Maman, je t’aime…

Une minute de lecture

Ma divine maman chérie

Tu n’es plus là aujourd’hui

Et je trouve que je ne t’ai jamais assez dit

À quel point je t’aimais

Et te vénérais

Laisse-moi te déclarer

Ce que j’aurais dû

Ce que j’aurais voulu

Avant que tu nous aies quittés

Je le regrette tellement

J’en ressens du tourment

C’est dément

Maman ! Maman !

Quel magnifique mot

À l’épreuve de tous les maux

Je mets mon âme à nu

Maintenant que tu as disparu

Merci

De tout mon cœur

De m’avoir donné

Ce superbe présent

Qu’est la vie

Pour mon bonheur

Tu as fait tellement

Sans jamais rechigner

À mes yeux

Une mère exceptionnelle tu as incarné

Et même la plus merveilleuse

Crois-moi, je suis désolé

De ne pas te l’avoir exprimé

De ton vivant

J’en suis vraiment

Vraiment malheureux

Là où tu te trouves à présent

Es-tu heureuse ?

De tout mon être, je l’espère

Et même que je prie

Pour qu’il en soit ainsi

Maman, tu dois savoir maintenant

Que les soldats en guerre

Crient après leur mère

Quand ils se font blesser

Juste avant d’agoniser

Ce mot est si magique

Pour les enfants

Même les grands

Que face au tragique,

Tous, nous l’invoquons

En guise de protection

Maman ! Maman !

Je suis sûr

Que ton âme si pure

Vogue au firmament

En ce moment

Et un jour

J’irai t’y retrouver

Avec tout mon amour

Pour l’éternité

Je t’aime, maman

Si seulement

Je te l’avais dit plus souvent

De ton vivant

Maman !

Maman !

Je t’aime si fort

Oui ! Si fort

Tiens ! Mes yeux se mouillent

Ils s’embrouillent

Je bredouille :

Ô, oui, maman, que je t’aime

Que je t’aime...

Bon ! Mes joues sont trempées

Est-ce que tu me vois pleurnicher ?

Ô maman !

Ma douce maman !

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0