Épisode 9, partie 2: Equinoxe

9 minutes de lecture

On était dimanche. Et ce soir, c'était la grande soirée d'Halloween au Crimson Klub. Une soirée qu'Equinoxe, comme la plupart de ses amis, appréciait particulièrement. Au départ, avant tout ce qu'il s'était passé dans sa vie précédemment, elle ne comptait pas s'y rendre. Trop affecté par son lien avec ce milieu et ses amis qui lui faisaient mal sans chercher à la comprendre.

Sauf qu'il s'était passé quelques petites choses depuis sa grosse déprime. Comme notamment… Le plus important, sa rencontre avec Nathaniel. Au début, elle n'y croyait pas vraiment. Il fallait l'avouer, rencontrer quelqu'un sur internet ne promettait pas toujours le meilleur des avenirs sentimentaux. Néanmoins… Il s'avère qu'on pouvait avoir des surprises. Car l'homme aux cheveux noirs semblait exceptionnel à ses yeux. Coup de foudre ? Ou allait-elle trop vite en besogne ? La première proposition semble la bonne. Car depuis leur première rencontre, il y avait un peu plus d'un mois, il avait toujours était très respectueux, avenant et patient avec elle. Même lui semblait vouloir que cette relation aille loin.

Alors qu'avec Gaspard… Il lui avait fait miroiter le bonheur en quelques semaines, pour deux semaines à peine après sa rencontre avec lui… Directement commencer à la manipuler, sans filtre. Nathaniel pour sa part, y aller en douceur. Axant beaucoup leurs sorties sur de la discussion en tout genre, pas du tout axé sexe ou BDSM. Il n'avait pas l'air en chien, comme avait pu l'être son ancien fiancé, qui allait très vite en besogne, comme s'il était… Pressé. Jusqu'à présent, ils s'étaient embrassés, avaient dormi dans le même lit de façon tendre, mais n'était pas encore passé à l'acte. Il y avait bien quelques petites mini-séances, juste concentrées sur la contention et les ordres, mais c'était tout. L'avocat allait au rythme de la tatoueuse, lui répétant sans cesse pour la rassurer, vu ses précédents traumatismes, qu'il comprenait.

C'était si plaisant… À son contact, Equinoxe avait l'impression de revivre, c'était si doux, si simple… Elle ne se sentait plus du tout contrainte et mal dans sa peau. Pouvant être elle-même. Aimer cet homme sincèrement, en tant que couple, et aussi avoir ce don elle avait besoin. Cette soumission sans qu'elle devienne toxique. En secret, elle priait n'importe quel esprit pour que le brun ténébreux soit le bon. Elle méritait de vivre heureuse, comme lui disait Absynthe et pour le coup… Elle la croyait enfin. Après toutes ses épreuves.

Ce midi, du coup, elle avait donné rendez-vous à Léo au Fufu, un restaurant typique japonais, de Ramen, pas trop loin de chez elle et de son shop. En plein milieu du centre-ville, près de la grande rue du commerce de Bordeaux. Au départ, Léo l'avait appelé pour parler, car il voulait la faire venir à la soirée, ce qu'elle comprenait. Lui disant qu'elle voulait y aller, mais qu'elle voulait aussi que Nathaniel se joigne à elle, mais qu'il semblait ne pas vouloir. Du coup, elle avait abandonnée l'idée de se pointer. Après tout, elle angoissait aussi de revoir tout le monde après tout ça.

Léo l'avait sans doute deviné, il avait donc dit à son amie qu'il essayerait de parler avec lui, pour le convaincre. Mais déjà, il voulait parler à Equinoxe seul à seul. Donc elle lui avait dit de le rejoindre là. Nathaniel ne serait pas arrivé avant une quarantaine de minutes, ils avaient donc le temps. Retrouvant le blond devant l'enseigne, il était sans doute venu en vélo. Ils entrèrent pour s'asseoir au comptoir, gardant un tabouret pour le petit-ami de la tatoueuse. C'est après avoir commandé les boissons que le professeur prit la parole.

- Nox', on s'inquiète tous pour toi, tu sais ? Tu nous manques. Pourquoi est-ce que tu as si peur de revenir ?

- C'est juste… J'ai peur de vos réactions… Voilà tout… Je n'ai pas envie que vous m'en vouliez…, elle venait de prendre sa bière autour de ses mains, l'a regardant, un peu triste.

- Nous ne t'en voulons pas. Nous sommes tes amis Equinoxe. C'est normal d'avoir besoin de prendre du recul sur sa vie, ses amis, ses loisirs de temps à autre.

- C'est surtout… Surtout de Charlotte dont j'ai peur… On s'entend bien, mais on n'est pas très proche et elle n'a pas du tout sa langue dans sa poche, tu sais…

Le professeur soupira en se passant une main dans les cheveux, souriant, ce qui étonna un peu la tatoueuse.

