Chapitre 6 : Apprentissage

14 minutes de lecture

Après une bonne nuit de repos, nous sommes partis pour rejoindre le royaume de Xaltar. Il avait préféré prendre le transport pour ne pas utiliser d'énergie et commencer à la stocker. Nous sommes donc parti très tôt pour arriver en début d'après-midi à son palais. Le transport que nous avons utilisé était plus spacieux que le premier que j'avais pris. Je me retrouvais sur une banquette à côté de Xaltar et Syar se trouvait en face de nous. L'intérieur était bordeaux et les banquettes étaient noirs, elles étaient confortable. Personne ne parlait et je ne pouvais pas voir le paysage vu que les personnes de dehors ne devaient pas voir mon maître. Je m'ennuyais et commença à bouger des jambes.

- Tu ne tiens donc jamais en place ? Reste calme, m'ordonna Xaltar.

J'ai donc arrêté de bouger mes jambes, mais commença à jouer avec mes mains ce qui semblait énerver les deux Métiliens au vu de leur regard, ce qui me fit arrêter. Tous les deux lisaient un livre avoir ils avaient de quoi s'occuper mais moi ça m'énervait.

- Bon qu'est-ce qu'il y a ? fini par me demander Xaltar.

- Je m’ennuie.

- Je sais, mais tu dois apprendre la patience. On va commencer à t'apprendre comment doit ce comporter un humain avec nous. Tu as eu quelques privilèges car tu étais le premier mais maintenant ça va changer. Donc pour commencer, je ne veux rien entendre jusqu'à la fin du trajet, ne bouge pas et patiente, dit-il avec une voix clair et qui ne se voulait pas être désobéis.

Donc tout allait changer, maintenant j'allais devoir me comporter comme un humain modèle. Je n'ai donc rien dis pendant le trajet, ne bougeant pas non plus. Par contre j'étais énervé et irrité. Passer huit heures dans ce transport sans rien faire avait été horrible. Dès que nous sommes arrivé je suis descendu et Xaltar m'a demandé de lui ouvrir la porte, ce que j'ai fais.

- On va manger maintenant, va aider Syar a préparer le repas.

J'ai donc suivi l'elfe et nous sommes allés préparer à manger, j'ai bien écouté ce qu'il m'a dit pour la préparation du plat. Ensuite, je suis allé servir Xaltar et Syar puis retourna dans la cuisine pour manger, enfin mettre ma soupe dans le frigo car je n'avais pas faim. Après je suis allé débarrasser leurs places et fit la vaisselle. Du ménage... c'était ce que j'ai fais pendant tout l'après-midi, jusqu'au repas du soir que j'ai préparé avec Syar, qui m'avait d'ailleurs sermonné parce que je n'avais pas mangé ma soupe du midi. Pour punition j'ai dû manger ma soupe froide, ce n'était pas bon. Après avoir fait la vaisselle, ma journée était terminée donc je suis allé dans ma chambre, allant directement me coucher, j'étais trop fatigué.

La semaine qui a suivi fût pareil, variant les tâches pour que je vois tout et soit autonome sur la majorité de celles-ci. Le dimanche, je n'avais même pas eu le temps de manger, devant rattraper du travail que nous n'avions pas pu faire le jour précédent. Tous les matins j'avais des cours de bonne conduite avec Xaltar et il était très exigeant. « Ce n'est pas ce que je t'ai montré ! » « Ce n'est pas comme ça qu'il faut faire !» « Attention à ta posture » « Garde la tête baissée ». Je n'ai pas compté le nombre de remarques qu'il me faisait par jour. Ce qu'il me demandait n'avait rien à voir avec ce que j'avais appris au village.

Et se fût le lundi matin que j'ai craqué sous la pression. Il en attendait tellement de moi que je n'ai pas pu supporté sa remarque alors que je faisais mon possible « Non mais vraiment, tu crois que les autres vont penser quoi de moi s'il te voyait à mes côtés, tu me ferais honte ! » Cette phrase là a été de trop et je suis parti en courant dans le jardin, pleurant. Je me assis contre un arbre, les genoux ramenés contre mon torse et j'ai laissé mes larmes couler. Syar était venu me rejoindre mais je l'avais envoyé bouler, je voulais être seul. Xaltar est arrivé environ une heure plus tard, je n'avais toujours pas bougé de ma place mais avais arrêté de pleurer.

