La découverte sexuelle d’Adèle se poursuit…

Une minute de lecture

À quatorze ans, elle s’avérait bien dégourdie

la jeune Adèle et possédait un esprit affranchi.

Sa sœur et elle vivaient ensemble en appartement,

pour fin d’études, et elles en profitaient avec engouement

pour aller danser chaque fin de semaine dans les bars

des villages limitrophes en se permettant, sans égard

aux risques et périls, de faire de l’autostop aller-retour

Le retour à la maison se faisait avec des garçons

plus âgés conduisant une voiture et plus fripons

La soirée se terminait souvent dans des jeux sexuels

soit dans l’auto, soit dans la cuisine de l’appartement

pendant lesquels elle atteignait l’orgasme, la belle Adèle,

mais jamais de pénétration, par peur de l’enfantement.

À quatorze ans, elle s’avérait bien dégourdie

la jeune Adèle et possédait un esprit affranchi.

Toutefois, jamais elle ne perdit la tête, la belle Adèle.

Elle finit par se marier et donna la vie à trois enfants

formant un couple amoureux avec son mari si aimant

pendant plus de quarante ans, lui restant toujours fidèle.

Avec le temps, elle est devenue un être de lumière, Adèle,

une femme merveilleuse, bienveillante et exceptionnelle.

Et toute sa vie, elle adora le sexe, d’abord avec son mari.

Puis avec ses amoureux quand devint Alzheimer celui-ci,

après, bien entendu, plusieurs années d’enfer et d’abstinence,

espérant un jour pouvoir remplacer son époux avec aisance.

À quatorze ans, elle s’avérait bien dégourdie

la jeune Adèle et possédait un esprit affranchi.

Mais la vie a fini par lui jouer un mauvais tour

en lui enlevant son mari bien-aimé pour toujours.

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0