Chapitre 56 : La chambre du roi.

13 minutes de lecture

Il ne faisait pas très chaud dans les couloirs de l’internat, Kimi piétinant sur elle-même en attendant que Sky ouvre la porte de sa chambre. Ce dernier se battait calmement avec ses doigts gelés pour attraper correctement sa clé. Il faisait sombre, les fenêtres donnant sur la nuit déjà tombée où la neige se déchaînait.

Les lieux étaient aussi devenus très calme, chaque étudiant occupé à étudier pour les examens. Les deux ados se virent presque désolés du bruit que fit la porte lorsque Sky réussit enfin à l’ouvrir. Ce dernier frotta encore une fois ses baskets mouillées avant d’entrer et prêta attention à ce que son invité fasse de même. Il était minutieux.

Impatiente de se réchauffer, Kimi fut bien déçue de la température à l’intérieur. Elle souffla dans ses mains :


  • Ça gèle… lança-t-elle à travers la pièce tandis que Sky lui tournait le dos, et enlevait sa grosse veste pour la déposer au porte-manteau.
  • Je vais ouvrir le radiateur, répondit-il simplement, toujours sans la regarder, et en se penchant pour l’allumer.

Il enleva ensuite son pull qui resta coincé autour de son cou. Plantée au milieu de la pièce, Kimi le regarda se battre avec le vêtement. L’étirement de ses bras au-dessus de sa tête avait aussi relevé son t-shirt. Quand elle vit son ventre bien fait apparaître, elle détourna le regard.

Les cheveux en pétard, Sky les recoiffa d’une main avisée, avant de s’apercevoir qu’elle restait figée. De profil, il passa sa langue à l’intérieur de sa bouche, et lui accorda un regard. Kimi prenait soin d’observer la chambre. Donc, elle avait de la chance d’être ici ? Dans l’antre du roi de Saint-Clair ? Pour un playboy, elle se fit la réflexion que c'était plutôt commun, un peu comme la chambre de sa maison.

Elle trouva tout de même un peu plus de confort dans ses draps blancs et kaki tendus sur le lit, surplombé de gros oreillers et d’un plaid brun. Sky aimait les couleurs de terre et les choses simples, mais élégantes. Il avait fait de cet endroit son élément, plutôt bien rangé, avec une pointe de bordélisme.

À côté de son lit, placé au milieu de la chambre, et perpendiculairement à la porte, il y avait son bureau avec beaucoup d’espace. Sur le bord de droite, une longue et fine bibliothèque pour ses livres et ses cours. De l’autre côté du lit, il y avait la porte fenêtre menant au balcon et sur le mur en face des rangements pour ses vêtements. Enfin, l’entrée de la salle de bain où Sky passa une tête pour jeter son pull dans la manne à linge. Il se recula ensuite en appuyant sur sa main accrochée au chambrant et ouvrit son armoire pour en sortir un sweat. Ce dernier finit à la figure de Kimi qui n’arriva pas à le rattraper, prise par surprise.


  • Mais ! s’exclama-t-elle, la mine renfrognée avant de le ramasser à ses pieds.
  • En attendant que ça chauffe… dit-il brièvement Alors, mon cours, poursuivit-il en cherchant dans ses classeurs. J’ai fait une synthèse des formules et… Hey.

Il s’arrêta en la voyant se déshabiller. La blonde, en top, le dévisagea avant d’enfiler le gros pull.


  • Quoi ? s’en alla-t-elle.

Sky se pinça l’arrête du nez et fit voler son cours sur le bureau. Il pointa la chaise du doigt.


  • Assis.
  • Hein ! émit-elle en levant un sourcil. Je suis pas un chien, se défendit-elle ensuite en passant la capuche sur sa tête, les oreilles encore froides.
  • Pfff, rit-il en cachant son sourire. T’es vraiment laide comme ça, se moqua-t-il ouvertement en pointant du doigt sa tête sans cheveux.
  • Sympa…

En effet, elle ne ressemblait plus qu’à une tête d’œuf, sa chevelure coincée sous le vêtement. La grimace ne la rendait que plus risible. Davantage quand Sky s’avança, un rictus aux bouts des lèvres. Elle chassa immédiatement les mains qu’il approcha.


