Chapitre 9 : Le lien

13 minutes de lecture

Cela faisait une heure que j'essayais des tenues et je commençais à en avoir marre. Xaltar voulait que je sois bien vêtu pour l’événement mais je n'avais pas besoin d'avoir une tenue spéciale, c'était une sorte de réunion ! En plus il n'était jamais d'accord ! Alors j'avais fini par lui faire comprendre que j'en avais plus que marre en m'énervant contre lui. Ça l'avait enfin fait réagir, bien que très étonné de mon comportement, et il s'était excusé pour au final choisir la première tenue que j'avais essayé. Autant dire qu'intérieurement j'étais en train de l'insulter de tous les noms.

La tenue était composée d'un haut bordeaux en tissu fin à manche longue, d'un pantalon noir ample qui me resserrait simplement au niveau de la taille et des chevilles. Une ceinture en tissu bleu nuit m'entourait la taille, tombant sur le côté droit de mon corps. C'était simple comme tenue et j'aimais bien.

En raison de mon énervement, nous avions fait une pause pour sortir dans le jardin et prendre l'air. Après une demi-heure de balade, nous sommes retournés dans le salon. Xaltar commença à m'expliquer le déroulement de la réunion. Ce que j'ai retenu c'était que je devais le laisser gérer et simplement suivre ce que l'on me disait de faire. A la fin, ça se terminera par un échange d'énergie, Xaltar allait presque tout me prendre pour me donner ensuite de la sienne. Si ça avait réussi, un autre symbole s'inscrira sur mon corps, juste derrière l'oreille ce qui permettra de dire que nous sommes liés. Syar m'avait également expliqué que la méthode que Xaltar venait de m'annoncer était seulement pour les Xylt, la race de 5 dirigeants. Mais par contre ce que m'a dit Xaltar tout d'un coup l'air de rien me fit crier.

- Quoi ?! Et tu ne me dis ça que maintenant ?! Je ne suis pas prêt !

- Tu ne vas pas bloquer sur ça, nous serons couvert d'un drap si tu le souhaite.

- Ça ne change rien ! Je ne peux pas c'est... gênant ! Devant tes frères en plus alors que même entre nous j'ai encore du mal à le faire ! Je suis pudique !

- Oui ça je le sais Ethan, mais c'est le seul moyen pour que je prenne toute ton énergie. Tu n'as pas à avoir peur de quoi que ce soit. Et puis tu n'es pas obligé de me regarder non plus, je t'allongerais sur moi et la seule chose à laquelle tu devras penser est de me laisser faire. Je ferais sortir mes frères pendant que l'on s'installe et Syar nous couvrira d'un drap, comme ça ils ne te verront pas et quand ça sera terminé, nous irons dans mes quartiers pour prendre un bain et se relaxer, me dit-il d'une voix calme.

Xaltar m'a attiré contre lui, me faisant m'asseoir sur ses jambes et il me caressa doucement le ventre. Il avait prit cette habitude, posant directement ma main sur ma peau et ça me faisait du bien. Syar me caressa le dos de la main et je me suis détendu assez rapidement, je suis sûr qu'il y était pour quelque chose.

- Je pourrais t'aider à te détendre si tu n'y arrives pas, comme je le fais là . Si tu es plus calme ça sera bénéfique pour toi, il faut que tu sois dans le même état que le soir quand il se nourrit de ton énergie, me dit Syar d'une voix douce.

Ils avaient raisons, je n'avais pas à avoir peur, je serais avec eux et en sécurité, mais je ne pouvais pas m'empêcher de redouté ce moment. Je n'étais pas à l'aise avec mon propre corps, déjà qu'être torse nu avec Xaltar pour dormir m'avait fait un peu peur au début, bien que maintenant ça allait. Puis les bains, qui avaient été une grande épreuve, ne me dérangeais plus maintenant et je laissais faire Xaltar... Je pouvais leur faire confiance. Au final j'étais tellement apaisé par eux que j'ai fini par m'endormir.

