Découverte sexuelle…

Une minute de lecture

Elle n’a que sept ans, la petite Adèle

Et son frère n’en a que cinq, le jeune Lionel

Elle a le devoir de veiller sur lui, Adèle

Car sa mère tient maison pour huit enfants

Et son mari qui travaille tout le temps

La sœur et le frère montent à l’étage

Et bien sûr ils se montrent bien sages

Parce que leur jeu est un fruit défendu

Et ils s’assurent de ne jamais être vus

Enfin seuls, elle lève sa robe jolie

Et retire sa petite culotte fleurie

Tandis que lui baisse son pantalon

De même que son blanc caleçon

Les voilà s’admirant les parties

Et succombant même à l’envie

De se caresser réciproquement

C’est peut-être mal, mais si excitant

Oh non ! Ils se rhabillent en vitesse,

Les pas de leur mère résonnent

Dans les marches traîtresses

Ouf ! Le téléphone qui sonne

Et leur mère illico redescend

Pour leur grand soulagement

Leur apprentissage se poursuit

Au fil des ans et de ces jeux interdits

Âgées de onze ans, la petite Adèle

Et sa compagne coquine se dérobent

Aux yeux de tous et relèvent leur robe

Ensemble pour s’exhiber toutes nues

À leurs frères vigoureusement émus

Voilà ce que fut la découverte sexuelle

Vécue par Adèle et son frère Lionel.

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0