Chapitre 4 : Première journée

17 minutes de lecture

Xaltar a demandé à Syar de me faire visiter les lieux et de m'apprendre le fonctionnement d'ici. Nous avons donc fait un tour des lieux, je n'avais pas tout retenu mais quelques pièces me sont restées en tête comme : la cuisine très bien équipée, la grande bibliothèque dont je n'avais pas voulu sortir, la grande salle de bain, ma chambre qui était à côté de celle de Xaltar, le bureau du maître des lieux dont la porte était bien différente des autres et les toilettes pour éviter de me ridiculiser encore une fois.

Sinon les différents salons, les différentes chambres principalement pour ses frères, ainsi qu'une multitude d'autres pièces je n'avais pas retenu, surtout qu'elles avaient tous un nom différent ! Syar c'était moqué de moi en voyant ma tête mais m'a prévenu que ça finirait par rentrer au fil des jours. Après notre petite promenade nous avons rejoint Xaltar dans la salle à manger, Syar me laissant avec lui pour préparer le repas, que je devrais préparer moi-même les prochains jours, avec son aide bien sûr pour commencer.

- Alors comment as-tu trouvé le palais ?

- Grand... et je n'ai pas retenu grand-chose mais ça viendra. Quelle idée aussi d'avoir donné des noms aux salons et d'en avoir plusieurs... dis-je en soupirant ce qui le fis légèrement rire.

- Oui tu t'y habitueras, en fonction des personnes nous n'utilisons pas le même salon. Celui qui se trouve à côté de la bibliothèque est le salon personnel, seul ceux habitant ici peuvent y aller. Quand mes frères viennent, nous utilisons un autre salon, permettant aux habitants de la maison de pouvoir continuer à utiliser le même. En fonction du nombre et du rang des personnes ainsi que le but de la rencontre, le salon change. Tu t'habitueras avec le temps. D'ailleurs la bibliothèque t'a tapé dans l’œil non ? J'ai entendu Syar te menacer de nettoyer tout le palais avec un chiffon si tu n'en sortais pas.

- O-oui... dis-je un peu gêné, le rouge me montant aux joues. C'est qu'il y avait tellement de livres, je n'en n'avais jamais vu autant dans une seule pièce. J'aimerais pouvoir tous les lire.

- Et bien tu as un bel objectif, moi-même je ne les ai pas tous lu. Mais ne croit pas que tu vas passer tes journées là-bas, tu vas avoir du travail à faire ici.

- Oui je le sais, je me disais juste que le soir avant de dormir je pourrais lire une heure un livre avant de me coucher, c'est ce que je faisais dans mon village même si je connaissais les histoires par cœur.

Syar est arrivé avec le repas, ça ressemblait à une omelette mais bleu. Ça ne me donnait pas vraiment envie de manger. J'ai regardé les deux Métiliens qui la mangeait tranquillement, ça devait donc être mangeable. J'ai pris un bout mais ne put l'avaler c'était brûlant ! J'ai gardé le bout en bouche et respira par la bouche pour essayer de faire sortir la chaleur et rentrer de l'air pour refroidir la nourriture. J'étais en train de me brûler et eux la mangeait tranquillement.

Enfin non Syar était venu à côté de moi en me voyant rouge, les larmes aux yeux. Il me posait trente-six mille questions dont je ne pouvais pas répondre. Il a dû comprendre ce qu'il se passait car j'ai reçu une onde apaisante et qui m'a permis d'avaler la nourriture. J'ai directement pris le verre de je ne savais quel nectar et bu une gorgée mais en la laissant dans ma bouche pour apaiser le feu puis l'avala. Je sentais toujours cette petite onde en moi et la chaleur commença à diminuer.

- Ça va mieux Ethan ? demanda l'elfe inquiet.

- Oui, c'était juste beaucoup trop chaud pour moi, dis-je en essuyant mes larmes aux bords des yeux. C'est toi qui as calmé la douleur ?

