Chapitre 12 : Le royaume de Xuan

16 minutes de lecture

Nous sommes arrivés directement dans une pièce éclairée par des bougies. Ça devait être la chambre puisqu'un lit en bois sculpté se trouvait là, avec la présence d'un fin tissus bleu ciel utilisé pour drap. Toute la pièce était en bois et deux ouvertures s'y trouvait, une fenêtre sur un côté de la chambre et l'encadrement comme pour laisser place à une porte qui ne s'y trouvait pas. C'était très chaleureux et j'aimais beaucoup.

- L'endroit te plaît ? C'est ma maison dans le royaume de Xuan, seul celui-ci dors au palais, et quelques humains ou Métilien qui y travaillent. Comme ça nous avons plus de tranquillité.

- Oui j'aime beaucoup. Je suis sûr que ça sera plus beau quand il fera jour ! dis-je avec un sourire. Je peux aller voir le reste de la maison ?

- Non, seulement demain, pour le moment allons dormir. Un peu de patience Ethan, dit-il avec un sourire.

Nous nous sommes donc déshabillés et sommes allés nous coucher. Le matelas était confortable et le drap très doux, c'était très bien. Je me suis blottis contre Xaltar.

- Tu vas avoir chaud si tu restes blottis contre moi cette nuit. Dans ce royaume la température est plus élevée.

- Pas grave... je préfères être contre toi...

Sa main passa dans mon dos et il me fit de douces caresses jusqu'à ce que je m'endorme. Le lendemain matin, je me suis réveillé tranquillement mais en sueur, je puais la transpiration.

- Bonjour Ethan. Tu vois je t'avais dis que tu aurais eu chaud.

- Bonjour... oui mais j'aurais eu chaud même sans toi à mes côtés, tu ne m'apportes pas la même chaleur... on peut aller prendre un bain avant de manger ?

- Oui bien sûr, dit-il en se moquant légèrement de moi. Et ne t'inquiète pas, pendant la journée je m'occuperais de réguler ta température pour que tu n'ais pas trop chaud, mais tu vas t'y habituer.

Xaltar s'est levé et j'ai fais de même. Nous sommes sortis de la chambre, arrivant à une pièce principale où se trouvait un petit coin salon, une table pour les repas à côté d'un espace cuisine délimité par une petite cloison. Les murs et le sols étaient en bois ainsi que la majorité des éléments présents. J'avais voulu voir le paysage à travers la fenêtre mais il m'avait attrapé la main avant que je puisse y aller.

Nous sommes allés dans la salle de bain, qui était séparé de la pièce principale par un simple rideau, la salle d'eau était beaucoup plus petite que ce que j'avais vu jusqu'à présent ici et il n'y avait pas de bain mais une douche.

- On ne va jamais passer tous les deux sous la douche... dis-je en le regardant.

- Ça va être un peu compliqué mais on va réussir à se laver, chacun notre tour.

- Oh... dis-je un peu déçu de ne pas pourvoir en profiter avec lui.

- Tu m'as mal compris, dit-il en riant légèrement. Je vais te laver mais je ne pourrais pas être sous l'eau en même temps.

- Oh d'accord, oui je préfères, affirmais-je avec un sourire.

Oui j'avais bien changé, maintenant j'aimais ses marques de tendresses lors des bains alors qu'avant je ne voulais même pas me montrer torse nu. J'ai allumé l'eau ce qui me fit tout de suite du bien,  pour enlever toute cette couche de sueur de la nuit précédente. J'ai fermé les yeux pour plus apprécier et j'ai sentis Xaltar qui commençait à me laver. Je me suis laissé faire et une fois propre nous avons inversé les rôles.

- Baisse-toi, tu es trop grand pour que je te lave les cheveux.

