Mes retrouvailles... de moi-même…

Une minute de lecture

Enfin, je me suis retrouvé

Après avoir été si longtemps naufragé

Déplorable victime de son cruel rejet

C’est incroyable à quel point je souffrais

Je me sentais

À peu près comme l’enfant

Qui a été abandonné

Par sa maman

Quel détestable

Et insupportable

Écueil

Puis

Avec le temps

Finit

Par se pointer

Le deuil

Mais

Auparavant

Il y eut ce satané

Déni

Accompagné

Par le pénible espoir d’être repris

Finalement

J’ai recouvré

Ma paix d’esprit

De nouveau, je suis habité

Par ma joie de vie

Dans ma tête, des oiseaux, à chanter, se sont remis

Dans mon cœur, des fleurs se sont épanouies

Dans mes entrailles, des papillons, s’amusent à butiner

Dans mon âme, le bonheur, je me plais à cultiver

Oui ! Me revoilà heureux, seul

Une fois débarrassé de mon linceul

Depuis,

Je chante la vie, la vie, la vie, la vie

Oui ! Je chante la vie, la vie, la vie

Avec des étincelles

Dans les prunelles

Lesquelles

Je lève constamment au ciel

Que la vie est belle !

Mademoiselle !

Autant que vous êtes belle !

Vous voyez !

Je me sens le cœur léger

Seul

Et sans linceul

Me revoilà tellement heureux

Qu’en scintillent mes yeux

Je vous le dis,

Je chante la vie, la vie, la vie, la vie

Oui ! Je chante la vie, la vie, la vie

Avec des étincelles

Dans les prunelles

Lesquelles

Je lève constamment au ciel

Que la vie est belle !

Mademoiselle !

Autant que vous êtes belle !

Vous voyez !

Je me sens le cœur léger.

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0