Mais toi tu es toujours bien habillé, quoi qu'il arrive tu es toujours classe !

La voiture s'arrêta enfin devant l'entrée du Club. Le trio descendit et immédiatement, les vigiles les laissèrent entrer. L'intérieur du Club était assez différent du Crimson. En fait, ça faisait bien plus penser à boite de nuit qu'à autre chose. Avec des néons de lumières partout, dans les tons bleus. La grande salle avait un bar en plein milieu, avec une scène tout au fond. Autour de certaines tables, il y avait aussi des cages pouvant contenir des danseurs. Et comme chez Absynthe, il y avait bien, pas loin de la scène, une grande ouverture, avec une sorte de guichetier, pour louer une chambre à l'abri des regards.

- On devrait se séparer, vous ne pensez pas ?, demanda Nikolaï.

- Oui, c'est une bonne idée. Je vais aller dans l'aile des chambres, voir si je me trouve quelqu'un. Vous n'avez qu'à rester dans la salle tout les deux. Prenez un verre, tranquille !, finir par dire Elliot, tout en faisant un clin d'oeil à Billy.

En deux temps trois mouvements, le styliste n'était plus à leur côté, trottinant vers le guichet. Billy quant à lui semblait trembler de tout son être. Il était tellement mignon que ça faisait craquer le tatoué qui se donna pour mission de le mettre à l'aise. Le prenant par la main, il lui sourit.

- Viens, on va prendre un verre, et on va s'asseoir à une table avec une cage. Si votre amie souhaite des informations, il ne faut pas faire quelque chose de lambda.

- O..oui tu dois avoir raison… Allons-y.

Le pauvre, il devait être terrifié de se dire que finalement, il allait être seul avec lui. Alors qu'il l'avait sûrement invité pour être sûr de ne pas être seul, vu qu'Elliot devait être avec lui. Le styliste remonta dans l'estime du dominant, se disant qu'il n'était pas si idiot, qu'il pouvait même être perfide de temps à autre. Prenant les commandes, ils allèrent enfin s'asseoir sur une banquette confortable. Buvant une gorgée tranquillement, il finit par glousser en regardant Billy.

- Arrête donc de stresser comme si tu allais mourir, je ne suis pas le grand méchant loup, je ne vais pas te manger.

- C'est juste… En fait, je ne comprends pas… Pourquoi tu t'intéresses à moi ?… Je ne suis rien, qu'un idiot qui a une vie de merde…, murmura-t-il en jouant avec la paille de son cocktail.

Soupirant, Nikolaï fini par prendre Billy contre lui, pour lui prendre son menton entre ses doigts, l'obligeant à le regarder. Toujours la même réaction du blond, il rougissait, c'était tellement mignon.

- Tu me plaîs, c'est tout. Je ne peux pas forcément dire pourquoi. Je te trouve mignon. J'ai envie de te protéger, de te prendre contre moi, de t'embrasser. Toi, tu ne me trouves pas attirant ?

- Je… Si… Si, c'est vrai… Mais…

- Tu sais que l'orientation sexuelle peut évoluer, c'est tout à fait normale.

- Je sais, je sais ! Je sais qu'un hétéro peut se découvrir bisexuel, je sais…, venait de s'énerver doucement le concerné, qui se dégagea un peu de l'étreinte du russe.

Il choisit alors de retirer sa veste rouge bordeaux, il faisait vraiment chaud ici. Prenant encore une gorgée de son verre, il appela un jeune homme qui semblait attendre près de la table avec une femme. Ils devaient être les danseurs de la cage.

- Que souhaitez-vous ce soir, messieurs ?, demanda-t-il très humblement.

- Je ne sais pas, que proposez-vous ?

- Je peux simplement danser dans la cage, faire un strip-tease, ou danser nu. Je peux aussi m'asseoir avec vous. Vous pouvez me touchez sous la table ou bien, je peux m'empaler sur vous.

Il fallait l'avouer, ce discours refroidit un peu Nikolaï, car le garçon proposait des choses interdites par la loi. Notamment le fait d'être nu ou de se faire sodomiser dans la salle, comme ça, le plus simplement du monde.

- Dansez habillé, je vous pris.

Il laissa l'employer monter dans la cage, la seconde danseuse s'en allant. Une fois le garçon débutant son spectacle, il tourna à nouveau son regard vers Billy, en souriant.

- Écoute, ait confiance en toi. Je te plais, tu me plais, c'est suffisant, non ? Cela ne veut pas dire qu'on va coucher dès ce soir. Il n'y a aucun souci là-dessus, on peut y aller tranquillement. Profitons juste de cette soirée, d'accord ?

