Résilience et espérance

Une minute de lecture

Ô toi ! Ma prétendue âme sœur,

Entre toutes les femmes, bénie,

Oui ! Toi ! Que je croyais être celle de ma vie !

L’élue de mon cœur !

Sois rassurée, ma chérie du passé,

Mon âme s’est exorcisée de toi.

Si la Divinité m’a laissé tomber

Brutalement des nues à propos de toi,

C’est que, un autre plan, Elle avait pour moi.

Sans ta présence à mes côtés, hors de toi,

Les fruits, avec joie, je recueillerai.

Mon Aphrodite, ce n’est plus toi.

Chérubin me l’a révélé.

Et aussi que des flèches d’Amour en émoi

Une autre au cœur plus pur vont toucher,

Plus aimante et avec plus de sincérité.

Sache que mes complaintes avec toi se sont évaporées,

Et que, de mon cœur blessé, la plaie béante s’est cicatrisée,

Les bras grands ouverts pour accueillir le véritable amour,

S’abreuvant, assoiffé, à l’arbre de la vie. Comme toujours,

Le Divin vaincra le Malin

Et mon ciel redeviendra azur, c’est certain.

Ô toi ! Ma factice âme sœur,

Entre toutes les femmes, bannie,

Oui ! Toi ! Qui n’étais pas celle de ma vie !

Tu ne fus qu’une illusion, qu’une fausse élue de mon cœur !

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0