Si j'étais la plume du président

7 minutes de lecture

Si j'étais la plume du président voici le discours que je lui proposerais de prononcer :

Chers concitoyens,

Le monde est de plus en plus complexe et les problèmes à résoudre sont multiples. Pour trouver des solutions efficaces il faut définir des priorités.

  La crise actuelle qui s'exprime par la colère est provoquée par la difficulté à comprendre le monde dans lequel nous vivons et à donner un sens à notre action. Nous manquons de repères et de vérités fondamentales sur lesquelles baser notre comportement.

  Pourtant il ne faut pas céder au pessimisme car "c'est lorsque nous prenons conscience de ce qui nous détermine que nous faisons le plus grand acte de liberté". (1)

  A l'origine l'humanité n'avait pour seul guide que la nature. Ce qui était sacré c'était le soleil, l'eau, la terre, les forêts. Aujourd'hui la technologie a remplacé la nature. Ce qui est sacré c'est l'objet issu du "progrès" technique : la voiture, l'ordinateur, le téléphone portable, la télévision.

  La technologie donne plus de puissance à l'homme, c'est en cela que réside son danger car elle lui donne aussi plus de moyens pour accroitre son emprise sur la nature ce qui à terme conduira à l'épuisement des ressources naturelles. Il y a aussi un décalage de plus en plus grand entre la puissance destructrice donnée à chacun et la capacité de l'homme à faire un usage raisonné de ce pouvoir accru. Car l'évolution technologique est exponentielle et l'évolution morale de l'humanité est lente.

  Nous ne vivons plus au rythme de la nature mais nous sommes soumis au rythme rapide de l'évolution technologique. "Le reflexe a remplacé la réflexion". (1)

 Il est temps de retrouver la raison et de se concentrer sur des valeurs fondamentales.

La vie est le bien le plus précieux, nous sommes tous d'accord la-dessus. Mais pour assurer le respect de la vie sous toutes ses formes il faut certaines conditions :

1) Préserver la nature et assurer la pérennité des ressources qu'elle procure à l'activité humaine.

2) Garantir les libertés, la justice et un partage équitable des richesses afin que chaque humain puisse disposer des moyens matériels pour satisfaire ses besoins fondamentaux : nourriture, logement, santé, éducation.

Ces principes sont repris dans un grand nombre de constitutions et déclarations de droits.

Pourtant si l'on dresse un bilan du XXe siècle du point de vue de ces critères, que constate t-on ? :

A) Famine et malnutrition :

 - 821 millions de personnes souffrent à présent de la faim soit une personne sur 9.

 - Dans le monde un enfant meurt de faim toutes les onze secondes d'après le programme alimentaire mondial (WFP).

B) Conflits armés :

231 millions de morts en 100 ans de guerre, le XXe siècle est le plus meurtrier de l'histoire.

C) Pollution :

 - Effondrement de la biodiversité

 - Pollution des océans et des terres cultivables.

 - 26 000 espèces animales ou végétales disparaissent chaque année, en 2048 il n'y aura plus de poissons comestibles dans les mers.

 - 7 millions de personnes meurent chaque année dans le monde parce qu’elles respirent un air trop chargé en particules fines. Tel est le dernier bilan macabre publié mercredi 2 mai 2018 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui sonne l’alerte.

D) Justice sociale et fiscale :

La concentration de la richesse s'est encore accentuée en 2018, selon le rapport annuel de l'ONG Oxfam sur les inégalités mondiales. 26 milliardaires ont désormais entre leurs mains autant d'argent que la moitié la plus pauvre de l'humanité, dénonce l'ONG.

Dans le rapport de l'association ATTAC France il est révélé qu’entre 2010 et 2017 : les impôts versés par les entreprises du CAC 40 ont baissé de 6,4 % en valeur absolue, alors que leurs bénéfices cumulés ont augmenté de 9,3 % et les dividendes versés aux actionnaires de 44 % en valeur absolue également sur la même période, tandis que leurs effectifs en France ont baissé de 20 %.

Les entreprises du CAC 40 ont versé 57 milliards de dividendes à leurs actionnaires en 2018 soit 12,8 % de plus que l'année précédente, ce qui représente 62 % des bénéfices. Dans le même temps plus de 500 sdf meurent dans la rue chaque année.

Le dernier coup de pouce au SMIC remonte à 2006 (il y a 12 ans !) si l'on excepte l'augmentation de 0,6 % en juillet 2012 décidée par François Hollande.

