La cyber matriochka : 6 | Indigo |

4 minutes de lecture


6e jour - Indigo

Je me demande si Pénélope tissait en Indigo.

Moi je crois que c'est la couleur qui me caractérise le mieux. Savant mélange, lumineux, de rouge et de bleu. De chaud et de froid. De feu et d'eau. De sable et de ciel. Métissé. Je te vois rouge, je suis bleu.

Tu es comme cette fleur sur ton coeur

6e jour, ce 6e jour, c'est aussi dans notre semaine normale, celui où nous nous croisons souvent. Celle-ci est décalée certes. Ca me bouscule. J'ai le temps de travers. Trop lent. J'ai un jour d'avance. Un pas en l'air. Instable. Je danse pour attendre. Comme hier. 6e jour. C'est aujourd'hui. C'était demain. Quand tout est normal c'est demain. Tu serais là. Mais ce n'est pas normal, et c'est aujourd'hui. Et tu n'es pas là. Comme hier. Mon écran est froid et mon café réchauffe pour la 6e fois. Et j'y pense. Et je compte.

Et toi comptes-tu dans ton silence ?

Aujourd'hui, en ce jour chaotique, caniculaire, où je suis si perdu, je n'ai pas la fougue pour t'écrire de jolies diatribes enflammées, des mots colorés. Je peux même dire que je me déteste à t'écrire, que je suis embrouillé et confus. Je te vois partout. Je t'entends dans toutes les histoires. Je te reconnais. Mais ce sont des illusions, des mirages. Il fait trop chaud dehors, trop froid dans mon entendement. Je peux ajouter que je n'ai plus envie de tirer de nouveaux fils. J'ai envie de tisser ceux que j'ai. Me donnerais-tu les tiens pour rajouter ta couleur unique à mon tissage ? Mes fils de laine me tiennent trop chaud en cette journée bouillante. J'ai envie de cette mue. Je veux quitter, déménager.

Et toi ? Me rejoindras-tu ?

C'est vrai quoi, on a plein d'espace autours de nous, et on s'agglutine là, sans se regarder, sans savoir qui est qui... quand l'humain a tant besoin du contact des autres. J'ai besoin de ton contact, moi par exemple. Ca a l'air bête comme ça hein... mais c'est bien ce qu'il me manque là. Oh plus quelques menues petites choses... la voix, le sourire, le regard, les absences pour cause de maux urgents en faute d'orthographe, la démarche, la main, la peau, l'odeur, la présence, ton torse, et ma nuque. D'ailleurs, à ce sujet, c'est trop bon. Couleur indigo dans ma nuque qui se répand. Bref. Tout le monde a compris.

Tu recommenceras ma nuque indigo, n'est-ce pas ?

Les mots, les mots. On en a tant des mots, tant qu'ils ne semblent ne plus rien vouloir dire. Qu'ils nous trahissent. Ils se travestissent et se jouent. Ils nous inventent des vies, des histoires, des gloires, des familles, des amours, des possibles, des espoirs. Un silence travesti, je suis désolé mais ça ne sonne pas comme un silence pur, bulle entre tes mains et sur mon nez. Et non. Nous inventer des vies... c'est pas comme prendre une photo de nos vies. Et ça, c'est un peu toute la nuance de l'impression ! Mais dans ma chambre noire, parfois, les virages se prennent mal. Pourtant nous nous souvenons de nos vies. Nous nous souvenons de ces soirs fous. Non ?

Te rappelles-tu notre plus folle soirée ?

Là-bas, tout là-bas dans notre grand est ? Il y faisait bon. Il y faisait tard. T'en rappelles-tu ? Je me rappelle de l'indigo de cette femme. Oui elle était vêtue d'indigo. C'est peut-être ça qui m'a fait vibrer. Ou toi. Je ne sais plus. Je ne sais pas. J'étais fou. A l'est, tout se relâchait, tous se lâchaient. Sais-tu qu'elle a résonné longtemps en moi cette soirée ? Parfois j'ai besoin d'un ptit shoot de cette folie, alors je repasse en boucle, ces bras à la fin, et je me souviens. Et ça vire tout indigo.

Indigo...un digo... me digo... me dices... dimelo... dime, quién eres ?

Dans cet est, je me rappelle aussi un souvenir moins confortable, une longue marche vers cette ville loin, tout là bas, et le retour ventre à terre, parce que le temps pressait, je le savais, je ne voulais pas louper. 20 mn pour quelques kilomètres, aller retour, j'étais colère, que c'était inconfortable ô oui ! Pour la première fois, il en faut toujours une, c'est moi qui t'ait laissé partir après avoir essayé de te retenir un peu. J'ai touché ton bras, mon élastique a cassé, mes cheveux sont tombés sur ma nuque, tu t'es tourné vers moi, les mains jointes. Elles étaient indigo cette fois là. Je les avais frappé de rouge, frappés de rouge tes mains bleues.

"C'est pas grave, c'est moi, je suis désolé"

Je me rappelle d'une fois où on t'avait dit : "m'enfin ce n'est pas violet ça ! c'est bleu !!" et toi, gentiment : "mais si si, c'est presqu'indigo, comme on avait dit, j'ai respecté le code !". C'était peine perdue, que les gens sont cons quand ils n'ont pas envie de voir ! Oui, c'était indigo, évidemment !! Ce jour là, ta main tremblait quand tu as pris la mienne. Oui elle tremblait parce que j'avais terriblement pleuré la veille, et que tu n'aimes pas me faire pleurer. Tu n'aimes pas me voir soucieux. Tu développes des trésors d'inventivité pour me mettre quelques pointes de ton joli rouge dans mon abysse très bleu. C'était des débuts étranges. Moi je portais du violet et du vert, effrontément, en trait oblique sur la tête. Violet n'est pas indigo. Tu avais la nuance. J'avais le détail. Ce fut aussi notre première nuit complète ensemble.

