Chapitre 4 : Mener à la baguette.

10 minutes de lecture

L’une des seules raisons pour laquelle Leroy avait accepté l’offre de Dossan et de changer d’école pour Saint-Clair, fut celle de se rapprocher de sa sœur adoptive. Il voulait découvrir ce nouveau monde qui la faisait tant sourire Kimi.

Il avait détesté le fait qu’elle les quitte, lui et les autres du Lycée Gordon, mais il avait aussi compris qu’elle n’avait pas eu le choix une année plus tôt. Son arrivée au sein du foyer Dan’s lui avait ouvert les yeux sur bien des choses et notamment, sur le fait que Kimi s’épanouissait sans eux. Il n’accepta d’abord pas l’idée, la jalousie l’envahissant, mais décida de se ranger de son côté à force de voir son évolution et de découvrir ses nouveaux amis, les “Richess”.

Il ne fut pas étonné qu’elle s’entoure de personnes jugées “puissantes”, car elle était une force à elle toute seule. Quant à lui, des amis, il en avait déjà et ne se tracassait pas d’en rencontrer d’autres.

Non pas de nature timide, mais renfermée, il n’essaya pas de se rapprocher des personnes dans sa classe. Il ne se retrouvait pas en eux, tous à la recherche d’attention, à se comparer les uns aux autres, comme si cela avait une réelle importance. Il avait pris soin de rafraîchir sa coupe à la demande de Dossan et avait accepté quelques nouveaux vêtements, parce qu’il en manquait cruellement. Au fond, il s’en fichait qu’on puisse lui apporter de l’intérêt, tout à l’inverse de Lysen Makes.

La plus jeune de la puissante famille n’octroyait que peu de regards à son environnement et les humains désespérant qui le composait. Elle les jugeait de ses prunelles hypnotisantes, jetant des effluves de son parfum à la rose, à chaque fois qu’elle lançait sa chevelure derrière ses épaules. Très coquette, elle appréciait la sollicitude des garçons de sa classe. Ses camarades au féminin ne pouvaient se permettre d’émettre une quelconque plainte à son égard, car elle savait parfaitement jouer la comédie, à se montrer fébrile et vulnérable dès lors qu’elle entendait un soupçon de critique.

Lysen remarqua bien que le petit frère de Kimi se promenait dans ses pensées plutôt que de l’observer avidement. Elle n’avait pas l’habitude d’un tel comportement. En général, elle les mettait tous dans sa poche dans l’immédiat. Mais Leroy ne songeait qu’à sortir de ces quatre murs sans même, ni tomber dans le piège de la petite Makes, ni craquer pour le décolleté de sa magnifique prof.

Lorsque l’heure de la toute première récréation sonna, petit frère et petite sœur, empruntèrent le même couloir. Cette dernière brûlait d’envie de le titiller, jouant de ses plus beaux battements de cils. Quand Leroy la vit enfin jouer son numéro, il lui dit naïvement :

  • T’as un truc dans l’œil ?

Vexée et remontée, elle secoua ses épaules avant de joindre ses mains pour reprendre un air niais.

  • Je crois… bien que oui… fit-elle en glissant un doigt sur sa paupière et en s’arrêtant au milieu du couloir. Ça m’embête depuis tout à l’heure… Est-ce que tu vois quelque chose ? demanda-t-elle d’une voix geignarde en s’approchant dangereusement de Leroy.

Ce dernier recula, détestant la proximité avec quiconque, sauf Dossan et Kimi. Depuis la pointe de ses pieds, il s’étendit pour tenter d’y voir quelque chose tout en mettant ses mains derrière son dos. Dans sa tête, Lysen jura qu’elle était tombée sur un incapable. Elle regarda un instant sa frimousse qu’il cachait sous sa capuche et lui trouva un air étonné, ne voyant rien. Il ressemblait à un chaton cherchant à sortir d’un carton trop grand pour lui.

  • Ah, je crois que… Ici… Tu ne vois vraiment rien ? insista-t-elle en venant déposer une main sur son avant-bras qu’il s’empressa de lancer en avant pour la dégager.

Il avait les doigts crispés, les yeux exorbités exprimant un dégoût et une terreur palpable. Un instant, Lysen laissa tomber son masque bien ficelé, puis s’obligea à reprendre ses grands airs, souriant seulement dans sa tête. Parce qu’en plus d’être étrange, il était fragile. La potentielle suite de cette conversation fut coupée par des sifflements qui provenaient de la bouche de Steve, à côté de qui se pavanait Kyle.

  • Comme c’est parfait, vous tombez à pic les bébés ! Je vous cherchais, annonça-t-il, très heureux. Savez-vous qui je suis ? Pour l’un de vous, je pense que c’est un oui, continua-t-il en visant Leroy.

Ce dernier devint soudain très froid et sombre, mettant sa frayeur de côté. Il se souvenait parfaitement l’avoir vu tourner plusieurs fois autour du Lycée Gordon, cherchant des informations sur le diable Blanc. En réalité, Leroy était aussi venu pour ça. Pour garder un œil sur ce journaliste et pour aider à préserver le secret de Kimi. S’il était fier de son identité cachée, il ferait tout pour respecter les envies de sa sœur et en l’occurrence, elle voulait passer à autre chose. De son côté, Lysen paraissait plus rayonnante, attendant la suite du discours du blondinet.

