Chapitre 3 : Nouvelle recrue.

7 minutes de lecture

Espace du système Zêta; An 21 400

Zack suivit le capitaine hors de l'infirmerie, découvrant petit à petit son futur environnement. La première zone qu'on lui montra fut le pont du vaisseau, ainsi que la salle de commandement. Ce qui le frappait en priorité dans le décor ? Alors que tout n'était qu'ordinateurs de bords et radar de pointe, avec du mobilier dernier cri, les instruments de pilotage étaient étranges. Certes tout aussi bourrée d'électronique et de capteur que n'importe quelle installation du vaisseau, mais la barre avait la forme de celle d'un vieux de navire de l'ancien temps. Ronde, des poignées sur le pourtour, et s'utilisait de la même façon vingt millénaires plus tard. Le capitaine, lui, le justifiait en disant préfrer cette façon de faire. Il la trouvait à la fois plus pratiquee et avec un brin de nostalgie pour les marins des millénaires passés.

Le pont lui réservait bien d'autre mystère. À peine quelques minutes pour se familiariser avec la disposition des lieux, que certains éléments se mettaient déjà en mouvement. Là où il croyait que le poste de tir nécessitait de rester debout pour les manœuvres, un siège sortit du planché métallique, un appareil de visé et des manettes à gâchette en prime pour le côté rétro. Une femme blonde s'en extirpa, lui glaçant le sang quand il la vit de face. La trentaine et un œil caché par un bandeau ne masquant pas les traces de brûlures sur le contour. Celle-ci n'arrivait même pas à le rassurer lorsqu'elle lui sourit chaleureusement, lui donnant juste l'impression d'être en présence d'une psychopathe.

  • Capitaine, vous me devait une caisse de liqueur. Il est toujours en vie le gamin, j'ai donc gagné mon pari.

La voix ne le trompait pas. C'était elle la femme présente le soir où il passa à deux doigts de casser sa pipe. Comment elle s'était retrouvée à porter une telle blessure à l’œil ? Il n'osait même pas l'imaginer, et n'envisageait absolument pas de le lui demander.

  • T'as juste eu de la chance, moi aussi j'avait misé sur sa survie. Je l'imaginait juste ne moins bon état que ça à l'arrivée. Mais une promesse est une promesse.

  • Ha ! J'ai hâte de pouvoir me rincer le gosier avec mon prix. Et donc, il va rester avec nous s'il est encore là. N'est-ce pas ?

  • En effet. Gamin, je te présente Zazie. Annonça fièrement Abel, en se tournant vers Zack. Qui s'occupe de toute la partie armement du vaisseau.

  • P'tit gars, t'as devant toi la meilleure artilleuse de tout le système sigma.

  • Pour info, mon nom c'est Zack, et je suis un adulte. Alors, arrêtez de m'appeler « gamin » ou « petit ».

  • Désolé, mais tu restes un jeune minet pour moi, donc tant pis pour toi.

  • Cesse de l'embêter Zazie.

Et voilà, encore une des voix qu'il avait entendue sur laquelle il pouvait enfin mettre à un visage. Lui contrairement aux deux autres, présentait un portrait fin et lisse, sans la moindre blessure. Il devait sûrement être du genre à éviter le combat, ou à se défiler, se disait Zack. Tout le l'opposé de lui quoi.

  • Ça serait con que tu nous fasses fuir encore un membre d'équipage. Capitaine, on en est déjà à combien qui se tire parce qu'elle drague ou qu'elle taquine trop ?

  • J'ai perdu le fil. Mais beaucoup qui ne reviendront jamais.

  • Lui, je ne vais pas lui faire de rentre-dedans, trop jeune pour moi.Cependant, en tant que second sur ce vaisseau, tenir les comptes, c'est pas ton boulot Karl ?

  • Je m'occupe de choses sérieuses moi. Pas de répertorier tout tes échecs amoureux.