- Excuse-moi Ethan, je n'aurais pas dû te dire ça.

- Laisse-moi...

- Non, maintenant tu vas arrêter de rester dans ton coin et tu viens avec moi, nous allons discuter.

- Non.

J'ai senti son aura colérique arriver alors je me suis rapidement levé et je l'ai suivi sans rien dire, retournant au salon où je m'entraînais. Il est allé s'asseoir sur un canapé et m'a dit de venir devant lui. Je me suis mit debout devant lui, la tête baissée.

- Regarde moi Ethan.

Je préférais garder la tête baissée, je ne voulais pas le regarder. C'était ce qu'il m'avait dit, tant que je n'étais pas digne de lui je ne le regardais plus et gardais la tête baissée en sa présence. Il soupira mais n'insista pas, sachant pourquoi je ne le faisais pas.

- Je ne voulais pas te dire ce que je t'ai dit tout à l'heure. Ma patience est assez limité et à te voir faire des erreurs malgré la répétition, ça me mets les nerfs à vif. Ce n'était pas mon intention de te faire pleurer. Tu es le premier humain que je dois former, je n'ai jamais fais ça, je ne sais pas comment m'y prendre et mes frères me mettent la barre haute. C'est pour ça que je veux discuter avec toi pour savoir comment m'y prendre. J'ai manqué de vigilance, je ne me suis pas assez concentré sur toi mais juste sur la réussite de faire de toi l'humain parfait. Mais ce n'est qu'en te voyant partir en pleurant que je me suis mis à sérieusement réfléchir. Ce que j'essaye de te faire devenir, ce n'est pas ce que je souhaite de voir devenir. Bien sûr le règlement de base est à respecter mais je ne veux pas que tu fasses des choses que tu ne supportes pas ou qui te coupe l'appétit, car oui j'ai vu tes 5 soupes de retard au frigo. J'aurais du voir ça bien avant et je m'en excuse. En fait, tu es déjà digne de moi depuis le début.

J'ai relevé la tête pour le regarder, il était sincère dans ses mots.

- Je ne te demande pas de me pardonner maintenant, mais je vais changer ma façon de faire avec avec toi. Mes frères m'ont dit avant de partir que j'avais intérêt à te faire obéir et me montrer plus sévère dès maintenant pour que tout ce passe bien par la suite et qu'en n'importe quelle situation tu m'obéis. Mais la façon de s'y prendre avec toi est la première que j'ai utilisé, en douceur, et c'est ce que je vais faire maintenant. Bien, dit-il en se levant, je serais dans mon bureau si tu as besoin de quelque chose, je te laisse le reste la matinée de libre, tu peux aller dans la bibliothèque si tu veux. Va juste aider Syar pour le repas et tu mangeras avec nous, une soupe chaude. On verra pour la suite de la journée.

Je l'ai regardé partir, je me sentais mieux maintenant qu'il m'avait dit tout ça. En fait il n'était pas énervé après moi mais après lui-même. Je suis donc allé dans la bibliothèque pour la seconde fois et j'ai pris un livre au hasard et commença la lecture. Je faisais quand même attention à l'heure pour ne pas être en retard pour la préparation du repas. J'ai passé une heure et demie à lire puis je suis allé aider Syar pour le repas. Je me suis excusé pour ce que je lui avais dit mais il ne m'en voulait pas, il a comprit ma réaction. J'ai apporté le repas pour les deux Métiliens puis je suis arrivé avec mon bol mais je ne savais pas où m'installer. Xaltar me fit signe de venir et tapota ses genoux pour me dire de m'y asseoir. Je l'ai donc fait et il passa un bras autour de mon torse pour me coller à lui. J'avais l'impression d'être de nouveau à ma place.

