Chapitre 4 : Kyla.

10 minutes de lecture

Espace du système Zêta; An 21 400

Zack et Kyla étaient seuls dans la cuisine. Étant relégué au même poste, il s'attendait pour une fois à l'entendre lui parler, mais toujours rien. Sérieusement, il lui avait fait quoi pour qu'elle le traite ainsi ? Rien il venait à peine d'arriver dans l'équipage. Elle lui tendit un couteau, et ses futures victimes, puis fit sa mise en place pour s'occuper du reste. Enfin, elle essaya. Il n’était pas très doué pour éplucher des légumes. Les premières tentatives, il y allait comme une brute et les abîmait plus qu'autres choses. Après qu'elle lui ait montré comment faire, il faisait mieux, mais fut d'une lenteur incroyable.


Pour sa défense, Zack avait une bonne excuse. Il n'avait jamais cuisiné de sa vie. Gamin des rues, il volait sa nourriture. En grandissant et ayant enfin de l'argent, il commandait des plats déjà préparés. Sa coéquipière faisait une tête d'enterrement face au résultat, et à juste titre. Le capitaine vint les voir furieux.


  • Bordel Kyla ! C'est toujours pas prêt ?

La rouquine ne répondit rien . Elle se contenta de baisser les yeux devant son supérieur, et de trembler de peur.


  • Je me fous des raisons. Vous avez un boulot à faire. Si Zack n'assure pas, fais-le clairement savoir ou mène-le à la baguette. Mais ne fais pas patienter le reste de l'équipage sinon ça sera ta faute. Il est sous ta responsabilité.

Le capitaine tournait à peine les talons que le regard de Kyla avait changé. Il était empli de colère envers Zack. Lui ne pouvait que se taire. Après tout, c'était à cause de lui qu'elle se faisait engueuler. Pourtant, il ne pouvait s'empêcher de détester le capitaine à ce moment-là. Merde, elle faisait partie de l'équipage ou elle était leur esclave à bord ? Même s'il jouait les fortes têtes, il se sentait mal pour elle et se mit au boulot sans broncher. Avec beaucoup de retard, le repas fut finalement servi, mais lui et la jeune femme furent punis. Ils ne mangèrent qu'une fois le reste de l'équipage rassasier. Zack était sur le point de s'en prendre au capitaine, mais il se ravisa.


Un détail le troubla pourtant. On leur demanda de garder à manger pour deux personnes de plus qu'eux. Pourquoi ? Combien étaient-ils réellement sur ce vaisseau ? Un mystère pour Zack, mais les réponses venaient à lui naturellement. Abel l'envoya dans la salle des machines. Apparemment, ses bras seraient utiles là-bas. Il tomba nez à nez avec une armoire à glace à la peau couverte de cloques et de cicatrices d'anciennes brûlures. Un homme roux et barbu proche de la quarantaine. Son tablier et ses lunettes de soudure rendaient son rôle sur le vaisseau facile à deviner.


  • C'est toi le nouveau ? Je suis Wilfrid, le chef mécanicien à bord.

  • Je m'appelle Zack. Et oui j'ai intégré l'équipage aujourd'hui.

  • J'espère pour toi que tu as du muscle gamin. C'est pas un boulot pour les demi-portions que de réparer et entretenir la machinerie.

  • Vous n’allez pas faire comme les autres et m'appeler « gamin » ou « petit » à longueur de journée ?

  • Je fais ce que je veux, c'est pas un amateur comme toi qui va me donner des ordres. Tu vas commencer par prendre cette clef, et faire le tour de tous les boulons. Tu me les nettoies, et si besoin tu ressers ceux qui ont du jeu.

  • C'est tout ? Je ne vois pas en quoi c'est compliqué votre boulot.

  • Bordel ! J'avais dit au capitaine de me ramener du muscle, mais pas un merdeux sans cervelle qui joue les gros bras.

  • Ça veut dire quoi ça ? Je suis pas là pour être insulté !

  • Écoute gamin, ton travail n'importe qui peut le faire. Mais moi, ça me fait gagner du temps, et je peux m'occuper de chose plus importe concernant les installations mécaniques du vaisseau. Avant de l'ouvrir, sers-toi de ta tête !

