Chapitre 14 : Les nouveaux humains

12 minutes de lecture

Cela faisait déjà un mois que nous étions revenus au palais de Xaltar après notre semaine au bord de la mer. Gred s'était rapidement habitué à la vie d'ici et nous pouvions faire plus de chose durant nos journées. Il y avait donc un peu plus de vie, Gred aimant bien me taquiner de temps en temps, surtout depuis que Xaltar lui avait autorisé, seulement quand il n'y avait pas d'invité au palais bien sûr.

Le bâtiment qui se trouvait en face de l'écurie des Etax était aménagé à l'intérieur, permettant à de futures personnes de pouvoir y vivre. Il y avait douze chambres avec chacune un lit double, une douche et des toilettes. Une grande salle à manger collective s'y trouvait avec un espace cuisine. Il y avait une salle de bain collective qui comportait un grand bain, un peu plus grand que celui du palais. Une bibliothèque encore vide pour le moment avait été mise en place, les achats se feront en fonction des personnes. Il y avait également deux salons de détentes qui avait une vue sur un petit espace jardin à l'arrière du bâtiment.

C'était ici que Gred dormira si un futur humain arrive lors du prochain conseil. Le bâtiment servira à l'accueil de ceux-ci, pouvant en accueillir vingt-deux au maximum, ou même vingt-trois si un osait dormir aux côtés de Gred. D'ailleurs ce dernier avait déjà choisi sa chambre et y avait installé quelques affaires. Il avait une chambre au palais, comme tous ceux qui y travailleront mais ayant accepté de prendre en charge les humains arrivant, il ira rejoindre le nouveau bâtiment et donc n'aura plus de chambre au palais après ça.

Depuis qu'il avait accepté l'offre de Xaltar, tous les mardis et jeudis matins, je lui parlais de la vie que nous avions sur Terre, ce que nous faisions, nos habitudes, afin qu'il puisse mieux comprendre les futurs humains. Il avait été très intéressé et à chaque fois sa main était posé sur mon bras pour mieux comprendre ce que je ressentais en expliquant certaines choses. Quand j'avais parlé de Loann pour expliquer une séparation avec quelqu'un que j’appréciais, j'étais passé par plusieurs émotions et il avait compris que c'était quelque chose de difficile pour nous.

Syar avait été ravi de pouvoir partager ses connaissances avec Gred, ils s'entendaient vraiment bien tous les deux. Son arrivée au royaume avait vraiment apporté quelque chose de positif même si Xaltar avait eu un peu de mal au début, un peu jaloux de me voir aux côtés du Waps en train de rire ou de lui parler de ma vie et qu'il puisse tout ressentir de mes émotions lors de ces moments.

Durant deux semaines j'avais passé tous les mardis et jeudis après-midi avec lui dans son bureau, assis sur ses jambes. Quand j'avais découverts sa jalousie, j'avais été heureux car je savais que j'avais fait le bon choix en me liant avec lui.

Le temps continuait de s'écouler tranquillement, j'avais réussi à gérer mon comportement en fonction des situations. Quand nous étions seuls au palais, je pouvais être normal, être moi-même, taquiner les trois Métiliens. Et quand nous avions de la visite je savais me comporter avec beaucoup de respect sauf en certaines situations lorsque Xaltar me le demandait ou bien qu'il y avait un manque de respect envers mon compagnon ou moi-même, là j'avais le droit d'intervenir mais sans parler afin de déstabiliser la personne. Xaltar se faisait un plaisir de les remettre en place après ça.

- Je dois partir toute la journée demain.

- Pourquoi ? demandais-je alors que j'étais assis sur lui, laissant mon livre de côté.

- Ça fait combien de temps que tu es ici ?

- Et bien... on est en août donc... un an ! Ça fait un an que je suis ici donc c'est le conseil...

- Exactement. Cette année je compte y aller, Syar tient à m'accompagner quand même donc tu restera avec Gred.

- D'accord, ça serait cool qu'un humain réagisse à toi. J'ai une bonne amie, Eleanor, qui passe au conseil cette année, je me demande avec qui elle sera. Tu pourras te renseigner s'il te plaît si elle n'est pas avec toi.

- C'est contre le règlement Ethan... mais je peux bien faire ça, juste pour cette fois. Sinon tu ferais en sorte de le savoir avec mes frères... je te connais bien maintenant.

