Catastrophe amoureuse délictuelle

Une minute de lecture

Ô toi ! Ma prétendue âme sœur,

Entre toutes les femmes, bénie,

Oui ! Toi ! Que je croyais être celle de ma vie !

L’Élue de mon cœur !

Ô ! Que je l’ai en damnée horreur

Ce message fatidique de malheur

Par lequel tu m’as transpercé le cœur

Et l’âme de la lance d’Arès, en fureur,

Du poignard de Brutus, sans cœur :

« J’ai beaucoup réfléchi, et c’est terminé. »

Voilà ! Ils n’arrivaient pas à y croire mes iris rivés.

Je me rappelai alors notre dernière soirée

Où tu flamboyais comme un rayon d’amour éthérée

Et de passion. Que venait-il donc d’arriver ?

À mes yeux meurtris, la lune venait de chuter,

Pour, dans les abîmes de l’enfer, s’engouffrer.

Ô toi ! Ma prétendue âme sœur,

Entre toutes les femmes, bénie,

Oui ! Toi ! Que je croyais être celle de ma vie !

L’élue de mon cœur !

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0