Il a donc plié les genoux pour que je puisse le faire. J'ai fini par le rincer puis nous nous sommes enroulés dans une serviette pour nous sécher. Pour vêtement nous avons prit quelque chose de léger vu la chaleur qu'il faisait. Xaltar avait un pantalon bleu nuit mais très fin, moi j'avais un haut fin blanc et un short court assortis au haut. Nous avons pu retourner dans la pièce principale et je suis allé directement voir le paysage.

- C'est... c'est la mer ! dis-je presque en criant et tellement heureux.

- Oui c'est ça, tout le royaume est au bord de l'eau.

- C'est magnifique ! On peut y aller ? dis-je en me tournant vers lui et le regardant dans les yeux.

- Après manger oui, mais il faut que tu prennes des forces avant de sortir. Et non ce n'est pas négociable.

J'aurais aimé aller marcher sur le sable maintenant, je ne l'avais jamais fait et je n'avais jamais vu la mer en vrai avant aujourd'hui. Nous sommes donc allé manger des fruits juteux et vraiment bon puis nous avons pu sortir. Xaltar m'autorisa à partir devant lui pour rejoindre la plage et je suis partis en courant, venant découvrir la texture du sable sous mes pieds. C'était très agréable, j'étais si heureux de vivre ce moment, j'avais un grand sourire aux lèvres qui ne voulait partir. Xaltar m'a rejoins quelques instants plus tard avec un léger sourire.

- Et bien, je vois que ça te plaît beaucoup.

- Oui, j'adore. Je n'avais jamais connu ça, sur Terre je n'ai connu que la forêt et les montagnes.

- Vraiment ? Je comprends ton enthousiasme alors.

- Oui, dis-je avec un grand sourire avant d'aller me blottir contre lui. Je suis vraiment heureux à tes côtés, d'avoir réagis à toi et d'être ton compagnon.

- Je suis content de t'avoir à mes côtés aussi. Mais tu sais, tout ne sera pas toujours joyeux.

- Ce n'est pas grave... je serais avec toi et je sais que peut importe ce qu'il se passe je pourrais toujours te faire confiance.

Xaltar me câlina pendant un petit moment puis nous sommes allés marcher le long de la mer, allant mettre nos pieds dans l'eau. Il m'a dit que nous pourrions aller nous baigner le lendemain, mais que pour aujourd'hui on visitera le village et on passera voir Xuan au palais en soirée. Il m'a prit la main et nous avons marché vers les habitations. Tout le monde se tournait sur notre passage pour nous regarder et parfois chuchoter des choses. Xaltar serra ma main un peu plus fortement, sans pour autant me faire mal. J'essayais de ne pas y faire attention mais plus ça allait et plus il y avait des personnes avec la même réaction et ça m'énervait. Nous sommes arrivés sur une place et là s'en fut trop pour moi, certains insultaient Xaltar de monstre, disait que je devais être maltraité, battu, pire qu'un esclave.

- J'en ai plus que marre !!! criais-je au milieu de la place. Vous n'êtes que de simples ignorants ! Non Xaltar n'est pas un monstre ! Non je ne suis pas battu ! Non je ne suis pas malheureux ! Arrêtez de parler de choses que vous ne savez pas !! Je suis très heureux avec lui et je ne suis pas maltraité ! Réfléchissez un peu ! Si on se tient la main et qu'il se montre comme ça en public ce n'est pas pour se faire insulter pour de fausses raisons ! Ce n'est pas parce que certaines personnes ont eu des désagréments avec lui que ça fait de lui un monstre !! Voyez-vous une seule marque sur mon corps ?! Me voyez-vous maigre ou triste ?! Croyez-vous que j'ai pu vous parler comme ça, alors qu'il est à côté de moi, s'il était vraiment un maître horrible ?!

Le silence se fit sur la place et moi j'étais toujours aussi furieux. Xaltar m'a prit contre lui en me caressant le dos et me murmurant des paroles apaisantes pour me calmer mêlé à quelques pardons.

- Ne t'excuse pas. Tu savais que ça allait arriver avec mon caractère de merde...