- Oui, c'est un des effets d'avoir accepté ma marque, je peux soulager ta douleur et te soigner, c'est dans mes compétences. Désolé, j'ai oublié que les humains étaient plus sensibles au début, mais tu vas t'y habituer. Sinon c'était bon ?

- Et bien je ne sais pas quel goût ça avait, car comme tu l'as dit je brûlais !

Syar allait parler mais un bruit ou plutôt un rire se fit entendre. Nous avons tourné la tête vers Xaltar qui riait de bon cœur. Son rire était grave mais chaleureux et ça me fit sourire, oubliant que je m'étais brûlé. Syar avait l'air à la fois choqué et heureux. Je ne savais pas ce qui le choquait, le fait qu'il riait ou qu'il se moquait de moi ? Car bien sûr c'était sans doute mon comportement qui a dû le faire rire.

- Excuse-moi Ethan, dit-il une fois calmé, mais ça faisait longtemps que je n'avais pas ris et ta réaction sur le fait d'avoir brûlé a été de trop pour moi. Ne le prend pas comme une moquerie à ton égard.

- Non ne t'inquiète pas, et puis je n'ai plus mal maintenant grâce à Syar. Mais votre nourriture, pourquoi est-elle si chaude ?

- Ce n'est pas chaud au niveau température, c'est une épice qu'on met dans nos plats qui est trop forte pour vous, jusqu'à ce que vous vous y habituiez. Il n'y en avait pas dans la soupe que tu as mangée car c'est la nourriture qui est donné aux humains à leur arrivé et petit à petit l'épice y est incorporée. Après vous pouvez manger comme nous. Mais n'ayant jamais eu d'humain ici, j'ai oublié ce petit détail, me dit l'elfe en s'excusant. On te préparera la soupe avec l'incorporation de l'épice en douceur jusqu'à ce que tu puisses manger comme nous. Je vais t'aider pour ce midi en diminuant ta douleur. Tu peux manger.

Je n'avais pas vraiment envie de tester de nouveau le plat mais je pouvais lui faire confiance. J'ai donc mangé à nouveau et un simple picotement se fit sentir ce qui était plus supportable pour manger. Seulement je n'avais pas non plus le goût de la nourriture, c'était très léger donc je ne pouvais pas me faire un avis. Mon assiette vide, Syar mangea son omelette. J'ai fini de boire le liquide présent dans mon verre, ça ressemblait à un jus de fruit mais sûrement avec ceux présents sur Métila. Après le repas j'ai suivi Syar qui m'expliqua le fonctionnement du palais. Je n'ai pas tout retenu mais l'elfe m'a dit qu'on travaillera ensemble la première semaine pour que je puisse m'habituer.

Le reste de la journée est passé rapidement, pour le repas du soir j'ai aidé Syar pour le repas et nous sommes allés manger. Cette fois j'avais une soupe, préparé par moi-même en suivant la recette traditionnelle de Métila. Je ne la trouvais pas aussi réussi que celle que j'avais goûté dans le royaume de Xineas mais elle était tout de même bonne, sans avoir cette douce chaleur. Après le repas, j'ai aidé pour nettoyer la vaisselle puis ai rejoint ma chambre. Un pantalon en soie noir se trouvait sur le lit, sûrement Syar qui me l'avais posé. Je me suis changé, enfilant le pantalon qui était très confortable. Un passage aux toilettes fût nécessaire avant de pouvoir me coucher sur le lit. Le matelas était confortable, on devait bien y dormir dessus. J'ai posé le drap sur moi et ferma les yeux après avoir trouvé la bonne position pour dormir et de me laisser partir dans mes rêves.

Au petit matin, la lumière pénétrant dans la chambre me réveilla. J'avais très bien dormi et était en pleine forme. Je me suis préparé, allant me laver puis m'habiller et attacher mes cheveux en catogan. Je suis allé rejoindre Syar, qui était déjà levé, dans la cuisine pour préparer le petit-déjeuner. Un café noir avec des tartines et de la confiture composaient le plateau repas destiné à Xaltar. C'était mon rôle de l'apporter jusqu'à sa chambre, ce que je fis pendant que Syar préparait notre petit-déjeuner. Arrivé à l'étage, j'ai toqué à la porte de sa chambre et attendu l'autorisation du maître des lieux pour entrer.

