Chapitre 5 : Ellipse.

9 minutes de lecture

Après le souper, Kimi prit soin d’accompagner son petit frère jusqu’à sa chambre pour lui souhaiter une bonne nuit. Avant de partir, elle lui fit également une promesse :

  • Demain, je te montrerai quelque chose qui devrait te plaire, lui annonça-t-elle au pas de la porte, trépignant d’impatience.
  • Une surprise ? demanda Leroy d’un ton monotone.
  • Tout à fait ! s’exclama la blonde. Et tu ne seras pas déçu !

Si elle était si sûre d’elle, alors il la croyait sur parole.

Se faufilant dans ses nouveaux draps et observant son nouvel habitat, Leroy se sentit particulièrement seul. La pièce avait beau être dix fois plus belle, cette première nuit à l’internat lui rappela ses jours à l’orphelinat. Le cœur lourd, il se mit en boule dans son lit et se força à s’endormir pour oublier.

***

Sky avait entrepris la même chose de son côté pour prendre la température avec son meilleur ami. Bien que ça ne signifiait pas grand-chose pour lui, il l’avait trahi. La culpabilité le rongeait de son baiser avec Laure. Et Loyd avait tellement changé en deux mois qu’il ressentait un malaise. Il profita du fait d’être seuls :

  • Alors… Tout ce changement, ça rime à quoi ? demanda-t-il en le tournant à la plaisanterie. T’as l’air… bien ? Je trouve ça cool, mais j’avoue que je suis curieux.

En train de ranger ses affaires, Loyd prit son temps pour répondre. Avant les vacances d’été, ils s’étaient retrouvés exactement dans la même situation, à discuter de cette manière dans sa chambre. Sauf que la dernière fois, il s’apprêtait à partir en Égypte.

  • Ce voyage m’a fait un bien fou. Je crois que j’ai compris pas mal de chose sur moi-même là-bas et j’ai eu besoin de changement. Oui, c’est ça… expliqua-t-il en plantant ses yeux dans les siens.
  • Compris quoi ? Que toi aussi t’es un sacré beau gosse ? le brossa-t-il dans le sens du poil. Je parie qu’il y a une fille derrière tout ça, rit-il avant de penser à Laure.
  • Hum, il y a un peu de ça… laissa-t-il entendre.
  • Tu as dû en faire tomber plus d’unes là-bas !
  • Ahahah, non. J’ai été sage, répondit-il en lui offrant un sourire sincère.

Cette esquisse agit comme un poignard dans le cœur de Sky. Il retrouvait le vrai visage de Loyd. Est-ce qu’il devait lui avouer ?

  • Tu sais… commença-t-il, troublé.

La douleur que ressentit Loyd dans sa poitrine le poussa à couper court à la conversation. Il mentit en prétendant être fatigué. Quoi qu’il puisse lui avancer, Loyd n’était pas prêt à recevoir ses paroles. Il ne voulait même pas entendre la vérité derrière ce baiser, blessé, trahi… C’est pourquoi il préférait dans le mensonge, alors qu’il avait mille pensées qui l’empêchait de trouver le sommeil. Il les chassa, pensant à sa mère, la seule femme dont il s’était rapproché. Sans poser de questions, elle l’avait soutenu, assez pour lui donner la confiance en lui qu’il n’avait jamais eue. Loyd était revenu avec l’intention de s’imposer, déterminé à vivre cette année selon ses envies. Cette fois, le numéro trois se hisserait en haut de la pyramide.

***

Bien obligé de quitter les lieux, Sky vagabondait dans les couloirs. Tracassé, comme ça ne lui ressemblait pas, il fit chemin jusqu’à la chambre de sa meilleure amie. Elle n’y était pas, alors il descendit “prendre l’air” pour en fait rejoindre leur cachette secrète.

***

Assis en tailleur sur le lit, Selim repensait à ce qu’Alex lui avait dit plus tôt. Avec Nice, ils étaient ensemble depuis presque un an. Il fêterait leur anniversaire à la mi-octobre. Est-ce qu’il s’agissait de la meilleure occasion pour faire leur première fois ? À l’idée de poser ses mains au-delà des limites, le sang lui montait à la tête. Dans les draps, il n’avait jamais rien tenté à part des câlins serrés, gardant les baisers langoureux en dehors des couvertures. Il n’avait aucune intention de la brusquer, surtout pas en repensant à ce qu’elle avait subi.

