Le noël de Léon

2 minutes de lecture

Marie aimait sa maison, sa douce maison.
Elle était à son image : élégante, raffinée, limpide pour un observateur extérieur.
Joseph, son époux, voyait l’envers du décor.
Pour lui la villa était un chef d’œuvre de haute technologie, invisible !

Quand Marie lui souriait, douce madone bercée par la lumière « naturelle », qui mettait en valeur ses beaux cheveux d’un blond vénitien, il savait que des milliers de capteurs intelligents entretenaient cette illusion.

Elle regardait son mari, qu’elle admirait tant. Elle approcha ses lèvres et il frémit de plaisir.
Elle murmura « Ce soir c’est Noël », et lentement elle descendit vers l’objet de son désir.
Ses chaudes lèvres se firent pure tendresse, pour partager le plus savoureux des baisers intimes.
Joseph se mit à gémir, l’esprit envahi de sensations agréables et de pensées dérangeantes.

A la place de la douce Marie venait se substituer celle de sa brune maîtresse, qui la veille, l’avait cajolé sur ce même canapé, en lui murmurant : « Fourre-moi ».
Mais une interrogation plus politiquement incorrecte ne cessait de hanter l’esprit de l’ingénieur : quel algorithme pourrait reproduire tout l’amour de ce baiser sucré ?

Après l’amour, Marie et Joseph avaient longuement regardé le feu électronique qui les réchauffait.
Le sapin était authentique, c’était la mode pour ce Noël 2025.
Il dépassait les trois mètres et le couple l’avait surchargé de guirlandes, boules multicolores et personnages bibliques.
Marie retombait en enfance, elle qui avait tant souffert, tant pleuré. 

Minuit sonna. Blême, elle fit face à Joseph :

— Tu crois que ?
— Tout ira bien.
— J’ai peur !
— Mais c’est ton enfant !
— En un sens, mais...
— Non Marie, c’est notre enfant, notre Léon.
— Je vais le réveiller.
— Avec amour.
— Avec tout mon amour.

La douce tête blonde dormait, paisible. Marie caressa ses cheveux soyeux, et l’appela doucement : 
— Léon, le père Noël est passé.
Soudain, elle sentit ses jambes vaciller. Non, elle ne pourrait pas.

Pourtant, petit à petit elle sentit une force, une douce force s’emparer d’elle.
Elle regarda par la fenêtre et elle vit le traineau qui tournait encore et encore autour de la maison.
A chaque passage, Marie sentait une douce chaleur l’envahir.
Elle prit l’enfant dans ses bras et passa dans le salon.

Joseph regardait son fils avec fierté, une immense fierté et un amour redoublé par la chaleureuse présence du vieil homme au-dessus de son toit.
« Il doit être content », songea-t-il, en regardant Léon s’émerveiller devant le petit train et surtout le cheval en bois.

— Léon
— Oui papa
— Tu aimes ?
— Hans !
— Pardon ?
— Le cheval, il s’appelle Hans.
— C’est un beau nom pour un cheval.

Soulagé, rassuré, le père Noël reprit son voyage.
Il passa au-dessus du cimetière, que l’on avait rebaptisé le cimetière des Innocents après la terrible pandémie de grippe aviaire qui avait fauché tant d’enfants.
Il savait que le « vrai » Léon reposait là.

Le père Noël restait admiratif face au travail de l’ingénieur. Il savait que Marie couvrait l’androïde de baisers.
Non, une seule chose dérangeait le vieil homme : que ferait Joseph quand il aurait terminé le double de Marie ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
9
11
0
0
Lili Sori



