2-Mercredi 2 Octobre 2019

3 minutes de lecture

Assit sur la vieille moto postée en bas de son immeuble, Quillian finissait sa cinquième cigarette. 15h46, et toujours aucun message. Il pensait avoir comprit ce qu’il se passait pour Lilou… Ne rien pouvoir faire le mettait hors de lui. Il devait attendre Vendredi avant d’agir. La voir physiquement l’aiderait certainement à la convaincre de le laisser faire quelque chose pour son beau-père. C’était lui le problème, depuis le début.

Un sourire s’esquissa dans les volutes de fumées grises. S’inquiéter autant pour une fille qu’il n’avait jamais rencontré, ça ne lui ressemblait pas. Si elle lui avait envoyé ce message quelques mois plus tôt jamais il n’aurait répondu. Ecrire à une inconnue juste pour parler librement ne l’aurait pas intéressé. S’il n’y avait pas eu tous ces problèmes dans sa vie, ce jeu aurait été balayé. Mais voilà, Quillian avait eut besoin de parler lui aussi, de penser à autre chose. Voilà qu’à présent cette fille prenait toutes ses pensées.

Prenant une dernière bouffée, il écrasa sa cigarette rapidement avant de remonter dans l’immeuble derrière lui. Quatre étages d’escaliers avant de pouvoir se poser sur son canapé.

Mais au milieu du chemin, son portable vibra. Se figeant sur les marches, Quillian leva rapidement l’appareil devant ses yeux.

15h59

« 76 Rue du Dr le Savoureux, Châtenay-Malabry. Vient »

Son sang ne fit qu’un tour. Faisant marche arrière, il ne lui fallu qu’une minute pour arriver en bas. Entrant rapidement l’adresse dans son GPS, Quillian enfourcha sa moto sans hésiter. Onze minutes.

Que se passait-il ? Pour qu’elle lui donne son adresse ainsi, sans rien dire de plus… Et qu’elle lui demande de venir tout de suite… Que se passait-il ?

Huit minutes. Quillian arrêta sa machine devant un petit muret blanc. Une très belle maison en effet… Un rez-de-chaussée surélevé, un garage en dessous, deux étages, plusieurs balcons et un petit jardin tout autour.

Mais sa contemplation du lieu cessa rapidement à un cri. Sans perdre de temps Quillian sauta par-dessus le muret pour courir vers la porte ouverte.

Un salon en désordre à sa droite. Mais ses yeux ne purent s’attarder sur les détails : dans l’un des canapés de cuir brun, un homme était penché sur une jeune fille, lui tenant le cou, l’étranglant dans un immense sourire. Une femme tentait en vain de l’arrêter, tirant sur ses bras deux fois plus épais que les siens.

L’agresseur n’eut pas le temps de réagir lorsque Quillian le tira par les épaules pour le jeter plus loin. Après un court regard à l’adolescente presque évanouie, il se jeta de nouveau sur l’adulte. Une droite partie, puis un coup de genou. L’homme ne pouvait réagir, le jeune adulte face à lui était bien trop habitué à se battre, il esquiva ses maigres tentatives avant de le frapper de nouveau.

Le cœur de Quillian battait violemment. Cette ordure avait tenté de la tuer. C’était évident qu’il s’agissait là de Lilou, de sa mère et du fameux beau-père. Mais plus encore que cette tentative d’étranglement, Quillian avait très bien vu son pantalon baissé. Il l’avait violée. Ce n’était peut-être même pas la première fois.

*

Ses paupières se soulevèrent lentement, papillonnant un instant avant que Quillian ne puisse apercevoir ses yeux ocre. Il resserra sa prise sur la main de Lilou dans un sourire. Ses joues se teintèrent très vite de rouge et elle baissa les yeux, le faisant rire.

  • Bonjour Lilou.

Elle ne répondit pas et chercha quelque chose du regard. Peut-être sa mère ? Elle était dans le couloir et discutait avec deux policiers. Mais Quillian fronça les sourcils alors que la jeune fille se saisit rapidement le téléphone de son héro posé sur la table près d’eux.

Peut-être que la minerve que lui avaient mis les médecins l’empêchait de parler ?

Elle leva ses yeux vers lui en tendant le téléphone, elle avait écrit sur un bloc note :

« Bonjour Quillian, merci d’être venu »

Le jeune homme sourit en plongeant son regard dans le sien :

  • C’était normal… est-ce que tu as mal ?

Elle reprit l’appareil à deux mains pour répondre :

« Un peu, mais ça va »

  • Pourquoi tu ne parles pas ?

Cette fois son visage d’ange s’assombrit. Elle écrit lentement et ne leva pas les pupilles, fuyant le regard de Quillian lorsqu’elle leva enfin l’écran devant lui. Trois petits mots sur un bloc note :

« Je suis muette »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

KagomeAohane
Elle peut changer de couleur.
Elle manie le katana comme personne.
Il brille.
Elle parle italien.
Elle n'a aucun talent particulier (euh, l'alcoolisme, ça compte ?). Ah si, elle est trikôka !

Voici les guerriers de l'arc-en-ciel ! Leur objectif ? Mettre fin aux injustices dans le monde.

Allez lire les tomes I et II des aventures de nos héros : https://www.scribay.com/text/504597719/les-guerriers-de-l-arc-en-ciel-contre-la-terrible-noisette
https://www.scribay.com/text/1181781876/les-guerriers-de-l-arc-en-ciel

Cette histoire est écrite par PM34, Alba Sequebatur, Larousse et moi. Nos guerriers sont nés à partir de délires !
178
628
789
171
Anthé
Théa est une jeune femme ordinaire qui va malgré elle découvrir l'obscurité du monde et des Hommes...
Pour avancer, elle va devoir abandonner son passé. Suffira-t-il de cela pour la préserver de ses ténèbres ?
Propulsée dans le monde adulte, elle va alors comprendre que les contes et légendes de son enfance ne sont qu'illusions.
2
0
0
12
Défi
phillechat
Foudre et poussière
6
8
0
0

Vous aimez lire Liilou ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0