- Oui, Charlotte pourrait te sortir une petite phrase salée, mais ce n'est pas un reproche avec elle. En tout les cas, pas avec toi. Et avec ce qui lui est arrivé, elle va sans doute te laisser tranquille.

- Hein ? Quoi ? Qu'est-ce qu'il s'est passé ?… Cette fois, la jeune femme aux cheveux mauve avait relevé le regard, surprise.

- Un soir, Absynthe m'a surpris à discuter avec elle d'une énième rupture. Elles se sont disputées. Charlotte a été bannie du Club.

- Quoi ?!!…, venait-elle de s'écrier dans le petit restaurant heureusement bien vide, en se levant de stupéfaction. Les cuisiniers venaient de s'arrêter de travailler d'un seul coup, trop surprit.

Voyant ce qu'elle venait de provoquer, la demoiselle se mit à rougir d'un coup, s'excusant timidement pour se rasseoir alors que Léo ne pu réprimer un gloussement.

- Oui, elle s'est faite black-listée, mais finalement elle est venue s'excuser auprès d'Absynthe, qui s'est aussi excusée, et voilà.

- Oh… En fait… J'ai raté masse de trucs… Quand le chat dort, les souris dansent très bien on dirait, haha…

- Mais non, justement, sans toi et sans Charlotte, c'était un peu mort. Cette soirée donnera l'occasion des retrouvailles on peu dire. Il faut que tu viennes, tu vas t'éclater. Je ne comprends pas pourquoi tu veux absolument y aller avec lui. Tu sais qu'on n'aime pas trop ce genre de comportement à cause de Gaspard…

- Rassure-toi, Nathaniel n'est pas comme Gaspard, vraiment ! Ce n'est pas parce qu'il ne veut pas y aller, qu'il m'a interdit d'y aller, au contraire. Juste… Je me dis qu'une soirée à thème aussi grosse pourrait vraiment l'aider à se détendre, à se mettre dans l'ambiance, tu comprends ?

Equinoxe espérait vraiment que le professeur de sociologie la comprenne, mais en même temps, il ne connaissait pas encore Nathaniel, donc il devait le rencontrer pour se faire son propre avis sur l'homme qui lui tournait autour. C'est alors qu'un brun en costume sombre entra dans la petite échoppe.

- Tiens, le voilà, tu comprendras en lui parlant !

Son sourire illumina son visage d'un seul coup, quand elle croisa le regard de l'avocat. De premier abord, on pouvait prendre Nathaniel pour quelqu'un de froid, de distant, voir même de strict. Sauf… Que dès qu'il croisa le regard de la tatoueuse, son visage changea du tout au tout. Se radoucissant, pour voir y naître un sourire doux et tendre. Ses yeux mauves pétillants d'un bonheur simple. De loin, il ressemblait vraiment à ce type de maris, comme on en voyait dans les séries américaines comme Desperates Housewifes, des maris aimants leurs femmes d'un amour pur.

L'avocat en costume de travail, puisqu'il venait à peine de quitter le cabinet, vint s'asseoir à côté de sa petite-amie. Attrapant la carte, il tourna ensuite la tête vers le professeur. Entre les deux, Equinoxe avait les joues toutes rouges entre stress et joie. Heureuse que Nathaniel rencontre au moins Léo, qui était le membre de la bande le plus censé et surtout, le moins dangereux, dirons-nous. Le brun faisant un sourire poli au blond.

- Bonjour, je m'appelle Nathaniel Blackwood, je suis avocat. Très heureux de te rencontrer. Equinoxe me parle énormément de vous tous.

On pouvait sentir le ton poli et distant de la part de Nathaniel, mais en même temps, il était comme ça tout le temps, même avec Equinoxe, même si c'était bien moins prononcé avec celle-ci. Léo sourit pour finir par se présenter à son tour.

- Léo Renard, je suis professeur de sociologie à l'Université. À la Victoire.

- Equinoxe m'a dit que tu étais spécialiste de la soumission à l'autorité ? C'est un domaine de recherche relativement intéressant.

Le professeur haussa un sourcil. Surprit de ne pas se prendre de boutade face à sa spécialité et à son appartenance au milieu BDSM. C'était assez rare pour être noté et cela voulait souvent tout dire sur les dominants qui discutaient avec lui. La tatoueuse le savait bien, que Nathaniel passerait le test de son ami avec brio. Il n'avait fait aucune blague vaseuse sur son métier, en plus, elle lui avait parlé de ses livres, qui n'était ma foi pas le genre de lecture favorite de l'avocat mais celui-ci était respectueux de tous.

- Je suppose que je suis là pour que tu me convainques de me rendre à votre petite sauterie de ce soir, n'est-ce pas ?, venait d'enchaîner Nathaniel après que tous eut commandé son plat.

