Le Crime Parfait

7 minutes de lecture

En hommage à Boris Vian

«  L’écriture peut-elle viser autre chose qu’une mise au point avec soi, une catharsis, une purification aristotélicienne ? Viscérale, sincère, authentique, la fabrication d’un livre obéit aux lois de la psychologie des profondeurs. » Michel Onfray

The killer awoke before dawn, he put his boots on
He took a face from the ancient gallery
And he walked on down the hall
He went into the room where his sister lived, and...then he
Paid a visit to his brother, and then he
He walked on down the hall, and
And he came to a door...and he looked inside
"Father ?", "yes son", "I want to kill you"
"Mother?...I want to...FUCK YOU

Philippe gara la voiture. La chanson des Doors s'interrompit, brutalement.
Il était temps de revenir à la réalité, mais une voix intérieure lui demanda : Quelle réalité ?
Le grand bâtiment blanc et sale de l’hôpital lui semblait bien réel, mais que dire de ce point rouge incongru ?
En s'approchant, Philippe reconnut un père Noël, suspendu entre le septième et le huitième, un pantin rouge vif, rouge sang.
Quoi de plus normal un 24 Décembre ? Et pourtant, et pourtant...

Soudain, le portable vibra :

«  Philippe ?
- Oui ?
- Où es-tu ?
- Je vais rentrer dans l’hôpital.
- Mon Dieu !
- Sois sans inquiétude !
- Tu te...
- J'ai tout en tête.
- Tu me....
- Oui, je te rappelle quand tout est fini ! « 

Philippe éteignit le portable, prit une profonde inspiration et pénétra dans le hall....

«  Monsieur Who ?
- Oui.
- Monsieur Philippe Who ?
- Lui même !
- J’appelle Séverine. »

Philippe sourit, intérieurement : la petite blonde le regardait avec des yeux ronds, exactement comme si le Père Noël, en personne, venait lui rendre visite !
Il évitait de croiser son regard, se concentrant sur le triste sapin rabougri, censé apporter un peu de réconfort aux patients et aux rares visiteurs.

Séverine arriva. La jeune fille était petite, ronde, grasse, elle portait un chemisier blanc et une jupe bien trop courte.
Elle ne le regardait pas comme le Père Noël, mais comme le messie, en personne !

«  Monsieur Who ?
- Oui.
- Monsieur Philippe Who ?
- Lui même !
- Je m’appelle Séverine.
- Enchanté
- Votre père est au septième.
- Je vous suis « 

Dans l'ascenseur, la brunette dévisageait le quinquagénaire, elle se mordait les lèvres pour ne pas lui poser toutes les questions qu'elle rêvait de lui poser, depuis des mois.
Cette visite changeait tant de choses, il était venu seul, sans prévenir : pourquoi ?

Le vieil homme était assis dans un fauteuil blanc. Ses yeux gris-bleu suivaient, machinalement, la ligne tracée par la guirlande défraîchie qui décorait la pièce.

«  Papa, papa, papa !!!!!! « 

Philippe se jeta au cou du vieil homme, qui le fixa, le regard vide. Philippe le couvrit de caresses et de baisers. L’homme resta impassible.
Le fils fit un pas, en arrière, défait :

«  Il ne me reconnaît pas !
- Il est atteint....
- D’Alzheimer ! Et en tant que médecin vous...
- Je ne suis pas médecin : je suis l'assistante sociale !!! »

Un éclair traversa l'esprit de Philippe : l'assistante sociale !!!!
C’était donc elle !

«  C'est vous qui...
- Oui, j’ai pris contact avec...
- Vous m'avez harcelé !
- Non, vous êtes enfant unique, je n'avais pas le choix.
- Est-ce une raison pour me harceler dans mon travail ?
- C’est le seul contact dont je disposais.
- Je ne vous ai rien demandé : j'avais coupé depuis 20 ans !
- Pourquoi revenir aujourd'hui ?
- Ma cousine, à qui vous voulez donner la tutelle, veut me voler mon héritage !
- Je n'y suis pour rien !
- Tout est de votre faute !!! « 

Séverine regardait l’homme mûr, vaguement inquiète. Il était sur le point d'exploser, elle s'attendait à tout, aux cris, à la colère, voire aux coups, à tout sauf à son «  cadeau de noël « !

Philippe prit la jeune fille par le bras et la fit basculer sur ses genoux.
Lentement, il descendit les collants, la petite culotte de dentelle qu'il mit dans sa poche.
Puis, méticuleusement, il commença à donner une bonne fessée sur les formes rebondies de Séverine.

Surprise, suffoquée la jeune fille n'opposa aucune résistance. La blancheur des fesses fit rapidement place à un joli rose.
Les jambes se mirent à bouger, frénétiquement.
Puis, tout à coup, tout s'arrêta : un masque de douleur parcourut la jeune fille.
De douleur ? Non, de plaisir !
Un puissant orgasme la parcourait : sans le savoir Philippe lui avait donné le plus beau cadeau de Noël de son existence !

«  Embrasse- moi !
Sur la bouche ! « 

Décidément, tout allait de travers. Le regard vide le vieil homme n'avait pas réagi depuis le départ.
L’étrange couple échangea de nombreux baisers, les mains du quinquagénaire s’attardèrent, longtemps, sur la lourde poitrine de Séverine. L'étreinte fut furtive et la jouissance immédiate.