Il me fit un chaste baiser et m'a légèrement souris. Je suis resté avec lui le reste de la journée, profitant du calme et espérant qu'un humain rejoigne le royaume. Au moment de dormir, vers trois heures du matin, Xaltar me prit beaucoup d'énergie mais en trois fois afin de ne pas me faire trop souffrir. Il m'a presque tout prit, j'allais prendre du temps, plusieurs heures a tout récupérer et j'ai compris pourquoi nous étions aller dormir si tard. Il voulait que je passe une partie de la journée à dormir. Nous n'avions jamais été séparé mais l'être seulement quelques heures n'allait pas me tuer.

Quand je me suis réveillé le lendemain, j'étais seul dans le lit et le soleil devait déjà être haut dans le ciel vu la lumière qui passait à travers les rideaux. Je me suis préparé tranquillement et je suis descendu rejoindre Gred qui préparait le repas du midi pour nous deux.

- Salut Gred, dis-je en souriant.

- Bonjour Ethan, bien dormis ? Xaltar m'a prévenu hier que tu risquais de te lever tard. Il avait raison, il est midi passé.

- Oui, il a fait en sorte que je dorme un bon moment... de toute façon on a le droit de se reposer aujourd'hui.

Je l'ai aidé pour finir le repas et nous avons mangé dans la cuisine, étant seulement tous les deux. Nous avons discuté tranquillement, notamment du premier mur d'enceinte qui était totalement rénové et de la verdure qui recommençait à pousser autour de celle-ci. L'enclos extérieur des Etax était également verdoyant contrairement au mois dernier où nous donnions encore du foin à ces créatures. Deux maisons avaient également été construite en dehors du mur et deux Métiliens y vivaient, voulant profiter du calme et non lié à Xaltar pour le moment, ils aidaient à l'entretien notamment au travail du sol pour commencer quelques cultures. J'ai passé le reste de la journée dans la bibliothèque à bouquiner, allant également faire un tour dehors, profitant du beau temps.

Vers 18h, je me promenais tranquillement dans les jardins quand deux bras m'ont entourés puis retournés et avant que je ne puisse faire quoi que se soit, des lèvres se sont posées sur les miennes. Je fus un peu surpris sur le coup mais ne prit pas bien longtemps à répondre au baiser de mon compagnon.

- Tu m'as manqué Ethan... c'est ennuyant le conseil, dit-il après avoir mit fin au baiser.

- C'est une fois dans l'année, tu vas survivre, dis-je en riant légèrement. Alors comment ça s'est passé à part être ennuyant ? Et où est allé Eleanor ?

- Deux humains m'ont rejoins, ça m'a un peu perturbé, Syar lui était très content. Les deux ont eu peur de moi par contre... et ton amie a rejoins Xord.

- Ils vont rapidement voir qu'ils n'ont pas à avoir peur de toi. Je suis contente pour elle, et puis n'importe lequel aurait été bien, à force de les voir je fini par les apprécier.

- Ethan ! Dit une voix en criant au niveau de l'entrée du jardin. Ils sont rentrés !

Gred arriva rapidement et il se stoppa en voyant Xaltar qui ria légèrement.

- Je sais Gred, mais merci de prévenir, dis-je en riant.

- Gred, tu peux aller rejoindre Syar dans le bâtiment, il est avec les deux humains que j'ai ramené, ils sont fatigués donc donne leur à manger et emmène les à leur chambre. Ils viennent du même village, ils peuvent dormir ensemble.

- Oui d'accord.

Il est donc parti rapidement. Xaltar m'a porté et j'ai automatiquement enroulé mes jambes autour de ses hanches. Nous sommes rentrés dans le palais et il a directement prit la direction du bain. Nous avons passés un bon moment dans celui-ci avant d'aller manger avec Syar.

- Ethan, je pense que demain tu pourras aller leur parler, sans Xaltar. Ça les aidera, ils ne vont pas être comme toi car étant le compagnon de ce dirigeant grognon tu as pu facilement t'y faire. Et étant le premier ça a facilité aussi car nous avons plus été à tes côtés.

- Ouais... mais j'ai quand même plus souffert à mon arrivée. Souffrir lors du transport entre la Terre et Métila, puis me retrouver seul, me prendre l'aura de Xaltar en pleine face, devoir le nourrir seul, affronter ses frères...

- Oui bon tu as fini ? C'est du passé maintenant, tu aurais voulu que ce soit différent ? me demanda Xaltar.

- Je ne sais pas... ça ne m'importe pas car je suis heureux maintenant et bien à ma place.