La tatoueuse soupira d'angoisse, c'est alors que le brun posa sa main sur le genou de celle-ci, ce qui l'a fit remonter le regard sur lui, pour y voir un sourire des plus aimants. Elle ne pu que sourire et glousser tendrement.

- Oui, tu as deviné dans le mille…, venait-elle de lui répondre avec un petit sourire amusé.

Voyant le lien entre les deux, le professeur souriait. Visiblement, Equinoxe avait trouvé quelqu'un de bien, qui ne semblait pas cacher son véritable caractère.

- Du coup, si tu n'y vois pas d’inconvénient Nathaniel… Je pourrais savoir pourquoi tu ne veux pas venir ce soir ? Simplement à titre informatif.

- Bien entendu Léo. Je te dois bien ça, vu que tu t'es déplacé exprès. Juste, je ne me sens pas de venir. Pas maintenant en tout les cas.

- Mais pourquoi ?… J'aimerais tellement que tu rencontres mes amis…, fini par avouer Equinoxe, qui semblait peiné par tout ça. Et encore une fois, l'avocat la réconforta. Il semblait bien connaître la jeune femme, ayant deviné qu'elle était des plus tactiles.

- Ce n'est pas que je ne veux pas rencontrer tes amis. La preuve ce midi., Nathaniel esquissa un sourire à l'attention de Léo, alors que la serveuse déposait leurs plats devant eux. Chacun commença à manger, sachant que le brun allait sûrement continuer à parler.

- C'est juste que je ne me vois pas arriver pendant une grande soirée spéciale. Je préfère nettement me présenter pendant une soirée lambda, plus calme, pour ne pas me sentir de trop. Tu comprends ? Même si je vais forcément profiter de la soirée, je ne vous connaîtrait pas assez pour me sentir totalement à l'aise.

- Ah, en fait, tu es un grand timide, c'est ça ? Demanda le blond, comprenant sûrement enfin la psyché de l'avocat.

Nathaniel paraissait froid et distant mais en réalité, c'était parce qu'il était timide, c'était pour ça qu'il ne disait presque jamais rien sur lui au travail et à Charlotte alors qu'ils se connaissaient depuis des années. L'avocat fit un simple signe de tête en accord avec ce que venait de dire Léo. Mais alors, il tourna le regard, car Equinoxe venait de sangloter, à côté de lui. La tatoueuse avait les larmes aux yeux et pas des petites, des larmes de crocodile étaient en train de couler le long de ses joues jusqu'à dans son cou. Certaines gouttant directement dans son bol de ramen.

- A…Alors… Tu… Tu veux vraiment les rencontrer ?…

L'avocat lui confirma à nouveau ses dires pour ensuite prendre la jeune femme aux cheveux lilas dans ses bras pour la bercer. Elle était une grande anxieuse et avait beaucoup pleurée au début de leur relation. Car elle avait peur que Nathaniel lui en veuille pour beaucoup de choses. Mais à force de patience, il lui avait fait comprendre que non, il ne lui en voudrait jamais. Qu'il l'acceptait comme elle était.

- C'est pour ça aussi que je veux que tu te rendes à cette soirée. J'ai cru comprendre qu'elle est très importante à tes yeux. Va-y, profite, amuse-toi. Tu me raconteras. Et on organisera une autre soirée, plus calme, pour me présenter à tout tes amis.

Sa voix était si douce, il ne s'était encore jamais énervé avec elle. Se blottissant contre lui, elle ne pu qu'acquiescer. Sans pouvoir dire un mot, la gorge encore trop nouée par le stress.

- Bon, alors ? Je dis quoi à Absynthe et Elliot ? Que tu viens ou non ? On serait tous content que tu sois là. En plus il s'en est passé des choses depuis, on a tous quelque chose à te raconter

- Vraiment ?… Mais… Je n'ai pas de costume…

- Ah non ? Tu oublies qu'Elliot en prépare chaque année.

- Oui, c'est vrai, tu as raison, je serais là.

Annotations

Recommandations

Défi
Pam Ndjen
J'ai écrit une nouvelle pour répondre un défi sur ce qu'est le Mal. Je ne sais si j'y suis parvenue, mais je me suis inspirée de cette maxime très connue qui dit: "L'enfer est pavé de bonnes intentions."
C'est l'histoire d'un combat mystique du Bien contre le Mal, d'une guerrière intrépide et courageuse prête à tout pour vaincre le Mal originel et rétablir la paix sur la Terre.
C'est une nouvelle à chute, que j'espère que vous apprécierez.
Bonne lecture!
2
2
0
10
Deadnox
Nouveau slam comme d'habitude.
3
2
0
3
Défi
Jean-François Chaussier
Une nouvelle très courte publiée d'abord indépendamment, et puis dans le cadre de ce défi proposé. Il y est question de football, mais aussi d'enfance et des rêves qu'on peut faire à cet âge.
2
2
0
2

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0