Encore cette réflexion, la même qu'on lui balançait dans la tronche depuis son arrivée dans l'équipage. Sérieusement ils le prenaient vraiment tous pour un con ? Non, il avait bien pensé sa vengeance depuis des années. Il n'y avait que ça qui comptait pour lui. Zack ne répliqua pas et se mit au boulot. Certes, ce n'était pas difficile à faire, mais qu'est-ce que ça en prenait du temps! Il passa en revue une succession de machines, un véritable enchevêtrement de câbles, de tuyaux, et de diverses pièces d'acier.


Il y en avait pour toutes les parties du vaisseau. Des plus essentielles telle que l'alimentation des armes, du réacteur et des boucliers, à d'autres comme le réglage de la température ou encore eau chaude et recycleur de déchet. Il en profita pour admirer l'ouvrage si complexe et vital à bord du bâtiment. Il en était impressionné, et comprenait mieux l'importance d'avoir le temps de tout entretenir. Il accepta le fait d'avoir été arrogant face au chef mécanicien, et se remit au travail avec la volonté de bien faire pour s'excuser de son comportement.


Il se retrouva pourtant confronté devant une impasse. Il ne pouvait pas atteindre les espaces entre les différentes machines. L'emmêlement de câbles et de tuyaux les reliant entre elles rendait l'accès trop étroit. Sauf que cette partie-là aussi avait besoin d'entretien. Une paire de gants solides, et du courage, Zack se risqua quand même à passer. Après s'être brûlé plusieurs fois, il se fit rappeler à l'ordre par Wilfrid.


  • Tu fous quoi là ? C'est pas à toi de faire ça. Tu vois bien que ça coince !

  • Je croyais que je devais nettoyer toutes les pièces des machines, que vous aviez pas le temps.

  • C'est vrai que je ne peux pas m'en occuper pour l'instant. Mais figure-toi qu'on a quelqu'un pour ce genre de travaux.

Encore un membre d'équipage ? Le deuxième à qui il avait réservé de la nourriture ? Le mécano barbu se contenta d'appuyer sur un bouton. Sans doute pour appeler la personne en question. Il allait enfin connaître tous ceux qui vivaient sur ce vaisseau. Ou pas. Une fois de plus, il se retrouva à bosser au même endroit que Kyla. Encore elle. À croire qu'il ne pouvait pas l'éviter celle-là. Il fut tout de même surpris. Celle-ci avait troqué tablier de cuisine et sa salopette pour le ménage contre une tenue différente, qui ne laissait aucune place à l'imagination. Combinaison moulante en kevlar, gants et bottes renforcées, ainsi qu'un casque avec filtre à air, il été clair pour Zack que ce qui attendait la jeune femme était risqué.


Bien que soulagé que ça soit elle qui s'y colle et non lui, il ne put s'empêcher d'avoir pitié. Une fois de plus, c'était à elle qu'on faisait faire une tâche dangereuse quand elle n'était pas ingrate. Finalement, il eut sa réponse : Kyla était clairement l'esclave de l'équipage. Il était écœuré qu'ils la traitent ainsi, après toutes les réflexions qu'on lui faisait. Au moins ils avaient la dignité d'avoir fait déplacer Corryna en cas d'accident. En la regardant pénétrer dans le labyrinthe de câbles, il ne put qu'interpeller le médecin présent.


  • Vous n'avez pas honte ? La plus fragile de l'équipage qui prend autant de risque ?

  • Écrase gamin. Déjà, qui a dit qu'elle était en sucre la petite ? Deuxièmement, c'est pas sans raison si elle si bien équipé.

  • Je ne vois pas ce que ça change. C'est quand même à elle qu'on refile tous les trucs les plus pourris. Vous la traitez comme une esclave.

  • Parce que c'est notre esclave. On l'a acheté pour ça.

  • Mais enfin, c'est illégal, non ? Je croyais que l'empereur avait fait interdire le commerce d'être humain.

  • Et alors ? Avant de nous juger, pourquoi tu ne lui demandes pas son avis à elle ?