Il est illusoire de penser que l'humanité puisse survivre si l'on ne met pas tout en oeuvre pour ėradiquer ces quatre fléaux : la guerre, la famine, la pollution, les injustices.

Les inégalités et les injustices sont les deux ressorts principaux des révolutions.

Mais pour que les grandes puissances puissent porter leurs efforts avec l'efficacité requise sur ces priorités et emporter l'adhésion de tous leurs citoyens dans ce combat, elles doivent d'abord instaurer la paix sociale à l'intérieur de leurs frontières en garantissant la justice sociale.

La survie de toute organisation sociale repose sur le traitement réservé à ses constituants les plus faibles.

En France il y a 8 millions de personnes vivant en-dessous du seuil de pauvreté (1015 euros pour une personne seule).

Le poids électoral de cette minorité est trop faible pour que soit pris en compte leurs besoins. L'amélioration de leur sort passe donc par une prise de conscience générale des citoyens dont le niveau de vie est supérieur pour admettre que la priorité doit aller à cette catégorie.

Cette inégalité alimente les conflits sociaux qui empêche le pays d'avancer. On rentre ainsi dans un cercle vicieux qui pénalise tout le monde.

Il est temps de passer de systèmes de pensée isolés, individualistes et anthropocentriques à des schémas de conscience altruistes et planétaires

Pour répondre à tous ses besoins j'ai décidé de prendre les mesures suivantes :

1 - Augmenter le smic de 10 %.

2 - Taxer les Gafa.

3 - Diminuer la TVA sur les produits de première nécessité (pain, légumes, fruits, logement, transport (1)).

Supprimer ou réduire la TVA sur les billets sncf.

Augmenter la TVA sur les produits et services de luxe.

4 - Faire payer des impôts en France à ceux qui résident à l'étranger et qui perçoivent leurs revenus en France.

5 - Renforcer les moyens de lutter de manière efficace contre la fraude fiscale.

6 - Rétablir l'isf tout en accordant une exonération aux sommes RĖELLEMENT affectées à l'investissement dans les entreprises.

7 - Augmenter les tranches d'impôts.

8 - Augmenter les investissements dans la recherche fondamentale et dans l'éducation.

9 - La France doit prendre une part plus importante dans l'accueil des immigrés ayant quitté leur pays pour fuir la famine, les cataclysmes naturels, les guerres ou les dictatures.

10 - La France doit se montrer exemplaire dans l'aide aux pays les plus pauvres pour éradiquer les famines.

11 – Développer le marché des énergies renouvelables et de l'agriculture biologique, interdire l'usage du glyphosate dés 2020.

12 – Stopper la désertification rurale, réouvrir les écoles, les hôpitaux, les gares, les bureaux de poste. Développer les moyens de transport public en zone rurale.

13 - Prendre en compte le vote blanc.

14 - Introduire 30 % de proportionnelle aux élections législatives.

15 - Maintenir la taxe d’habitation pour les 15 % des ménages les plus aisés.

16 - Réduire les avantages, privilèges et indemnités accordés aux anciens présidents.

17 - Créer des conditions matérielles et financières incitatives pour favoriser l'installation des médecins en zone rurale.

18 - Taxer le kérosène.

19 - Imposer aux industriels de limiter de manière drastique les emballages. Taxer davantage les grandes industries pollueuses, françaises et étrangères.

20 - Limiter le salaire des salariés les mieux rémunérés à 20 fois le salaire moyen (comme en Suède), en France il est 70 fois supérieur (3).

21 – Réduire et assujettir les allégements de charge (notamment le CICE) et soumettre ces allégements à des obligations de moyens et de résultats.

22 – Augmenter l'impôt sur les bénéfices.

23 – Favoriser l'installation des médecins en milieu rural par la fixation d'un revenu minimal garanti par l'Etat.

24 - Réindexer les petites retraites sur l'indice des prix à la consommation et rétablir les 5 euros d'APL.

25 - Maintenir sur tout le territoire français la limitation à 80 km/h sur les routes secondaires.

Cette liste de mesures est loin d'être suffisante car nous ne parviendrons pas à opérer un changement radical de notre mode de vie par quelques lois ou règlement. Seule une prise de conscience généralisée de l'absurdité de notre économie capitaliste ultra libérale nous permettra d'ouvrir une nouvelle voie. La course effrenée à plus de profit et le chantage à l'emploi pour assurer la croissance doivent être remplacés par la reflexion philosophique sur le sens que nous voulons donner à notre vie. Capitalisme et écologie sont incompatible.