Ayant fini avant eux, je me suis détendu contre le torse de Xaltar et ferma les yeux pour profiter d'un peu de repos. Avoir travailler pendant une semaine sous la pression m'avait épuisé, surtout que je n'avais pas bien dormi ayant peur d'avoir mal fait quelque chose et qu'on me punisse pour ça le lendemain. Me retrouver enfin contre lui me faisait du bien, je me sentais apaiser.

- Ethan ?

- Mmm... grognais-je alors que je commençais à m'endormir.

- Ce n'est pas l'heure de dormir, le repas est fini, va aider Syar pour faire la vaisselle. Quand ça sera fait viens me voir dans mon bureau.

Il a enlevé son bras qui me tenait contre lui pour que je puisse descendre. J'ai rejoins Syar dans la cuisine pour l'aider, j'étais un peu moins efficace car la fatigue m'était tombée dessus, tous mes nerfs se sont relâchés. Une fois fini, je suis allé rejoindre le bureau de Xaltar. J'ai frappé à la porte et attendu qu'il me réponde d'entrer. Son bureau était spacieux, une grande fenêtre était présente derrière le bureau en bois noir. Il y avait, sur la gauche, une table basse entourée de 2 canapés noirs se faisant face. A droite, une bibliothèque avec, sûrement, des dossiers importants qui se trouvait derrière un petit bureau. Le sol était en parquet, les mûrs d'une couleur gris foncé. Je suis venu me poster devant son bureau, attendant qu'il me dise quelque chose. Je le regardais, il avait l'air concentré sur sa lecture. Il signa le document puis releva la tête vers moi alors que je baissais la mienne. Un petit sourire avait été présent sur ses lèvres quand il avait relevé la tête, il m'avait vu le regarder.

- Viens t'asseoir, dit-il en se reculant un peu de son bureau et tapotant sa main sur sa cuisse.

Je suis venu m'asseoir sur lui, mais pas dos contre torse, j'étais assis de côté ayant le côté gauche de mon corps collé contre son torse. Il posa sa main droite sur ma hanche droite pour me tenir contre lui. J'ai posé ma tête contre son torse et ferma les yeux. Je ne savais pas ce qu'il attendait de moi mais si je pouvais profiter quelques instants d'être comme ça alors autant le faire.

- J'ai une visite aujourd'hui, je compte sur toi pour te montrer digne de moi. L'invité arrivera dans une heure, tu as le temps de te reposer jusqu'à là. Ce que j'attends de toi est simplement d'être toi-même. Ce n'est pas un de mes frères, ni un qui s'occupe de toi donc tu n'as pas besoin de garder la tête baissée. Je te demande simplement de ne pas parler et de me laisser gérer.

- Être moi-même ? Demandais-je sans comprendre.

- Oui, par exemple si tu t’ennuie fait le moi savoir, sans parler par contre.

- Donc je me comporte comme si nous n'étions que tout les deux ?

- Tu te comportes comme tu veux Ethan tant que tu ne parles pas pendant la réunion.

J'ai acquiescé et me suis endormi aussitôt contre lui. L'ouverture assez brutale de la porte me fit me réveiller en sursaut, Xaltar me maintenant un peu plus fermement contre lui pour que je ne bouge pas, au risque de tomber.

- Syar ?

- Il est arrivé Xaltar, par contre je ne pense pas que tu seras ravi de la personne qui a été envoyée pour le contrat. Essaye de garder ton calme.

Ce que venait de dire l'elfe n'était pas très rassurant. Il est parti chercher l'invité pendant que je me réveillais pour de bon. Une personne arriva tout sourire dans le bureau, le diminuant un peu en me voyant mais gardant fière allure. J'ai senti Xaltar se tendre, me serrant un peu plus contre lui. Ce Métilien avait la peau blanche, des cheveux courts noirs et avec son sourire j'ai pu y voir des canines. C'était un vampire ? Ses yeux étaient rouges et son regard mauvais. Il ne devait pas être bien plus grand que moi.