  • Laisse faire, dit-il en les passant dans le capuchon pour en ressortir ses cheveux de part et d’autre de son cou. Voilà, c’est mieux comme ça, continua-t-il en ajustant ses mèches devant son visage.

Il souriait doucement quand Kimi releva ses yeux dans les siens, calmée, mais gênée. Un malaise grandit entre eux. Sky reprit la plaisanterie.


  • Bon, toujours aussi moche…
  • Espèce de… se retint-elle de l’insulter en envoyant un poing dans son ventre, sans vraiment le frapper. C’est toi, le laid !
  • C’est cela oui, fit-il en élevant sa voix d’un ton distingué. Alors ? On s’y met ? Aux choses sérieuses ? ajouta-t-il, taquin, en attrapant son cours.
  • Je… me mets où ? demanda-t-elle, ennuyée.

Quand elle le vit tapoter le dossier de la chaise, Kimi s’y installa. Dans son dos, Sky devint plus sérieux. En fait, lui aussi était très gêné. L’embêter avait toujours été la solution, mais il savait que ce ne serait pas suffisant. Depuis le voyage en Californie, leur relation ne tenait qu’à un fil. En s'attaquant à Dossan, il l’avait presque coupé.

Bien qu’il fût en effet une bête en physique, l'attirer jusque dans sa chambre n’avait rien d’anodin. Le regard posé sur le haut de sa tête blonde, défaite par la capuche, il se demandait lui-même ce qui lui avait pris de l’amener jusqu’ici.

Kimi cherchait les premiers exercices dans le classeur quand elle finit par balancer sa tête en arrière, car elle le trouvait trop silencieux. Sa nuque écrasée contre le dossier, elle ouvrit légèrement la bouche en voyant son air pensif. Il se transforma en un regard désolé. La poitrine de Kimi s’écrasa, perdu dans ses yeux verts. Comme à Halloween, elle y restait scotchée. D’un coup, elle se redressa, cachant son nez entre les feuilles :


  • Je… ne comprends pas… tout ça… balbutia-t-elle, livide. Dès les premiers exercices, en fait.
  • Je vois… répondit-il avant d’aller chercher le tabouret qu’il y avait dans sa salle de bain.

Pendant trois quart d' heure, ils restèrent assis côte à côte pour reprendre la matière. Ils se calculaient à peine, tous deux concentrés sur les exercices. Sky expliquait bien. Quand il s’appliquait, sa voix devenait plus grave, mais restait douce. Il aurait fait bon professeur, bien que le risque aurait été de faire craquer toutes ses élèves. De temps à autre, Kimi jetait un œil à son expression. En effet, elle l’avait rarement vu aussi impliqué.


  • Tu m’écoutes ? lui demanda-t-il en faisant de même. Ça n'a pas l’air, ajouta-t-il quand elle cligna des paupières.
  • Je me disais juste que…
  • Que je suis canon ? sourit-il bêtement avant de se rendre compte de sa propre connerie.

Il se leva avant qu’elle ne puisse rétorquer quoi que ce soit et se laissa tomber dans le lit. Il s’y installa, les jambes étendues et croisées, la nuque sur son oreiller, et les mains jointes sur son ventre légèrement découvert.


  • Putain, blanche-neige quoi…
  • J’aurais dit la belle-au-bois dormant, ricana-t-il en replaçant son oreiller derrière sa tête. Même là tu crains…

Il y avait une force qui obligeait Sky à la charrier sans cesse, qu'importe le moment. Kimi était outrée, tapotant son crayon frénétiquement sur le bureau.


  • Fini les trois prochains exercices, et ce sera bon pour aujourd’hui, déclara-t-il en fermant les yeux. Dis-moi quand tu as fini.