Nous utisons les objet techniques sans connaître l'origine des matières qui constituent ces objets, leurs processus de fabrication, le travail humain qu'il représente et leur impact social et environnemental.

La publicité est le vecteur de cet obscurantisme. La publicité est un fléau car elle occulte les questions sociales morales et politiques que soulève la technologie et ne fait rien d'autre que créer des besoins qui n'existeraient pas sans elle. Il en résulte une insatifaction permanente. Il faut cesser le matraquage publicitaire sous toutes ses formes.

Le monde qui mesure la réussite à l'aune du compte en banque est révolu.

La solidarité ne doit pas s'appliquer à une seule communauté ou corporation, elle doit s'étendre au monde entier. C'est la condition essentielle à satisfaire pour assurer l'avenir de l'humanité.

Comme le pape François et le Dalaï lama je vous invite à une révolution des consciences pour changer le monde.

Faisons le ménage chez nous pour accueillir notre part de la misère du monde.

Il n'y a pas de fatalité que l'homme ne puisse vaincre, la preuve c'est que j'ai pris conscience que j'avais gravement déconné !

Vive la France, vive l'humanité !

Emmanuel Macron

(1) Jacques Ellul

(2) Il ne parait pas souhaitable d'appliquer la baisse de tva sur la viande pour les raisons suivantes :

Une étude récente menée par 37 experts internationaux (Le Monde du 18 janvier 2018) indique que pour nourrir l'humanité il conviendra de consommer moins de viande rouge ou de sucre et plus de légumes.

De plus la production de la viande est une activité très polluante.

(3) proposition de @Jean-Luc Lys@

Il existe un moyen de réduire ces différences, au moins dans la fonction publique : quand une augmentation des salaires de 2 % est décidée, au lieu de l'appliquer sur chacun des salaires (ce qui contribue à accroître l'écart entre eux), appliquer cette augmentation sur la masse salariale, diviser la somme par le nombre d’employés, et donner à chacun la même la même somme.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 28 versions.

Recommandations

Défi
jean-paul vialard
NB : Cette histoire ubuesque, inscrite dans le défi « La Peur », ne pouvait trouver son rythme qu’au terme d’un long développement. Elle vous est présentée en plusieurs parties pour des raisons de mise en page. Merci d’avance aux Courageux et Courageuses qui se laisseront tenter par l’aventure.
5
6
0
13
Défi
Annick

1795

La calèche que tiraient deux chevaux, fit un tour sur elle-même, avant de s'immobiliser dans la cour du château. Les graviers firent tressauter la voiture.

Cela faisait plus de quatre mois que Julien était parti de sa province natale pour rejoindre son groupe de musiciens, (des harpistes, des violistes, des luthistes). Ils allaient de ville en ville, de salle en salle, offrir aux spectateurs leur art : un soir ici, un autre là. Julien avait du quitter pour un temps sa bien-aimée, celle qu'il venait d'épouser. Certaines missives que lui envoyait Eléonore se perdaient, pourtant, le courrier était régulièrement acheminé mais il suffisait qu'il y ait des intempéries pour que la malle-poste prenne du retard. Malgré les répétitions et les concerts qui s'enchaînaient, il avait pris le temps d'envoyer à son épouse des petites cartes remplies d'amour et de baisers.

2030

L'Hyperloop* arrive presqu'au terme de son trajet. Alexis n'a ressenti aucune secousse au point de se demander si la capsule, dans laquelle il se trouve confortablement assis, s'est véritablement déplacée.

Ce train à très grande vitesse est une sorte de bouchon fuselé, propulsé dans un tube dépressurisé. En moins dune demi-heure, il a parcouru 500 kms. Alexis a juste eu le temps de lire un chapitre de son livre : "les moyens de transport futuristes" offert par la compagnie pour l'inauguration du train.

Son portable émet une petite vibration. Le jeune homme n'a pas envie de répondre au téléphone tant il se sent bien avec lui-même dans cette bulle de douceur. Un sms, deux sms... C'est Juliette qui se fait insistante :

- Tu arrives bientôt ? Dis-moi quelque chose ! Je t'ai appelé mais tu ne réponds pas comme d'habitude.

Il écrit rapidement quelques mots pour la rassurer. "Pourquoi faut-il toujours qu'elle me harcèle avec ses je t'aime" se dit-il. "Je lui ai dit une bonne fois pour toutes que je tenais à elle. Ça devrait lui suffire ! On s'est vus, il a deux jours, et déjà elle est perdue. On s'écrit trop souvent. J'ai besoin d'air. Je n'en peux plus !"