- Bonjour maître Xaltar, dit-il en s'inclinant devant nous. C'est un honneur pour moi de venir ici.

- Bonjour Yuis, comment se porte mon frère ? dit-il d'une voix sèche.

- Maître Xeris se porte bien, il m'a envoyé ici pour le contrat.

Je regardais le vampire dans les yeux sans gêne, et je voyais bien que ça ne lui plaisait pas alors je continuais. J'avais Xaltar avec moi, rien ne pouvais m'arriver. Ils ont commencé à parler du contrat alors que moi je regardais toujours le vampire et jouais d'une main sur le bras de Xaltar qui semblait ne pas être gêné par ça. Mais l'invité était de plus en plus énervé, surtout quand j'ai commencé à passer ma main sur le torse de Xaltar doucement, le découvrant de nouveau. Bien sûr je regardais son torse et non pas le vampire mais je sentais son regard sur moi et il a fini par craquer.

- Non mais il fait quoi cet humain ?! Même si nous parlons d'un contrat vous pouvez le reprendre ! Il n'a pas à vous faire ça ! dit-il énervé.

- De quel droit oses-tu me parler comme ça ainsi qu'à mon humain, dit-il d'une voix calme mais terrifiante en posant sa main sur la mienne posée sur son torse. Je fais ce que je veux dans mon royaume et encore plus avec mon humain. Il m'appartient et seul moi décide de ce qu'il peut faire ou non. Si ça ne te plaît pas alors arrête de le regarder et concentre toi sur le contrat ! dit-il d'une voix beaucoup plus sévère. Sais-tu que tu viens de me dire oui pour que Xeris me laisse la moitié de son territoire ?! Syar ! dit-il d'une voix puissante.

- L'elfe arriva immédiatement auprès de nous. Préviens mon frère de ce qu'il vient de se passer ici, dit lui que le contrat est reporté à la fin de semaine et qu'il doit revoir l'éducation de certains Métiliens à l'encontre des dirigeants.

Syar acquiesça et est parti en transplanant pour rejoindre Xeris. Xaltar fusilla le vampire du regard, dont celui-ci était terrifié, et il disparu d'un coup. Toute sa colère est retombée et son regard croisa le mien, un léger sourire s'empara de ses lèvres.

- Tu as été génial Ethan.

- Je n'ai rien fais de spécial.

- Tu l'as déstabilisé pendant toute la durée de la réunion, sans désobéir. Tu viens de m'enlever un gros poids de sur les épaules. Yuis s'était mis en tête de me faire sien pour que je puisse recevoir de l'énergie grâce à lui. Déjà c'est totalement impossible parce qu'il est lié à mon frère et un vampire n'a pas d'énergie à donner car il est déjà mort. Bien que ça m'a énervé de le voir ici, je me suis douté que mon frère ne l'avait pas fait venir pour rien, il voulait s'en débarrasser et grâce à toi c'est réussi.

- S'en débarrasser ? demandais-je sans comprendre.

- La faute qu'il vient de faire est grave, ce n'est pas la première fois qu'il en fait, il va certainement mourir. C'est arrivé deux fois que mes frères envois un Métilien ici pour s'en débarrasser. Ils savent que ça marchera toujours ici car je suis...

- Sévère, stricte, impatient, dangereux, colérique,... dis-je alors qu'il me regardait choqué.

- C'est ce que tu penses de moi ?

- Oui et non. Car à côté de ça tu es bienveillant, gentil, attentionné, protecteur, doux,... dis-je sincèrement, bien que ça n'a pas été le cas la semaine précédente...

Xaltar m'a serré contre lui et caressa mon bras, s'excusant encore une fois de m'avoir fait du mal. Je suis resté le reste de la journée avec lui, il travaillait alors que moi je me reposais contre lui, dormant parfois quelques minutes. A l'heure du repas Xaltar m'a forcé à aller manger alors que je voulais plutôt aller dormir, mais j'ai fini par capituler. Après avoir bu rapidement ma soupe sous le regard désespéré des deux Métiliens, je suis parti me coucher, m'endormant aussitôt. Le lendemain matin, Syar est venu me réveiller en me disant de me dépêcher pour apporter le petit-déjeuner à Xaltar. Je n'ai pas eu le temps de m'habiller qu'il me mit le plateau entre les mains, et qu'encore endormi, je suis allé frapper à sa porte. Il m'indiqua d'entrer et je le fis, posant le plateau sur la table basse. Je m’apprêtais à rapidement partir mais un rire grave m'a cloué sur place.

