La mélancolie du père Noël

3 minutes de lecture

La mélancolie du Père Noël
ou pourquoi , quand on est grand , on l'aime plus qu'avant...

Vieux, le Père Noël se sentait vieux.
L’œil morne, il regardait le défilé des camions à l’entrée de la « Grotte Magique «...
Le jeune homme, grand, blond, tout sourire, lui tendit le bon de livraison :

«  Tout est là, Père Noël !
- Tout ?
- Toute la marchandise !
- Tu veux dire les cadeaux ?
- Si vous voulez, il y en a 30 tonnes !
- Des lego, des jouets en bois ?
- Mais, c’est fini, tout cela Père Noël !
- Mais tu me livres bien les cadeaux pour les quatre ans ?
- Exact !
- Et cette année ils auront tous des...
- Tablettes ! Signez là, Père Noël ! ! « 

Résigné, le vieil homme regarda le camion s’éloigner.
Aussitôt, les nains commencèrent à décharger les cartons. Ils sortaient les tablettes, collaient le sticker « ton cadeau offert par le père Noël «, puis les envoyaient vers les plateformes des différents supermarchés.
Noël avisa une tablette, tombée d’un carton. Il voulut courir vers les nains, mais les petits gnomes, jeunes, agiles, diligents avaient disparu.
Il regarda l’objet noir et froid, en panne, déjà ! Des millions de tablettes, strictement identiques seraient produites d’ici le 20 décembre.
Il la tordit, et, immédiatement, l’objet se cassa en deux !


Amer, le vieil homme se sentait amer. Le contrat semblait séduisant, l’usine signait la charte «  éthique-qualité – sécurité «  et en échange le Père Noël mettait son logo «  officiel « !
Du vent, tout cela était du vent ! Les coûts de production ne dépassaient pas un euro et, le prix de base était de 29.99 euros !


Honte, le vieil homme avait honte.
Avant, c’était différent. Dans toutes les légendes qui le concernaient, il y avait du vrai et.... Du faux !
Il vivait dans le grand Nord, au-delà du cercle polaire Arctique, et donc la Kiné ne venait que rarement soigner sa tendinite.
Son renne, aussi âgé que lui, pouvait voler.
Jamais, il n’était descendu dans les cheminées, jamais il n’avait distribué les cadeaux, non, son pouvoir était différent...




Il y a longtemps, si longtemps, des siècles, des milliers d’années, Noël avait reçu une étrange visite.
Gabriel, l’homme s’appelait Gabriel. Seul, affamé il avait frappé à la porte du jeune homme.
Noël n’avait pas posé de questions, il l’avait nourri, l’avait logé et lui avait donné un peu d’argent. En partant, Gabriel lui avait dit :

«  Noël ?
- Oui, monsieur ?
- Tu ne veux rien, en échange ?
- Non, monsieur !
- Je cherche, depuis des années..
- Quoi ?
- Un homme, un homme rempli d’amour pour qu’Il puisse venir !
- Il ?
- Son temps est venu ! Mon renne est à toi !
- Mais, non, Monsieur... »


L’homme disparut. Dehors, un renne attendait. Un étrange message apparut dans le ciel. Noël vit des lieux lointains, d’énigmatiques instructions.




Le renne savait voler. Plusieurs fois, on demanda à Noël de voyager dans le ciel, au-dessus de déserts, et autour de lui, il y avait une étrange lumière : « le halo de l’amour ».
La dernière fois il guida une caravane vers un petit village, où, il l’apprit, bien après, un enfant était né.

Les années passèrent, et, à Pâques, un message apparut : il devait rencontrer une femme.
Elle l’accueillit, aussi belle que triste. Elle lui dit qu’elle s’appelait Marie, Marie – Madeleine.
Elle lui dit que l’enfant était mort et qu’il devait boire, boire dans la coupe où il avait bu.
Il but et la mort lui dit qu’elle ne viendrait jamais à sa rencontre.