1795

Eléonore, sortit en courant vers son bien aimé, puis l'enserrant tendrement de ses bras, elle s'inquiéta de savoir si son voyage s'était bien passé, si ses affaires prospéraient comme il l'entendait. Tant de semaines l'avait éloignée de lui.

- Tu m'as manqué lui dit Julien en la serrant tout contre lui. Parfois, je hais la musique qui me tient éloigné de toi. Tu es toute ma vie, tu sais !

- Sans toi, je ne vis plus, je ne respire plus. De ma fenêtre, tous les jours, je scrute l'allée, je guette le moindre nuage de poussière, un galop, une roue qui crisse qui pourraient annoncer ton arrivée murmura Eléonore en caressant doucement le menton de son mari.

Ils se dirigèrent vers la lourde porte en chêne qui donnait sur l'entrée de la demeure.

- Viens, lui dit-elle. Tu as sans doute besoin de silence et de repos.

- Le seul silence dont je rêve, c'est celui qui me parle de toi.

Elle l'embrassa tendrement et lui demanda :

- Alors, peux-tu me raconter ce que tu as vécu durant ces longs mois ?

- Ho ! dit Julien. J'ai bien cru ne jamais te revoir ! La calèche a versé dans le fossé. Il a tant plu ces jours derniers. Il nous a fallu un jour entier pour la remettre sur ses roues. Le cocher a dû partir chercher de l'aide, à pied, à plusieurs kilomètres de là. Un fermier a bien voulu nous tirer de ce mauvais pas. Son cheval de trait, fort comme Hercule, a permis de désembourber les roues du véhicule.

2030

Juliette attend Alexis sur le quai de la gare. Lorsque son compagnon arrive près d'elle, celui-ci effleure distraitement sa joue. Elle reçoit un reliquat de baiser, c'est-à-dire ce qu'il en reste quand celui ci, dépourvu de toute affectivité, ne signifie plus rien.

Elle n'ose répondre à cette marque de tendresse glacée. Il ne lui accorde aucune attention. Elle, désespérément, cherche dans son regard une complicité qu'elle ne trouve pas. Le visage inexpressif du jeune homme traduit une certaine langueur, celle d'une existence trop facile, où il suffit de vouloir pour tout obtenir, sans effort, sans mérite.

A la sortie de la gare, il hèle un taxi qui les mènera en deux minutes à leur appartement douillet, rue des Tramways.

-Tu n'as rien à me dire ? demande-t-elle, l'air résigné en ouvrant la portière arrière de la voiture.

Le jeune homme s'assied près du chauffeur, encore tout absorbé par le trajet inaugural de l'Hyperloop. Il sort de sa torpeur et fait part à sa compagne de ses impressions.

- C'est rapide. Presque trop, dit-il en scrutant la route. En dix minutes, on n'a pas le temps d'apprécier les petits fours et le verre de champagne que l'on nous a offerts, pour l'inauguration. Aucun frémissement, aucune micro secousse perceptible n'est venue troubler la surface du liquide. Le confort du fauteuil, la stabilité parfaite de la capsule m'ont donné envie de dormir. Il n'y a aucune fenêtre si ce n'est ces écrans qui diffusent des images représentant les régions que l'on traverse. Mais on oublie le brouhaha de la ville pour un temps."

1795

Eléonore se serra contre lui. Le regard éperdu, il chercha dans la chaleur de l'étreinte, l'amour qui lui avait manqué. Tant de semaines sans se caresser du regard !

Puis elle alla chercher un mouchoir qu'elle imbiba d'un peu d'eau pour essuyer la grande éraflure qui barrait le visage de son mari.

Elle le dévêtit pour le débarrasser de ses vêtements recouverts de boue et de sang coagulé.

- Comme tu es maigre, s'inquiéta-t-elle. Prends cette couverture, viens te sécher et te réchauffer près de la cheminée.

2030

D'un geste, il chasse une poussière sur la manche de son nouveau costume "Hubo Goss". Julien est coquet. Il aime passer du temps à choisir ses vêtements. Il lui faut la meilleure coupe, la plus belle matière, la couleur à la mode. Rien n'est trop beau pour cet homme d'affaires qui est toujours en représentation. Business oblige ! Il doit être impeccable. Et pas question de tacher le bas de son pantalon. Il ne se déplace qu'en taxi, en voiture, en train, ou en avion.