Après mon réveil et mon habillage que Xaltar a absolument voulu faire, nous avons transplané tous les trois ensemble, directement dans les quartiers de Xaltar au palais de son frère. Nous avons rejoins la salle où allait se dérouler le lien, ses frères étaient déjà présent et Syar alla les rejoindre alors que Xaltar et moi-même nous sommes rendus au milieu de la pièce.

- Bienvenue à toi mon frère, ainsi que toi Ethan. Vous êtes là pour officialiser le lien qui vous uni, c'est un lien définitif et éternel. Êtes-vous sûr de le faire ? nous demanda Xineas.

Nous avons répondu par le positif tous les deux.

- Bien Xaltar tu peux commencer.

Xaltar s'est tourné vers moi et je suis venu contre lui à sa demande. Il posa ma main sur mon front et lu tout mon passé, depuis la naissance jusqu'à maintenant. Je l'ai laissé faire, comme la première fois qu'il l'a fait mais ensuite, ce que je ne savais pas c'était que je voyais à mon tour son passé. Il avait été si seul, si mal, si apeuré, avait connu la douleur et la souffrance. Il avait fait du mal, avait tué, était désigné comme un monstre par les autres. Il avait été présent il y a 500 ans, avait tué des humains mais pas par plaisir, il ne voulait pas le faire mais c'était ce qui était attendu de lui. Il avait vécu tellement de choses... toujours rejeté car il était différent, se renfermant sur lui même. Puis il y avait eu Syar, un peu de bonheur, un espoir. Et ensuite mon arrivé, la joie, le désir, l'attention, l'amour, le sentiment de protection. Puis, la peur que je le rejette et de nouveau une grande vague d'amour quand je l'avais accepté.

Suite à ça je suis sorti de son esprit, il ne m'avait certainement pas tout montré mais c'était déjà beaucoup. J'avais pleuré en voyant ça et Xaltar paniqua un peu, m'essuyant les larmes d'une main légèrement tremblante. J'avais alors posé ma main sur la sienne et lui avait fait un petit sourire.

- Ethan, souhaites-tu continuer après ce que tu viens de voir ? me demanda Xineas.

- Oui, dis-je sûr de moi, étant même encore plus motivé de le faire pour lui montrer qu'il ne serait plus seul maintenant.

- Bien, maintenant tu vas devoir boire la même potion de la dernière fois, comme Xaltar pour que l'on soit sûr que personne n'est sous l'emprise de quelque chose. Et pas de menace de mort s'il te plaît, me dit-il avec un petit sourire.

La fiole nous fut donnée et je l'ai bu, c'était toujours aussi horrible mais bizarrement elle m'a moins affecté que la dernière fois et j'ai compris pourquoi quand j'ai vu Syar nous aider tous les deux à la supporter. Ses frères n'ont rien dit et ils n'avaient pas intérêt. Une fois les effets passés, Syar est retourné à sa place. Normalement il nous restait une dernière épreuve, c'était le lien en lui même.

- Je sais que vous devriez faire le lien maintenant mais j'aimerais faire une dernière chose, Ethan, laisse-moi te montrer ce que j'ai comme souvenir concernant Xaltar. Ce n'est pas pour te faire peur ou quoi que ce soit, je veux être sûr du choix que tu fais.

- D'accord, mais alors vous passez par Xaltar, je refuse de passer directement par vous.

Ma demande a surpris tout le monde, y comprit mon futur compagnon. Se fût un de ses frères qui prit la parole avec un grand sourire.

- Je ne m'y ferais jamais du caractère de ton humain Xaltar, mais il est parfait pour toi, dit celui qui devait être Xord.

- Je ne sais pas ce que tu lui as fait Xineas mais tu prends cher, et il n'a même pas peur, dit Xeris.