- Et bien quelle tenue ! dit-il en riant. Je ne m'attendais pas à ça, seulement en pantalon de pyjama, les cheveux en pagaille comme si tu t'étais battu dans ton sommeil et une belle trace d'oreiller sur la longueur du visage. Je m'en souviendrais. Allez file te préparer ! dit-il toujours en riant.

Je suis sorti de sa chambre complètement rouge, vraiment gêné de la situation. Non mais quel idiot, pourquoi je ne me suis pas réveillé avant aussi ?! Je suis passé rapidement aux toilettes puis alla me laver rapidement, me dépêchant par la suite de m'habiller et de rejoindre Syar dans la cuisine. L'elfe m'a dit que je pouvais manger tranquillement puis que je le rejoindrais dans le salon des invités pour commencer le ménage en attendant les cours de Syar. J'ai pu souffler un peu le temps de boire ma soupe. J'ai rejoins l'elfe pour que l'on nettoie ensemble la pièce. J'étais plus efficace que la première fois et je me sentais mieux de ne pas avoir tout à faire seul. D'ailleurs Syar m'a dit que quand il était seul avec Xaltar ici, le travail que l'on faisait en une semaine, il le faisait en deux. Il m'a aussi expliqué que Xaltar avait été différent pendant la semaine précédente, ça ne lui avait pas plus d'être comme ça avec moi non plus.

- On parle de moi ? fit une voix dans mon dos qui me fit sursauter.

- Non, répondu Syar d'un ton neutre.

- O-oui, répondis-je en étant un peu gêné.

- Tu vois Syar, contrairement à toi Ethan me dit la vérité. D'ailleurs mes frères ne savent pas pourquoi il le fait... Bon Ethan on va commencer, oublis tout de la semaine dernière, on reprends tout depuis le début.

Syar est parti de la pièce en souriant et me souhaitant bonne chance. J'ai donc commencé, revoyant la salutation que je devais faire devant les dirigeants. Au lieu de me le dire froidement, Xaltar m'aida à bien me positionner en le faisant lui même, faisant un peu plus courber mon dos et remontant légèrement plus ma main. C'était bien plus agréable de le faire comme ça et j'ai appris bien plus rapidement. Avant de conclure la séance de la matinée, Xaltar m'a fait revoir les postures et gestes qu'il m'a appris, il a seulement dû me rectifier sur trois d'entre eux, douze étaient bien réalisés. Il a été fier de moi, ce qui m'a rendu heureux. Après je suis allé aider Syar pour le repas et nous sommes allés manger. L'après-midi a été consacré au ménage et à l'entretien de l'espace vert.

Le mois qui a suivi s'est déroulé de la même manière. J'avais des cours le matin avec Xaltar et l'après-midi je m'occupais avec Syar, ou parfois seul, du palais. J'avais une après-midi de libre dans la semaine, j'allais la passer dans la bibliothèque ou sur les jambes de Xaltar dans son bureau lisant un livre calmement.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Bob Pollen

-Allez c'est l'heure
-Attendez!
-Quoi
-Je veux pas qu'on y passe la journée mais vous avez vérifié le réseau?
-Oui
-Les câbles?
-Aussi
-Les tableaux?
-Ils sont ok
-Le médecin est-il là?
-Affirmatif
-On y va alors?
-Oui
-Bon courage!
-Egalement

7
3
0
0
Princesse40

Le chat...
Cet élégant animal familier
Tantôt casanier tantôt indépendant
Miaulant ses humeurs 
Exigeant animal 
On ne sait jamais avec lui
Qui est le maître 
Souvent c'est lui quoiqu'on en dise
Un beau manipulateur 
Très malin il sait y faire 
Tout obtenir 
Caresses, mots doux et plus que ça 
S'approprier toute la maison
6
6
0
0
Défi
SALGRENN