- Bonjour Ethan, tu peux poser le plateau sur la table basse devant toi. Tu as bien dormi ?

- Bonjour Xaltar, oui j'ai très bien dormi, je me sens en pleine forme, dis-je en déposant le plateau sur la table.

Sa chambre était beaucoup plus sombre que la mienne, les mûrs étaient bleu foncé, la moquette était noire comme les rideaux qui cachaient les deux fenêtres. Xaltar était toujours torse nu, assis sur son lit de couleur sombre et qui était un peu plus grand que le mien.

- As-tu besoin de quelque chose d'autre ? Syar ne m'a rien dit à part que je devais déposer le plateau.

- Non ça va aller, tu peux aller manger toi aussi. Je viendrais te voir vers le milieu de la matinée pour te parler de la journée de demain. Sinon je laisse Syar gérer aujourd'hui, il va t'accompagner pour les différentes tâches. Dis-lui que je voudrais le voir dans une heure dans mon bureau.

- D'accord, je lui dirais, à tout à l'heure.

Je suis donc sorti de la chambre et alla rejoindre Syar, lui disant que Xaltar voulait qu'il vienne le voir dans son bureau dans une heure. Après ça nous avons mangé tranquillement, un jus de fruit et des tartines avec de la confiture vraiment délicieuse. La confiture était de couleur violette et avait un léger goût de miel, j'adorais. Quand la vaisselle fut propre, nous sommes allés dans un des grands salons et avons commencé à faire le ménage.

Ce salon-là était le plus grand, des murs blancs donnaient encore plus de luminosité à la pièce. Une porte menait au jardin qui avait l'air bien entretenu. Le sol était recouvert d'un grand tapis marron clair qui donnait l'impression que c'était du bois. Tout le mobilier montrait la richesse et l'importance que pouvait avoir Xaltar. Syar m'a laissé m'en occuper seul, allant nettoyer un autre salon pendant ce temps-là. Ils devaient être nettoyés une fois par semaine et plus s'il y avait des invités, ce qui n'arrivait presque jamais, seuls les frères de Xaltar venaient une fois l'an.

Quand le salon était propre, je suis allé rejoindre Syar dans l'autre mais il devait être parti voir Xaltar car je ne l'ai pas trouvé. J'ai donc continué de nettoyer la pièce dont il avait commencé le travail. Ce salon-là était plus modeste sur son contenu, je le préférais à l'autre qui me semblait trop arrogant. Les mûrs étaient couleur bordeaux et le sol recouvert de tapis blanc, celui-ci comportait une cheminée. Il était plus chaleureux que le précédent. J'avais remarqué que toutes les pièces étaient composées de tapis ou moquettes pour que l'on puisse marcher dessus sans avoir besoin de chaussures. Et effectivement je n'avais vu personne avec des chaussures ici.

- Ethan ? dit une forte, celle de Xaltar.

Je me suis tourné vers lui après avoir légèrement sursauté car j'étais occupé par mon travail. Il me fit un petit sourire et me fit signe de venir avec lui. Nous sommes sortis du bâtiment pour aller marcher dans le jardin. Je marchais un peu derrière lui comme me l'avait expliqué Syar. Cependant, Xaltar n'était pas de cet avis et posa sa main dans mon dos pour me faire marcher à sa hauteur, la retirant après.