- En même temps à passer du temps avec Xaltar il ne peut plus avoir peur de nous, et Xineas nous a dit comment tu l'avais rejeté, il n'y a pas de doute possible sur le fait que tu sois l'humain parfait pour mon frère.

Xineas ne parlait toujours pas et continuait de me regarder puis il s'est approché de nous. Il accepta ma demande, Xaltar se positionnant dans mon dos pour me serrer contre lui, une main sur ma tête. Bien que plus grand, il n'aida pas son frère qui devait donc avoir les bras en l'air pour poser ses mains sur son front et l'arrière de sa tête. Les trois autres dirigeants semblaient amusés de la situation, mais le pire était Syar qui était en train de pleurer de rire, devant quitter la salle pour aller prendre l'air.

J'ai fermé les yeux quand j'ai sentis Xaltar entrer dans mon esprit et j'ai commencé à avoir les souvenirs de Xineas concernant celui-ci. Je n'ai eu que quelques passages et heureusement, tout ce que je voyais était la douleur de Xaltar, sa peur, sa colère, ses crises. J'ai sentis que Xaltar me serrait plus contre lui et je l'ai laissé faire. Au bout d'un moment Xaltar coupa la connexion et m'a tourné vers lui pour que je le regarde, je pleurais encore plus que tout à l'heure. Je me suis blottis contre lui pendant qu'il me caressait les cheveux et le dos. Ses gestes étaient moins fluides et chaleureux que d'habitude, je sentais qu'il n'était pas bien non plus, il avait du revoir son passé à cause de moi. J'ai relevé ma tête pour le regarder et croisa son regard.

- Embrasse-moi... dis-je d'une petite voix.

Il accéda directement à ma demande, m'embrassant tendrement. Je l'ai sentis se détendre contre moi et la pression qui était présente dans l'air ne fût plus présente. Il mit fin au baiser et me regarda dans les yeux, j'avais arrêté de pleuré. Il a essuyé mes joues pour enlever les traces laissées par les larmes. Il me serra doucement dans ses bras après ça pour me câliner et me protéger entre ses bras.

- C'est bon, vous êtes satisfait ? Maintenant qu'il a pu voir a quel point j'étais mauvais, que j'avais souffert vous comptez nous laissez faire le lien tranquillement ? dit-il avec une pointe d'énervement.

- Oui, je suis désolé Xaltar mais je voulais être sûr qu'il soir prêt à vivre avec toi. Je ne veux pas que tu en souffres après. Vous pouvez procéder au lien maintenant.

- Alors sortez de la salle le temps que l'on se prépare, dit Xaltar d'une voix autoritaire.

Son frère allait répondre mais l'aura que mon compagnon a libéré l'en a dissuadé et ils sont sortis de la salle. J'ai remercié Xaltar et Syar nous a rejoins avec le drap que nous avions préparé. Il a encore prit le temps de me rassurer et de me calmer après ce que j'avais vu. Cela dura presque 30 minutes jusqu'à ce que je sois de nouveau moi-même, Syar m'ayant aider à me calmer. Je me suis déshabillé, toujours gêné mais un peu moins qu'avant et j'ai rejoins Xaltar qui était allongé au sol. Je vins m'allonger complètement sur lui, posant ma tête sur le haut de son torse et ferma les yeux. Il posa une main dans mon dos pour le caresser et l'autre sur ma tête pour faire de même. Je me sentais en sécurité et me suis complètement détendu, Syar a mit le drap sur nous avant d'aller chercher les dirigeants. Je ne pouvais pas les voir avec la position que Xaltar m'avait fait prendre et je lui en remerciais.

- Un drap ? Pourquoi ?

- Ethan n'est pas habitué à se montrer nu devant les autres, et puis ça ne va rien changer tant que le lien est fait.

- Ce n'est rien, c'est pas comme si nous allions faire quelque chose ou que vous aillez un rapport devant nous. Vous n'en avez pas besoin.

