Acceptation salvatrice

Une minute de lecture

Ô toi ! Ma prétendue âme sœur,

Entre toutes les femmes, bénie,

Oui ! Toi ! Que je croyais être celle de ma vie !

L’élue de mon cœur !

Après ton message assassin, sous mes pieds,

J’ai senti s’ouvrir les trappes de l’enfer où j’ai sombré,

Dans les flammes dantesques, pour une ronde frénétique y valser,

En compagnie des anges démoniaques de l’Apocalypse.

Au bord du gouffre de la détresse, j’ai eu beau essayer de t’amadouer.

Rien n’y fit. Le flot de mes arguments, ton cœur, n’atteignait plus.

Quoi ? Comme ça ? En un claquement de doigt ? Tu disais, le feu, avoir perdu.

Oui ! J’ai commis des erreurs, j’en suis conscient, mais ne pouvais-tu pas

Me pardonner ? Nous vivions tellement de moments merveilleux, n’est-ce pas ?

Malgré tout il n’y eut rien à faire : je me suis cogné à un vrai mur.

Alors seulement j’ai découvert à quel point ton cœur pouvait se montrer dur.

Et cela m’a étonné de ta part, me prouvant que je ne te connaissais pas vraiment

Tu as choisi ta liberté, à mon égard, impatiente, te montrant

En ne m’accordant pas le temps de devenir qui tu voulais que je sois,

Aujourd’hui je sais que j’ai eu un comportement d’échec envers toi

Tu exigeais trop de ma part et trop rapidement. Oui ! C’était trop pour moi !

Et puis, avec le recul, je me rends compte de ce que tu désirais de moi :

Me mener par le bout du nez… Et cela, à l’échec, c’était voué !

Alors, tout est bien qui finit bien, mon ex-dulcinée.

Ô toi ! Ma prétendue âme sœur,

Entre toutes les femmes, bénie,

Oui ! Toi ! Que je croyais être celle de ma vie !

L’élue de mon cœur !

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0