Ma réponse a satisfait les deux Métiliens. Nous avons mangés tranquillement en discutant de la journée. Quand j'ai dis que j'avais passé celle-ci à dormir et lire, aucun des deux fut surpris. A l'heure de dormir, je n'étais pas très fatigué alors Xaltar s'est nourrit copieusement mais bien moins que la fois précédente. Je me suis donc endormis rapidement contre lui.

Le lendemain matin, vers 9h, je suis allé rejoindre Gred dans le bâtiment qu'on appelait maintenant dortoir.

- Salut Ethan, je suis content que tu viennes. Je vais te laisser aller les rejoindre, ils sont dans le premier salon.

- Ils ont bien dormis ?

- Syar leur a donné une lotion qui les a fait dormir, ils étaient trop stressés pour ça. Et encore ils n'ont pas un accueil comme dans les autres royaumes...

Je suis allés les rejoindre. Ils étaient assis sur un canapé, une tasse de chocolat chaud devant eux. Je me suis approché doucement pour ne pas leur faire peur.

- Bonjour... dis-je d'une voix douce.

Les deux humains ont tournés leur tête vers moi et m'ont détaillé du regard. L'un était plus grand et plus musclé, des yeux sombres qui contrastaient avec ses cheveux blond. Le deuxième avait des cheveux noir et de magnifiques yeux verts. Le plus grand semblait protéger l'autre, ils semblaient bien se connaître.

- Tu... tu es un humain ? demanda le plus grand des deux.

- Oui, je m'appelle Ethan, je suis ici depuis un an. Comment vous appelez-vous ?

- Je m'appelle Anthonin et lui c'est Mark, il est timide. Nous venons du village Frègea.

- Bienvenu à vous sur Métila maintenant. Ici nous sommes dans le royaume de Xaltar, le dirigeant que vous avez rencontré lors du conseil. Il peut faire peur mais ne vous inquiétez pas, il est... juste et attentif. Vous n'avez rien à craindre, vous aurez le temps qu'il faudra pour vous habituer. Nous sommes les trois seuls humains sur son royaume mais ne vous inquiétez pas les deux autres Métiliens qui vivent au château sont là pour vous. Et moi aussi, je suis disponible si vous avez besoin de parler. Vous passerez un moment ici avec Gred, ils vous aidera à comprendre le fonctionnement du royaume, ce qu'on attends de vous et faire en sorte que tout ce passe bien. Vous n'êtes pas des esclaves, comprenez bien ça.

- Il n'y a pas d'autres humains ? Pourquoi ?

- Gred vous l'expliquera en temps voulu ou je vous l'expliquerais plus tard. J'ai été le premier à arriver ici, seul et je m'en suis bien sortis, je suis très heureux maintenant. Ça a été assez rapide pour moi mais il faut le faire à votre rythme, personne ne vous forcera.

Xaltar a choisi ce moment pour arriver. Je l'ai deviné en voyant les deux humains regarder au dessus de mon épaule, la peur passant dans leurs regards. Vu qu'il devait contrôler son aura, je ne le sentais plus arriver, je n'aimais pas ça. Il passa une main sur mon ventre et exerça une pression pour me coller contre lui. J'ai légèrement souris et posa ma main sur la sienne.

- Tu es têtu... on t'avait dit de pas venir...

- Je sais mais Syar pense qu'au final c'est mieux que je viennes.

- N'ayez pas peur de Xaltar. Et pour information je suis son compagnon, c'est quelque chose qu'on ne choisi pas... enfin j'avais quand même le choix mais je ne peux tout simplement pas m'imaginer vivre sans lui. Vous trouverez peut-être une situation similaire avec un Métilien plus tard. Pour information, vous devez l'appelez maître Xaltar, c'est un signe de respect.

Xaltar est allé s'asseoir sur un canapé en face des deux humains qui ne le quittaient pas du regard. Je suis venu m'asseoir sur ses jambes et nous avons pu commencer à discuter avec eux. Xaltar avait posé directement la main sur mon ventre, sous le tissus, ce qui n'avait pas échappé aux deux jeunes. Il m'avait prit deux fois de l'énergie, s'amusant sûrement ou alors il s'ennuyait. Nous sommes partis après deux heures de discussion, qui avaient été bénéfiques pour les deux nouveaux.

- Tu t'ennuyais ? lui demandais-je quand nous sommes sortis du dortoir.

- Oui... et puis j'avais prévus autre chose pour aujourd'hui.

