Chapitre 32

4 minutes de lecture

N'hésitez pas à donner votre avis dans un commentaire :-)

* * *

Troisième jour. Tara m’avait annoncé le départ pour le lendemain, avant le retour des propriétaires. Ma nouvelle amie débordant d’énergie passait ses journées à m’enseigner les bases de l’autodéfense. J’avais déjà appris à réceptionner les coups, à tomber et à soigner mes hématomes de plus en plus nombreux. L’étape suivante me permettrait de me défendre ou au moins, parer les coups. J’avais l’impression que Tara commençait à désespérer. Mais pas autant que moi, totalement endolorie.

─ Tara…

J’étais essoufflée, fatiguée, vidée. En plein soleil depuis le petit matin, sur la terrasse dallée à l’ambiance grecque, je recevais les coups effrénés de la rousse machiavélique. Je devais les amortir, les éviter ou les bloquer et éventuellement les rendre. Le dernier point péchait encore.

─ J'en peux plus, Tara… Il me faut une pause…

─ Pas de pause, Sidgil. Tu pourras pas faire de pause pendant un combat.

─ Ça fait des heures… j'ai besoin de souffler.

─ Un combat peut durer une journée entière sans aucun temps de pause.

J’en avais eu ma dose et ses paroles n’étaient pas assez persuasives pour me pousser à continuer. Je baissai la garde et m’apprêtai à parler lorsque je reçus un coup de pied dans l’estomac que j’eus à peine le temps de voir arriver, me coupant la respiration. La douleur foudroyante me paralysa, la sensation que l’on me transperçait d’une épée. Je tombai à genoux sur les carreaux brûlants que je ne sentais même plus.

La panique, le manque d’air, l'inspiration bloquée, la douleur.

La vision troublée par les larmes et l’impression de perdre tous mes organes.

─ Mais qu'est-ce que tu fous ?! Tu dois arrêter les coups ! Tu veux que j'te tue accidentellement ou quoi ?

Je ne pouvais pas répondre. Mais si j’avais pu, je lui aurais hurlé toutes les insultes de mon répertoire et j’aurais enchaîné d’autres formules de mon invention. Je toussais et me concentrais pour reprendre ma respiration, m’appuyant sur les mains pour ne pas tomber. Les dalles brûlantes me blessant les paumes étaient de moindre importance tandis que le souffle revenait peu à peu.

─ Bon, allez, pause… pfff. On fait plus de pauses que d'entrainement. À ce rythme, il te faudra un an pour apprendre à te battre.

─ Un an, ça me va… soufflais-je en méditant des idées de vengeance, toujours à quatre pattes.

─ Si tu ne sais pas te défendre quand on partira demain, tu mourras.

Je levais mon regard vers la rousse au corps androgyne et aux yeux de biche.

─ C'est toi qui vas me tuer avec tes conneries…

* * *

Je remplissais le sac à dos que Tara avait déniché dans une armoire en y glissant une bouteille d’eau et quelques vêtements. J’avais enfilé un pantalon de jogging, transformé en short en quelques coups de ciseaux et un débardeur gris en coton. J’étais prête au départ.

─ Alors?

─ On s’casse, ils vont pas tarder.

Tara enfila son sac à dos par-dessus un marcel blanc trop grand et un pantalon de jogging qui trainait largement sur le sol.

─ Je suis quoi moi, Tara ? Je veux dire… je ne sais pas qui je suis…

─ J'sais pas, bichette. Si t'as un talent, à ma connaissance, il s'est pas encore révélé. Mais ça viendra. Et là, j'te dirai à quelle catégorie tu appartiens. Mais au cas où il ne se révélerait pas d’ici quelques jours, c'est que t'en as pas.

─ Et ça arrive souvent ça ?

─ C'est l'cas de tous les humains. Et dans ta situation, ça signifie une espérance de vie de trois jours, grand max, avec Kyros.

Je ne savais pas vraiment à quoi ressemblait Kyros. Parce que je ne l’avais pas vu. Mais je gardais le souvenir de son odeur chaude, un parfum d’encens et de cannelle et de la force avec laquelle il aurait pu m’anéantir sans sourciller.

J’observais aussi Tara, occupée à feuilleter un catalogue de vêtements sur la table de la cuisine. Elle était vraiment mal fagotée dans ces habits trop grands. Et pour quelqu’un de pressé, elle ne semblait pas stressée à l’idée de quitter les lieux.