- Pas besoin de toutes ces manières quand nous sommes seuls. Je voulais te parler de la journée de demain, mon frère Xineas veut que je vienne le voir avec toi bien sûr. Il nous donne rendez-vous pour 14h, mes trois autres frères seront là également. Bien que je lui aie dis que c'était trop tôt, il insiste pour que tu sois là. Il a hâte de rencontrer l'humain qui réagit à mon aura. Ce qui arrive donc au sujet que je voulais éviter de te parler, la deuxième raison de la peur des personnes à mon égard. Je n'aurais pas assez d'énergie pour te faire transplaner en même temps que moi, du coup il va falloir que j'en absorbe pour pouvoir le faire. Je vais t'expliquer comment je dois procéder mais si tu ne veux pas le faire je ne t'en voudrais pas, on partira demain matin en transport. Tu veux bien que je t'en parle ?

- Oui, je voudrais savoir, dis-je sûr de moi.

- Bien... pour que je puisse avoir de l'énergie, comme mes frères je dois pouvoir la prendre aux autres. Seulement, quand je le fais, une douleur intense les parcours et aucun ne veut retenter l'expérience ou même la faire une fois. Syar était partant mais il est trop lié à Xineas et je ne peux rien lui faire, c'est comme son fils. Je n'ai personne pour me nourrir d'énergie depuis presque 200 ans, donc mon royaume se meurt, je ne peux le garder vivant si je veux pouvoir vivre. J'aimerais pouvoir le faire avec toi, mais tu peux prendre le temps que tu veux pour te décider, j'attendrais. Pour...

- Je veux le faire, je veux te donner mon énergie pour que tu puisses aller mieux, dis-je en le coupant et le regardant dans les yeux. Je supporterais la douleur et je ne m'enfuirais pas.

- Tu ne veux même pas savoir comment je procède ?

- Non, je risque de me défiler autrement, fais-le, je tiendrais le coup.

Il avait tout de même essayé de me prévenir que ça serait douloureux, qu'il ne pourra pas arrêter pendant l'action et que je serais vidé d'énergie après, donc que je devrais prendre le médicament horrible. Avant qu'il ne continue à en dire plus je l'ai arrêté car plus ça allait et plus j'avais moins envie de le faire. Mais si ça pouvait l'aider à aller un peu mieux alors je le ferais. Il m'avait donc grandement remercié et me pria de ne pas avoir peur de lui après ça. Il m'a dit que pour la première fois il n'allait pas me prendre la dose habituelle mais moins afin que je puisse être en forme pour demain.

Il s'est assis dans l'herbe et me fit signe de venir m'asseoir entre ses jambes, comme Syar avait fait avec quelques jours avant. Je suis venu m'asseoir, posant mon dos contre son torse ferme.

- Bien, maintenant laisse toi faire, je gère tout, me dit-il d'une voix calme.

J'ai fermé les yeux, étrangement je me sentais bien comme ça, pas du tout stressé ou apeuré par ce qui allait suivre. Il passa sa grande main chaude sous mon haut pour venir la poser sur mon ventre. J'ai eu un frisson au contact mais après je me suis senti apaisé. J'ai commencé à sentir de légers picotements. Aussitôt son autre bras, qu'il plaça sur le haut de mon torse, vint me coller plus contre son torse fermement, bloquant mes bras par la même occasion. Ses jambes bloquèrent les miennes pour que je sois complètement immobilisé.

Je me suis laissé faire alors que les picotements se sont faits plus intense sur mon ventre et une douleur commença à se faire ressentir. Mon corps se mit à trembler alors que la douleur ne faisait qu'augmenter, me faisant crier et pleurer. J'essayais de sortir de là mais Xaltar me tenait fermement, je ne pouvais rien faire, j'avais l'impression qu'on m'écrasait le ventre. La douleur augmenta pendant quelques secondes puis s'immobilisa, j'avais toujours aussi mal mais je ne criais plus, ne me débattait plus et mes larmes ne coulaient plus. J'acceptais ce qu'il me faisait bien que la douleur ne diminuait pas mais j'avais l'impression de mieux la supporter.

Cela dura plusieurs minutes et la douleur disparue. Mes muscles se sont détendus et je me suis laissé retomber complètement contre le torse de Xaltar. Il libéra mes jambes et mon torse pour que je puisse bouger mais je ne le fis pas, je n'avais plus de force et je me sentais bien comme ça maintenant que la douleur était partie. Sa main était toujours sur mon ventre qu'il caressait doucement.