- Tu avais prévu quoi ?

- J'ai un gros travail de préparation à faire pour aider ces deux humains à trouver ce qui pourrait leur correspondre.

- Moi je n'ai pas eu ça, j'ai dû me mettre au ménage, au repas, au jardinage, dis-je en grimaçant.

- Oui mais toi c'était différent... là ils ne sont pas destinés a continué de vivre au palais, me dit-il en souriant face à ma précédente grimace.

- Pourquoi ? Moi je l'étais ?

- Oui car tu étais le premier... mais maintenant tu es mon compagnon donc c'est encore mieux.

- Et pourquoi tu ne leur fait pas vivre la même chose. La même routine que j'ai eu pendant plus d'un mois pour tout bien apprendre ? Ils ne sont que deux et après tu verras.

- Oui ça peut être une bonne idée.

J'ai eu le droit à un sourire de sa part et nous sommes partis à nos occupations. Je suis allé m'occuper des Etax, les sortants dans le champ pendant que Xaltar retournait à son bureau.

Durant les jours qui suivirent, nous avons eu les deux humains à venir travailler au palais, avec Gred, Syar ou moi-même. En peu de temps nous avons été d'accord sur certains points. Anthonin était fait pour des travaux à l'extérieur, il aimait beaucoup le grand air. Mark était plus réservé et ce qui lui faudrait c'est trouver un Métilien à ses côtés qui soit attentif à lui et doux. Il faisait tout ce qu'on lui demandait en faisant de son mieux et quand une fois Gred avait haussé trop sa voix grave il s'était renfermé sur lui-même. Il avait donc passé deux jours avec Gred pour qu'il se sente mieux et apaiser.

Nous avons passés beaucoup de temps à leur côtés pour leur apprendre tout ce qu'ils devaient savoir pour bien s'intégrer au royaume et les différentes tâches à faire afin qu'ils deviennent autonomes. Après un mois ici, Anthonin ne s'occupait plus que des travaux extérieurs, souvent avec moi ou seul. Mark restait avec Gred et faisait diverses tâches mais plus en intérieur.

Deux maisons supplémentaires avait été construite, le royaume se développait doucement car Xaltar pouvait plus se nourrir de mon énergie, j'en avais besoin de moins, ayant moins de travail à réaliser depuis l'arrivée des deux humains. J'ai pu commencer à apprendre quelques notions des différentes politiques des royaumes ainsi que leurs histoires, Xaltar était mon professeur et il était strict. J'avais donc appris qu'il avait 997 ans ! Il approchait des mille ans ! A côté de ça j'étais vraiment très jeune ! Heureusement qu'il avait le physique d'un homme d'une vingtaine d'année et pas celui d'un vieil homme de son âge. Il m'avait dit que Xineas avait passé les milles ans. Ça m'avait vraiment surpris. Vers cent ans, ils avaient créés les royaumes avec les Métiliens puis trois cents ans après ils étaient venus sur Terre et les humains ont commencé à venir.

Xaltar n'avait jamais été nourrit par quelqu'un qui le désirait jusqu'à ce que j'arrive. Il avait du prendre de force de l'énergie au début mais avait arrêté car il ne voulait plus se nourrir en forçant quelqu'un à le faire. Il m'avait appris qu'ils étaient les cinq derniers Xylt, leur ancienne planète avait été détruite et ils avaient trouvé refuge sur Métila. Puis d'autres espèces sont arrivés petit à petit pour peupler la planète. Au début il n'y avait pas les royaumes et personnes pour gérer, c'était devenu ingérable et des guerres avaient éclaté. Les cinq frères avaient donc utilisé leurs forces et leurs auras pour calmer les guerres et faire régner la loi. Ils étaient devenus les dirigeants respectés de Métila, construisant par la suite les cinq royaumes dont ils auraient la charge.