─ On y va, Tara ?

─ Attends, j'peux pas sortir comme ça, avec les hommes de Kyros dans les parages. Me balance rien dans la tronche cette fois ! dit-elle en me menaçant de son index.

La rousse baissa le regard, positionna ses bras le long du corps, respira profondément et poussa un gémissement en grimaçant de douleur.

Ses bras commencèrent à enfler, son visage se mouvait de l'intérieur et sa peau se tordait pour accompagner les mouvements de son corps qui changeait. Son cou boursouflait, les veines devenaient plus apparentes.

Elle rejeta la tête en arrière comme si la souffrance était trop grande.

Je l’observais avec une pointe de fascination et de dégoût.

J’avais l’impression qu’elle avait gagné quelques centimètres de hauteur tandis que ses cheveux prenaient une teinte brune. Une pilosité légère apparut sur les bras qui continuaient à gonfler. Sa taille emplissait maintenant tout le marcel et le jogging moulait ses cuisses. Les taches de rousseur avaient disparu et sa peau se teintait légèrement, laissant l'impression d'un bronzage récent. La bouche était plus grande avec des lèvres plus charnues et bien dessinées. Elle ressemblait à l'homme sur la page du catalogue.

─ Waw ! Tu me fais peur quand tu fais ça, mais j’aimerais tellement avoir ton talent !

Je me retrouvais face à un inconnu qui riait, essoufflé et transpirant.

─ Tu vas bien ? m’enquis-je.

─ C'est éprouvant… mais t'inquiète, ça va aller.

─ C'est toujours comme ça ?

─ Surtout quand je change de genre. Là, c'est complexe et mon cerveau bouillonne. Mais tous les métamorphes peuvent pas l'faire. Je l'fais moi-même rarement.

─ Et là, tu es un homme ?

─ Dans vingt-quatre heures, j'aurai l'intégralité de la testostérone que je suis censée avoir. Donc dans vingt-quatre heures je serai quelque chose qui se rapproche le plus d’un homme.

* * *

Si vous avez aimé ce chapitre, vous pouvez liker avant de quitter la page !!! :-)

Annotations

Recommandations

SaltyKimchi
Projet autobiographique. Camp NaNo de Juillet

Résumé : pérégrinations d'un Lyonnais dans le DongBei.

N'hésitez pas à tartiner si vous passez par là
66
85
95
64
Mélodie Or
"Le Cataclysme Vert a décimé l'humanité. Seule une poignée de survivants résiste désormais aux Sylvanos, la nouvelle race de la Terre. Soumis aux ordres de leur Roi, ils n'ont qu'un seul objectif : annihiler ce qui reste des Hommes.

Mais depuis son accident, Syl rompt peu peu l'harmonie au sein de son peuple. Entre deux tueries, elle est assaillie par des visions ou des rêves. Son chant dissonant grandit jusqu'au jour où elle fait preuve de pitié envers une humaine: Mellys. Bannie, dépouillée du lien l'unissant au reste de sa tribu, Syl sauvera de nouveau la jeune fille contre son gré en abattant un des siens.

Pourquoi son corps agit-il de lui-même dans le but de la protéger ? Une chose est sûre, le Roi ne lui pardonnera jamais cette erreur.

L'alliance inattendue entre une Sylvanos et une humaine pourrait bouleverser leur deux mondes. Pour le meilleur ou pour le pire ? "

Opus d'une terre devenue émeraude...

Réécriture du prélude (la fin) et suite pour un roman... ATTENTION: je tiens à préciser que ce premier jet est écrit vite dans le but de terminer la trame. Il y a donc beaucoup de choses à revoir et améliorer.
53
82
236
208
NM Lysias
CV !
Danser jusqu'à s'en étourdir ! Danser jusqu'à s'en briser le coeur et les os ! Danser pour atteindre les étoiles...
Sergueï est un ancien danseur aux pensées assassines. Devenu cordonnier, il exerce une magie étrange et maléfique sur les chaussons de danse qu'il confectionne. Un jour, une jeune fille lui tend trois sous pour en acheter une paire. Ensorcelée, elle devient une rabatteuse et jette en pâture deux de ces camarades, aussi vaniteux qu'orgueilleux.

Chaussons aux pieds, le contrôle s'abîme, les cauchemars s'activent, la notion du temps et de la douleur se perd...
Et la paranoïa s'invite !
15
6
49
35

Vous aimez lire Nat S. Evans ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0