Épisode 7, partie 4: Elliot

8 minutes de lecture

[Evocation suicide]

Elliot était en train de fermer sa boutique à la fin d'une journée bien remplit. Pour une fois, il avait eu plus de deux clients, c'était une première. Sans doute quelqu'un lui avait fait de la publicité. Il ne savait pas comment, car la plupart de ses ventes se faisait en ligne, mais il se doutait que c'était quelqu'un du Crimson qui avait parlé de sa modeste boutique à son entourage. De ce fait, malgré le changement prévu ce soir, il avait le sourire aux lèvres, comme si rien ne pouvait l'ébranler.

En effet, nous étions vendredi soir. Normalement, les vendredi soirs, c'était les soirées spéciales au Club avec le reste de la bande. Mais celle-ci étant… Complètement disloquée depuis quelques jours, Absynthe avait préférée annuler celle-ci. Déjà, Equinoxe semblait toujours éviter ses amis, donc c'était certain qu'elle ne viendrait pas. Ensuite, Charlotte avait été reniée de la bande par la gérante du Club qui l'avait même… Black-listée. C'est vrai que Charlotte avait ses tares, mais c'était un peu comme tous dans ce petit groupe. Quant à Léo… Il n'avait pas apprécié le geste de sa meilleure amie et la ghostée depuis. Il ne restait réellement que la dominatrice et le styliste.

De ce fait, il aurait dû rentrer chez lui, pour passer la soirée à dessiner ou coudre devant une énième rediffusion de F.R.I.E.N.D.S dans son petit appartement de type étudiant. Étrangement, Elliot, bien qu'accumulant beaucoup d'argent grâce à sa notoriété, vivait comme un jeune étudiant, il s'en accommodait parfaitement. Ayant décoré son petit chez lui de froufrous, dentelles et tissus en tout genre dans les tons roses. Il adorait le rose. Et les robes. Il en avait pleins dans sa garde-robe. Mais ce n'était pas la question qui nous occupe.

Absynthe avait fini par l'appeler quelques heures avant qu'il termine sa journée, lui demandant de venir manger et passer la soirée avec elle. C'était assez rare. Généralement, elle prenait juste des verres avec lui. Jamais plus. C'était surtout le travail de Léo ça. Mais bon, il ne se posait pas vraiment de question. Après tout, Léo ne l'avait toujours pas contacté depuis l'histoire de l'avocate, peut-être la brune se sentait triste et avait besoin de parler, de conseils. Il fallait dire que c'était un peu ça, l'étiquette d'Elliot. Le conseillé du groupe. Celui qu'on appelait que pour ça.

Pas que ça le gênait réellement, il ne s'était jamais réellement lié à personne. Même Equinoxe ne connaissait pas son passé. Il ne voulait pas qu'une partie de son histoire soit connue. Même de part ses amis. Il préférait être la sorte d'amis bouche-trous, qui profite à fond des soirées et des gens, plutôt que de s'afficher au grand jour. Ce soir allait être la première fois qu'il pénétrerait dans l'antre personnel d'Absynthe Raven. Dans son appartement, que Léo et Equinoxe avaient foulé à de nombreuses reprises.

Son excitation était des plus hautes, tout en trottinant joyeusement vers l'arrêt de tramway qui l'emmènerait à bon port.

Enfin arrivé, après avoir monté les escaliers dans la ruelle derrière le Crimson Klub, il frappa. Entendant un simple « Entre », il ne se fit pas prier. Refermant bien derrière lui. L'intérieur de son amie était grand et sobre, bien qu'un peu luxueux aussi… Il fallait dire qu'Absynthe aimait le luxe, mais sans fioriture. Gardant ses chaussures, il alla vers les grands canapés en face de lui, un petit sourire taquin aux lèvres.

Absynthe était à moitié avachi sur l'un des canapés en daim, avec une montagne de piles de papier à ses pieds et sur la petite table de salon. Le switch passa derrière le canapé de son amie pour regarder par-dessus son épaule.

- Tu ne m'avais pas dit que tu travaillais ce soir. Je pensais qu'on allait passer une bonne soirée. Tu n'as même pas sorti l'alcool.

- Oh, pardon, j'ai ramené du travail à la maison, car je n'ai plus de place dans mon bureau. J'en ai prit un ou deux pour m'occuper avant que tu arrives, mais apparemment… Je me suis perdu dedans. Va dans la cuisine, fouille et sers-toi à boire, fais comme chez toi Luciole.