Quand ils avaient découverts l'espèce humaine, au début ce n'était que de plus grandes sources d'énergie et les humains étaient plus manipulables que les autres espèces. Les premiers humains ont plus souffert, ont été maltraité. Ils ont décidé que ça devait cesser et ils ont changés leurs manières de voir les choses et ont créé le capteur qui contenait un peu de leur aura, permettant de voir les humains qui réagissaient à eux. Ceux-ci leur donnant plus d'énergie. Il avait fallut du temps pour comprendre les humains, trouver leur place alors qu'ils étaient les êtres les plus faibles de Métila. Mais ils avaient réussi et les humains se sont fait respectés bien que sous les ordres d'un Métilien. Les humains appréciaient la vie sur Métila et les Métiliens avaient appris à les accepter à leurs côtés.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Bob Pollen

-Allez c'est l'heure
-Attendez!
-Quoi
-Je veux pas qu'on y passe la journée mais vous avez vérifié le réseau?
-Oui
-Les câbles?
-Aussi
-Les tableaux?
-Ils sont ok
-Le médecin est-il là?
-Affirmatif
-On y va alors?
-Oui
-Bon courage!
-Egalement

7
3
0
0
Princesse40

Le chat...
Cet élégant animal familier
Tantôt casanier tantôt indépendant
Miaulant ses humeurs 
Exigeant animal 
On ne sait jamais avec lui
Qui est le maître 
Souvent c'est lui quoiqu'on en dise
Un beau manipulateur 
Très malin il sait y faire 
Tout obtenir 
Caresses, mots doux et plus que ça 
S'approprier toute la maison
6
6
0
0
Défi
SALGRENN

