Épisode 9, partie 5: Léo

9 minutes de lecture

Une fois Gaspard de disparu des entrailles du Club, la pression qui régnait autour de la bande d'amis diminua drastiquement. Malheureusement, elle ne disparut pas totalement. Enfin, c'était sans compter la tournée de bières à la charge de la patronne qui mit fin à toute pensée sombre. Même Equinoxe semblait se sentir bien mieux. Elle avait réussi à tenir tête, à son niveau du moins, à son ex-fiancé, avec l'aide de Charlotte, ce qui était une action encore plus rare. La tatoueuse eut même droit à un câlin général pour la remettre de ses émotions.

La première fournée de chopes terminées, Charlotte se mit alors à lever la sienne bien haute pour hurler vers le comptoir :

- ALLER ! UNE AUTRE TOURNÉE POUR MOI CETTE FOIS HIACYNTHE !!!

Tout le monde accueillit la nouvelle avec un entrain surdimensionné, tout le monde avait besoin de se détendre, voir de se mettre minable ce soir. Après tout, c'était une soirée spéciale, ils pouvaient bien s'écarter du droit chemin pour une nuit seulement. Malgré tout, l'esprit de Léo était quand même un minimum parasité par ce qu'il venait de se passer. Son inquiétude n'arrivant pas à s'en aller. Equinoxe arrivait-elle vraiment à tourner la page ? Le fait de ne pas avoir eut Nathaniel à ses côtés était-il grave ? Il n'en savait rien. Peut-être faudrait-il qu'il lui parle tout à l'heure. Quant à Absynthe… Supportait-elle bien Charlotte ? Il semblerait… Mais ne faisait-elle pas un effort inhumain pour faire plaisir à la tatoueuse ? Tant de questions sans réponses qui commençaient clairement à agacer le professeur. Il détestait ça.

Essayant de trouver des idées pour arriver à ses fins. Après tout, après sa discussion à cœur ouvert avec Elliot, il ne voulait pas lui non plus que la bande soit à nouveau explosée. Personne n'y survivrait. Alors que la barmaid arrivait, tenant cinq grosses chopes de bières pour venir les déposer à leur table avec un grand sourire pour la rouquine, celle-ci lui fit un clin d’œil. Hum ? Charlotte serait-elle à nouveau amourachée ? Une petite ampoule s'alluma alors dans son esprit. Il avait trouvé l'idée.

Se tournant vers Charlotte, il lui demanda à l'oreille :

- Après ta bière, tu voudrais quoi ? C'est moi qui offre.

- Oh ! Un Père Labat s'il te plaît !

Voilà, le tour était joué. Après les bières terminées, il attrapa les verres vides, ne demandant d'aide à personne, pour se retrouver au bar, devant la demoiselle à la peau hâlée et aux yeux doubles couleurs. Lui demandant la boisson pour Charlotte et un whisky pour Absynthe. Puis, les deux verres à la main, il alla d'abord près de Charlotte. La responsable du Club étant actuellement sur scène pour annoncer un nouveau spectacle, il en profita. Tendant le verre avec un liquide transparent et un citron vert dedans à l'avocate.

- Tiens, voilà. J'ai vu que tu t'étais rapproché de Hiacynthe, non ?

- Ouai, je sais ce que tu vas me dire, d'y aller doucement et tout…

- Non, au contraire. J'allais te dire que peut-être tu pourrais aller discuter un peu avec Absynthe.

- Bah pourquoi ? C'est quoi le rapport ?, dit-elle, la bouche semblant pâteuse, un peu saoule.

- Elle parle beaucoup avec la barmaid, donc tu pourrais essayer de grappiller des informations sur elle.

- Oh mais quelle bonne idée ! Merci l'académicien !!!

Léo ne put que glousser face à cette avocate complètement ronde après presque un litre de bière. Il fallait avouer que Charlotte et Elliot étaient les plus amusant quand il s'agissait de la boisson. Ils faisaient l'animation à eux tout seuls.

Cette fois, il se dirigea vers le petit escalier permettant d'accéder à la grande scène, ou Absynthe se trouvait, pour l'attendre. La brune arrivant quelques minutes après, elle haussa un sourcil étonné de voir Léo l'attendre.

- Eh bien ? Je te manquais ? Ou il se passe quelque chose peut-être ?

- Rien de tout ça, juste je voulais te donner ça.