- Oui, et ce n'est pas un caractère de merde, c'est le tient. Tu ne réfléchis pas tellement avant d'agir...

J'ai souris et il me fit un baiser sur le front alors que je devenais plus calme. Je me suis tourné pour regarder les personnes autour de nous, celles qui avait pu assister à la scène.

- Faites passer le message, que le prochain qui insulte Xaltar ou qui me plaint alors qu'il n'y a aucune raison de le faire, c'est à une sentence venant de Xuan qui va lui arriver. Si quelqu'un veut se plaindre de Xaltar, qu'il aille demander un rendez-vous au palais avec celui-ci pour en discuter.

- Maître Xaltar, vous confirmez ses paroles ? demanda un Métilien.

- Oui, qu'il en soit ainsi. S'il y a bien une chose que mon compagnon n'aime pas ce sont les réactions égoïstes des personnes qui ne savent pas la vérité. Je ne peux rien lui reprocher de me défendre pour une cause juste. Maintenant j'aimerais continuer ma promenade tranquillement.

Nous avons donc repris notre chemin comme s'il ne s'était rien passé. Nous avons profité pour voir les différentes architectures du royaume de Xuan. A midi, nous sommes allés dans un restaurant au bord de la mer. Le patron fut surpris en voyant Xaltar, aucun dirigeant n'était venu y manger sauf Xuan une fois, il n'était pas de haute qualité mais mon compagnon avait respecté mon choix. Il y avait peu de monde et ceux présent ont pu voir Xaltar attentionné, moi sur ses jambes même s'il était assis au sol. J'avais pu choisir ce que je voulais manger, ce qui avait surpris certains. Pendant notre repas, certaines personnes, humains comme Métiliens étaient venues nous parler, un peu intimidées au départ. Au moment de payés, j'ai complimenté la qualité du restaurant et la nourriture qui avait été très bonne. Xaltar avait approuvé et le patron avait l'air plus que ravi.

Le reste de l'après-midi nous avons continués de marcher dans les rues, s'arrêtant dans certains magasins pour regarder ce qu'ils avaient à vendre. Nous avons rencontré un jeune Métilien qui pleurait car sa peluche avait été détruite sous les sabots d'un Etax quand il l'avait fait tomber. Xaltar et moi étions donc allés lui acheter une peluche, plus parce que je le voulais. Nous sommes retournés aux côtés du jeune garçon et Xaltar lui a tendu la peluche.

- Tiens, c'est pour toi.

Le petit garçon a eu un peu peur au début mais fini par prendre la peluche et il l'a serra contre lui avant de faire un grand sourire à mon compagnon.

- Merci... monsieur... dit-il en séchant ses larmes en même temps.

Sa mère est arrivé à ce moment là et s’apprêta à crier quand elle vit son fils faire un grand sourire vers nous.

- Maman... il a acheté une nouvelle peluche... parce que l'autre elle est cassé... dit-il en montrant sa peluche sur la rue.

- Il pleurait seul ici donc nous avons voulu faire un bon geste, dis-je en regardant la femme.

- Merci... merci pour ce que vous avez fait. Je n'aurais pas pu lui racheter une autre peluche...

- Ne vous en faîtes pas, tout s'est bien passé.

- Merci, je vous en remercie maître Xaltar et... dit-elle en me regardant.

- C'est mon compagnon, Ethan.

- Merci à vous deux pour ce que vous avez fait, j'ai toujours sus que je devrais me faire ma propre idée sur vous maître Xaltar, vous êtes quelqu'un de bien.

Après ça, la mère et son enfant sont partis et nous avons continué notre chemin. Le reste de l'après-midi c'est bien passé et le soir venu nous sommes allés au palais de Xuan. Il était très beau, de magnifiques cascades d'eau se trouvaient devant le palais. Celui-ci était clair et semblait refléter les rayons du soleil, il était très lumineux et chaleureux. Nous sommes entrés à l'intérieur de celui-ci, c'était très clair, presque tout blanc et bleu ciel. De l'eau en cascade, en fontaine, en bassin, se trouvait un peu partout.