Une nuit en indigo.

La dernière fois que j'ai vu de l'indigo, c'est toi qui l'arborait fièrement, c'était notre dernier tête à tête. Il n'était pas prévu, tu as fait un effort, c'était... étrange. Je m'en souviens. Je me souviens parfaitement de "toï", et je ris... en indigo de toi.

Aujourd'hui, en ce 6e jour, j'ai la panique et le manque couleur indigo. Je te dirais tout du bonjour en comité restreint, promis. Mais... Indigote-moi encore un peu.

Annotations

Recommandations

Défi
Sousou

Dans l’entrebâillement de la porte apparaît un visage. Un sourire espiègle se dessine sur le faciès buriné, les yeux azur pétillent de malice. Il observe, accroupi derrière le chambranle. Au milieu de la pièce, un frère et sa petite sœur étalés sur un tapis moelleux sont plongés dans un énorme livre illustré. Leurs pieds battent l'air au rythme des cris émerveillés qu'ils poussent devant chaque nouvelle image. Une main poilue passe l'ouverture, tendue vers les deux enfants innocents. Un claquement de doigts, et elle se retire vivement. La créature s'éloigne dans la pénombre en gloussant. Dans le salon, les petits continuent de tourner les pages frénétiquement. 
1
0
0
2
Défi
Alwine
La contrainte de 2018 pour les 24h de la nouvelle était la suivante : la nouvelle doit se passer dans une seule et même pièce. Je pense avoir réussi à suivre la contrainte, qui était plutôt corsée ^^

Ce texte raconte l'histoire de 3 cambrioleurs venus dérober un livre rare, L'histoire de la nature des oyseaux de Pierre Becon, dans la bibliothèque personnelle d'un collectionneur d'ouvrages anciens.
8
10
28
10
Défi
Deana



Je suis désolé Maman. Je n'ai jamais voulu te faire de mal. Mais ce soir, je sors tout du placard. 



Maman, je suis désolé, mais ton fils a beaucoup plus que le cafard. Mon cœur ne bat plus depuis longtemps, Maman. C'est plus facile de vivre sans. Tu vois, Maman, dans cette vie, le bonheur est une illusion. Beaucoup moins facile à atteindre que ce qu'ils nous font croire, à la télévision.  Je ne sais pas exactement comment tout a commencé, Maman, mais j'ai grandi beaucoup trop brutalement. J'ai fait confiance trop naïvement, et mon innocence est partie en courant.


Si tu savais, Maman, comment l'Abandon est violent. Il te fout des droites jusqu'à ce que tu tombes à terre, et continue de te frapper, avec pour seul droit celui de te taire. Mais je me suis relevé, Maman. Avec des bleus au cœur, avec du sang sur les dents. Mais Maman, pourquoi le monde s'acharne-t-il sur moi ? Parce que j'ai le cœur sur la main, parce qu'il se fissure d'un coup de poing ? Tu sais, Maman, j'ai toujours souri à tout le monde. Mais en contrepartie, ils m'écartaient de la ronde. Connais-tu ce sentiment de Solitude, Maman ? Comme un gribouillis, un nuage noir qui grignote chaque coup de vent. Il t'empêche de voir le soleil, il ne cesse de chuchoter à ton oreille. Il te murmure que personne ne t'aime. Il te hurle que tu ne fais pas parti du système. Et survient alors la sensation de ne pas être à ta place. L'impression qu'un n'importe qui te remplace.


Et tu sais, Maman, ce sentiment-là te tue tout doucement. J'ai souvent pleuré dans mon oreiller. J'ai souvent crié à m'en étouffer. J'ai fini par me renfermer sur moi-même, rejetant les mains qui me voulaient simplement de l'aide. Les gens ? Je les trouvais totalement divergents. Ils m'avaient vidé de toute confiance, me laissant face à l'insignifiance. Je suis vraiment désolé Maman, mais j'ai même pensé à l'alcool et aux calmants. Parce que tu sais, quand plus rien ne te fait du bien, tu ne sais plus ce que tu deviens. Tu ne sais plus ce qui te définit, et tout ce que tu veux, c'est que ce soit fini. C'est triste, Maman. C'est affligeant. Personne ne comprend. 


Je suis désolé Maman. Je n'ai jamais voulu te faire de mal. Je n'ai jamais voulu te faire pleurer. Mais ce soir, je sors tout du placard. 


Allons, Maman, ne pleure pas. De toute façon, je ne te méritais pas. Tu étais trop douce pour moi. Face à ta beauté, je ne faisais pas le poids. Moi, j'étais le vilain petit canard. Celui qui n'avait sa place nulle part. Tu sais, Maman, une lame de rasoir, c'est beaucoup plus plaisant. Mon sang vermillon coule, coule et fait office de colorant. Un adolescent mort dans son bain, c'est beaucoup plus classe qu'écrasé par un train. J'imagine les unes de journaux. Enfin mon quart d'heure de gloire à la radio ! Ce n'est qu'au moment le plus tragique, que je recevrais les bonnes critiques. 


Je suis désolé, Maman. Je n'ai pas réussi à être un combattant. 

8
10
2
2

Vous aimez lire Solange Dolloup ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0