24. Renouveau.

4 minutes de lecture

Je suivis Gomez, le pas lourd, vers la salle de visite. Les entrevues légales se faisaient, elles aussi, au travers d'une vitre blindée, la même qui nous séparait de nos familles. Seuls les horaires différaient.
Pendant que Gomez défaisait mes liens, qu'il avait beaucoup trop serrés, comme à son habitude, je sentais l'angoisse monter. Revoir le visage rubicond de Dolan, une poignée de minutes à peine après mon cauchemar, me donnait la nausée. Un goût âcre de bile pointait sur ma langue.
La porte s'ouvrit pour me laisser entrer, avant de se refermer dans mon dos.
J'écarquillai les yeux. Étais-je à nouveau dans un rêve ? Dolan ne se trouvait pas de l'autre coté de la vitre.
À sa place, se trouvait une jeune femme métissée, peau café au lait, yeux noisettes et boucles dorées retombant sur ses épaules. Elle portait un tailleur élégant, anthracite avec de fines rayures, et me lança un grand sourire encourageant. Je décrochai le combiné, avide de comprendre :
- Monsieur Matthews, bonjour, me salua-t-elle d'une voix douce qui me mit directement en confiance.
Monsieur Matthews, ça, c'était nouveau ! Dolan s'était adapté au monde carcéral, me déshumanisant en m'appellant juste Matthews. Comme tout le monde ici.

Elle reprit :

- Je me présente, Brandy Davenport. Je suis votre nouvelle avocate, enfin, si vous me le permettez.
Un sourire à nouveau, cela me réchauffait le cœur.
- Je ne comprends pas, bredouillai-je, où est Dolan ? Je veux dire maître Dolan.
Elle rit :

- Dolan est tout sauf un maître, croyez-moi, vous serez bien mieux avec moi pour vous représenter, si je puis me permettre.
- Oui, certainement, mais pourquoi ?
- Il semblerait que vous ayiez quelqu'un qui tient beaucoup à vous, Colton. Puis-je vous appeller Colton ?

- Bien sûr. Vous... vous n'êtes pas assignée par la cour ? demandai-je sous le choc.
Je calculais mentalement le coût des dépenses pour un avocat privé. Cela devait être de l'ordre des milliers de dollars. Qui donc avait pu réunir une telle somme ? Saskia ? Mitsy ?

- Je ne le suis pas, non, me répondit-elle, je suis une avocate privée, spécialisée depuis dix ans dans les cas de peine capitale.

Specialisée ? Je n'en revenais pas, j'étais ébahi, estomaqué, choqué, j'en avais du mal à trouver mes mots. Elle semblait l'avoir remarqué et expliqua :

- Mon frère , Darren Davenport, a été exécuté, par l'état du Texas, il y a dix-sept ans de cela. Il fait partie des cent soixante et une personnes à avoir été condamnées à tort et reconnues innocentes dans notre beau pays. Sauf que lui le fût post mortem. Depuis, j'ai décidé d'étudier le droit et de représenter des personnes comme lui.

- Je ne suis pas innocent, répondis-je.

- Je le sais, mais vous n'êtes pas non plus un tueur de sang froid. Dolan m'a transféré votre dossier, il semblait très heureux de s'en débarasser d'ailleurs.

- Je n'en doute pas, il y a des nouvelles preuves exploitables.

- Oui, ces résultats vont apporter une lumière nouvelle sur votre affaire, Colton.

- Vous pensez que j'ai une chance ? questionnai-je , instantément écoeuré par l'espoir dégoulinant de ma voix.

- De sortir ?

- Oui, osai-je.

Elle me regarda, plongeant ses pupilles au fond des miennes, comme pour me sonder.

- Colton, dit-elle d'une voix sérieuse, je ne veux pas vous donner de faux espoirs.

- Donc, je n'ai aucune chance, même avec vous, la coupai-je, le coeur lourd et une envie irrépréssible de fondre en larmes comme un enfant.

- Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit ! reprit-elle sur un ton de reproche. Je pense, que si nous jouons bien nos cartes, nous pouvons espérer obtenir un nouveau procès.