- Oui bah je vous verrais bien moi nu devant des personnes que vous ne connaissez pas ! dis-je avant qu'un autre dirigeant parle, mais sans bouger de ma place. Je n'ai jamais été nu devant personnes sauf Xaltar et c'est encore un peu compliqué ! Et puis en quoi cela vous dérange que ça se fasse ainsi ?! dis-je énervé. Je vais me lier à votre frère, si on m'avait demandé mon choix j'aurais voulu le faire dans notre chambre et seulement entre nous ! Alors maintenant vous nous laissez faire et voilà !

Le silence se fit dans la salle, Xaltar continuait de me caresser doucement, pour me calmer et il semblait fier de moi car il m'a fait un baiser sur les cheveux. Soudain un rire se fit entendre, puis plusieurs.

- Et bien il reprend rapidement du poil de la bête ! dit Xord.

- Je crois que c'est la première fois qu'un humain me parle comme ça, dit Xuan.

- Jamais on ne s'était énervé comme ça contre moi non plus, même les Métiliens. Après une menace de mort, et un rejet de mon énergie, on me répond comme ça... moi non plus on ne me l'avait jamais fait... Ethan n'est pas comme les autres, vous êtes fait pour aller ensemble, dit Xineas. Quand vous serez prêt vous pourrez faire votre lien.

Je me suis détendu de nouveau contre Xaltar, puis j'ai senti qu'il commençait à se nourrir et automatiquement j'ai tout relâché, le laissant faire. La douleur arriva dans mon corps mais je ne bougeais pas, elle se faisait de plus en plus fort, je n'étais jamais arrivé jusque là. Je criais de douleur et je faisais tout mon possible pour garder mes muscles détendus, ne résistant pas à Xaltar. Les larmes coulaient, j'avais mal partout puis la douleur cessa d'augmenter et j'ai essayé de me calmer, arrêtant de crier, m'abandonnant à mon compagnon. Il n'y avait aucun bruit dans la pièce, seule ma respiration lourde était présente. J'ai fermé les yeux et senti toute mon énergie partir doucement, j'avais l'impression de sombrer, d'être au bout... Puis une forte vague d'énergie passa à travers moi et je me suis senti bien, la douleur n'était plus là.

- C'est fini, tu as été parfait Ethan, me dit une voix mais dans ma tête.

J'ai levé la tête pour regarder Xaltar et il m'a fait un sourire.

- Oui c'est moi, dit-il sans bouger les lèvres. C'est un des avantages du lien, ça a fonctionné, maintenant nous pourrons discuter comme ça. Essaye.

- Xaltar...

Il m'a sourit et m'embrassa le front.

- Le lien a marché, dit-il pour les autres. Maintenant sortez pour qu'on puisse s'habiller.

Ses frères n'ont rien dit et ils sont sortis aussitôt. Syar est venu à nous pour s'assurer que j'aille bien.

- Tu as été très courageux, ils ont tous été surpris de ton abandon pour Xaltar. Xord ne pensait pas que tu allais réussir et encore moins sans te rebeller.

Je lui fis un sourire puis me suis relevé avec son aide, par contre j'avais la tête qui tournait. Syar m'a prévenu que c'était normal, mon corps allait s'adapter à sa nouvelle fonction donc dans moins d'une heure je serais parti pour un sommeil de plusieurs jours. Xaltar m'a habillé puis il est allé voir ses frères après avoir fait de même. Syar était resté avec moi puis il m'a laissé à Xaltar quand il est revenu.

- On va rentrer Ethan, tu as été parfait.

Au final je n'avais pas attendu une heure avant de m'endormir, il avait seulement suffit que Xaltar me prenne dans ses bras et me félicite. Nous étions rentré en transplanant et il m'avait couché dans notre lit. Il était resté avec moi pendant tout mon sommeil, ne sortant que par nécessité, Syar lui amenait même à manger dans la chambre pour qu'il reste avec moi.

