Le mal heur

Moins d'une minute de lecture

Qu'importe le malheur, ses vertigineuses descentes

Face à notre amour, au pied de nos joies avérées.

Il peut nous faire peur avec ses flèches occurrentes

Qui révèlent le désamour. Mais rien n'étouffera ces soirées.

Je te serai, sans manière, fidèle, incassable et translucide,

je courrirai, j'aurais mouru, mais je surgirai tel un chevalier sur son nuage,

Brandissant notre bannière pour te guider d'une voix lucide

Sur le chemin Perdu aux portes que l’on pousse avec courage.

Aucune reine, aucune femme, ni aucune déesse

Prendront mon cœur vierge pénétré de ton esprit vainqueur,

Car c’est là où ma pensée s'enflamme. Et l’ivresse,

Quand ton amour l’héberge, suffit à rompre le malheur.

Annotations

Recommandations

Vous aimez lire Hubert Pozac ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0