Nous sommes arrivés dans une grande pièce, un salon où se trouvait quelques personnes dont deux à côté de Xuan qui étaient dépourvues de vêtements. Ils semblaient heureux quand même et pas le moindre du monde gêné.

- Ce sont les deux personnes qui viennent nourrir Xuan, quand il prend de l'énergie une forte chaleur parcourt la personne, les vêtements sont donc inutiles et l'étendue d'eau indispensable. Viens contre moi.

Je suis venu contre lui, mon corps blottis contre le sien alors qu'il passait ses mains dans mon dos. J'ai sentis son énergie venir en moi et j'ai commencé à avoir moins chaud alors que toute la journée j'avais supporté la forte chaleur. Je me sentais beaucoup mieux maintenant. Quand il a arrêté, je suis quand même resté contre lui, ne voulant pas quitter son étreinte.

- Xaltar, fit la voix de Xuan. J'ai déjà eu des échos sur ce qu'il s'est passé aujourd'hui, ton compagnon ne tient pas en place.

- Il me défendait c'est normal, il en a le droit.

- Tu sais que tu as déjà trois demandes de rendez-vous ? Je me suis permis de les prendre, demain après-midi.

- D'accord, mais je suis là pour profiter de calme et pour me reposer avec Ethan, je ne veux pas que ça soit habituel le reste de la semaine.

- Oui bien-sûr je comprends. Mais ça ne pourra pas faire de mal, tu n'a rien fait de mal en soit, et puis tu as la meilleure arme à tes côtés, ton compagnon. D'ailleurs que dirais-tu d'un bain ? Il a fait chaud aujourd'hui, ça nous fera du bien.

- Xuan... dit Xaltar en soupirant. Non pas de bain, Ethan n'est pas prêt à ça et tu le sais très bien. C'est pas ton petit coup de chaleur en plus qui va faire quelque chose.

- Oh dommage... on peut utiliser le grand bain si tu préfères, je ne verrais rien, ni les autres.

- Hors de questions ! dit Xaltar en commençant à s'énerver.

Xuan arrêta donc d'insister. Il demanda à Xaltar de le rejoindre, seul. J'ai donc quitté son étreinte et resta dos à Xuan. Ils parlaient ensemble puis après un moment mon compagnon me demanda de me retourner et de le regarder. Seulement, il n'y avait pas qu'un Xaltar mais quatre ! J'ai compris, il fallait que je le trouve. J'ai regardé les personnes devant moi, dont trois imposteurs, mais ne prit pas bien longtemps à trouver Xaltar. Je me suis dirigé vers lui et me blottis contre son torse, ses bras m'ont entourés.

- Tu vois Xuan, tu ne réussiras pas à tromper Ethan, il me reconnaîtra à chaque fois.

- Qu'est ce que j'ai loupé ? Un détail ?

- Je ne sais pas... mais quand je le vois je sais que c'est lui. Tu peux faire sa copie conforme je le reconnaîtrait quand même.

Xaltar était fier de moi et je le sentais. Il m'a fait un baiser sur le front avant de se reculer légèrement. Les trois autres personnes avaient retrouvé leur apparence normale, Xaltar m'expliqua que c'était son frère qui avait utilisé son énergie pour leur faire changer d'apparence aussi alors que ce n'était que de simple humain.

- Et toi ? Tu as un don particulier ?

- Pas que je le saches, seul Xuan en a un entre nous cinq.