A mon réveil, j'étais encore fatigué mais je me sentais bien. J'ai ouverts difficilement les yeux malgré la faible luminosité de la pièce et j'ai vu Xaltar à côté de moi.

- J'ai faim... dis-je d'une voix rauque du à ces jours de repos.

- Tu as dormis pendant 13 jours et le seul mot au réveil qui te vient à la bouche c'est pour manger ? me demanda Xaltar choqué.

J'ai tourné ma tête vers lui et fit un petit sourire.

- Bonjour Xaltar... et bonjour Syar... dis-je alors qu'il se tenait derrière lui. Maintenant j'ai faim.

Les deux se sont mis à rire et Syar est allé me chercher à manger. Xaltar me fit me redresser et s'installa derrière moi pour que je me blottisse contre lui et soit assis pour pouvoir manger. Xaltar m'a dit que j'avais parfaitement réussi le lien et que la marque était apparue. J'avais demandé à la voir mais il m'a dit que je la verrais une fois mon estomac rempli. Syar est arrivé avec un plateau remplis de nourriture et mon ventre se mit à gargouiller en voyant tout ça, faisant rire les deux Métiliens. Je me suis donc mis à manger doucement mais en quantité généreuse tellement j'avais faim.

Après mon repas, nous sommes allés prendre un bain, je n'avais même pas éprouvé de gêne, étant trop fatigué pour ça. Xaltar s'est occupé de moi avec beaucoup de douceur et de tendresse, c'était très agréable. J'étais encore trop fatigué pour lui rendre la pareille mais il ne m'en voulait pas, il voulait simplement s'occuper de moi, me choyer. Il m'avait alors montré la marque une fois que je fus propre. Derrière mon oreille gauche, la marque du lien avec Xaltar se tenait là, descendant jusqu'à ma nuque. Elle représentait deux loups, un des deux avait une carrure beaucoup plus développée et semblait protéger le deuxième, qui était plus soumis et qui regardait l'autre loup. Le loup dominant était plus détaillé sur la marque de Xaltar et moi j'avais le plus soumis en plus détaillé. Ça reflétait la réalité, Xaltar était celui qui était puissant et qui me protégeais, j'étais à lui.

Mon compagnon avait prit soins de moi pendant la semaine qui suivit, je ne restais pas couché au lit mais rien ne m'empêchait de dormir sur ses jambes, contre lui, pendant qu'il travaillait. Je me sentais en pleine forme maintenant, je me sentais plus vivant et comme libéré de quelque chose qui m'avait toujours empêché d'être pleinement moi-même. J'avais également évolué pendant cette semaine, je n'étais plus gêné de faire des bains nu avec Xaltar. Dans la chambre lorsqu'il m'habillait c'était encore un peu dur, il se faisait un malin plaisir à choisir des tenues que je ne pouvais pas mettre seul. Ce qui était bien maintenant était le fait que je n'avais plus froid, mais heureusement le corps de Xaltar était toujours plus chaud et m'apportait cette chaleur que j'aimais tant.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Bob Pollen

-Allez c'est l'heure
-Attendez!
-Quoi
-Je veux pas qu'on y passe la journée mais vous avez vérifié le réseau?
-Oui
-Les câbles?
-Aussi
-Les tableaux?
-Ils sont ok
-Le médecin est-il là?
-Affirmatif
-On y va alors?
-Oui
-Bon courage!
-Egalement

7
3
0
0
Princesse40

Le chat...
Cet élégant animal familier
Tantôt casanier tantôt indépendant
Miaulant ses humeurs 
Exigeant animal 
On ne sait jamais avec lui
Qui est le maître 
Souvent c'est lui quoiqu'on en dise
Un beau manipulateur 
Très malin il sait y faire 
Tout obtenir 
Caresses, mots doux et plus que ça 
S'approprier toute la maison
6
6
0
0
Défi
SALGRENN