Alors, il y avait un journaliste à Saint-Clair ? Elle le toisa, trouvant de la fourberie dans son regard.

  • J’ai énormément de questions à te poser, ma chère, débuta Kyle. La petite sœur de Sky Makes qui débarque dans notre école, si ce n’est pas magnifique !
  • Ce serait scandaleux de me réduire à ça, rétorqua-t-elle d’un air bougon.
  • Que de répartie ! s’exclama-t-il, jouissant de ces derniers mots. Mais ma principale question, la voici : Qu’est-ce que ça te fait de savoir que ton frère est ami avec les autres “Richess” ? Oh… Ma belle, tu n’es pas au courant ? continua-t-elle en lui découvrant de l’incompréhension.
  • Pourquoi est-ce qu’il… C’est insensé…
  • Tu ne me crois pas ? Viens donc. Viens observer cet affront de tes propres yeux, l’invita-t-il en la guidant jusqu’en dehors du bâtiment.

Dans leur coin habituel de la cour, le groupe entier profitait de retrouvailles pour se raconter leurs vacances respectives. En découvrant son frère proche de tous les autres Richess, elle ne put que voir la vérité en face. Des idées machiavéliques traversaient son esprit étriqué. Fâchée, elle abandonna Kyle et Leroy pour jeter des regards noirs à l’ensemble du groupe faisant mine de se rendre aux toilettes. Le blondinet se tourna alors vers sa deuxième cible du jour :

  • Maintenant que nous sommes seuls… Leroy, puis-je te poser une question ?
  • Dégage, répondit-il immédiatement, ténébreux sous sa capuche.
  • Huuum, j’adore qu’on me donne du fil à retordre ! frissonna-t-il, encore. Non, je suis simplement curieux d’une chose… Quel est ton animal préféré ?

Leroy pencha la tête. Qu’est-ce que c’était que cette question de merde ?

  • Vois-tu, je trouve que c’est souvent représentatif de la personnalité d’une personne…
  • Le chat. J’aime bien les chats, le coupa-t-il d’un air certain.
  • Ooooh, ça te va bien. Je vois… Donc nous avons un chat et un tigre, fit-il en gribouillant sur son calepin tout en souriant. Je me demande à qui correspondent les autres ? Ah oui, j’en sais plus que tu ne le crois. Passe une bonne première journée, chaton, conclut-il en lui jetant un signe depuis sa tempe.

Se retrouvant seul, le petit Dan’s resta cloué sur place. Avait-il bien entendu ? Que sous-entendait-il ? Qu’est-ce qu’il savait exactement ? Était-il au courant des surnoms qu’ils s’étaient tous donnés à l’époque ? Des noms de code pour chacun des membres du gang du Diable Blanc ? Si Tiger s’était toujours fait appeler de cette manière, personne d’autre à part ses amis et Kimi ne le connaissait sous l’identité du “chat”. Nom qu’elle avait elle-même choisi, seyant parfaitement à sa personnalité. S’il détenait cette information, la seule façon dont il aurait pu l’obtenir, c’est en découvrant la fresque peinte au quatrième étage du Lycée Gordon, sur laquelle apparaissait chacun de leurs totems. Mais comment aurait-il pu… ? Et si c’était lui qui s’était infiltré dans leur école ce soir-là ? Impensable… Quelque chose clochait. Il avait envie de courir vers Kimi pour la prévenir, mais s’il la rejoignait maintenant et que Kyle avait des doutes, ce serait d’autant plus suspect. Surtout qu’elle semblait tellement contente depuis son point de vue. Finalement, il hésitait même à lui dire, au risque de gâcher sa journée et celles à venir. Elle avait été claire sur le fait qu’elle ne voulait plus en entendre parler. Leroy regrettait amèrement d’être tombé dans le piège du journaliste et d’avoir répondu à cette question aussi facilement. Il venait d'apprendre sa toute première leçon à Saint-Clair : aucune approche de ce Kyle n'était anodine.

***

Les regards médisants de Lysen Makes ne passèrent pas inaperçus aux yeux de ceux qu’elle avait maudit :

  • Elle ne semble vraiment pas de bonne humeur, lâcha Kimi. J’espère qu’ils s’entendront avec Leroy.
  • N’en attends pas trop d’elle, c’est une peste… marmonna Sky, ennuyé.
  • Tel frère, telle sœur !
  • C’est ça ouais...

Le groupe remarquait bien l’espèce de tension régnante entre ces deux-là et que c’était Kimi qui tenait les cartes en mains. Selim et Nice se câlinaient assis sur le banc tout en appréciant la guéguerre qui se jouait. La toute petite se tracassa pourtant d’une chose :

  • Tu n’as pas peur qu’elle… raconte tout à tes parents ? demanda-t-elle avec précaution, ne voulant pas critiquer la petite sœur de son amie.
  • Si… Mais je trouverais bien un moyen de la faire taire, répondit-il, tout de même inquiet.

