Une petite maison perdue dans la montagne

de Image de profil de Véro Véro

Avec le soutien de  riwka f...... 
Apprécié par 2 lecteurs
Image de couverture de Une petite maison perdue dans la montagne

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.

Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.

Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.

A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…

Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !

Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.

Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

Autobiographiemaison montagne enfance nature vacances
Tous droits réservés
1 chapitre de 2 minutes
Commencer la lecture

Commentaires & Discussions

La petite maison dans la montagneChapitre15 messages | 2 ans

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0