L'amour, c'est comme regarder le ciel par une belle nuit d'été.
Au début, on scrute les étoiles jusqu'à trouver celle qui nous attire le plus. On ne regarde plus qu'elle et à force de la fixer, toutes les autres autour finissent par disparaître. Tout le reste s'assombrit, comme si les autres s'effaçaient une à une pour ne pas perturber l'éclat de celle que nous avons choisi de chérir. Et puis un beau jour, toutes ces autres réapparaissent, comme des tentations, comme des options, mais même si on les voit, on ne les regarde pas vraiment. Elles sont là, mais la nôtre brille toujours bien plus et leurs maigres efforts pour se faire remarquer ne mènent à rien au bout du compte. Bien sûr, elles existent encore, bien sûr il est agréable de les voir, mais notre attention se reporte toujours sur celle qui fait battre notre cœur comme elle seule sait le faire. On l'aime et la déteste à la fois. Elle nous attendrit et nous énerve en même temps. Parfois elle disparaît derrière un nuage et on se régale de pouvoir souffler un instant hors de sa contemplation, mais très rapidement, plus rien ne nous ravit, elle nous manque et l'on guette inlassablement le moment de son retour pour pouvoir de nouveau nous délecter de la chance que nous avons de lui appartenir et de partager un petit morceau de sa vie.
Bientôt, l'étoile créera sa constellation. Son petit monde à elle, une famille indestructible malgré les disputes et les désaccords. Parfois les nuages cacheront une partie du groupe, mais elles seront toujours l'une à côté de l'autre. Elles ne se sépareront jamais même si souvent les rêves et les envies de chacune entreront en conflit. Une confrontation nécessaire pour que chacune puisse continuer d'exister en tant qu'unité. Des identités différentes qui trouveront forcément le meilleur des compromis pour que toutes puissent respirer le même volume d'air. Une répartition équitable de la lumière et de l'espace pour n'étouffer aucune d'entre elles.
Un peu plus loin, le reste des étoiles forment leur cercle et gravitent autour de ce noyau unique. Ce sont des amis, des collègues, des connaissances ainsi que des jaloux, des opportunistes, des inconnus... Celles-ci sont tout ce qui sépare notre constellation de la Lune. Le projet commun, l'avenir heureux, le but ultime qu'elle fixe et qui se trouve à portée de son rayonnement malgré les obstacles sur leur trajectoire. La Lune représente leur Paradis à eux, leur Eden, leur Bonheur de se retrouver et de vivre ensemble pour une éternité délicieuse. Comme une promesse de jours heureux et paisibles. Comme un avenir indéniablement baigné de lumière et de chaleur.
L'amour, c'est comme trouver le bateau parfait pour traverser les océans.
On a parfois emprunter des radeaux pour tenter d'avancer sur les vagues, mais à chaque tempête, l'embarcation s'est renversée et nous voilà de retour à la case départ. Puis un jour, on monte à bord d'un bâtiment sans égal. Une construction magnifique et rassurante sur laquelle on se sent immédiatement en sécurité. La traversée peut reprendre, convaincu que plus rien ne pourra nous faire chavirer. L'horizon nous appelle, droite et limpide. Au couché du soleil, les rêves d'avenir s'enflamment. Les roses, les rouges, les orangés se chamaillent la même parcelle de ciel bleu-gris. L'eau se trouble un instant devant ce spectacle fabuleux et toutes les promesses qu'il nous fait miroiter.
Mais malgré tout, malgré le bonheur dans lequel on se baigne, des nuages noirs apparaissent, surgissant de nulle part, menaçant la paisible aventure de tourner au naufrage. Mais les voiles sont solides, le mât ne rompra pas, aucun rocher ne peut endommager la coque de ce bateau, aucune pluie torrentielle ne sera suffisamment puissante pour le couler.
Les vrais marins savent lire la carte des étoiles. Jamais ils ne perdent leur cap... Ils en dévient parfois mais ils savent retrouver rapidement leur chemin. Ils naviguent avec l'appréhension d'arriver à bon port et de devoir un instant quitter leur embarcation pour retrouver la terre ferme. Mais ils ne restent jamais amarrés bien longtemps de peur d'être oubliés par leur belle aux grands yeux bleus scintillants.
L'amour, c'est comme avoir déniché l'équipement idéal pour gravir la plus belle des montagnes.
L'ascension n'est pas aisée et avant de devenir un randonneur confirmé, il y en a eu des échecs et des abandons. On a tellement de fois fait marche arrière, parfois même oublié de se donner un peu la peine de souffrir pour découvrir quelque chose de merveilleux. On a souvent trouvé la neige en chemin. Souvent le terrain était accidenté, mais cette fois-ci, les vêtements n'ont pas été enfilés au hasard. Le piolet, les cordes et les crochets ont été choisis avec soin. Tout a été fait de sorte que nous atteignons le sommet malgré les craintes et les embuches en travers de notre route. L'enjeu est de taille ! La vue magnifique qui nous attend au bout de notre excursion vaut largement le prix de tous nos efforts. Une fois arrivés à destination, le panorama est splendide. Le soleil se couche à peine. Même la fraîcheur de la nuit tombante est une douce caresse sur nos joues rougies par l'émotion et la fatigue. Il nous reste juste assez de forces pour installer le campement et embraser le petit tas de feuilles et de branches que nous avons réunis avant qu'il ne fasse trop noir.
A la lueur des flammes gigotant dans tous les sens, prisonnières de ce cercle de pierres, les regards se croisent, scintillants de bonheur, apaisés et satisfaits des épreuves déjà loin derrière eux. Leurs yeux pétillants se tournent vers le ciel étoilé, écho parfait de leurs iris poudroyants. Les astres brasillent, oubliant les convenances, les bonnes manières se dissipent. Il ne reste plus que la simplicité des sentiments épurés et libérés des "qu'en dira-t-on ?" !
L'amour, c'est une chance inouïe de pouvoir planter nos yeux au milieu d'un champ d'étoiles qui ne semble avoir pour unique but que d'éclairer à jamais la noirceur de nos nuits.
3
8
0
4
Nebulous Violin
C'est la fin de Voldemort, la paix va pouvoir enfin régner. Mais ce que le monde ne sais pas, c'est qu'il n'est pas parti sans laisser de trace. Delphini n'est qu'une enfant et elle semble déjà être passionnée par la Magie Noire. Représente-t-elle un danger pour le monde des sorciers? Pour l'instant non, mais un danger pour ses proches, oui...
37
8
24
44

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0