Facile à dire. Elle refusait de lui adresser la parole, sans qu'il ne sache pourquoi. Elle le détestait sans raison selon lui. C'est peu convaincu par les explications de Corryna qu'il reprit le boulot. Quand il eut enfin fini, il remarqua que Kyla était ressortie du buisson électronique dans lequel elle travaillait. On les envoya se laver avant de s'occuper du repas du soir. Comme l'avait deviné Zack la première fois qu'il vit la pièce, la salle de bain était mixte. Fort heureusement, chaque douche était séparée des autres par une cloison opaque.


Quand la rouquine retira sa combinaison, l'odeur sueur qui s'en dégagea fut forte, limite insoutenable pour son collègue. Il comprit assez vite que la chaleur dans la zone où œuvrait Kyla dépassait largement ce qu'il avait imaginé. Après la douche et le dîner, il découvrit enfin où il allait dormir. Il sut pourquoi la jeune femme lui en voulait. La cabine avait été divisée de moitié par un rideau, et ils devraient partager. Pourtant, dans sa tête quelque chose n'allait pas.


Il pensa que c'était une façon de le tester. Oui, cela ne pouvait être autrement. De ce qu'il avait entendu, plusieurs membres d'équipage étaient passés avant lui sur le vaisseau. Même s'ils étaient vite repartis, ils n'avaient sûrement pas dormi ici. Donc cette situation était la volonté du capitaine. Mais pourquoi ? Il comptait bien poser la question le lendemain. Quand il se tourna pour savoir si Kyla était de son avis, il se retrouva face à un blaster braqué sur lui. Pas besoin d'échanger le moindre mot pour que le message soit clair : s'il franchissait le rideau ou avait le malheur de regarder de son côté, elle le lui ferait regretter amèrement.


Il tenta de trouver le sommeil, mais malgré la fatigue, il n'y parvenait pas. Une question lui trottait dans la tête. Comment Kyla pouvait-elle accepter un tel traitement sans broncher ? Cela n'avait aucun sens à ses yeux, sauf si on ne lui laissait pas le choix. Et au moins ça en disait long sur l'ambiance du vaisseau. Finalement, c'était pas lui qui ouvrait sa gueule sans réfléchir. C'était elle qui était bien trop effrayée et soumise pour parler et exprimer sa pensée. Et cet empereur de malheur était un bel hypocrite. Selon le capitaine, l'équipage bossait souvent pour lui. Alors cela signifiait qu'il laissait faire ? Une bonne raison de plus de le tuer, se disait Zack. Bien qu'il doute qu'elle lui réponde, il chercha quand même à avoir sa version des faits.


  • Dis-moi, pourquoi tu restes avec eux ? L'esclavage est interdit. Donc rien ne t'oblige à faire leurs quatre volontés.

  • Décidément, tu comprends vraiment rien toi. Tu crois tout savoir, mais tu te trompes. Franchement, mieux vaut dormir que de t'entendre parler.

Enfin, pour la première elle lui répondait. Sa voix était plutôt douce et mélodieuse, collant parfaitement avec son apparence de jeune femme timide et réservée. Par contre, si c'était juste pour l'envoyer sur les roses, il aurait préféré qu'elle ne lui dise jamais rien.


  • T'es sérieuse là ? Comment tu veux que je comprenne quelque chose que j'ignore ? J'embêterais pas à te poser la question sinon.

  • Car tu te permets de la ramener sans même connaître notre vie à bord, nos règles, notre passé. Ça fait trois ans que je suis sur ce vaisseau. Si je suis encore là comme tu dis, tu crois pas qu'il y a une raison ?

  • Peut-être parce qu'on t'empêche de partir. Corryna l'a avoué tout à l'heure, tu es esclave.

  • Ouais, et tu t'es arrêté juste sur ça pour te faire ton avis ? Et tu comprends pas pourquoi j'ai pas envie de parler avec toi ? S'ils ne m'avaient acheté dans ce marché aux esclaves, j'aurais eu droit à un sort des plus déplaisant. Ici, j'ai une famille avec eux, je fais partie de l'équipage, je suis libre de mes mouvements et de mes choix. Alors ouais ! Je le larbin de service, mais parce que je le veux bien ! Pour remercier ces gens qui m'ont sauvé. Toi, t'es qui pour te permettre les juger ?