En la voyant sortir de la salle de bain dans son petit pyjama à carreaux, il se demanda comment pouvait-on avoir envie de faire du mal à une personne aussi mignonne. Mais c’est bien parce qu’elle paraissait adorable et inoffensive que ces garçons avaient tenté de lui faire du mal une année plus tôt.

Chaleureusement et heureuse d’avoir son amoureux rien que pour elle, Nice se blottit à ses côtés pour lui faire un câlin.

Maudit soit Alex, dieu de la perversion, il se sentit fébrile en sentant son corps contre le sien. Quand Selim plongea ses yeux dans les siens, doux et pétillants d’innocence, il préféra l’inviter à se coucher. Le couple se faisait face dans le lit en se regardant avec amour.

  • J’ai rêvé de ça toutes les vacances, lui confia Selim d’un ton soulagé. Je t’aime, souffla-t-il ensuite avant se rapprocher pour atteindre ses lèvres.

Après deux mois, elle aussi se sentait apaisée. Il n’y avait rien de plus confortable que de sentir sa chaleur l’envelopper en dessous des couettes et d’avoir son nez tout contre le sien. Ils gloussaient gentiment de ses retrouvailles qui petit à petit devinrent un calme reposant. Il jouait avec sa main, déposait des baisers dessus, quand il ressentit qu’elle se tendait un peu.

  • À quoi tu penses ? demanda-t-il doucement, les idées corrompues lui revenant en tête d’un coup.
  • … J’espère que nous allons encore passer une bonne année…
  • Pourquoi ce ne serait pas le cas ? s’étonna-t-il.
  • Loyd était un peu… étrange, non ?
  • Hum ? réfléchit-il. Je l’ai trouvé un peu plus sûr de lui. Perso, je trouve ça cool qu’il se démarque un peu.
  • C’est-ce que tu penses ? cogita-t-elle à son tour.
  • Tu as vu quelque chose ? Je veux dire que tu as de bons instincts…
  • C’est simplement que… Je n’ai pas trouvé qu’il avait l’air si bien que ça, expliqua-t-elle d’une voix un peu triste.
  • Je ne sais pas… Tant qu’il ne continue pas à te draguer !
  • Oh ! Mais non !

Au fil du temps, les rires devinrent de lourdes respirations. Comme des petites loutres, ils s’endormirent, réfugier l’un contre l’autre.

***

Pendant ce temps, comme il s’en doutait, Sky trouva son amie dans le local des dernières années, la petite annexe qui leur servait de cachette depuis leur première année.

Assise sur le bord du long fauteuil, les jambes serrées, Laure gardait ses yeux rivés sur ses mains qu’elles entremêlaient. Ses longs cheveux mauves cachaient son visage inerte. En entendant la première porte s’ouvrir, elle releva la tête et rapidement, elle vit Sky rentrer dans la pièce sombre. Ils se regardèrent longuement, comme pour la première fois.

La dernière fois qu’ils étaient venus ici… Ils s’étaient embrassés et bien plus encore.

  • Tu es là… souffla-t-elle, d’un ton fatigué avant d’esquisser un sourire machinal.
  • J’ai toqué à ta porte… J’en ai déduit que tu étais ici, fit-il en s’avançant pour venir s’asseoir à ses côtés. C’est rare que ce soit toi qui viennes en première ces derniers temps. Tu… pense à quoi ? demanda-t-il en devinant de la tristesse sur son visage pâle.
  • Je réfléchis.

Elle ne voulait pas perdre sa figure, toute la personnalité qu’elle s’était construite durant toutes ses années. Laure reprit alors son air habituel, mais dans son esprit ses parents se disputaient. Ils ne lui accordaient pas d’attention et critiquaient ce qu’elle s’obstinait à cacher pourtant depuis longtemps et qu’elle avait enfin osé montrer. D’un côté, il y avait sa mère la taillant en pièce et de l’autre, son père qu’elle voulait impressionner.

  • À la vie… continua-t-elle d’un drôle d’air.
  • Cette salope… répondit-il en la regardant dans les yeux.

Un sourire les gagna tout deux, malgré eux. La scène se rejouait dans leur tête. Ils revoyaient tout ce qu’il s’était passé à la soirée de fin d’année.