Il lui tendit alors le verre de whisky ambré. Une fois dans les mains de la dominatrice, elle le sentit avec un plaisir grandissant. C'était la marque qu'elle préférait, il le savait. Un sourire avait pris place sur la figure de sa meilleure amie, venant alors l'embrasser doucement sur les lèvres pour le remercier.

- Ce n'est pas moi qu'il faut remercier ! C'est Charlotte qui t'a offert ce verre !

Des plus étonné, la patronne fixa au loin la table de la bande, pour regarder plus attentivement Charlotte qui semblait s'amuser comme une petite folle. En voyant la brune au loin, elle lui fit de grands signes pour qu'elle vienne la voir. Ce qui fit encore plus sourire Absynthe.

- Tu arrives à la supporter maintenant ?

- Oui, je me suis rendu compte que juste quelques fois, elle m'exaspérait, et malheureusement, je ruminais ma colère, du coup, je ne la supportais pas du tout. Alors qu'en fait, on pense relativement la même chose. Elle est amusante.

Pour le coup, Léo se dit qu'il n'aurait pas eu à payer à boire aux deux femmes s'il avait simplement parlé de ses interrogations à sa meilleure amie. Quel boulet il pouvait être parfois. Mais au moins, il était rassuré. Laissant les deux femmes aller parler dans leur coin, vu que Charlotte avait vraiment l'air déterminé à faire sortir les vers du nez d'Absynthe concernant sa barmaid… Ce stratagème allait au moins être utile à une personne ce soir.

Seconde étape du plan ? Aller discuter avec Equinoxe. S'approchant d'elle et d'Elliot, il vint proposer à la tatoueuse si elle avait envie de prendre l'air avec lui. Faisant comprendre du regard au styliste qu'il aimerait être seul avec elle. Enfin dehors, il respira l'air avec apaisement. Les deux bières commençaient à lui donner la tête qui tourne avec la chaleur du Club et la musique forte. Ils s'assirent tous les deux un peu plus loin dans la rue. Regardant les étoiles et la lune brillante.

- Est-ce que ça va, Nox’ ?

- Oui, oui, ça va, arrêtez de vous en faire pour moi., elle avait dit ça avec un sourire compatissant.

- Tu sais, on comprendrait que tu te sentes encore mal d'avoir était en contact avec Gaspard. Ce n'est qu'une soirée comme une autre, tu ne vas rien gâcher.

Cette fois, Equinoxe se leva, pour marcher un peu en rond.

- Je sais. Ne t'en fais pas. Avoir réussi à l'affronter et ne pas avoir était seule avec lui font que pour le coup, son apparition ne m'ébranle pas autant que tu sembles le penser.

- Vraiment ? Tant mieux. Mais si tu veux rentrer, ou appeler Nathaniel pour te sentir mieux, n'hésite pas.

- D'accord, merci.

L'échange avait était en sourire et compassion. Alors, il lui frotta l'épaule amicalement, tandis qu'elle prenait son téléphone pour appeler Nathaniel quelques minutes. Ensuite, ils rentrèrent ensemble à l'intérieur. Equinoxe ayant repris du poil de la bête pour profiter de la soirée.

Sauf qu'en revenant s'asseoir à leur table, une brune et une rouquine vinrent prendre place de chaque côté du professeur blond. Elles avaient un sourire entre le sadisme et la colère. Le fixant de leurs regard dominant. Tout de suite, le petit soumis qu'il était ne pu se résoudre à agir autrement. Baissant la tête, tel le coupable qu'il était. Venaient-elles de comprendre sa supercherie ? Probablement…

Pour le coup, Léo n'en mena pas large, s'attendant, sans broncher aux remontrances et potentielles punitions. Sentant avec une certaine douceur la main de l'avocate remonter dans son dos, pour l'attraper à la nuque, alors que la patronne du lieu l'attrapa au niveau du pantalon… Le professeur ne put que gémir doucement. Personne autour de semblant faire attention à ce qui se passait entre eux tellement c'était discret.

- Alors comme ça… C'est Charlotte qui m'avait offert un verre de whisky ?, venait de demander, d'un ton doux mais autoritaire à la fois, sa meilleure amie.

Léo baissa encore un peu les yeux, comme il le pouvait vu le maintien que Charlotte avait sur lui, pour enfin répondre, dans un souffle.