Le lieutenant Columbo n'en croyait pas ses yeux fripés de cocker…
Les huit cadavres étaient pourtant bel et bien là devant lui, soigneusement alignés par ordre de taille…
Le père tout d'abord, puis la mère suivie de ses six enfants, du plus grand au plus petit. Il manquait simplement le dernier dans cette mare de sang déjà coagulée. Et pour cause, d'après les premiers constats il n'y avait aucun doute : c'était sûrement lui qui avait fait le coup…
— On va le retrouver ce p'tit enfoiré ! On va le retrouver, ça vous pouvez en être certain Barnaby !
Car Barnaby était là aussi. Pour cette affaire hors du commun on avait appelé du renfort d'un peu partout. Et devait pas rester grand monde au 36 quai des orfèvres ou bien à Scotland Yard. Même cette grande folle dingue avec sa chapka constamment visée sur la tête avait fait le déplacement pour voir le massacre. Le célèbre Sherlock Holmes relevait déjà des indices précieux…
— Chausses du 36 le saligaud… ! Very funny but it's not usual du 36 pour un serial killer !
— Mais… N'est-ce pas normal à dix ans et demi… ?!
— Ouais… Perhaps…
On avait fait venir des chiens aussi.
Toute une floppée qui vous reniflaient dans tous les coins en remuant frénétiquement la queue. Des bergers belges malinois qui sont toujours les meilleurs pour cela, et tous les spécialistes des chiens-chiens à sa mémère seront entièrement d'accord là dessus. Très intelligents les bestiaux, et bien souvent, beaucoup plus que leurs maîtres d'après les statistiques…
— Chef… L'est sûrement parti par la forêt ! Je crois bien que les chiens ont flairé quelque chose…
Nous voilà donc qu'on se barre tous aussi sec, et à fond de train dans les bois. Dans la cabane, restent plus que deux ou trois sbires, tout habillés de combinaisons blanches, et qui passent des grandes serpillères humides sur le parquet pour nettoyer toute la scène de crime.
Au beau milieu de la forêt profonde, les gars décident de faire une pause, car cela fait déjà trois bonnes heures que l'on court ainsi, à en perdre haleine, derrière ces putains de clébards.
Maigret s'allume une pipe, Barnaby sort sa fiole de whisky old Glenmore and Sherlock son violon pour nous jouer une sérénade, tandis que cap'tain Marleau pisse debout derrière un arbre recouvert de mousse.
— Vous croyez qu'il a déjà réussi à passer en Suisse ?
— Possible…
Le chocolat étant très certainement le mobile du crime –on avait retrouvé des boulettes de papier d'alu qui emballe les Kinder-surprise disséminé tout le long du sentier– fallait donc bien se douter que le gamin chercherait forcément à se planquer par là-bas, pays de cocagne de la chocolaterie s'il en était.
— Galope drôlement vite ce salopiot… ! Merde ! Ils ont la santé à c't'âge là !
S'il ralentissait un peu la clope maïs le commissaire Bourret, cracherait peut-être un peu moins ses poumons aussi…
Vl'a qu'on repart. Faudrait se magner le rondin parce qu'il ne va pas tarder à faire nuit maintenant.
— Z'avez pas entendu… ?
— Quoi… ?
— …Les loups ! Pas entendu les loups qui hurlaient là… ?!
— Canis Lupus… Le loup gris commun d'europe…
Notre ami Sherlock, il ne peut jamais s'empêcher de ramener sa science à tout bout de champ. Il en deviendrait presque chiant à force.
Finalement, on s'est arrêté dans une petite auberge qui était située au beau milieu d'un clairière. Et recommandée par le guide du Routard ce qui ne gâchait rien. L'établissement, tenu par un vieux couple très propres sur eux, ne payait pas de mine, mais on a bien bouffé quand même.
Et on a bien picolé aussi.
Peut-être même un peu trop pour certains, car cela s'est terminé en bagarre générale, juste après le dessert…
Columbo qui saignait fort du nez a fini par sortir son flingue, un remington calibre 38 avec une crosse en nacre véritable qu'est toute jolie, et nous a tiré une salve en l'air pour que le calme revienne. De vrais gamins.
Ensuite, on est tous allés se coucher dans le foin.
Ça grattouille un peu quand on n'est pas habitué, mais on s'y fait assez rapidement surtout lorsque l'on est bien crevés comme nous l'étions. Un sacré roupillon que l'on s'est payé même, parce le lendemain matin à neuf heures, personne n'était encore debout.
Il est vrai que dans notre boulot, on a rarement le temps de faire la grasse mat', alors on en a profité un peu. Et puis l'air de la campagne nous avait fait du bien à tous, qui sommes le plus souvent enfermés dans des bureaux, à taper des rapports criminels ennuyeux au possible. Alors c'était l'occasion ou jamais de décompresser un peu.
Bref…
On s'est remis en route vers quinze heures, quinze heures trente, aprés avoir petit-déjeuné et  déjeuné dans la foulée. La patronne de l'auberge nous avait préparé une daube aux morilles, qui est sa spécialité, et il aurait été idiot de ne pas en profiter.
Dès le début, on a vu tout de suite que les chiens n'avaient plus du tout la gnaque… Ils commençaient sûrement à en avoir plein les pattes. Nous aussi, quelque part.
Alors, comme les pauses devenaient de plus en plus nombreuses, et longues, le commissaire Navarro, qui était le plus âgé d'entre nous, mais aussi le plus ancien dans le grade le plus élevé, a décidé de tout arrêter. À vrai dire un peu la mort dans l'âme tout de même, parce que c'est un sacré professionnel, le père Navarro, quoi qu'on en dise dans le télé Z de la semaine dernière.
— Bon… Je crois qu'on va laisser tomber les gars ! Parce que sur la tête de ma mère, la vérité que ce n'est pas humain de faire endurer ça à ces pauvres chiens !
Un bus, bien climatisé, est venu nous chercher rapidement pour ne pas avoir à se retaper toute la traversée de la forêt profonde. Sur le retour, on a chanté tous en chœur "Plus vite chauffeur !" et l'ambiance était vraiment au top. Sherlock a joué de son instrument, et la Marleau, qu'est pas bégueule pour un sou celle-ci, nous a fait un stripe dans les règles de l'art. Alors vrai que l'on s'était bien marré, et comme a dit Barnaby, lui qui se faisait toujours drôlement chier à la maison avec sa femme, qui n'en rate pas une pour lui casser les pieds, pour ne pas dire autre chose de beaucoup plus vulgaire : —Il faudrait que l'on recommence l'expérience plus souvent non… ?!"
Retour donc à la cabane sanglante en fin de journée, où pendant notre absence, les petits gars de la propreté scientifique avaient bien bossé, et tout nettoyé du sol au plafond. Sûr que l'on y voyait beaucoup plus clair maintenant dans cette histoire.
Et surtout qu'ils avaient finalement retrouvé le petit criminel, bien caché dans un placard à balais…
— L'aurait fallu peut-être mieux fouiller le baraque… que nous a sorti l'inspecteur Harry que l'on n'avait pas entendu encore jusque là, mais qui cause pas très bien le français non plus, il faut dire.
Le petit chose de mes deux a avoué tout de suite ses horribles crimes, ce qui nous a permis de gagner pas mal de temps pour résoudre l'affaire, surtout que l'on était un vendredi soir, et qu'évidemment personne ici n'avait envie de faire des heures sup' une veille de week-end.
On a tout de suite fêté ça comme de bien entendu, en ouvrant quelques bonnes bouteilles de champagne millésimées, que l'on a trouvé dans la cave, et où il y avait également un ogre qui se planquait bien dans le noir, et depuis pas mal de temps…
Mais ceci est une autre histoire…
6
6
9
5

Vous aimez lire Sevkookie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0