La cyber matriochka : 3 | Jaune |

Une minute de lecture

Jaune, primaire couleur mal-aîmée

Entends mes débuts et réchauffe ton coeur, Ami.

Tantôt boisson, péril, vin, page ou fièvre

Aussitôt l'on te négative quant toi
Ici, ou là-bas, tu ne fais que briller en ce
Mardi de tes nuances lumineuses
Eblouissantes à mon coeur réchauffé

Mordant quand jaloux de femme à tes
Yeux, tu te peins et t'éteins.

Les nuances dont tu te pares, sont
O combien gourmandes et joyeuses
Vanille et vénitien pour des reflets
Immortels de peinture sur mon âme
Nankin ou de Naples pour des voyages
Grandioses de souvenirs colorés

Simple et primaire, l'envie de jouer encor'
Un peu avec ma poupée et te dire en capitales et
Non sans malice ô combien tu es dans mes pensées.

!!!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Il se pourrait même qu'elle contienne un message caché...



Annotations

Recommandations

Défi
SALGRENN

"Dis, chérie, donne-moi voir le numéro du phone de Raoult... j'ai deux mots à lui dire... "

Autres variantes, en vrac :
"Je reviens de suite... le voisin veut me montrer son nouveau fusil de chasse..."
"Trouves pas quand même que ça sent le gaz... ?"
"C'est quoi encore que cette histoire de météorite... ?"
"T'as bien coupé le jus, hein... ?"
"Trouves pas, Titine, qu'il avait une drôle de voix le commandant de bord... ?!"
"Merde... vl'à que je sais plus si c'est le fil rouge...ou bien le bleu, p'tête... ?"
"T'as entendu... on aurait dit comme un feulement de tigre... hey, l'hindou, vous avez encore des tigres par ici... ?"
"Tu le savais toi, qu'y avait un sens pour monter les pneus neige... ?"
"Et pourquoi qu'y s'ouvre pas, ce con... ?!"
"Le bouton rouge... putain... appuie sur le bouton rouge que j'te dis... !"
"Pas chiche... !"



10
9
1
1
LA BIGARETTE
Des portraits d' humains à fleurs de peau, solitaires, pourvus de manies et petites peurs qui les ronge. Récit de leur rencontre.

Extrait:
"Dans un appartement douillet où fleurait le café bon marché, Alex se sentait complet, un peu comme un camenbert coulant ayant trouvé sa tranche de pain au levain. Il alignait ses paires de chaussures noires cirées le long d'une ligne imaginaire qui était plus droite que bien des arêtes de murs en béton."
2
3
0
6
Ciloking
"Tôt ou tard, vous viendrez à moi, tous. Les mots que je trace depuis toujours sont un appel irréfutable, une voix immortelle. L'éternité a tout son temps." T.N.
0
0
0
6

Vous aimez lire Solange Dolloup ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0