11. Soulagement.

3 minutes de lecture

Quand je donnais la lettre pour Saskia au gardien chargé du courrier sortant ce jour-là, je me sentais plus léger. Comme si tout le poids de cette décision si difficile à prendre s'envolait avec elle par le réseau US Mail. J'étais enfin persuadé d'avoir fait le bon choix.

Mitsy n'avait plus rien à m'apporter, elle en avait déjà fait bien assez comme ça. Cette fille avait foutu ma vie en l'air, d'un bout à l'autre. Pendant très longtemps, j'avais refusé de voir cette réalité en face. Et tout à coup, c'était une véritable révélation. Je souris en repensant à toutes les fois où Jeffrey Humpfries, un ancien voisin de cellule parti les pieds devant il y avait bien des années, avait essayé de me relever de ma culpabilité, en m'ouvrant les yeux sur Mitsy. En vain.

Et là, avec une étrange soudaineté, tous ces mots échangés et restés si longtemps sans échos, prenaient enfin tout leur sens. Certes, je n'avais jamais été un enfant de cœur. La délinquance m'avait frappé très tôt et l'excuse de mon milieu social n'en était pas vraiment une.

Malgré tout, j'avais des valeurs. S'il m'était arrivé de voler des voitures, jamais je ne l'avais fait à main armée. Si, parfois, je vendais de la drogue, je m'assurais toujours de le faire à des adultes et en aucun cas à d'autres adolescents au bord de la dérive. Et jamais, au grand jamais, je n'avais usé de violence envers qui que ce soit. Pas d'insultes, pas d'agression.

Mon unique acte d'agression avait été fatal à mon quotidien déjà fragile. Et je l'avais fait pour elle. Elle seule.

Qu'avais-je donc eu en retour ? Elle n'avait pas accepté de témoigner en ma faveur. Elle avait protégé sa réputation, refusé de mettre son calvaire en lumière. Au détriment de ma vie.

Longtemps, je lui avais trouvé des excuses. Elle n'avait pas voulu raviver le souvenir du viol en choisissant de ne pas avoir à le raconter en détails, de ne pas se faire analyser sous toutes les coutures devant le jury. Préférant troquer le regard de pitié qu'ils auraient sans nul doute eu à son égard, pour des œillades assassines tournées vers moi.

J'avais mentalement déchargé cette colère qui brûlait en moi contre le jury en question. Les accusants de ne pas avoir cherché à me comprendre, de m'avoir condamné dès mon arrivée dans le tribunal, moi et ma gueule de sauvage. Mais aujourd'hui, avec dix années de recul, je comprenais leur décision.

Qui avais-je été à leurs yeux, sinon un gamin agressif et violent qui avait assassiné son voisin de sang-froid en lui collant une balle de calibre trente-cinq à bout portant dans le front ?

Sans la preuve du viol, c'est à ça que je me résumais. Un délinquant sans scrupule, ni regret. Un être violent et dépourvu de sentiments. Une créature diabolique. Un monstre, le même que celui du portait que les forums pro-peine de mort dépeignaient de moi sur internet.

Mitsy aurait pu changer la donne. Me rendre visage humain. Allumer chez les membres du jury, la lueur de compréhension qui leur manquait pour m'innocenter, ou au moins accepter que je vive. Son égoïsme ne méritait pas les excuses que je lui avait cherché pendant autant d'années. Elle ne méritait pas que je pose mon regard sur elle. Encore moins que je lui accorde mon pardon. Je l'avais sauvée, libéré de sa misère. Et en échange elle avait pris mon avenir, mes rêves, chacun de mes espoirs et mes lendemains.

Désirait-elle seulement mon pardon ? J'avais déduit qu'elle voulait me revoir pour pouvoir avoir la conscience tranquille. Je pensais qu'elle avait perdu le sommeil, de me savoir ici alors qu'elle était libre et heureuse dehors. J'imaginais que, quelque part, dans un coin sombre de son esprit, ma présence dans le couloir de la mort, l'empêchait de vivre pleinement.

Mais c'était encore lui accorder une part d'humanité. Il était temps pour moi de grandir et d'accepter que j'avais sacrifié ma vie pour une nana qui n'en avait rien à foutre de moi.

La revoir ne m'attirerait que des ennuis. Des regrets. Ne ferait que me rappeller tout ce que j'avais perdu pour elle. Par sa faute.

Et après dix longues années, j'avais enfin compris que j'avais assez souffert comme ça.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 7 versions.

Recommandations

naisa

Ne pleure pas parce que tu ne me vois pas
Console-toi parce que je t'aime
Je sais très bien comment ça se passe
Je sais que ton cœur s'arrache
Ne te décourage pas parce que t'es triste
Espérant qu'un jour on va se croiser
Main dans la main nous serons tous les deux
6
2
11
0
Mortellini
Un corps pour deux. Un démon et une nerd. Ils fusionnent. Ça peut sembler cool au premier abord, mais ça implique de mourir. Oui tout de suite ça refroidit un peu.
Malgré un avenir incertain et une mort certaine ils se mettent en quête de l'identité du démon.
Pendant ce temps la révolte gronde. Et un mercenaire vindicatif observe, planifie. Qui est-il? Lui seul le sait. Que vient-il faire ici?
Lisez, vous saurez.


(Cette histoire n'est pas prévue pour être découpée en chapitre, mais c'est plus simple de la découper pour la publier. Je fais beaucoup d'erreur d'inattention quand j'écris et je suis incapable de trouver mes erreurs moi même, d'où une publication ici. J'ouvre rarement mon PC, mes réponses risques de se faire attendre!)
0
0
0
31
Saphireth
La vie de Jane est une routine solitaire.
Âgée, elle travaille toujours comme femme de ménage dans une grande multinationale. Un métier pénible mais nécessaire pour subvenir à ses pauvres besoins.
Depuis plusieurs dizaines d'années, les jours se succèdent en un train train quotidien sous l’œil bienveillant de son seul et vieil ami Peete.
Mais cette existence routinière et sans intérêt fini par basculer du jour au lendemain.
Soudain, le monde qui l'entoure se métamorphose brusquement en un univers imprévisible et dangereux, dans lequel l'être le plus banal n'est peut être finalement pas si insignifiant.
3
4
21
10

Vous aimez lire Shaonny LeRainbow ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0