Seul dans son bureau, le père Noël regardait, le traîneau, le traîneau en bois qu’il avait offert à son enfant. Ce traîneau qu’il avait lentement, et avec amour, travaillé.
Il devait faire la vidéo, diffusée sur You tube, cela faisait partie du contrat. Son logo, le traîneau en bois, stylisé, apparaissait : une promotion discrète et efficace.
Il lut le message, rédigé par l’agence de pub et à la fin improvisa, avec des larmes dans les yeux : « Et n’oubliez-pas, dans cette vie, il faut s’aimer, le reste n’a pas d’importance » !


A Roissy, dans son bureau impersonnel, le PDG de Directfromchina avait le regard vide.
Rien, il n’avait rien vendu ! Des tonnes de tablettes encombraient les hangars glacés !
Personne n’y comprenait rien !!

Tous les clients avaient déserté les magasins, ils prenaient du temps, du temps !, pour fabriquer, eux-mêmes ! , des jouets !
Monsieur Proust avait trouvé une solution : tout serait bradé à 5 euros après Noël. !
Ainsi, il n’aurait rien à commander pour inonder le marché d’articles « en rayon «, soldés !
Business as usual !


Noël approchait, il pensa à Madeleine, la fille de sa troisième femme, Marie.
La petite fille avait 7 ans et commençait à douter de l’existence du Père Noël.
Elle allait recevoir... 7 tablettes !


Mais le PDG songea aux mots de Noël : « Et n’oubliez-pas, dans cette vie, il faut s’aimer, le reste n’a pas d’importance » !


Il prit son stylo et commença à écrire une histoire, un conte de Noël, pour la petite fille.
.
Alors, le thème de sa philofiction de Noël lui apparut, une vision entourée d’un halo, un halo d’amour :
La mélancolie du Père Noël...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
9
11
0
0
Lili Sori



