Oublier, oubliée…

Une minute de lecture

Ils ont tous le même visage répugnant

Ses clients abondants

Le même prénom anonyme

Pour la dîme

Tous jappent les mêmes obscénités

Ces dépravés, ces obsédés

Qui abusent de son corps aux chairs carbonisées

Qui, à tour de rôle, toujours la souillent

Sans remords de la vidange de leurs couilles

Certains sont mariés

D’autres sont esseulés

La plupart du temps mal engueulés

Et souvent avec des tendances à la brutalité

Elle veut de sa tête chasser l'idée

Qu’ils se vident en elle

Que chaque fois elle se brûle

Un peu plus les ailes

Et que dans sa poitrine son âme hurle

Une fois revenue chez elle

Elle refuse de penser à ces déments

Dépose ses dentelles

Et compte son argent

Avec lequel elle achètera

Du maquillage, des fleurs

De la lingerie et des douceurs

Qui peut-être remplaceront

Tout ce qu’elle a à retrancher

De sa chienne de vie de rouge chaperon

Qui sans cesse se fait manger

Par le méchant loup de cornes doté

Et aux interminables dents acérées

Oubliée,

Elle veut oublier, oublier

Cette destinée

Qui l’a fait basculer

Et ne cesse de l’enfoncer

Dans cet abysse damné

Oubliée

Qui prie pour oublier

Qu’elle a été oubliée

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0