Mon cœur reste brisé…

2 minutes de lecture

J’ai beau pleurer

Me mettre à crier, à hurler

Mon cœur reste brisé

Pour l’éternité

Il est fêlé

Impossible de le ressouder

De le restaurer

Tu me manques tellement

J’en ai, à l’âme, des serrements

Je suis venu, j’ai vu

Et j’ai perdu

Le monde ne tourne pas rond

Je le vois dans mes yeux moribonds

L’orage s’est abattu sur moi

Je ne suis plus du tout roi

Me voilà complètement transi

Pourquoi, entre nous, est-ce fini ?

Je sens encore mon amour pour toi

Frémir dans mes veines, vibrer en moi

Merde, mon calvaire finira-t-il un jour

Ou devrai-je en pâtir pour toujours ?

Fais face à la réalité, me conseillent mes amis

Je le sais, ils ont raison, et je les en remercie

Les pauvres, ils se font du souci

Quant à moi, je ne dois plus me mentir,

Tu ne reviendras plus contre moi te blottir

Il me faut cesser d’exhiber ce faciès de martyr

Mais que puis-je donc, à tous, leur dire

Si je ne peux m’empêcher de souffrir ?

Avec ces stigmates dans mes entrailles à vif

Et ces balafres sur mon buste dépressif

Je coule à pic dans les eaux noires

Et me noie en buvant la tasse des déboires

Dans les courants pestilentiels de l’enfer

Infesté des pires démons à la poigne de fer

J’ai beau pleurer

Me mettre à crier, à hurler

Mon cœur reste brisé

Pour l’éternité

Il est fêlé

Impossible de le ressouder

De le restaurer

Mon univers

Tournoie à l’envers

Je ne sais plus que faire

Autre que prier

Afin de forcer

Ma souffrance à se taire

Ma cervelle risque d’éclater

Si mon ange ne vient pas m’aider

J’ai besoin de ses magiques ailes

Pour m’envoler jusqu’au Ciel

Et me libérer de cet infernal fiel

Mais où pouvons-nous trouver une bouée de secours

Contre les diaboliques tourments de l’amour ?

Je suis fatigué de ses sales tours

Pourquoi y revenons-nous toujours ?

La romance se révèle sadique, fasciste

Et nous, nous sommes masochistes

Mon arc-en-ciel se teinte de couleurs sombres

Et me garde plongé dans la pénombre

Je ne suis plus que, de moi-même, l’ombre

Et je sombre, sombre, sombre…

Qui me rattrapera

Dans ses chaleureux bras 

Et m’embrassera

Pour soulager mon désarroi ?

Qui ?

J’implore la magie

Des astres inédits

Des esprits...

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0