Ce matin...

Moins d'une minute de lecture

Ce matin, dont la bourrasque meurtrière

Transportait la mort dans ses tourbillons

Le ciel était noir

Les oiseaux fuyaient la furie

L’automne vociférait sa colère

Mugissait leur vieillesse

Tous tremblaient

Les doigts squelettiques s’entrechoquaient

Eux chuchotaient dans l’obscurité

C’étaient des secondes terribles

Qui font frémir l’âme

De sa détresse la plus atroce

Devant cette matinée si horrible

Face à ce spectacle de terreur

La vieille Émilie a prié le Soleil

De déverser son or sur la Terre

Et alors les nuages s’entrouvrirent

Et les rayons touchèrent le sol

En éventail d’une lumière dorée

Aussitôt tout s’illumina

Sous leurs yeux vieux et humides

Et ils retrouvèrent la légèreté

De leur cœur fatigué

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0