Sa réponse jeta un froid. Aucun d’eux ne voulait que la vérité soit exposée.

  • Eh bien, on peut dire que cette année s’annonce mouvementée ! s’exclama Laure pour briser le silence. Entre l’apparition de vos petits frères et sœurs, Kimi qui est clairement devenue une star…
  • Arrête, rit-elle en rougissant presque lorsqu’elle vint la taquiner.
  • Et est-ce qu’on peut parler du look de Loyd siouplait ! s’écria Selim en se relevant d’un coup et en le pointant du doigt.

Ce dernier revenait du secrétariat, faisant tourner les têtes sur son passage. Il était tellement classe dans son ensemble qu’il était devenu le centre des discussions. Un petit sourire le gagna, satisfait.

  • J’ai la sensation qu’on parle de moi… lâcha-t-il en les rejoignant, puis en enfuyant ses mains dans les poches de son pantalon en toile.
  • Il fait trop le malin ! s’exclama Faye qui se fendait la bille.
  • Je crois qu’il essaye surtout de nous faire de l’ombre, ajouta Alex qui appréciait clairement ce soudain épanouissement.
  • En tout cas, je trouve que ce nouveau style te va très bien, le complimenta Nice.
  • Nouveau ? fit-il en levant un sourcil d’un air coquin. Mais je ne vois pas de quoi vous voulez parler.

Derrière son visage d’ange, ses yeux clairs, ses cheveux blancs argentés et son immense gentillesse, Loyd avait toujours eu un côté espiègle. Mais il était particulièrement exacerbé en cette rentrée. Il menait en bateau Nice qui devint toute gênée avec brio :

  • Est-ce que tu insinues qu’avant… je n’étais pas un beau garçon ? Que je ne savais pas m’habiller ? Je suis blessé, dit-il en portant une main sur son torse tout en continuant pourtant de lui offrir un charmant sourire.
  • Ce n’est pas ce que je… Tu as toujours été mignon, mais là, tu es… bafouilla-t-elle sous les yeux ronds de Selim qui le prenait également à la rigolade.
  • Oh, je te remercie, répondit-il en glissant un doigt sous son menton.

Agréablement surpris, mais aussi choqué, les garçons s’exclamèrent entre eux tandis que Selim attrapait Nice dans ses bras dont les joues s’enflammaient d’embarras.

  • Alors là, pas touche mec !
  • Je suis bien d’accord ! l’accompagna Faye.
  • Propriété privée, en rajoute une couche Alex qui avait un amour tout particulier pour la plus petite d’entre eux.
  • C’est l’Égypte qui l'a rendu fou, fit Kimi.
  • J’avoue, qu’est-ce qui a bien pu se passer là-bas pour que tu reviennes sans tes lunettes ? Toi et les Égyptiennes… Hum ? le taquina Sky en s’accrochant à son cou.
  • Voyons, il y a des questions qui ne se posent pas, continua-t-il de plaisanter. Est-ce que je te demande le nom de toutes les filles que tu as embrassées ?

Cette réflexion eut bon de le mettre mal à l’aise, riant jaune tandis que Loyd rigolait fort. Il ne pouvait pas faire référence à Laure, mais c’est le premier prénom qui lui vint en tête. Cette dernière semblait également un peu confuse.

  • C’est quoi cette tête ? Tu as des choses à cacher, Sky ? fit-il en l’empoignant par les épaules toujours avec un grand sourire.
  • T’es con… répondit-il, nerveux malgré lui alors que tout le monde se prêtait au jeu.
  • Plus sérieusement. Ce serait bien qu’on fasse un premier conseil des sept. Enfin des “sept”, plus un, envoya-t-il un clin d’œil à Kimi. Et sans Kyle, si possible, on a pas besoin de lui. Que diriez-vous de vendredi pendant notre heure de fourche ?
  • Déjà ? Tu as des choses à nous dire ? s’étonna Laure qui se voyait voler son rôle.
  • Après deux mois sans se voir, je trouve que c’est une bonne idée de faire une réunion, oui.
  • Ah, hum… D’accord…
  • Qui a-t-il ? Tu ne penses pas pareil ?
  • Si, bien sûr, c’est juste que… Habituellement, c’est moi qui réunis tout le monde pour les conseils. Je suis surprise que tu proposes…
  • Aaaaah, je vois. Ça te chamboule que je prenne les devants ? lui posa-t-il la question comme une information.
  • Non, c’est…
  • Il va falloir t’habituer, répondit-il plus froidement en la fixant droit dans les yeux.

Tout comme le reste du groupe, Laure se figea sous la pression de son regard glacial et vide pour un instant. Sa voix avait pris un ton extrêmement coupant également. Soucieux, ils attendaient que la blague prenne fin. Toujours les mains dans les poches, Loyd pouffa et détendit tout le monde :

  • Les gars ? Je plaisante ! se pencha-t-il, tordu de rire.

“Ou pas”, ajouta-t-il pour les faire tourner en bourrique.

Annotations

Vous aimez lire Redlyone ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0