***

Les mots de Kyle à cette soirée l’avaient littéralement transpercé : “Tu vas finir seul, Sky. Tu seras le garçon le plus riche du pays, mais aussi l’homme le plus malheureux sur terre.”

Parce qu’il avait amplement raison. C’est le destin qui l’attendait.

“Vaut mieux être seul que mal accompagné”, s’était-il souvent répété comme excuse à sa solitude, mais ces propos le touchèrent en plein cœur. Il finirait seul, à défaut de remplir ses obligations. Il finirait seul et tant mieux, tel était son choix.

Pour éviter de se noyer, il l’avait empoigné, mais cet acte ne faisait que montrer sa faiblesse.

L’apparition de Laure qui les sépara vint éclairer son âme au moment où il en avait le plus besoin. Elle prit sa main et le tira hors de la fête de toutes ses forces. Soudainement vide de pensée, Sky avait lâché son verre, jetant ses émotions avec le contenu sur le sol. À quoi bon se battre ? À quoi bon essayer de ressentir quelque chose ?

Il se retrouva jeté sur le fauteuil, Laure le forçant à s’asseoir avant même qu’il ne puisse prendre conscience de ce qui l’entourait. Ils étaient dans leur pièce, leur planque, leur cachette… Et pourtant, rien ne sortait. Livide, il se laissa tomber contre le dossier. Laure le rattrapa, prit sa tête entre ses mains :

  • Regarde-moi… Sky, regarde-moi !

Il voyait son visage inquiet se raidir, ses sourcils se froncer au-dessus de ses yeux suppliants. Ses lèvres bougeaient, mais il n’entendait rien. Il était devenu sourd, flottait quelque part d’autre, comme s’il n’était pas réellement avec elle.

  • Skyyy !! continua Laure en se mettant à genoux devant lui, serrant ses mains de toutes ses forces. Qu’est-ce qu’il t’a dit ? Dis-moi ce qu’il t’a dit, tenta-t-elle en vain en déposant une main sur sa joue.

Sky sentit comme une main autour de son cœur, écrasant la seule chose qu’il aurait cru un jour pouvoir lui faire ressentir de l’amour. Un rire nerveux sortit de sa gorge donnant l’espoir à sa meilleure amie d’obtenir une réponse.

  • La stricte vérité… répondit-il, les lèvres tremblantes d’un air profondément blessé. Que je ne découvrirai jamais l’amour… et il a tellement raison.
  • C’est faux ! se releva-t-elle d’un coup en appuyant sur ses épaules pour le regarder droit dans les yeux.
  • C’est toi qui dis ça… lâcha-t-il en tournant la tête. Pardon, ajouta-t-il directement, sachant pertinemment qu’il venait de la blesser.
  • Non… Tu as raison… murmura-t-elle en s’asseyant à ses côtés. Comment est-ce que je peux te dire ça, alors que même moi… Je suis incapable de ressentir quoi que ce soit. Je suis horrible.
  • Ahahahahahah, c’est pas possible, éclata Sky en se couvrant le visage de ses deux mains. Regarde-nous… Deux pourris, incapables de tomber amoureux… Ahahah, mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir foutre de nous ? continua-t-il en se repliant sur lui-même.

Perdu dans des gloussements incontrôlables, Sky retrouva sa peine dans le creux de ses paumes quelques instants d’après. Assise en boule, les genoux contre sa poitrine, Laure regardait dans le vide avec horreur, pétrifiée. Elle dévia ses yeux terrifiés seulement pour constater que Sky relevait les siens dans sa direction.

Après trois ans d’amitié, la même idée les traversa. Ils se dévisagèrent longuement. Sky prit un peu de recul quand elle se mit à quatre pattes pour s’étendre contre lui. Il posa sa tête contre l’accoudoir, la bouche entrouverte, tandis que celle de Laure hésitait à la rejoindre. Elle avait tout pour elle dans cette robe minuscule que Sky parcourut de ses mains pour attraper sa taille.

  • Je ne sais pas si c’est une bonne idée… dit-elle d’une expression affligée et avide.

Sky humectait ses lèvres, tandis qu’il déposait son pouce sur les siennes. Très chaud, mais aussi craintif, il se demandait s’il s’agissait de la seule solution :

  • Il suffit… d’essayer.

Annotations

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0