Le lieutenant Columbo n'en croyait pas ses yeux fripés de cocker…
Les huit cadavres étaient pourtant bel et bien là devant lui, soigneusement alignés par ordre de taille…
Le père tout d'abord, puis la mère suivie de ses six enfants, du plus grand au plus petit. Il manquait simplement le dernier dans cette mare de sang déjà coagulée. Et pour cause, d'après les premiers constats il n'y avait aucun doute : c'était sûrement lui qui avait fait le coup…
— On va le retrouver ce p'tit enfoiré ! On va le retrouver, ça vous pouvez en être certain Barnaby !
Car Barnaby était là aussi. Pour cette affaire hors du commun on avait appelé du renfort d'un peu partout. Et devait pas rester grand monde au 36 quai des orfèvres ou bien à Scotland Yard. Même cette grande folle dingue avec sa chapka constamment visée sur la tête avait fait le déplacement pour voir le massacre. Le célèbre Sherlock Holmes relevait déjà des indices précieux…
— Chausses du 36 le saligaud… ! Very funny but it's not usual du 36 pour un serial killer !
— Mais… N'est-ce pas normal à dix ans et demi… ?!
— Ouais… Perhaps…
On avait fait venir des chiens aussi.
Toute une floppée qui vous reniflaient dans tous les coins en remuant frénétiquement la queue. Des bergers belges malinois qui sont toujours les meilleurs pour cela, et tous les spécialistes des chiens-chiens à sa mémère seront entièrement d'accord là dessus. Très intelligents les bestiaux, et bien souvent, beaucoup plus que leurs maîtres d'après les statistiques…
— Chef… L'est sûrement parti par la forêt ! Je crois bien que les chiens ont flairé quelque chose…
Nous voilà donc qu'on se barre tous aussi sec, et à fond de train dans les bois. Dans la cabane, restent plus que deux ou trois sbires, tout habillés de combinaisons blanches, et qui passent des grandes serpillères humides sur le parquet pour nettoyer toute la scène de crime.
Au beau milieu de la forêt profonde, les gars décident de faire une pause, car cela fait déjà trois bonnes heures que l'on court ainsi, à en perdre haleine, derrière ces putains de clébards.
Maigret s'allume une pipe, Barnaby sort sa fiole de whisky old Glenmore and Sherlock son violon pour nous jouer une sérénade, tandis que cap'tain Marleau pisse debout derrière un arbre recouvert de mousse.
— Vous croyez qu'il a déjà réussi à passer en Suisse ?
— Possible…
Le chocolat étant très certainement le mobile du crime –on avait retrouvé des boulettes de papier d'alu qui emballe les Kinder-surprise disséminé tout le long du sentier– fallait donc bien se douter que le gamin chercherait forcément à se planquer par là-bas, pays de cocagne de la chocolaterie s'il en était.
— Galope drôlement vite ce salopiot… ! Merde ! Ils ont la santé à c't'âge là !
S'il ralentissait un peu la clope maïs le commissaire Bourret, cracherait peut-être un peu moins ses poumons aussi…
Vl'a qu'on repart. Faudrait se magner le rondin parce qu'il ne va pas tarder à faire nuit maintenant.
— Z'avez pas entendu… ?
— Quoi… ?
— …Les loups ! Pas entendu les loups qui hurlaient là… ?!
— Canis Lupus… Le loup gris commun d'europe…
Notre ami Sherlock, il ne peut jamais s'empêcher de ramener sa science à tout bout de champ. Il en deviendrait presque chiant à force.
Finalement, on s'est arrêté dans une petite auberge qui était située au beau milieu d'un clairière. Et recommandée par le guide du Routard ce qui ne gâchait rien. L'établissement, tenu par un vieux couple très propres sur eux, ne payait pas de mine, mais on a bien bouffé quand même.
Et on a bien picolé aussi.
Peut-être même un peu trop pour certains, car cela s'est terminé en bagarre générale, juste après le dessert…
