Papa

Une minute de lecture

Oui ! Toi !

Ton rôle de pourvoyeur tu as bien accompli

Comme celui de dispensateur de discipline, eh oui !

Notre mère nous menaçait toujours avec toi

Attention ! Votre père arrive ! Et voilà !

Ce fut là à peu près notre seule et unique relation

Jamais nous n'eûmes de profondes conversations

Et pourtant ! Je t’aimais, mon géniteur !

J’étais présent quand à l’urgence l’horreur

T’est tombée dessus telle une choppe d’acier

Cancer avec métastases, plus rien à tenter

Regarde-moi, m’as-tu dit, je ne sais pas quoi faire

Tu ne trouvais pas de solution. Pour toi, une première

Mais tu n’y peux rien, papa, c’est l’affaire des médecins

Je ne veux aucun traitement, c’est mon tour, mon destin

Quand j’ai quitté ta chambre d’hôpital, le soir où tu t’es éteint

Endormi par la morphine, tu t’accrochais des deux mains

Désespérément, me sembla-t-il, aux barreaux de la ridelle

Les yeux fermés, le visage levé vers le plafond, le ciel,

Comme un condamné du jugement dernier qui craint

De sombrer dans les flammes de l’enfer du Malin

Quelques minutes plus tard un appel chez moi

M’apprit que tu venais de passer de vie à trépas

Quand je t’ai aperçu sur la civière sans vie

J’ai éclaté en sanglots comme un fils meurtri

Papa

Oui ! Toi !

Annotations

Vous aimez lire É. de Jacob ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0