1ère année à Poudlard

3 minutes de lecture

Lavande avance d’un pas, s’approchant du quai. Au loin résonne le sifflement du train entrant en gare.

Une locomotive rouge à l’aspect verni se gare le long d’une voie, dans un bruit de ferraille.

L’adolescente trésaille et laisse passer quelques élèves devant elle.

Ses parents la poussent gentiment vers le convoi, où elle finit par pénétrer.

Elle entend des rires, observe des jeunes assis dans des wagons… la sorcière n’est pas timide, mais là bizarrement, devant tant de visages inconnus, elle est un peu craintive.

C’est alors que deux filles à la peau cuivrée et aux longs cheveux noirs s’approchent d’elle en souriant.

« Bonjour, nous sommes les sœurs Patil, moi c’est Pavarti. »

Lavande sourit, elle devine qu’elle vient de se faire ses premières amies.

Un groupe d’élève bloque l’accès aux escaliers menant au premier étage de l’immense château de pierre.

Lavande tend la tête et aperçoit en haut des marches, de jeunes garçons semblant se quereller.

Il y a un blond, l’air méprisant et un petit brun à l’allure assurée.

Autour d’elle, la sorcière entend ses camarades pousser des exclamations stupéfaites, et remarque des doigts pointer dans leur direction.

Elle distingue alors, une cicatrice en forme d’éclair sur le front de l’adolescent aux cheveux en broussailles.

C’est la première fois que Lavande voit Harry Potter.

Le professeur Mc Gonagall a l’air bien sévère avec ses yeux cachés derrière des lunettes aux verres allongés.

Elle tient dans la main, quelque chose que Lavande trouve totalement incongru : il s’agit d’un chapeau sombre avec une large entaille sur l’une de ses faces.

L’enseignante le dépose sur un tabouret, face aux élèves installés le long des tables de la Grande Salle.

L’encoche s’ouvre alors, révélant une bouche, et le chapeau se met à chanter.

Lavande apprend ainsi que l’objet magique est un choixpeau et qu’il répartit les nouveaux écoliers dans les maisons correspondant à leur caractère.

Le professeur Mc Gonagall, déplie un long parchemin où sont inscrits une multitude de noms.

« À chaque nom que je dirais, explique la directrice de la maison Griffondor, vous viendrez vous assoir sur le tabouret et mettrez le choixpeau sur votre tête. Il vous indiquera votre maison pour toutes vos années à Poudlard. Bien, commençons… Miss Lavande Brown. »

La jeune fille tressaille, elle aurait tant aimé ne pas être la première. Bravement, elle s’avance jusqu’au choixpeau et le pose sur ses longues boucles brunes.

« Hum, voilà une jeune personne au fort tempérament… pour l’instant tu es encore un peu naïve et rêveuse, mais je suis certain que Griffondor va t’aider à mûrir. GRIFFONDOR ! »

Soulagée de n’être pas à Serpentard, la jeune fille va s’installer auprès de ses nouveaux camarades sous un tonnerre d’applaudissements.

C’est le soir d’Halloween. Assise à table auprès de son amie Pavarti, Lavande pouffe de rire en l’écoutant raconter que Luna Lovegood est persuadée que les nargoles existent.

Soudain, alors que Lavande a la bouche pleine de tarte aux potirons, les portes de la Grande Salle s’ouvrent avec fracas. Le professeur Quirrell en jaillit, comme poursuivi par un démon.

« Un Troll ! Un Troll ! » crie-t-il avant de s’effondrer sur le sol.

Aussitôt tout le monde hurle en courant dans tous les sens. Dumbledore finit par remettre de l’ordre en demandant aux préfets de conduire les groupes d’élèves, à leur maison.

Les professeurs, eux, armés de leur baguette, partent à la chasse au troll.

« J’espère qu’ils vont vite trouver et tuer ce monstre, murmure Pavarti, qui serrée contre Lavande, tremble de peur.

- Oui, oui, répond son amie.

En réalité, cette dernière ne l’écoute pas. Du coin de l’œil, elle observe Ron et Harry qui tentent de ne pas être vus alors qu’ils s’engouffrent dans un couloir adjacent.

Lavande curieuse, décide de les suivre. Elle s’écarte de Pavarti et s’exclame d’un ton faussement contrarié :

« Oh zut, j’ai laissé tomber ma bague, part devant, je te rejoins.

- Tu es sûre, ce n’est peut-être pas prudent avec ce troll qui traîne dans les parages.

- Ne t’inquiète pas pour moi. »

Pavarti, soupire, mais la peur lui fait suivre les autres élèves. Lavande attend d’être seule, puis elle part dans la direction prise par les deux garçons.

Elle marche silencieusement, attentive à ne pas être entendue, craignant de croiser l’ogre au détour d’un couloir.

Apercevant les deux sorciers devant la porte des toilettes des filles, elle se dissimule derrière un pilier qu’orne une gargouille en pierre. Elle les observe pénétrer dans la petite pièce et rapidement entend des cris, des bruits de chutes et de casse.

Alors qu’elle tente de s’approcher subrepticement, elle voit les professeurs courir dans sa direction l’air affolé. Ils s’arrêtent devant les toilettes sans l’apercevoir et ouvrent la porte à l’aide de leur baguette.

Se décidant à retourner dans le dortoir des Griffondors, Lavande esquisse un petit pas de danse. Décidément elle ne va pas s’ennuyer à Poudlard.

(à suivre la seconde année à Poudlard)

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0