Columbo qui saignait fort du nez a fini par sortir son flingue, un remington calibre 38 avec une crosse en nacre véritable qu'est toute jolie, et nous a tiré une salve en l'air pour que le calme revienne. De vrais gamins.
Ensuite, on est tous allés se coucher dans le foin.
Ça grattouille un peu quand on n'est pas habitué, mais on s'y fait assez rapidement surtout lorsque l'on est bien crevés comme nous l'étions. Un sacré roupillon que l'on s'est payé même, parce le lendemain matin à neuf heures, personne n'était encore debout.
Il est vrai que dans notre boulot, on a rarement le temps de faire la grasse mat', alors on en a profité un peu. Et puis l'air de la campagne nous avait fait du bien à tous, qui sommes le plus souvent enfermés dans des bureaux, à taper des rapports criminels ennuyeux au possible. Alors c'était l'occasion ou jamais de décompresser un peu.
Bref…
On s'est remis en route vers quinze heures, quinze heures trente, aprés avoir petit-déjeuné et  déjeuné dans la foulée. La patronne de l'auberge nous avait préparé une daube aux morilles, qui est sa spécialité, et il aurait été idiot de ne pas en profiter.
Dès le début, on a vu tout de suite que les chiens n'avaient plus du tout la gnaque… Ils commençaient sûrement à en avoir plein les pattes. Nous aussi, quelque part.
Alors, comme les pauses devenaient de plus en plus nombreuses, et longues, le commissaire Navarro, qui était le plus âgé d'entre nous, mais aussi le plus ancien dans le grade le plus élevé, a décidé de tout arrêter. À vrai dire un peu la mort dans l'âme tout de même, parce que c'est un sacré professionnel, le père Navarro, quoi qu'on en dise dans le télé Z de la semaine dernière.
— Bon… Je crois qu'on va laisser tomber les gars ! Parce que sur la tête de ma mère, la vérité que ce n'est pas humain de faire endurer ça à ces pauvres chiens !
Un bus, bien climatisé, est venu nous chercher rapidement pour ne pas avoir à se retaper toute la traversée de la forêt profonde. Sur le retour, on a chanté tous en chœur "Plus vite chauffeur !" et l'ambiance était vraiment au top. Sherlock a joué de son instrument, et la Marleau, qu'est pas bégueule pour un sou celle-ci, nous a fait un stripe dans les règles de l'art. Alors vrai que l'on s'était bien marré, et comme a dit Barnaby, lui qui se faisait toujours drôlement chier à la maison avec sa femme, qui n'en rate pas une pour lui casser les pieds, pour ne pas dire autre chose de beaucoup plus vulgaire : —Il faudrait que l'on recommence l'expérience plus souvent non… ?!"
Retour donc à la cabane sanglante en fin de journée, où pendant notre absence, les petits gars de la propreté scientifique avaient bien bossé, et tout nettoyé du sol au plafond. Sûr que l'on y voyait beaucoup plus clair maintenant dans cette histoire.
Et surtout qu'ils avaient finalement retrouvé le petit criminel, bien caché dans un placard à balais…
— L'aurait fallu peut-être mieux fouiller le baraque… que nous a sorti l'inspecteur Harry que l'on n'avait pas entendu encore jusque là, mais qui cause pas très bien le français non plus, il faut dire.
Le petit chose de mes deux a avoué tout de suite ses horribles crimes, ce qui nous a permis de gagner pas mal de temps pour résoudre l'affaire, surtout que l'on était un vendredi soir, et qu'évidemment personne ici n'avait envie de faire des heures sup' une veille de week-end.
On a tout de suite fêté ça comme de bien entendu, en ouvrant quelques bonnes bouteilles de champagne millésimées, que l'on a trouvé dans la cave, et où il y avait également un ogre qui se planquait bien dans le noir, et depuis pas mal de temps…
Mais ceci est une autre histoire…
6
6
9
5

Vous aimez lire Sevkookie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0