L'amour, c'est comme regarder le ciel par une belle nuit d'été.
Au début, on scrute les étoiles jusqu'à trouver celle qui nous attire le plus. On ne regarde plus qu'elle et à force de la fixer, toutes les autres autour finissent par disparaître. Tout le reste s'assombrit, comme si les autres s'effaçaient une à une pour ne pas perturber l'éclat de celle que nous avons choisi de chérir. Et puis un beau jour, toutes ces autres réapparaissent, comme des tentations, comme des options, mais même si on les voit, on ne les regarde pas vraiment. Elles sont là, mais la nôtre brille toujours bien plus et leurs maigres efforts pour se faire remarquer ne mènent à rien au bout du compte. Bien sûr, elles existent encore, bien sûr il est agréable de les voir, mais notre attention se reporte toujours sur celle qui fait battre notre cœur comme elle seule sait le faire. On l'aime et la déteste à la fois. Elle nous attendrit et nous énerve en même temps. Parfois elle disparaît derrière un nuage et on se régale de pouvoir souffler un instant hors de sa contemplation, mais très rapidement, plus rien ne nous ravit, elle nous manque et l'on guette inlassablement le moment de son retour pour pouvoir de nouveau nous délecter de la chance que nous avons de lui appartenir et de partager un petit morceau de sa vie.
Bientôt, l'étoile créera sa constellation. Son petit monde à elle, une famille indestructible malgré les disputes et les désaccords. Parfois les nuages cacheront une partie du groupe, mais elles seront toujours l'une à côté de l'autre. Elles ne se sépareront jamais même si souvent les rêves et les envies de chacune entreront en conflit. Une confrontation nécessaire pour que chacune puisse continuer d'exister en tant qu'unité. Des identités différentes qui trouveront forcément le meilleur des compromis pour que toutes puissent respirer le même volume d'air. Une répartition équitable de la lumière et de l'espace pour n'étouffer aucune d'entre elles.
Un peu plus loin, le reste des étoiles forment leur cercle et gravitent autour de ce noyau unique. Ce sont des amis, des collègues, des connaissances ainsi que des jaloux, des opportunistes, des inconnus... Celles-ci sont tout ce qui sépare notre constellation de la Lune. Le projet commun, l'avenir heureux, le but ultime qu'elle fixe et qui se trouve à portée de son rayonnement malgré les obstacles sur leur trajectoire. La Lune représente leur Paradis à eux, leur Eden, leur Bonheur de se retrouver et de vivre ensemble pour une éternité délicieuse. Comme une promesse de jours heureux et paisibles. Comme un avenir indéniablement baigné de lumière et de chaleur.
L'amour, c'est comme trouver le bateau parfait pour traverser les océans.
On a parfois emprunter des radeaux pour tenter d'avancer sur les vagues, mais à chaque tempête, l'embarcation s'est renversée et nous voilà de retour à la case départ. Puis un jour, on monte à bord d'un bâtiment sans égal. Une construction magnifique et rassurante sur laquelle on se sent immédiatement en sécurité. La traversée peut reprendre, convaincu que plus rien ne pourra nous faire chavirer. L'horizon nous appelle, droite et limpide. Au couché du soleil, les rêves d'avenir s'enflamment. Les roses, les rouges, les orangés se chamaillent la même parcelle de ciel bleu-gris. L'eau se trouble un instant devant ce spectacle fabuleux et toutes les promesses qu'il nous fait miroiter.
Mais malgré tout, malgré le bonheur dans lequel on se baigne, des nuages noirs apparaissent, surgissant de nulle part, menaçant la paisible aventure de tourner au naufrage. Mais les voiles sont solides, le mât ne rompra pas, aucun rocher ne peut endommager la coque de ce bateau, aucune pluie torrentielle ne sera suffisamment puissante pour le couler.
Les vrais marins savent lire la carte des étoiles. Jamais ils ne perdent leur cap... Ils en dévient parfois mais ils savent retrouver rapidement leur chemin. Ils naviguent avec l'appréhension d'arriver à bon port et de devoir un instant quitter leur embarcation pour retrouver la terre ferme. Mais ils ne restent jamais amarrés bien longtemps de peur d'être oubliés par leur belle aux grands yeux bleus scintillants.
L'amour, c'est comme avoir déniché l'équipement idéal pour gravir la plus belle des montagnes.
L'ascension n'est pas aisée et avant de devenir un randonneur confirmé, il y en a eu des échecs et des abandons. On a tellement de fois fait marche arrière, parfois même oublié de se donner un peu la peine de souffrir pour découvrir quelque chose de merveilleux. On a souvent trouvé la neige en chemin. Souvent le terrain était accidenté, mais cette fois-ci, les vêtements n'ont pas été enfilés au hasard. Le piolet, les cordes et les crochets ont été choisis avec soin. Tout a été fait de sorte que nous atteignons le sommet malgré les craintes et les embuches en travers de notre route. L'enjeu est de taille ! La vue magnifique qui nous attend au bout de notre excursion vaut largement le prix de tous nos efforts. Une fois arrivés à destination, le panorama est splendide. Le soleil se couche à peine. Même la fraîcheur de la nuit tombante est une douce caresse sur nos joues rougies par l'émotion et la fatigue. Il nous reste juste assez de forces pour installer le campement et embraser le petit tas de feuilles et de branches que nous avons réunis avant qu'il ne fasse trop noir.
A la lueur des flammes gigotant dans tous les sens, prisonnières de ce cercle de pierres, les regards se croisent, scintillants de bonheur, apaisés et satisfaits des épreuves déjà loin derrière eux. Leurs yeux pétillants se tournent vers le ciel étoilé, écho parfait de leurs iris poudroyants. Les astres brasillent, oubliant les convenances, les bonnes manières se dissipent. Il ne reste plus que la simplicité des sentiments épurés et libérés des "qu'en dira-t-on ?" !
L'amour, c'est une chance inouïe de pouvoir planter nos yeux au milieu d'un champ d'étoiles qui ne semble avoir pour unique but que d'éclairer à jamais la noirceur de nos nuits.
3
8
0
4
Nebulous Violin
C'est la fin de Voldemort, la paix va pouvoir enfin régner. Mais ce que le monde ne sais pas, c'est qu'il n'est pas parti sans laisser de trace. Delphini n'est qu'une enfant et elle semble déjà être passionnée par la Magie Noire. Représente-t-elle un danger pour le monde des sorciers? Pour l'instant non, mais un danger pour ses proches, oui...
37
8
24
44

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0