Elle lui sourit :

«  Ta mère t'attend
- Où est-elle ?
- Au dessus, chambre 808.
- Je peux garder ta....
- Il n'y a pas d'âge pour avoir un doudou « 

Philippe sortit de la chambre, son père avait, toujours, un regard vide.
Il songea à Séverine : avait-il gagné ou perdu ce combat ?
Ah les filles !!!

And then he paid a visit to his mother

Lancinante, la musique des Doors ne quittait pas son esprit.
There are things known and things unknown and in between are the doors .

La porte était là, devant lui, et Philippe n'osait pas la franchir. Fébrilement, il chercha l'étrange «  cadeau «  de Séverine et, soudain, le courage revint.

Perplexe, Philippe était perplexe.
Certes, il s'attendait à la débauche d'angelots, de bibelots, de décorations «  kitsch » et au sapin en plastique, saturé de guirlandes.
Mais, il ne s'attendait pas à cette « chose », qu'il devait appeler « mère » !
La vieille femme était maigre, terriblement maigre, décharnée : « tu la fais mourir de chagrin ».

Un serpent, sa peau, son regard, tout évoquait le serpent !

One morning he awoke in a green hotel
With a strange creature groaning beside him
Sweat oozed from its shining skin
Is everybody in? Is everybody in?
Is everybody in?
The ceremony is about to begin

Fuir, fuir, il voulait fuir, et le maigre bout de dentelle dans sa poche ne pouvait guère le retenir !
Non, il fallait un miracle, et le miracle se produisit, il sentit la présence, la douce présence de l’homme en habits rouges.

Alors, il mit les fleurs dans un vase et chanta :

Puis à l'hôpital il vint en courant
Pour offrir les fleurs à sa mère
Mais en le voyant, tout bas une infirmière
Lui dit: Tu n'as plus de maman
Et le gamin s'agenouillant
Dit, devant le petit lit blanc...
C'est aujourd'hui dimanche
Tiens ma jolie maman
Voici des roses blanches
Toi qui les aimais tant!
Et quand tu t'en iras
Au grand jardin, là-bas
Toutes ces roses blanches
Tu les emporteras.

La vieille femme souriait :

«  Ma chanson préférée !
- Tu me reconnais ?
- Une mère reconnaît toujours son enfant...
- Oui, mais papa...
- Ton père est gâteux !
- Oui mais toi...
- Moi je suis un cadavre, qui t'attend depuis trop longtemps !
- 20 ans !
- Non 22 !
- Je ne voulais pas venir !
- Je sais.
- Mais elle....
- Séverine ?
- Elle a tout fait pour me harceler !
- Donne-lui la fessée !
- Elle serait capable d'y prendre plaisir !
- Mais c'est ta cousine qui...
- La tutelle ? Cela ne me dérange pas, mais...
- Mais ?
- C’est quoi cette histoire de société immobilière ?
- Un truc pour te faire venir !
- Me voler mon héritage !
- Tu ne le mérites pas !
- C’est un droit !
- Qu'importe tu es revenu, je te donnerai tout : tu es pardonné !
- Je n'ai pas eu le choix !
- Tu me hais ?
- Je ne sais plus !
- Embrasse-moi !
- Sur la bouche ?
- Philippe !!!
- Je plaisantais, maman ! « 

L’enfant déposa un doux baiser sur le front du serpent. Il la prit dans ses bras.
L’infirmière entra :

«  Elle est fatiguée !
- Je pars !
- Tu reviendras ?
- Oui maman !
- Je t'attendrai..... « 

Vidé, il se dirigea vers sa voiture. Le portable sonna, longtemps :

«  Alors ?
- Tout s'est bien passé !
- Le Vater ?
- Complètement gaga ! Tu as été long à répondre.
- Je lisais l'herbe rouge.
- Oui, bien sûr...
- Et elle ?
- Mon Dieu !
- Tu t'en doutais ?
- Pas à ce point !
- Tu ne me juges pas ?
- J’aurais fait comme toi !
- Merci.
- Au plaisir ! « 

Philippe raccrocha,
Il avait dépensé 50 000 Euros, pour sauver un héritage de 50 000 000 Euros.
Quelle bonne idée de louer ce comédien pour prendre sa place !
Mentalement, il se souhaita un joyeux Noël et remit la musique...

Daddy's flown across the ocean
Leaving just a memory
Snapshot in the family album
Daddy what else did you leave for me?
Daddy, what'd'ja leave behind for me?!?
All in all it was just a brick in the wall.
All in all it was all just bricks in the wall.

Dans son bureau le "vrai" Philippe, ou plutôt le docteur Who sourit. Tout se déroulait comme prévu.

Il avait passé sa journée à l’Élysée. Sans cesse, il avait prévenu le président que le Covid 22 était mille fois plus dangereux que le Covid 19.
Il avait raconté l'histoire de sa patiente, mademoiselle Wang, la call girl chinoise atteinte du sida, qui venait de décéder.

Il n'avait pas dit qu'il l'avait payée pour sortir avec le comédien, le « faux «  Who. L’acteur ne dépasserait pas les fêtes, il économiserait 50 000 Euros, et ferait taire une bouche bavarde. Il lui avait, par précaution, demandé de détruire toutes les preuves de leur contrat.

Ses parents avaient dix jours d'espérance de vie.
L'assistante sociale, par contre, n'était pas prévue. Mais, en cas d'enquête, cette fumeuse aux mœurs légères serait le vecteur idéal de contamination.

Le crime parfait, oui c'était un crime parfait !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0