1795

- Je me sens mal, murmura-t-il dans un souffle. Puis, il s'affaissa comme un pantin désarticulé sur le tapis du salon. Il s'alita pendant trois jours, terrassé par la fièvre.

Eléonore, le veillait, prenant à peine le temps de manger et de se reposer, épongeant sans relâche la sueur glacée de son front avec une serviette.

Comme l'état du malade ne s'améliorait pas, elle demanda au palefrenier d'atteler son cheval afin d'aller chercher un médecin mais quand il revint après plusieurs heures, Julien avait cessé de vivre. Le praticien ne put que constater le décès avec amertume.

La jeune femme, se coucha alors sur le corps sans vie de son bien aimé comme pour le protéger et resta, là, longtemps, dans le silence de la chambre. Elle ne se remit jamais de la mort de son amour, et succomba quelques mois plus tard.

2030

Il toussote, se tourne vers Juliette et lui dit :

- J'ai dû prendre un peu froid à cause de la climatisation. J'ai mal à la tête. Je vais aller chez mon médecin. Je dois être en forme pour mes prochaines réunions.

Soudain, Juliette l'interpelle et déverse son amertume :

- Hé ! Je me moque bien de cet Hyperloop et de ta petite toux ! Tout à l'heure, quand je t'ai demandé si tu avais quelque chose à me dire, je pensais que tu me parlerais de nous, de nos projets en cours. Tu sais que j'espère une réponse à propos du prêt pour financer notre future maison. Et puis, j'attendais aussi....J'attendais que tu me dises : "Tu m'as manqué" !

Le chauffeur se fait tout petit sur son siège, l'air gêné par cet afflux de paroles intimes qui ne le concernent pas.

- Je te quitte lui dit-elle, dans l'énergie du désespoir. Je pars vivre à la campagne, auprès des vaches et des moutons. Cette vie urbaine trop facile, aseptisée, formatée, je ne l'accepte tout simplement pas. Je ne supporte plus ton air blasé, ton indifférence. Un jour, tu fusionneras avec ton fauteuil "nuage" de l'Hyperloop, avec celui de ton bureau... ergonomique, massant, de ta méridienne convertible, relax, en cuir de cerf sauvage, de ton lit à eau, relevable ! Moi, je retourne au XVIIIe siècle, dans la paille et la boue ! J'y trouverai sûrement l'amour, ce sentiment oublié qui se nourrit de manque, d'inquiétude, d'épreuves, de distance, de séparation, de retrouvailles exaltantes. Exaltantes ! Sais-tu seulement ce que veut dire ce mot ?

Elle reste un instant songeuse, les larmes au bord des yeux. Le silence est pesant. Puis elle rajoute :

- Moi, je suis une romantique, je fais partie d'une espèce en voie de disparition peu à peu décimée par un modernisme forcené qui ne laisse plus de place aux sentiments.

Alexis ne dit mot. Peut-être a-t-il déjà fui dans ses réflexions de businessman. Peut-être ne l'entend-il pas ?

Juliette s'adresse au chauffeur, le visage blême de chagrin et de colère contenue.

- S'il vous plaît. Je voudrais descendre au prochain stop.

Bientôt, la voiture s'arrête. Juliette paie et part rapidement. Elle s'éloigne sans se retourner et se perd dans la foule. Son écharpe blanche et ses longs cheveux blonds volent dans le vent.

Alexis consulte sa montre connectée et se dit :

"Je dois prendre l'avion pour Lyon dans deux heures. J'ai rendez vous avec un client super important ! Certainement l'affaire de ma vie ! Et puis, ce soir, je reprendrai l'Hyperloop. je serai de retour à Paris très vite ! Demain, je dois assister à une conférence au Centre Pompidou, sur l'art de vivre au XXIe siècle. Très intéressant à mon avis ! Quand j'y repense, ce train, il est génial !"

_____________________________________________

*L'Hyperloop, le train à super grande vitesse de demain ?

Ce système de transport devrait pouvoir atteindre une vitesse de 1220 km/h et serait économiquement viable pour toute liaison inférieure à 1500 km.

L'idée d'un transport à 1500 km/h par tube est apparue au XIXe siècle dans un roman d'anticipation de Jules Verne.

https://nsa40.casimages.com/img/2020/09/0

12
20
11
7

Vous aimez lire Gérard Legat (Kemp) ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0