Zack devait l'admettre, cette fille avait un sacré caractère malgré les apparences. Elle ne se laissait pas démonter devant lui, alors pourquoi elle jouait les muettes ? À la base, il ne lui avait causé aucun tort. C'est elle qui l'avait tout simplement snobé.


  • Bon, puisque tu fais enfin l'effort de me répondre, je pourrais au moins savoir pourquoi tu m'en veux autant ?

  • Si tu ne l'as toujours pas deviné, c'est que tu ne réfléchis pas beaucoup. Tu crois que seul le capitaine connaît tes motivations ? L'info a vite filtré. On est tous au courant.

  • Et alors ? En quoi ça te concerne toi ? Au contraire ça devrait t'arranger. Si on change d'empereur, le prochain fera au moins respecter la loi sur le commerce illégal d'être humain.

  • T'es vraiment con décidément. Son prédécesseur était favorable à l'esclavage, celui d'avant aussi. Qui te dit que le suivant ne va pas revenir à la légalisation de ce genre de pratique ? Et celui d'après ?

  • Rien, mais ça peut pas être pire qu'avec lui. Regarde toi, et ta situation. C'est pas une preuve ?

  • Non! Au moins, avec cet empereur-là, je sais que l'esclavage est interdit. Même si certains arrivent encore à échapper à la loi, ils sont tous traqués et combattus. L'empire est juste trop grand pour empêcher que certains évitent de se faire prendre.

  • Là, on risque pas de tomber d'accord.

  • Je m'en fiche. Je t'ai dit ce que je détestais chez toi. Si tu ne veux pas qu'on soit en guerre tous les deux, contente-toi de faire ton boulot, et de ne pas dire du mal de l'équipage devant moi. Et surtout, ne t'avise pas de franchir ce rideau sans ma permission sinon je te fais la peau.

Zack ne répondit pas, mais il n'en pensait pas moins. Sérieusement, il n'arrivait pas la comprendre cette fille. Il restait quand même curieux d'en savoir plus sur l'équipage, et leurs méthodes. Parce que si Kyla les défendait malgré tout, cela cachait forcément quelque chose de louche.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

CHAD de scribopolis "limalh" LBK
Afin de préserver l’univers, il faut sauver la Terre et vaincre le Néant. La destinée de tous repose sur le Clan Darck souverain de la Magie, et ce, depuis que les sorciers ont quitté leur planète d’origine pour la tienne.

Seul problème, le Commencement des Temps trouve sa source dans le futur. Une boucle s’est formée.

L’unique chance de la briser et de bénéficier enfin du libre arbitre : la Trinité, dont le pouvoir suprême fut forgé au long des générations sous la machiavélique supervision de la Gardienne du Continuum et des Puissances Supérieurs
34
14
557
516
Scribopolis
Cinquième concours de Scribopolis.

Thème : L'Usine.
259
119
238
115
Dragon Fire
Tremblez, créatures insidieuses !

Crocs et lames déployés, rien ne peut résister à l'équipe la plus puissante et improbable des terres d'Asgara !

Sünghya et Irya sont des personnages suscitant chez la plupart pas mal de surprise :
En effet, le premier est un puissant monstre, scellé il y a plus de mille ans par un grand guerrier exorciste ; la seconde est l'une des descendantes de ce héros à la renommée légendaire.

Parcourant le vaste monde, bravant les tempêtes et terrassant leurs ennemis, ils cherchent à percer les plus grands mystères des anciens peuples. Derrière les morceaux d'une énigme tombée dans l'Oubli se cache un savoir perdu dans les sables du Temps.

Dispersée à travers les temples, les dunes et mers, le duo n'est pas le seul à s'y intéresser ! Que peut-elle donc bien cacher de si important ? Pour le monstre et la chasseresse cherchant à l'assembler, elle renferme un bien troublant passé...
236
326
1811
86

Vous aimez lire Le Loup de Scribopolis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0