Neuf heures : Julie dans le Métro.

2 minutes de lecture

Neuf heures.

Julie ferma la porte de son studio.

Elle rit intérieurement : habituellement Madame Guerre (et oui, c’était son nom !) engageait le combat, dès son arrivée, en expliquant qu’une bonne serveuse était toujours à l’heure.

Mais le sourire, les mèches blondes et le décolleté de la jeune fille faisaient des miracles, et le restaurant était plein à craquer.

Aujourd’hui, c’était incroyable : Julie, trop impatiente, était en avance !

Certaines mauvaises langues murmuraient que Julie faisait des extras, avec de vieux messieurs.

Elle ne faisait rien pour faire taire ces commérages, et il était vrai que la drague lourde la faisait sourire.

Le vieux bonhomme bedonnant, assis en face d’elle dans le métro lui rappelait vaguement ces dragueurs impénitents, qui hantaient la clientèle.

Julie poussa donc un soupir quand le gros lui parla :

« Désolé de vous déranger, Mademoiselle, mais …

— Si vous êtes désolé, ne me parlez pas, riposta Julie !

— Je dois le faire, car la Pythie d’Angers vous juge digne d’attention, murmura le bonhomme. »

Interloquée, Julie resta la bouche ouverte.

Son premier réflexe fut de vérifier son habillement. Comme d’habitude elle avait mis une jupe bien trop courte qui valorisait ses longues jambes et un chemisier qui ne cachait pas grand-chose.

Mais, contrairement à sa visite au musée, elle portait des sous-vêtements.

Rassurée, elle demanda :

« Mais comment savez-vous que ?

— Je sais tant de choses Mademoiselle ! Il y a la réalité que vous connaissez, ce n’est qu’un théâtre d’ombres et il y a la réalité derrière la réalité : c’est mon domaine.

— Vous ne m’avez pas répondu : comment savez-vous tout cela ?

— Vous posez une mauvaise question, la bonne question est Qui ? Je répondrai Jung, le psychiatre, comme votre mère, qui m’a conduit vers Paracelse, le médecin comme votre père et le reste de votre famille !

— Vous savez tout de moi, s’étrangla Julie.

— Je sais tout du passé et de l’avenir, répondit le vieux.

— Que va-t-il se passer aujourd’hui ?

— Au restaurant, vous aurez besoin de moi. »

Le vieil homme tendit sa carte de visite et sortit précipitamment de la rame.

Sur la Carte était écrit :

Philippe K, alchimiste, astrologue. Et un 06.

Au dos il y avait un haïku :

Notre monde n'est
réel uniquement parce
que tu le désires

Julie connaissait bien cet haïku zen: c’est son frère Jules qui l’avait écrit !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

kizera
Le mal du siècle ; de tous les temps...
Le mal, tout court.
1
1
0
0
no97434

Lily est follement amoureuse de Bruno depuis deux mois. Ils se voient chez elle.
- Dis, mon amour, tu penses qu'on s'installera ensemble bientôt ?
- C'est une idée, ça. Tu en as vraiment envie ?
- Oh ouiiiiiiiiiiiiiii !
- Ce sont mes enfants qui vont être contents. Ils en ont marre de manger des pâtes.
- T'en as combien? demande Lily, affolée.
- Y a Thomas, Sylvia, Louise, Aube, Camille et Jasmine.
6
1
0
0
KamiNomegumi

Entre tes bras existait déjà un monde rêveur
Qui nous appelle à tout moment de récupérer en douceur
la pureté de l'instant, là au sommet d'un bel univers
Tes bras s'ouvriraient en plein espace
à la puissance de toute la folie et par l'immense chaleur
Entre tes bras se démontre la vie
Au lieu de la peur
Qui entamait le moindre bonheur
Et l'instant de nos attentes sans subir l'erreur
Tes cris prétendant la vie s'élançaient sans crainte
Et tout droit se décoder sous l'effet de l'horaire
Sous l'effet du bien être et de l'espoir
Un saut bien ridicule se marqua en air
Envers toutes les façades enfermées
Et envers ces coins endommagés sans manière
Au delà de toi se serraient et avec tant d'amour
Le ciel et la mer...
Dans une belle image décorée en bleu clair
Tu fréquentais sans doute l'accent dans la sombre mémoire
Il est temps de fêter et par sourire du donneur
Cette joie de récompense et qui plaisait ma chère
Entre tes bras je vivais la paix et la belle gloire.
1
2
1
1

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0