Le lieutenant Columbo n'en croyait pas ses yeux fripés de cocker…
Les huit cadavres étaient pourtant bel et bien là devant lui, soigneusement alignés par ordre de taille…
Le père tout d'abord, puis la mère suivie de ses six enfants, du plus grand au plus petit. Il manquait simplement le dernier dans cette mare de sang déjà coagulée. Et pour cause, d'après les premiers constats il n'y avait aucun doute : c'était sûrement lui qui avait fait le coup…
— On va le retrouver ce p'tit enfoiré ! On va le retrouver, ça vous pouvez en être certain Barnaby !
Car Barnaby était là aussi. Pour cette affaire hors du commun on avait appelé du renfort d'un peu partout. Et devait pas rester grand monde au 36 quai des orfèvres ou bien à Scotland Yard. Même cette grande folle dingue avec sa chapka constamment visée sur la tête avait fait le déplacement pour voir le massacre. Le célèbre Sherlock Holmes relevait déjà des indices précieux…
— Chausses du 36 le saligaud… ! Very funny but it's not usual du 36 pour un serial killer !
— Mais… N'est-ce pas normal à dix ans et demi… ?!
— Ouais… Perhaps…
On avait fait venir des chiens aussi.
Toute une floppée qui vous reniflaient dans tous les coins en remuant frénétiquement la queue. Des bergers belges malinois qui sont toujours les meilleurs pour cela, et tous les spécialistes des chiens-chiens à sa mémère seront entièrement d'accord là dessus. Très intelligents les bestiaux, et bien souvent, beaucoup plus que leurs maîtres d'après les statistiques…
— Chef… L'est sûrement parti par la forêt ! Je crois bien que les chiens ont flairé quelque chose…
Nous voilà donc qu'on se barre tous aussi sec, et à fond de train dans les bois. Dans la cabane, restent plus que deux ou trois sbires, tout habillés de combinaisons blanches, et qui passent des grandes serpillères humides sur le parquet pour nettoyer toute la scène de crime.
Au beau milieu de la forêt profonde, les gars décident de faire une pause, car cela fait déjà trois bonnes heures que l'on court ainsi, à en perdre haleine, derrière ces putains de clébards.
Maigret s'allume une pipe, Barnaby sort sa fiole de whisky old Glenmore and Sherlock son violon pour nous jouer une sérénade, tandis que cap'tain Marleau pisse debout derrière un arbre recouvert de mousse.
— Vous croyez qu'il a déjà réussi à passer en Suisse ?
— Possible…
Le chocolat étant très certainement le mobile du crime –on avait retrouvé des boulettes de papier d'alu qui emballe les Kinder-surprise disséminé tout le long du sentier– fallait donc bien se douter que le gamin chercherait forcément à se planquer par là-bas, pays de cocagne de la chocolaterie s'il en était.
— Galope drôlement vite ce salopiot… ! Merde ! Ils ont la santé à c't'âge là !
S'il ralentissait un peu la clope maïs le commissaire Bourret, cracherait peut-être un peu moins ses poumons aussi…
Vl'a qu'on repart. Faudrait se magner le rondin parce qu'il ne va pas tarder à faire nuit maintenant.
— Z'avez pas entendu… ?
— Quoi… ?
— …Les loups ! Pas entendu les loups qui hurlaient là… ?!
— Canis Lupus… Le loup gris commun d'europe…
Notre ami Sherlock, il ne peut jamais s'empêcher de ramener sa science à tout bout de champ. Il en deviendrait presque chiant à force.
Finalement, on s'est arrêté dans une petite auberge qui était située au beau milieu d'un clairière. Et recommandée par le guide du Routard ce qui ne gâchait rien. L'établissement, tenu par un vieux couple très propres sur eux, ne payait pas de mine, mais on a bien bouffé quand même.
Et on a bien picolé aussi.
Peut-être même un peu trop pour certains, car cela s'est terminé en bagarre générale, juste après le dessert…