Pour la suite de la soirée, nous avons pu visiter une partie du palais chaleureux et profiter d'un bon repas dans le jardin extérieur, face à une petite étendue d'eau mise en valeur avec des lumières et des jets de différentes formes et puissances. Pour le repas, j'ai dû manger à une table différente de celle de Xaltar et Xuan, avec les deux autres humains qui avaient nourri ce dernier plusieurs minutes avant ça. Mon compagnon n'avait rien dit, ayant déjà évité les bains il ne pouvait pas tout le temps contredire les choix de son frère. J'avais donc mangé dans le silence, ne discutant pas et les deux autres humains non plus, seules les voix des deux dirigeants se faisaient entendre. Je m'ennuyais vraiment, la nuit tombait doucement et il faisait un peu plus frais. Je commençais à avoir froid, des frissons parcouraient mon corps. J'ai changé de position pour pouvoir me recroqueviller plus sur moi même afin de gagner un peu de chaleur.

- Tu ne devrais pas faire ça, tu risques d'être puni... fit une petite voix à ma droite.

J'ai relevé la tête pour regarder la femme qui avait parlé.

- J'ai froid... dis-je simplement.

- Mais tu dois rester correctement assis... maître Xuan pourra faire augmenter la chaleur de ton corps si tu le mérites.

- Ce n'est pas mon maître.

- Mais tu es un humain, tu lui dois obéissance.

- Je suis le compagnon de Xaltar en plus de lui appartenir, et c'est lui qui décide pour moi.

- Qu'est-ce qu'il y a ? me demanda Xaltar en sentant sûrement que quelque chose n'allait pas.

- J'ai froid...

- Viens.

Je me suis levé sous le regard surpris de la femme et de l'homme avec qui j'avais mangé et je suis allé rejoindre Xaltar qui me fit signe de venir sur ses genoux. J'ai donc retrouvé la chaleur de son corps ce qui me fit soupirer de bonheur. Sa main alla directement se poser sur mon ventre qu'il a caressé.

- Xaltar, je t'ai dis qu'il ne mangeait pas à la même table que nous, dit Xuan d'une voix réprobatrice.

- Et nous avons fini de manger. Mais il est gelé, je ne vais pas le laisser tomber malade alors qu'il suffit qu'il vienne contre moi.

- Mais il ne fait pas froid, contra Xuan.

- Il a fait une chaleur étouffante aujourd'hui, et là tu relâches tout, il n'est pas habitué à ton climat. Tu ne peux t'en prendre qu'à toi-même Xuan, dit Xaltar d'une voix froide habituelle mais malicieuse. Et je ne peux pas bien contrôler sa température, c'est encore un peu tôt pour que mon énergie reste en lui constamment. Peut-être l'année prochaine, en fonction de ce qu'il se passe.

J'ai pu rester avec mon compagnon et me suis même endormi, tellement bien contre lui. Xaltar ne m'avait pas réveillé nous étions rentré dans le petit cottage au niveau de la plage. Le lendemain matin, à mon réveil, le soleil était déjà bien haut dans le ciel et je fus de nouveau couverts de sueur sous la chaleur présente. Nous avons prit une douche rapide puis j'ai enfilé mon short de plage que nous avions acheté le jour précédent. Xaltar m'a forcé a avalé quelque chose avant de sortir et il m'a tartiné de crème pour que je n'attrape pas de coups de soleil car contrairement aux Métiliens ma peau était fragile. J'avais également réussi à convaincre Xaltar de mettre un short de plage bien qu'il fut long, lui arrivant à mi-mollet donc la dénomination short ne convenait pas.

- Pourquoi tu ne montres pas tes jambes alors que montrer ton torse ne te dérange pas ? Ne pus-je m'empêcher de demander.

- Avec toi et Syar ou en présence de mes frères ou même de proche, être torse nu ne me dérange pas. Dans le royaume de Xineas j'étais couverts en dehors du palais. C'est pour éviter qu'on ne me regarde de trop, mais ici Xuan me complique la tâche car il fait vraiment chaud. Le pantalon c'est plus une habitude, je ne porte rien d'autre. Si tu as remarqué mes frères ont leurs jambes couvertes aussi même avec de fins tissus, nous avons toujours fait ça bien qu'ils se couvrent plus souvent le torse que moi.

- Oh... mais maintenant tu peux rester torse nu. Tu n'as plus à te cacher. Bon on va dans l'eau ?! demandais-je impatient.