- Ethan ? Comment te sens-tu ? dit-il d'une voix inquiète.

- Bien... mais fatigué, dis-je à voix basse.

- Je vais te porter jusqu'à ta chambre, tu vas avoir besoin de te reposer, dors maintenant.

Et comme si mon corps l'avait écouté je me suis endormi aussitôt, complètement usé. La douleur avait été horrible mais au final plus supportable que ce que m'avait fait vivre Xineas sans le vouloir. Là je n'avais pas brûlé ou eu une douleur intense d'un coup sans qu'on ne me prévienne pas. Xaltar m'avait averti de la douleur et c'est lui qui me l'avait infligé consciemment mais parce que je l'avais voulu.

A mon réveil, je me sentais plutôt bien. J'ai ouvert les yeux assez facilement, il faisait nuit donc la chambre était peu éclairée, seule une bougie donnait de la lumière.

- Tu es réveillé, comment te sens-tu ?

J'ai regardé dans la pièce pour voir qui parlait et vis Xaltar assis sur un fauteuil, un livre en main qu'il posa pour s'approcher de moi.

- Encore un peu fatigué mais ça va. Et toi ? Tu te sens mieux ?

- Oui je me sens bien, merveilleusement bien, ça faisait tellement longtemps que je ne m'étais pas nourri d'énergie. Je t'en ai pris un peu plus que prévu car je t'en sentais capable et que ça m'a fait beaucoup de bien. Je t'en remercie Ethan. As-tu peur de moi maintenant que tu as vu ce que je devais faire pour pouvoir prendre de l'énergie ? En comptant que je ne l'ai pas fait en entier ?

- Non... je n'ai pas peur. Même s'il est vrai que j'ai eu mal, vraiment mal mais j'ai eu confiance en toi.

- Oui j'ai vu et senti que tu acceptais. La douleur a cessé d'augmenter à ce moment-là. Tu es le premier à qui ça arrive, tu t'es laissé faire, me laissant contrôler. Je suis fier de toi, personne n'avait fait ça pour moi jusqu'à maintenant. Repose-toi encore, nous sommes au milieu de la nuit, demain risque d'être une journée fatigante.

J'étais heureux d'avoir pu l'aider à aller mieux, grâce à moi il avait de nouveau retrouvé de l'énergie. Il avait l'air heureux que je n'ai pas eu peur de lui suite à ça. Je me suis rendormi doucement, détendu en sachant que j'avais pris la bonne décision.

- Allez Ethan réveille-toi, il faut que tu te prépares.

Je me suis réveillé en grognant légèrement, ne voulant pas me lever alors que j'étais confortablement installé.

- Dépêche-toi ou je te sors moi-même du lit ! dit une voix plus grave.

Je me suis dépêché de me redresser et tomba sur le regard de Xaltar alors que Syar était en train de sortir une tenue de l’armoire. Je me suis donc levé et Xaltar m'a dit de filer prendre un bain, ce que j'ai fait sans poser de questions. J'ai quand même fait un détour aux toilettes avant ça. Une fois dans la salle de bain je suis directement allé dans l'eau, ça me fit du bien, l'eau chaude pour me détendre. J'ai pris le temps de me laver et mis une serviette autour des hanches pendant que séchait mes cheveux. Seulement quand j'ai voulu m'habiller, j'ai remarqué que je n'avais pas de vêtements. Je me suis donc rendu dans ma chambre, seulement en serviette, espérant qu'ils étaient partis tous les deux mais non, ils étaient là.

- Te revoilà enfin, bon enlève ta serviette et habille-toi avec ce que je t'ai pris, je vais t'aider à le mettre, me dit Syar.

- Je préfère m'habiller seul si c'est possible.

- Tu n'y arriveras pas seul, un de nous peut sortir si tu veux.