Avait-elle bien prononcé ces mots ? Pour la troisième fois de la journée je fus assailli par un sentiment d'irréel qui me donna le vertige.

- Qui plus est, Le juge Peterson, qui a jugé votre affaire lors des appels précédent et lors du procès, part à la retraite dans deux mois.

- Deux mois... nous avons un an pour la demande d'Habeas Corpus c'est bien ça ?
Elle approuva:

- C'est ça, et votre dernier appel date de huit mois, nous avons donc encore quatre mois devant nous. Je vous propose de commencer à préparer cet appel dès maintenant, et d'ensuite en introduire la demande, le mois prochain, de cette façon nous seront parfaits au niveau du timing, nous n'aurons pas le juge initial mais la nouvelle juge.
-Une femme ?

- Oui, et une femme qui exècre les violeurs plus que tout. Je pense que vos circonstances atténuantes taperont dans le mille, Colton.

- Et ...

Elle attendit que je continue ma phrase, m'encourageant d'un sourire et d'un signe de tête.

- Quelles seraient mes chances avec un nouveau procès ?

- Nous n'allons pas nous mentir, déclara-t-elle d'une voix franche, vous avez bel et bien tué un homme. C'était une ordure, cependant.

- La pire crasse, grinçai-je entre mes dents.

- Je pense que nous pourrions plaider le crime passionnel.

- Vraiment ?

-Tout à fait, Mademoiselle Duval était votre petite amie, Moore la violait, et vous l'avez trouvée, en pleine nuit, ensanglantée, battue et bafouée devant chez vous, j'imagine que vous n'avez pas pris le temps d'y réfléchir à deux fois.

- En effet, reconnu-je.
- Dans ce cas il s'agit bien d'un crime passionnel. Au premier degré. Ça va chercher entre cinq et quarante ans, on y ajoute le port d'arme illégal. Entre deux et cinq ans.

J'essayais de calculer, mais la somme d'informations et le choc m'en empêchaient.
- Entre cinquante ans au maximum, sept ans au minimum. Vous pourriez rejoindre la population générale...

- Ou être libre...conclu-je dans un murmure.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

naisa

Ne pleure pas parce que tu ne me vois pas
Console-toi parce que je t'aime
Je sais très bien comment ça se passe
Je sais que ton cœur s'arrache
Ne te décourage pas parce que t'es triste
Espérant qu'un jour on va se croiser
Main dans la main nous serons tous les deux
6
2
11
0
Mortellini
Un corps pour deux. Un démon et une nerd. Ils fusionnent. Ça peut sembler cool au premier abord, mais ça implique de mourir. Oui tout de suite ça refroidit un peu.
Malgré un avenir incertain et une mort certaine ils se mettent en quête de l'identité du démon.
Pendant ce temps la révolte gronde. Et un mercenaire vindicatif observe, planifie. Qui est-il? Lui seul le sait. Que vient-il faire ici?
Lisez, vous saurez.


(Cette histoire n'est pas prévue pour être découpée en chapitre, mais c'est plus simple de la découper pour la publier. Je fais beaucoup d'erreur d'inattention quand j'écris et je suis incapable de trouver mes erreurs moi même, d'où une publication ici. J'ouvre rarement mon PC, mes réponses risques de se faire attendre!)
0
0
0
31
Saphireth
La vie de Jane est une routine solitaire.
Âgée, elle travaille toujours comme femme de ménage dans une grande multinationale. Un métier pénible mais nécessaire pour subvenir à ses pauvres besoins.
Depuis plusieurs dizaines d'années, les jours se succèdent en un train train quotidien sous l’œil bienveillant de son seul et vieil ami Peete.
Mais cette existence routinière et sans intérêt fini par basculer du jour au lendemain.
Soudain, le monde qui l'entoure se métamorphose brusquement en un univers imprévisible et dangereux, dans lequel l'être le plus banal n'est peut être finalement pas si insignifiant.
3
4
21
10

Vous aimez lire Shaonny LeRainbow ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0