Xaltar a légèrement rit puis nous sommes partis sur la plage. Une fois de plus j'ai adoré la sensation sous mes pieds, le sable chaud et doux dans lequel je m'enfonçais légèrement. Je me suis approché de l'eau et mis mes pieds dedans, l'eau était bonne. J'ai donc continué ma progression, Xaltar restant au sec au bord de l'eau. Ça faisait beaucoup de bien d'y être, j'avais beaucoup moins chaud qu'en plein soleil, sans avoir froid.

- Tu viens ? demandais-je en regardant Xaltar.

Il regarda aux alentours et après quelques instants il est venu me rejoindre. J'avais un sourire aux lèvres, j'étais tellement heureux d'être ici.

- Sais-tu nager ? me demanda-t-il.

- Non... je n'étais jamais allé à la mer avant et je n'ai jamais été dans un piscine ou une étendue d'eau pour pouvoir le faire.

- Veux-tu que je t'apprennes ?

- Vraiment ?

- Bien sûr, dit-il avec un sourire.

Il a donc commencé à m'apprendre à nager. Il m'a appris les gestes puis je les ai appliqués pendant qu'il me tenait au niveau du ventre pour que je ne puisse pas couler. Ça a duré une heure puis je lui envoya de l'eau au visage en riant légèrement devant son air choqué et surpris. Sauf que son regard se fit joueur et il s'avança vers moi tel un prédateur. J'ai reculé mais continua de lui envoyer de l'eau avec mes mains. Il a fini par plonger et je me suis sentis basculer, mes jambes tirées en avant. Je me suis donc retrouvé la tête sous l'eau, fermant les yeux. Un corps se colla contre le mien avant de nous redresser. J'ai toussé un peu, ayant bu la tasse et j'ai ouverts les yeux. Xaltar me portait dans ses bras, mes jambes enroulés autour de ses hanches.

- Méchant ! dis-je en boudant.

Xaltar ria légèrement et me fit un baiser sur la joue.

- Tu l'as cherché Ethan, dit-il amusé par la situation.

Nous sommes restés plusieurs minutes dans l'eau, profitant du calme et du peu de personnes présentent. Quand midi approchait, nous sommes rentrés pour prendre une douche rapidement et nous habiller d'habits confortables et légers. J'ai de nouveau prit un short, bleu clair cette fois-ci avec un débardeur blanc cassé. Xaltar a mis un pantalon très léger bleu nuit pour ne pas changer de ses habitudes. Nous sommes retournés manger au petit restaurant mais cette fois il y avait plus de monde, les nouvelles étaient allées vites, ça sera bénéfique pour l'établissement. Nous nous sommes installés à une table et avons commandé. Plusieurs personnes sont venues saluer Xaltar respectueusement et ont arrêté quand notre repas fût servis. Nous avons du manger rapidement car nous avions un rendez-vous à quatorze heures au palais. Enfin c'était Xaltar qui était demandé mais il voulait ma présence et c'était ce qu'il y avait de mieux vu le sujet des trois rendez-vous.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Bob Pollen

-Allez c'est l'heure
-Attendez!
-Quoi
-Je veux pas qu'on y passe la journée mais vous avez vérifié le réseau?
-Oui
-Les câbles?
-Aussi
-Les tableaux?
-Ils sont ok
-Le médecin est-il là?
-Affirmatif
-On y va alors?
-Oui
-Bon courage!
-Egalement

7
3
0
0
Princesse40

Le chat...
Cet élégant animal familier
Tantôt casanier tantôt indépendant
Miaulant ses humeurs 
Exigeant animal 
On ne sait jamais avec lui
Qui est le maître 
Souvent c'est lui quoiqu'on en dise
Un beau manipulateur 
Très malin il sait y faire 
Tout obtenir 
Caresses, mots doux et plus que ça 
S'approprier toute la maison
6
6
0
0
Défi
SALGRENN