- Mh… Tu ne me sautes pas dessus, promis ? Et si je te demande de t'écarter, tu le feras ?

- Oui, j'ai beau être un dominant et ordonner la plupart du temps. J'écoute aussi mes soumis.

Cette phrase semblait rassurer Billy, qui vint à doucement se blottir contre le torse chaud de Nikolaï. Discutant de tout et de rien pour se connaître un peu plus, en regardant un bel homme danser. Il allait de soi qu'ils n'allaient pas discuter de ce qu'ils venaient d'observer devant un employé, sinon ils allaient se faire repérer.

C'est après bien deux heures comme ça qu'Elliot revint vers eux, la mine blanche et transpirant, comme s'il avait couru. Il n'avait sans doute pas fait que ça. Payant leurs consommations, qui n'étaient pas que les boissons, mais aussi bel et bien la prestation du danseur à leur table, ils sortirent de Club pour attendre leur carrosse.

Enfin dans l'habitacle tranquille et sans oreille indiscrète Elliot déballa tout ce qu'il avait sur le coeur.

- C'est bien pire que ce que je pouvais m'imaginer… Ce Club est dans l'illégalité et l'insécurité la plus totale !…

Il semblait si agité que Nikolaï sorti un verre et une bouteille de vodka d'un petit tiroir pour lui servir, histoire qu'il reprenne des couleurs.

- Calme-toi, explique nous plus lentement, je ne comprends pas.

- Il y a des chambres, comme au Crimson, sauf qu'ici, tu peux demander à des employés de te servir de soumis ou de dominant. C'est clairement du travail du sexe illégal. Je suis aller avec les deux… La soumise… Elle semblait avoir très peur de moi. Apparemment, elle n'a jamais fait de BDSM avant d'entrer ici, et elle est obligée de dire oui à tout ce qu'on lui demande…

- Mon dieu… La pauvre… C'est de l'esclavage…, murmura horrifié, Billy.

- Enfin, apparemment elle peut quitter le poste, mais elle en a besoin pour vivre.

- C'est son patron qui l'oblige ?, demanda le tatoué.

- Non, apparemment, si elle refuse les clients la frappe et ils ne sont pas inquiétés…

- Et… Et pour le dominant alors ?, enchaîna le blond, curieux.

Elliot soupira, pour boire un coup, se donnant du courage.

- Alors lui, c'était pareil mais différent. Tout aussi newbie, mais complètement inconscient. Il n'a respecté aucune de mes limites, et le seuil de douleur, il n'avait pas l'air de connaître…

Les trois amis semblaient choqués. Alors le styliste demanda ce que les tourtereaux avaient constatés. Billy rougit encore, alors le poivre et sel s'y colla.

- C'est un peu la même chose, les danseurs s'adaptent à ton orientation, et propose des danses habillées ou nu… Et ensuite, tu peux clairement les toucher ou même les prendre dans la grande salle, personne n'a l'air de trouver ça étrange.

- Normal…, fini par dire Billy. Ce Club à l'air d'attiré que les plus tarés et dominants extrêmes du milieu… Pas étonnant que presque tout soit permis…

- Il faut prévenir Absynthe le plus vite possible.

- Oui, tu as raison, tu veux que je vous fasse déposer au Club ?

- Moi oui, je vais y aller. Billy, je crois qu'il en a eu assez pour ce soir., admit Elliot, avec un sourire fatigué.

Enfin, assez, allez savoir. Car Nikolaï avait bien en tête de l'inviter chez lui pour un dernier verre dans une atmosphère plus tranquille.

Annotations

Recommandations

Défi
Pam Ndjen
J'ai écrit une nouvelle pour répondre un défi sur ce qu'est le Mal. Je ne sais si j'y suis parvenue, mais je me suis inspirée de cette maxime très connue qui dit: "L'enfer est pavé de bonnes intentions."
C'est l'histoire d'un combat mystique du Bien contre le Mal, d'une guerrière intrépide et courageuse prête à tout pour vaincre le Mal originel et rétablir la paix sur la Terre.
C'est une nouvelle à chute, que j'espère que vous apprécierez.
Bonne lecture!
2
2
0
10
Deadnox
Nouveau slam comme d'habitude.
3
2
0
3
Défi
Jean-François Chaussier
Une nouvelle très courte publiée d'abord indépendamment, et puis dans le cadre de ce défi proposé. Il y est question de football, mais aussi d'enfance et des rêves qu'on peut faire à cet âge.
2
2
0
2

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0