Elle lui sourit avec l'air quand même fatigué. Depuis combien de temps lisait-elle ses feuilles de papiers ? Il alla dans la cuisine, sans se faire prier. Sans avoir regardé plus attentivement la paperasse. Il était curieux de nature, mais tout ça ne l'avait pas piqué au vif. Sortant ce qu'il fallait pour préparer deux Negroni, la boisson parfaite pour ce type de situation. Revenant pour donner le second à son amie, qui soupira de bien-être en buvant la première gorgée.

- Qu'est-ce que c'est ? Pourquoi tu as autant de paperasse ? Ton comptable est mort ou quoi ?

- Haha, j'aurais bien aimé, je m'arracherais moins les cheveux. Non, c'est des CV.

- Des… CV ? Mais pourquoi faire ? Tu ne cherches personne en ce moment…

Oui, tout cela coulait sous le sens pour Elliot. Absynthe ne faisait jamais de travail en plus pour son entreprise. Enfin, ça dépendait du travail en question. Mais elle faisait toujours en sorte que ça soit le plus simple possible pour elle.

- Oui, pour la partie salle. Tu as sous les yeux tout les CV de performeurs qu'on m'a envoyé les six derniers mois. C'est super les candidatures spontanées, surtout pour faire des soirées à thèmes, pas que centré sur les performeurs employés car sinon, c'est trop de travail. Mais…

- Tu ne pensais pas en avoir autant, je me trompe ?

Absynthe balança en l'air celui qu'elle était en train de lire, le papier atterrissant avec volupté sur le tapis du salon. Elliot ne pouvait s'empêcher un sourire compatissant en voyant l'épuisement de la patronne.

- Oui !… Encore, le nombre, je m'en contre fiche, tant que c'est des bons CV. Mais là… Je suis littéralement obligé de les trier un à un ! J'en ai marre, ça me fout dans une de ses rages ! Si je les avais sous la main, je les fouetterais jusqu'à ce qu'ils me supplies d'arrêter en larmes !, venait-elle de presque crier de frustration.

Se blottissant dans son canapé, elle mit une seconde main sur son verre pour en boire une grosse gorgée. En effet, en y regardant de plus prêt, il y avait bien trois piles. Le styliste voyait bien que la jeune femme s'énervait toute seule, se demandant alors pourquoi… Il se pencha pour attraper un des CV en vrac par terre. Lisant distraitement, pour finir par… Recracher sa gorgée de Negroni…

- Attends… Tu te fiches de moi ?

- Ah non ! C'est pas une blague ! J'ai reçu plus de la moitié de ce genre de merde en tout !

- Plus de la moitié ?… Mais… À quoi pense les gens, sérieusement ?…

Après lecture du curriculum vitae, il s'avérait que ses candidatures spontanées, pour la plupart, était plus qu'inexpérimentées. Des personnes n'ayant jamais vraiment fait de performances sur scène… Et surtout, inconnu au bataillon dans les allers et venues du Club. En gros, vous aurez comprit… Ses candidatures étaient envoyées par des personnes fantasmant le BDSM, très probablement à cause des livres et films cinquante nuances de caca…

Sauf que la réalité était toute autre, il fallait faire attention à la sécurité, connaître vraiment ses limites, donner sa confiance à des inconnus, d'ailleurs, on pouvait tomber sur n'importe qui. Comme Equinoxe avec Gaspard. Ses gens poussaient le vice à l'extrême, pensant qu'ils allaient être prit chez Absynthe sans aucune expérience et cela l'agaçait à un point tel… Quelle s'énervait toute seule.

- Sérieusement, je donnerais cher pour entrer dans leur tête et comprendre leur raisonnement absurde ! Qu'est-ce qu'ils s'imaginent.

- J'ai surtout l'impression… Que c'est comme les mamies séniles…

- Les mamies séniles ?, venait-elle de demander, un sourcil levé, par la curiosité.

- Bah ouai… Les mamies anglaises par exemple. Elles boivent tellement de thé que le cerveau se noie dedans, dans ce bain odorant. Et elles ne réfléchissent plus aux conséquences, à la sécurité…

Mouai, sa comparaison était étrange, mais il ne fallait pas oublier qu'Elliot était Anglais et que l'humour britannique était assez particulier. Finalement, remarquant que sa blague avait fait un bide monumental, il préféra changer de sujet.

- Bon, sinon, tu ne devais pas aller chez Nox' ? Pour une soirée pyjama ?

- Ah si ! C'était mardi soir. Je te raconte par le bordel que c'était.

- Mais si ! Bien sûr que si que tu vas me raconter !

Après tout, Elliot était la commère du groupe, avec Charlotte, mais elle, c'était surtout le moulin à parole qui croyait tout savoir.

- Au départ, j'étais bien déterminé à lui parler de son problème, de pourquoi elle nous ghostait tous depuis presque un mois. Mais je sais qu'elle en parlerait pas frontalement, alors… J'ai fouillé…

- Fouillé… Comment ça, fouillé ?