Le lieutenant Columbo n'en croyait pas ses yeux fripés de cocker…
Les huit cadavres étaient pourtant bel et bien là devant lui, soigneusement alignés par ordre de taille…
Le père tout d'abord, puis la mère suivie de ses six enfants, du plus grand au plus petit. Il manquait simplement le dernier dans cette mare de sang déjà coagulée. Et pour cause, d'après les premiers constats il n'y avait aucun doute : c'était sûrement lui qui avait fait le coup…
— On va le retrouver ce p'tit enfoiré ! On va le retrouver, ça vous pouvez en être certain Barnaby !
Car Barnaby était là aussi. Pour cette affaire hors du commun on avait appelé du renfort d'un peu partout. Et devait pas rester grand monde au 36 quai des orfèvres ou bien à Scotland Yard. Même cette grande folle dingue avec sa chapka constamment visée sur la tête avait fait le déplacement pour voir le massacre. Le célèbre Sherlock Holmes relevait déjà des indices précieux…
— Chausses du 36 le saligaud… ! Very funny but it's not usual du 36 pour un serial killer !
— Mais… N'est-ce pas normal à dix ans et demi… ?!
— Ouais… Perhaps…
On avait fait venir des chiens aussi.
Toute une floppée qui vous reniflaient dans tous les coins en remuant frénétiquement la queue. Des bergers belges malinois qui sont toujours les meilleurs pour cela, et tous les spécialistes des chiens-chiens à sa mémère seront entièrement d'accord là dessus. Très intelligents les bestiaux, et bien souvent, beaucoup plus que leurs maîtres d'après les statistiques…
— Chef… L'est sûrement parti par la forêt ! Je crois bien que les chiens ont flairé quelque chose…
Nous voilà donc qu'on se barre tous aussi sec, et à fond de train dans les bois. Dans la cabane, restent plus que deux ou trois sbires, tout habillés de combinaisons blanches, et qui passent des grandes serpillères humides sur le parquet pour nettoyer toute la scène de crime.
Au beau milieu de la forêt profonde, les gars décident de faire une pause, car cela fait déjà trois bonnes heures que l'on court ainsi, à en perdre haleine, derrière ces putains de clébards.
Maigret s'allume une pipe, Barnaby sort sa fiole de whisky old Glenmore and Sherlock son violon pour nous jouer une sérénade, tandis que cap'tain Marleau pisse debout derrière un arbre recouvert de mousse.
— Vous croyez qu'il a déjà réussi à passer en Suisse ?
— Possible…
Le chocolat étant très certainement le mobile du crime –on avait retrouvé des boulettes de papier d'alu qui emballe les Kinder-surprise disséminé tout le long du sentier– fallait donc bien se douter que le gamin chercherait forcément à se planquer par là-bas, pays de cocagne de la chocolaterie s'il en était.
— Galope drôlement vite ce salopiot… ! Merde ! Ils ont la santé à c't'âge là !
S'il ralentissait un peu la clope maïs le commissaire Bourret, cracherait peut-être un peu moins ses poumons aussi…
Vl'a qu'on repart. Faudrait se magner le rondin parce qu'il ne va pas tarder à faire nuit maintenant.
— Z'avez pas entendu… ?
— Quoi… ?
— …Les loups ! Pas entendu les loups qui hurlaient là… ?!
— Canis Lupus… Le loup gris commun d'europe…
Notre ami Sherlock, il ne peut jamais s'empêcher de ramener sa science à tout bout de champ. Il en deviendrait presque chiant à force.
Finalement, on s'est arrêté dans une petite auberge qui était située au beau milieu d'un clairière. Et recommandée par le guide du Routard ce qui ne gâchait rien. L'établissement, tenu par un vieux couple très propres sur eux, ne payait pas de mine, mais on a bien bouffé quand même.
Et on a bien picolé aussi.
Peut-être même un peu trop pour certains, car cela s'est terminé en bagarre générale, juste après le dessert…