Ce con avait l’air si paisible qu’elle lui aurait bien lancé le classeur à la figure, mais à la place Kimi s’exécuta. Elle en avait déjà marre de travailler ce cours de misère. Assez rapidement, elle réussit à résoudre les deux premiers, bien qu’hésitante, mais elle bloqua sur le troisième. En l’entendant marmonner, Sky ouvrit un œil. Elle se leva à ce moment-là et vint s’asseoir en tailleur à ses côtés, lâchant le bloc-note sur son ventre.


  • J’y arrive pas, le dernier.
  • Hum, montre, fit-il en s’en saisissant. Ah, ici, c’est mauvais…
  • Quoi ?? Au deuxième ? Mais…
  • Tu as simplement inversé les signes, rien de grave, se releva-t-il doucement pour corriger la faute au crayon. Et le troisième, hum… Ok, regarde. Pourquoi tu as mis la masse, ici ? s’approcha-t-il pour lui montrer du doigt.
  • Euh bah… Parce que…

Kimi grimaçait en même temps qu’elle réfléchissait. Désespérée, elle haussa les épaules pour les laisser tomber ensuite.


  • Tu confonds avec le poids, c’est tout. Après, ça va tout seul…
  • Ce n’est pas si facile… Oh…

Quand elle le regarda faire, elle comprit ce qui ne fonctionnait pas. Sa fierté l’empêcha de le remercier correctement.


  • Tu vois ? fit-il en la regardant droit dans les yeux.
  • Oui… Je vois… Merci…

L’instant d’après fut tout aussi gênant. Tous les deux assis sur le large matelas, Sky totalement, Kimi plus qu’à moitié, il se racla la gorge pour casser le silence. Ils se regardèrent sans rien dire. La tension montait, un jeu de regards s'installant :


  • Tu es… bizarre, fit Kimi.
  • Nan, je… C’est toi qui est bizarre, pourquoi tu me regardes comme ça ? lui renvoya-t-il la balle.
  • Mais je ne te regarde pas !
  • Si,tu... ! s’énerva-t-il avant qu’elle ne le dévisage. C'est bon, je… Tu as raison, c'est moi, se reprit-il en couvrant sa figure de sa paume.

Kimi fit des yeux ronds.


  • Je sais que… commença-t-il en se tortillant les doigts… j’ai dépassé les bornes avec ton père, poursuivit-il malgré qu'elle se rigidifia. Je voulais te présenter mes excuses, donc… Oui… Excuse-moi...

Le fait qu’elle ne dise rien en retour le mit très mal à l’aise. Il attendait une réponse malgré tout. Kimi serra les mâchoires. Elle avait envie d’exploser.


  • Merci, mais…
  • Accepte-les, s’il te plaît, la coupa-t-il, nerveux. Je ne veux pas qu’on recommence comme en Californie…
  • Peut-être que tu aurais dû y réfléchir à ce moment-là, fit-elle en le snobant.

Il fut déçu. Sa demande venait pourtant du cœur.


  • Je ne veux pas qu’on se dispute, mais tout le temps tu… réfléchit Kimi avant de poursuivre. Comment tu veux que je réagisse quand tu t’en prends à quelqu’un de ma famille ?? Si tu pensais que je ne réagirai pas, alors c’est que tu me connais mal…
  • Ce n’est pas ça ! Je n’ai pas réfléchi ! Je sais que c’est logique que tu aies réagi comme ça. C’est pour ça que je m’excuse. J’ai abusé.
  • Sky… Tu sais, mes amis sont très importants à mes yeux, mais ma famille… Si je dois choisir, ce sera toujours Dossan et Leroy en premier. Je ne peux pas accepter qu’on s’en prenne à eux.

Sky baissa les yeux, hocha la tête, en se grattant la peau autour du gros pouce. Il ressemblait à un enfant, se cachant sous son bataillon de mèches brunes. Même s’il s’excusait, Kimi tenait à le prévenir. Il fallait qu’il s’en rende compte. En voyant son attitude, elle devint plus indulgente.


  • Tu penses que j’ai ressenti quoi quand je t’ai vu l’empoigner ? Ça m’a fait de la peine de devoir m’interposer...
  • Je sais ! Je suis désolé ! s’énerva-t-il en plaçant une main sur son torse, sincère, et en fronçant les sourcils, frustré.
  • Alors pourquoi tu as fait ça ?! s’écria-t-elle en retour.