- Bah à la Totally Spy genre… J'en suis tellement pas fière…

- Olala ! Ma dominatrice préférée en espionne ! J'aurais aimé voir ça ! Alors ? Tu as découvert quoi ?

- Eh bien…

Elliot abandonna sa bouille d'enfant en joie et trop curieux car une lueur de tristesse venait de passer dans les yeux mauves de son amie. Il devait y avoir quelque chose de grave.

- Elle avait écrit une lettre de suicide.

- Je m'en doute, je l'a connaît depuis plus longtemps que toi, c'est pas la première fois.

- Oui mais… À mon arrivée… Elle avait le sourire jusqu'aux oreilles, comme si rien ne s'était passé pendant ce mois. Et elle ne simulait pas.

- Peut-être qu'elle avait apprit une bonne nouvelle.

- C'est ce que j'ai pensée. Mais en parlant avec elle, il s'avère que c'était… Beaucoup mieux qu'une simple nouvelle.

- Ah oui ?

Cette fois, Elliot ne pouvait retenir sa curiosité, il se dandinait sur son canapé, comme s'il se retenait très fort d'aller faire pipi ou bien… Comme un ver de terre sortant sa tête du sol pour découvrir le monde à la Dora l'exploratrice.

- Equinoxe a rencontré quelqu'un.

- NAH ?! SÉRIEUX ??, venait d'hurler Elliot, complètement sous le choc de la révélation improbable.

Absynthe ne pu s'empêcher de rire face au spectacle que lui offrait l'addict du latex. C'est sûr que personne ne s'attendait à ce type de nouvelle. Equinoxe ne voyait personne depuis dès années. Justement à cause de Gaspard. Alors Elliot se rapprocha de son amie, pour demander des détails.

- Je ne sais pas grand-chose. Ils se sont rencontrés sur un forum BDSM, il est venu un soir au Club pour la rencontrer, il a les cheveux noirs. S'appelle Nathaniel. Ils y vont doucement apparemment, mais tout ça semble lui redonner le goût de vivre.

- Ah mais va falloir le rencontrer ! Je vais pas pouvoir tenir moi…

Oui, Elliot était trop excité et heureux. Et tellement bien. Savoir qu' Equinoxe se sentait mieux grâce à cet homme. Bon, il avait aussi très envie de le rencontrer et de lui parler. Lui et sa curiosité maladive…

- Oui, bah elle nous le présentera pas tout de suite à mon avis.

- Maieuhhhh ! Nah, j'ai pas envie d'attendre moi. Je veux voir l'apollon qui a fait chavirer le cœur de ma tatoueuse d'amour…

- Hum… Pourquoi ne pas essayer de les attirer à une soirée ?

- Comment tu voudrais t'y prendre ?

Absynthe se mit à réfléchir, la main sur son menton, en buvant la fin de son verre.

- Peut-être… Lui proposer d'être performeuse ? Ou bien, inviter des performeurs qu'elle aime beaucoup ? Elle ne rate jamais la soirée Drag-queen aussi… Hum… Je vais réfléchir.

- Je t'aiderais si besoin ! J'ai pas envie d'apprendre qu'en fait ce n'est pas le bon et qu'on a encore rien fait pour la protéger…

Elliot n'avait pas tort. Il avait vu l'état dans lequel Gaspard avait laissé Equinoxe, lamentable. Elle avait mit des mois pour redevenir à peu près elle-même.

- Opération beau ténébreux en marche alors !

- Ouiiiii ! Aller !

- Hum… Toi tu es déjà pompette avec un seul Negroni., venait de sortir Absynthe, avec un sourire étrange aux lèvres.

- Même pas vrai…

Annotations

Recommandations

Défi
Pam Ndjen
J'ai écrit une nouvelle pour répondre un défi sur ce qu'est le Mal. Je ne sais si j'y suis parvenue, mais je me suis inspirée de cette maxime très connue qui dit: "L'enfer est pavé de bonnes intentions."
C'est l'histoire d'un combat mystique du Bien contre le Mal, d'une guerrière intrépide et courageuse prête à tout pour vaincre le Mal originel et rétablir la paix sur la Terre.
C'est une nouvelle à chute, que j'espère que vous apprécierez.
Bonne lecture!
2
2
0
10
Deadnox
Nouveau slam comme d'habitude.
3
2
0
3
Défi
Jean-François Chaussier
Une nouvelle très courte publiée d'abord indépendamment, et puis dans le cadre de ce défi proposé. Il y est question de football, mais aussi d'enfance et des rêves qu'on peut faire à cet âge.
2
2
0
2

Vous aimez lire Reiko . ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0