- J'ai menti… Je suis désolé… Déesse

- Déesse ? Rien que ça ! Eh bah, c'est étrange mais ça ne m'étonne pas !, renchérit Charlotte, sans humour apparemment. Le plus sérieusement du monde. Absynthe lui répondit avec un sourire.

- Et si… Mon esclave nous racontaient toute la vérité ? Pourquoi un tel acte et un tel mensonge Léo ? Tu sais que je déteste le mensonge…

- Je…

C'est alors que les deux le lâchèrent. Sous la surprise du professeur, qui releva la tête pour les voir sourire amicalement envers lui. Ne comprenant pas, il déballa tout, un peu sous le choc du changement d'humeur des deux femmes.

- Eh bien… J'avais peur que votre réconciliation n'était que factice et qu'il y avait encore de l'animosité entre vous. Alors je me suis dit que si vous pouviez vous réunir toutes les deux pour parler pendant la soirée, amicalement, la hache de guerre serait enfin entérinée…

Cette fois, ce fut les deux femmes qui relevèrent un sourcil, pour finir par glousser.

- C'est vraiment adorable de ta part, Léo. Mais Absynthe ne t'a pas menti. On est vraiment amies. Et finalement, cette soirée nous a permis de nous rendre compte qu'on s'entend plutôt bien.

Charlotte s'écarta un peu, faisant un clin d’œil à la patronne en guise de preuve. Effectivement, Léo s'en faisait sûrement pour rien et pour le coup, se sentait très con.

- On ne t'en veut pas, ton geste était très louable. Je suppose que tu n'avais pas envie de revoir la bande complètement déchirée et je comprends. Moi aussi, je n'ai plus envie de ça., avoua Absynthe, avec un beau sourire pour son ami.

Toutefois, elle lui caressa les cheveux, retrouvant son regard froid.

- Malgré tout… Tu m'as menti… Alors tu vas être puni…

Voilà ce que Léo redoutait. Il détestait les punitions d'Absynthe. Et se disait qu'il allait sûrement devoir se faire prendre sur la scène… Devant tout le monde. À cette pensée, il ne put que trembler.

- Pour ta punition… Tu seras le fou de la soirée…

Le fou. Le fou était quelque chose d'empreinté au Disney « Le bossu de Notre-Dame » avec le jour des fous. Pendant la soirée d'Halloween au Crimson, quelqu'un était élu ou se portait volontaire pour être le fou, celui qui à la fin de celle-ci se ferait bombarder de tomates, d’œufs et de papier toilettes par le public, sur la scène.

Ce n'était clairement pas la position la plus enviable pendant la soirée au niveau de la performance artistique. Mais pour le coup, c'était la punition la moins désagréable qu'il ne recevrait jamais. À cette pensée, il ne put que soupirer de soulagement. Alors, baissant à nouveau les yeux, il répondit à sa dominante :

- Bien, Déesse… Comme il vous plaira.

Tout de suite après, elle reprit son sourire amical. Et Léo se dérida. Elle posa une main sur sa jambe.

- Je n'allais pas te punir sévèrement. Après tout, ce soir, tout le monde doit s'amuser. Même ceux qui ont fautés. Enfin, sauf Gaspard !

Face à cette déclaration, Léo ne pu que sourire et rire, prenant Absynthe dans ses bras.

Vers la fin de la soirée, comme prévu, il monta sur scène. S'étant changé tout de même, sinon Elliot allait clairement piquer une crise si son costume avait été tâché. Portant pour le coup un short noir et un marcel noir. Tout le monde se rassembla devant la scène, alors que les serveurs commençaient à distribuer des petits paniers contenant œufs, tomates, pochons de farine et même rouleaux de papier toilette à chaque client de la soirée. Pour donner alors un compte à rebours, avant la déferlante qui allait assaillir le beau professeur.

Au loin… Deux jeunes femmes, avec un téléphone portable à la main, regardait la scène se dérouler, assises dans un coin reculé et sombre. Filmant tout le spectacle, le sourire malsain de la réussite aux lèvres. Il s'agissait des deux étudiantes de Léo. Elles avaient encore réussi à venir ce soir. Ayant assistées d'ailleurs à tout ce qui s'était déroulé pendant la soirée… N'en perdant pas une miette, filmant, prenant tout en photo. Bien décidé de mener leur plan jusqu'au bout…

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0