La rage lui montant, Sky la tira par la taille en y entourant son bras pour la plaquer contre le lit. Elle se rattrapa à son épaule où elle planta ses doigts pour tenter de se relever vainement. Il déposait toute sa force, le nez enfoui dans le matelas.


  • T'es con ou… fut-elle coupée, la force de ses abdominaux l'abandonnant pour se relever. Lâche-moi !

Sky l’avait coincé. En dernier recours, elle écrabouilla sa main libre sur sa joue pour le forcer à se dénicher des couvertures.


  • Putain Sky, je te dis de… s’arrêta-t-elle en découvrant son visage tourné vers le sien, ses yeux plissés, et rouges, qui s'efforçaient de retenir des larmes. Qu’est-ce que tu…
  • Laisse, lâcha-t-il d’une petite voix en se cachant à nouveau, borné.

Instinctivement, Kimi s’apprêtait à le réconforter en glissant ses doigts dans sa chevelure, mais elle se retint.


  • Je ne comprends pas… pourquoi… tu lui en veux autant… dit-elle en cherchant ses yeux.
  • Il… m’a trahi… répondit-il, blessé.
  • Non, c’est faux…
  • Si, il m’a trahi ! répéta-t-il en se relevant, ses doigts s’agrippant aux draps. Je me suis confié à lui ! A propos de ma mère, de mes problèmes avec elle et… Il a fait comme si… Il est sorti avec elle, et il m’a quand même accueilli chez vous… C'est trop bizarre ! Et quand je lui ai expliqué que… bloqua-t-il en poignant dans ses cheveux, et en cherchant ses mots, que…

Un sanglot le prit. Il détourna le visage, essuyant avec sa paume les grosses larmes qui tombaient.


  • Fais chier… grogna-t-il entre ses dents, puis en reniflant. Me regarde pas...

Couchée sur le dos, Kimi lui accorda une attention toute particulière. Lui n’osait plus faire de même.


  • Ne me regarde pas, je te dis !
  • Et pourquoi pas ? lui fit-elle face, à quatre pattes, très sérieuse.
  • Parce que je… Je suis faible… geint-il honteusement avant de se rejeter dans le lit.
  • Mais non ! Tu as le droit de pleurer ! Je ne savais juste pas que c’était si… compliqué avec ta mère…
  • C’est pas que c’est compliqué, c’est qu’il n’y a rien entre nous… répondit-il en émettant un rire. On est des inconnus, dit-il en déglutissant, les yeux rivés sur le plafond. Elle ne doit pas m’aimer beaucoup…
  • Je n’y crois pas, le coupa-t-elle, les sourcils froncés, tandis que Sky eut le courage de la regarder à nouveau. Des personnes qui n’aiment pas leurs enfants, ça existe, mais… Non, sans doute, qu’elle ne sait pas comment te le faire parvenir…

Sky rigola une nouvelle fois, encadrant son visage de ses deux bras. Il n’en revenait pas.


  • Dossan m’a dit la même chose, dit-il en jetant un œil à sa réaction alors qu’elle se recouchait.

Il ne fut pas surpris de la voir sourire et plongea dans ses prunelles bleues. Leurs deux corps allongés étaient forts proches. Il se sentait un peu plus calme, mais profondément triste. Il n’avait plus qu’à accepter cette réalité.


  • Je suis vraiment… trop con… frapper, puis pleurer… quel merdeux je fais, se flagella-t-il.
  • On m’a toujours dit… Que si j’avais envie de rire, c’était une bonne chose, mais si j’avais envie de pleurer, aussi. Donc si tu as envie de pleurer, pleure… Et si tu as envie de crier, crie. C’est normal… d’avoir des émotions, on est des êtres humains…

Légèrement rêveur, Sky lorgna ses lèvres une micro seconde : “Et si j'avais envie de t’embrasser ?”, l’image de Dossan et de Blear ensemble, venant le frapper de plein fouet. Il préféra s’aventurer sur le plafond plutôt que de rester bloqué sur cette idée.