Columbo qui saignait fort du nez a fini par sortir son flingue, un remington calibre 38 avec une crosse en nacre véritable qu'est toute jolie, et nous a tiré une salve en l'air pour que le calme revienne. De vrais gamins.
Ensuite, on est tous allés se coucher dans le foin.
Ça grattouille un peu quand on n'est pas habitué, mais on s'y fait assez rapidement surtout lorsque l'on est bien crevés comme nous l'étions. Un sacré roupillon que l'on s'est payé même, parce le lendemain matin à neuf heures, personne n'était encore debout.
Il est vrai que dans notre boulot, on a rarement le temps de faire la grasse mat', alors on en a profité un peu. Et puis l'air de la campagne nous avait fait du bien à tous, qui sommes le plus souvent enfermés dans des bureaux, à taper des rapports criminels ennuyeux au possible. Alors c'était l'occasion ou jamais de décompresser un peu.
Bref…
On s'est remis en route vers quinze heures, quinze heures trente, aprés avoir petit-déjeuné et  déjeuné dans la foulée. La patronne de l'auberge nous avait préparé une daube aux morilles, qui est sa spécialité, et il aurait été idiot de ne pas en profiter.
Dès le début, on a vu tout de suite que les chiens n'avaient plus du tout la gnaque… Ils commençaient sûrement à en avoir plein les pattes. Nous aussi, quelque part.
Alors, comme les pauses devenaient de plus en plus nombreuses, et longues, le commissaire Navarro, qui était le plus âgé d'entre nous, mais aussi le plus ancien dans le grade le plus élevé, a décidé de tout arrêter. À vrai dire un peu la mort dans l'âme tout de même, parce que c'est un sacré professionnel, le père Navarro, quoi qu'on en dise dans le télé Z de la semaine dernière.
— Bon… Je crois qu'on va laisser tomber les gars ! Parce que sur la tête de ma mère, la vérité que ce n'est pas humain de faire endurer ça à ces pauvres chiens !
Un bus, bien climatisé, est venu nous chercher rapidement pour ne pas avoir à se retaper toute la traversée de la forêt profonde. Sur le retour, on a chanté tous en chœur "Plus vite chauffeur !" et l'ambiance était vraiment au top. Sherlock a joué de son instrument, et la Marleau, qu'est pas bégueule pour un sou celle-ci, nous a fait un stripe dans les règles de l'art. Alors vrai que l'on s'était bien marré, et comme a dit Barnaby, lui qui se faisait toujours drôlement chier à la maison avec sa femme, qui n'en rate pas une pour lui casser les pieds, pour ne pas dire autre chose de beaucoup plus vulgaire : —Il faudrait que l'on recommence l'expérience plus souvent non… ?!"
Retour donc à la cabane sanglante en fin de journée, où pendant notre absence, les petits gars de la propreté scientifique avaient bien bossé, et tout nettoyé du sol au plafond. Sûr que l'on y voyait beaucoup plus clair maintenant dans cette histoire.
Et surtout qu'ils avaient finalement retrouvé le petit criminel, bien caché dans un placard à balais…
— L'aurait fallu peut-être mieux fouiller le baraque… que nous a sorti l'inspecteur Harry que l'on n'avait pas entendu encore jusque là, mais qui cause pas très bien le français non plus, il faut dire.
Le petit chose de mes deux a avoué tout de suite ses horribles crimes, ce qui nous a permis de gagner pas mal de temps pour résoudre l'affaire, surtout que l'on était un vendredi soir, et qu'évidemment personne ici n'avait envie de faire des heures sup' une veille de week-end.
On a tout de suite fêté ça comme de bien entendu, en ouvrant quelques bonnes bouteilles de champagne millésimées, que l'on a trouvé dans la cave, et où il y avait également un ogre qui se planquait bien dans le noir, et depuis pas mal de temps…
Mais ceci est une autre histoire…
6
6
9
5

Vous aimez lire Sevkookie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0