Ce n'était pas le problème qu'ils étaient tous les deux ou pas mais devoir être nu face à eux et je ne voulais pas !

- Je vais sortir, on se voit tout de suite Ethan.

Xaltar est donc sorti mais ça n'allait rien changer, je ne voulais pas ! Syar n'arriva pas à me convaincre de le laisser faire donc Xaltar est revenu, faisant sortir l'elfe et se mettant face à moi.

- Maintenant tu vas arrêter de faire ton têtu et c'est moi même qui vais t'habiller ! dit-il sévèrement

J'ai dégluti et baissa la tête, laissant tomber la serviette.

- Eh bien voilà, maintenant laisse-moi faire, dit-il d'une voix plus calme.

J'ai gardé la tête baissée, ne voulant pas le voir me regarder. Il vint me mettre un haut qu'il attacha dans mon dos avec une ficelle. Mon dos n'était pas entièrement couvert. Il attacha également une sorte de ceinture, juste au-dessus de mon ventre dont le reste du tissu tombait à ma droite. Il me fit mettre une sorte de short vraiment très court d'où des bandes de tissus pendaient. Ils les enroulèrent le long de mes jambes pour venir attacher l'extrémité au niveau de ma cheville. Ensuite il a prit comme des sortes de bijoux en m'en attacha au niveau des bras et au niveau des cuisses.

- Voilà tu es prêt, tu peux te regarder dans le miroir. Tu vois ça n'a pas été si terrible.

Je suis donc allé me regarder dans le miroir. Le haut de la tenue était bleu nuit, et le bas était noir, ça allait très bien avec la couleur de sa peau qui était de la même couleur. Les bijoux étaient noirs avec des pierres bleu nuit. En fait j'étais assorti à Xaltar, la tenue était très belle et confortable. Syar est arrivé et a souris en voyant ma tenue. Il s'est occupé de mes cheveux qu'il brossa sous le regard de notre maître et les attacha en catogan.

- Et voilà tu es parfait comme ça Ethan, me dit l'elfe.

- Merci mais c'est vous qui avez fait tout le travail, désolé de m'être emporté avant de mettre la tenue.

- Ce n'est rien, on sait pourquoi mais tu vois tout s'est bien passé, me dit Xaltar en me regardant dans les yeux à travers le miroir. Bon je vais me préparer, on partira après. Syar tu peux lui mettre son yukata avant de partir ?

- Oui, bien sûr, répondit-il alors que Xaltar quittait la pièce.

Syar m'a donc aidé à mettre le yukata en soie noir avec des motifs de fleur de cerisier dessus, qu'il m'attacha au niveau des hanches. Il m'expliqua que c'était en attendant de rejoindre la salle de réunion avec les dirigeants. Vu que cela se passait dans le royaume de Xineas nous devions être habillé comme ça. Syar m'a accompagné jusqu'à l'entrée où j'attendrais Xaltar.

- Quand tu vas arriver dans la salle de réunion, ne relève pas la tête, ne parle pas si l'on ne te le demande pas, écoute Xaltar et appelle le maître, sans oubliez de le vouvoyer. Il va tout gérer, tu dois juste suivre ce qu'il te dit. Je vais y aller, je ne sais pas si on se reverra là-bas mais tout se passera bien.

Syar est donc parti dans un petit nuage de fumé. J'attendais Xaltar en regardant le paysage. J'ai senti sa présence dans mon dos et me suis tourné vers lui. Il était magnifique dans son yukata. Il était noir avec des motifs de flammes bleues. Ses cheveux étaient attachés en une queue basse, laissant seulement sa mèche bleue détachée.

- La vue te plaît ? dit-il avec un sourire alors que je détaillais du regard.

- Tu es beau comme ça, franchement j'ai essayé de chercher mais rien ne me fait peur chez toi.

- Merci Ethan, ça me fait plaisir.

Il m'a rejoint, nous étions prêts à partir pour le royaume de son frère.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Sevkookie ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0