  • Je ne suis pas sûr de… ce que je dois penser… dit-il évasivement.
  • Moi non plus, souffla Kimi, très honnêtement.
  • Je suis simplement désolé, dit-il en appuyant ses paumes sur ses paupières. Désolé pour toi de l’avoir empoigné...
  • C'est plutôt pour lui que tu devrais t'excuser…
  • Tu rigoles là, je… Ah. Ouais. Sûrement, répondit-il, amer, prenant conscience. Mais je lui en veux, alors… Bref, pas tout de suite, ajouta-t-il, timide d'accepter sa requête.

Kimi lui souria tendrement, ravi de le voir flancher à un élan de gentillesse.


  • Il n'est pas méchant, tu sais. C'est un bon père, lâcha-t-elle, plein de souvenirs en tête, avant de perdre son air guilleret. Enfin… bien meilleur que… mon vrai père… Il n’y a pas de comparaison à faire, en fait, dit-elle durement.

Elle ne parlait jamais de lui. Sky se retourna sur le ventre et s'appuya sur ses avants-bras. C'était elle qui avait soudainement les larmes aux yeux et la lèvre tremblante. Il la fixa, respectant son silence qui se mêlait à des respirations rapides tandis que sa joue se mouillait.


  • Toi aussi, tu as le droit… dit-il en venant l'essuyer avec son pouce.
  • Non, je… répondit-elle, déboussolée et gênée de leur proximité. Pas pour lui…

Longuement, Sky écouta le silence dans lequel elle s’était enfermée. Kimi avait la gorge nouée. Elle ne savait même pas pourquoi elle évoquait son père biologique à ce moment-là. Du peu de fois où elle s’osait à penser à cet homme, elle ressentait une vive douleur dans son corps, revivant le coup de hachette. Les images de sa mère allongée au sol venaient la percuter. Elle se releva d’un coup, affolée, s’asseyant au bord du lit. Sky la suivit dans ce mouvement, déposant sa main sur une des siennes. Ses yeux arrondies, effrayés, s’affaissèrent à ce contact.


  • Je ne peux pas… fit-elle en attrapant son pull au niveau de sa poitrine tandis qu’il se rapprochait pour l'entourer.
  • Je ne t’oblige pas, c’est ok, murmura Sky.
  • Oui, merci… répondit-elle en se tournant vers lui. Hum…

Elle loucha sur sa bouche, et pris conscience de tous les endroits où ils se touchaient. Leurs genoux étaient l’un contre l’autre, leurs épaules aussi, son dos se reposait presque totalement sur son bras. Elle rougit de son nez proche du sien, de ses yeux pommes qui se languissaient., brillant à cause des larmes séchées. Un galop se lança dans sa poitrine en même temps que le rouge lui montait aux joues et que les papillons se mirent à batifoler dans le bas de son ventre. Kimi referma violemment ses jambes avant de se relever sur ses deux pieds d’un coup sec.

Elle se retourna vers Sky en relevant ses cheveux blonds :


  • Euh… Je vais rentrer, il est tard, donc… Merci… de m’avoir aider pour les cours… et… pour le reste, bégaya-t-elle en fixant intensément le sol de la chambre. J’ai mieux compris… C’est cool...
  • Si tu veux, on fait pareille demain ? demanda-t-il en l’accompagnant jusqu’à la porte.

Appuyé sur la tranche de celle-ci, elle lui trouva un air fatigué, sans doute à cause d’avoir pleuré, mais elle le trouva aussi incroyablement sexy. Expressément, elle chassa cette pensée comme on enverrait une lettre à la poste et sortit de la chambre.


  • Ouais, on fait ça… répondit-elle en hochant timidement la tête.
  • Ça marche… Bye, à demain, lui fit-il signe.

“A demain”...

Quand ils y repensaient, leurs estomacs se tordaient autant l’un que l’autre. Seul, dans sa chambre, le roi de Saint-Clair se gratta un coin du crâne. Sans raison particulière, à son sens, il était tout excité à l’idée qu’elle revienne.

Annotations

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0