Columbo qui saignait fort du nez a fini par sortir son flingue, un remington calibre 38 avec une crosse en nacre véritable qu'est toute jolie, et nous a tiré une salve en l'air pour que le calme revienne. De vrais gamins.
Ensuite, on est tous allés se coucher dans le foin.
Ça grattouille un peu quand on n'est pas habitué, mais on s'y fait assez rapidement surtout lorsque l'on est bien crevés comme nous l'étions. Un sacré roupillon que l'on s'est payé même, parce le lendemain matin à neuf heures, personne n'était encore debout.
Il est vrai que dans notre boulot, on a rarement le temps de faire la grasse mat', alors on en a profité un peu. Et puis l'air de la campagne nous avait fait du bien à tous, qui sommes le plus souvent enfermés dans des bureaux, à taper des rapports criminels ennuyeux au possible. Alors c'était l'occasion ou jamais de décompresser un peu.
Bref…
On s'est remis en route vers quinze heures, quinze heures trente, aprés avoir petit-déjeuné et  déjeuné dans la foulée. La patronne de l'auberge nous avait préparé une daube aux morilles, qui est sa spécialité, et il aurait été idiot de ne pas en profiter.
Dès le début, on a vu tout de suite que les chiens n'avaient plus du tout la gnaque… Ils commençaient sûrement à en avoir plein les pattes. Nous aussi, quelque part.
Alors, comme les pauses devenaient de plus en plus nombreuses, et longues, le commissaire Navarro, qui était le plus âgé d'entre nous, mais aussi le plus ancien dans le grade le plus élevé, a décidé de tout arrêter. À vrai dire un peu la mort dans l'âme tout de même, parce que c'est un sacré professionnel, le père Navarro, quoi qu'on en dise dans le télé Z de la semaine dernière.
— Bon… Je crois qu'on va laisser tomber les gars ! Parce que sur la tête de ma mère, la vérité que ce n'est pas humain de faire endurer ça à ces pauvres chiens !
Un bus, bien climatisé, est venu nous chercher rapidement pour ne pas avoir à se retaper toute la traversée de la forêt profonde. Sur le retour, on a chanté tous en chœur "Plus vite chauffeur !" et l'ambiance était vraiment au top. Sherlock a joué de son instrument, et la Marleau, qu'est pas bégueule pour un sou celle-ci, nous a fait un stripe dans les règles de l'art. Alors vrai que l'on s'était bien marré, et comme a dit Barnaby, lui qui se faisait toujours drôlement chier à la maison avec sa femme, qui n'en rate pas une pour lui casser les pieds, pour ne pas dire autre chose de beaucoup plus vulgaire : —Il faudrait que l'on recommence l'expérience plus souvent non… ?!"
Retour donc à la cabane sanglante en fin de journée, où pendant notre absence, les petits gars de la propreté scientifique avaient bien bossé, et tout nettoyé du sol au plafond. Sûr que l'on y voyait beaucoup plus clair maintenant dans cette histoire.
Et surtout qu'ils avaient finalement retrouvé le petit criminel, bien caché dans un placard à balais…
— L'aurait fallu peut-être mieux fouiller le baraque… que nous a sorti l'inspecteur Harry que l'on n'avait pas entendu encore jusque là, mais qui cause pas très bien le français non plus, il faut dire.
Le petit chose de mes deux a avoué tout de suite ses horribles crimes, ce qui nous a permis de gagner pas mal de temps pour résoudre l'affaire, surtout que l'on était un vendredi soir, et qu'évidemment personne ici n'avait envie de faire des heures sup' une veille de week-end.
On a tout de suite fêté ça comme de bien entendu, en ouvrant quelques bonnes bouteilles de champagne millésimées, que l'on a trouvé dans la cave, et où il y avait également un ogre qui se planquait bien dans le noir, et depuis pas mal de temps…
Mais ceci est une autre histoire…
6
6
9
5

Vous aimez lire Sevkookie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0