Zack n'en revenait pas. C'était ça, le célèbre équipage de la Licorne Noire dont il avait entendu parler ? Ils avaient tous l'air aussi tarés les uns que les autres. Le capitaine lui fit visiter les zones suivantes du vaisseau, insistant particulièrement sur les pièces de vies collectives : cuisine, salle à manger, buanderie, w.c. et salle de bain. Cette dernière le surprit, car il n'y en avait qu'une pour tous, se composant de cabine de douche collée les unes aux autres. Le coin lui paraissait de plus en plus louche à mesure qu'il le découvrait.

Il ressentit un léger malaise lorsqu'il passa devant des geôles, bien que cela restait logique d'en avoir à bord vu le boulot de l’équipage. Il s'estimait heureux qu'elle ne lui soit pas destinée après l'échange qu'il avait eu avec le capitaine. En chemin, il croisa la jeune femme rousse qui venait lui apporter ses collations à l'infirmerie. Celle-ci était occupée à nettoyer le vaisseau. D'abord les repas, et maintenant ça. Il avait l'impression qu'elle était la bonne à tous faire de service à bord. Il la salua, mais encore une fois aucun son de sortie de sa bouche. Elle se contenta de répondre d'un signe de tête à son chef.

Zack continua son chemin, mais fut bien vite rappelé à l'ordre par Abel. Il se tourna, et le regarda lui faire comprendre de revenir sur ses pas. Avait-il déjà fini la visite des lieux, ou avait-il encore quelque chose à voir ici ?

  • Tu crois aller où comme ça, gamin ?

  • Continuer d'explorer le vaisseau. Il faut bien que le connaisse en détail si je dois y bosser pour vous.

  • C'est bien ce que tu vas faire, mais pas comme ça. Tu vas aider Kyla aux tâches ménagères. Elle t'expliquera tout ce qu'il faut savoir.

Sérieusement ? C'était quoi cette arnaque ? Il avait parlé de travailler pour eux, pour compenser une dette certes. Mais quand le capitaine lui avait dit qu'il aurait l'occasion d'apprendre avec des pros comme eux, il s'attendait à œuvrer comme chasseur avec eux. Traquer des cibles, combattre à bord du vaisseau. Pas de servir de larbin tout juste bon à passer le balai. Et puis, c'était quoi ce plan ?

  • Comment elle est censée m'apprendre des trucs cette fille ? Elle est complètement muette.

  • Kyla ? Qu'est-ce qui t'a fait croire qu'elle ne parlait pas ?

  • Quoi ? Je ne comprends pas, si ce n’est pas le cas, pourquoi elle n’a jamais rien dit ?

  • Peut-être parce que contrairement à toi, elle n'ouvre pas sa gueule inutilement, et qu'elle réfléchit avant de le faire.

Merde, il venait de se faire moucher en beauté là. Il ne plaisantait pas ce type. Zack en voulait surtout à Kyla, de son comportement l'ayant induit en erreur. D'ailleurs, qu'est-ce qu'une fille comme elle foutait sur ce vaisseau ? Elle n’avait pas vraiment le profil du chasseur de prime. Elle était plutôt frêle, peu d'épaisseur en dehors de la poitrine. Pas vraiment le genre de personne qu'on engagerait pour ce boulot, à part pour les tâches ménagères. Mais dans ce cas, si elle était là pour ça, à quoi bon qu'il en fasse autant ?

  • Monsieur Abel, je ne comprends pas. Vous parliez de me former, et maintenant vous me demandez de faire un truc qui n'a rien à voir.

  • Déjà, tu vas m'appeler capitaine comme tout le monde ici. Même si c'est temporaire, tu fais partie de l'équipage. Et concernant ta question, comment veux-tu apprendre à travailler en équipe, si tu n'es pas capable de participer à la vie collective du vaisseau ?

  • Je n'avais pas pensé à ça. Je ne croyais pas que ça avait tant d'importance que ça.

  • C'est bien ça ton problème. Tu ne penses pas. Tu fonces tête baissée sans réfléchir aux conséquences. T'es dans l'espace ici. Il y a des règles à respecter pour y survivre et tu dois les apprendre.

  • Ouais, mais là quand même, je ne vois pas le rapport entre chasseur de prime et chasseur de poussière.

  • Le rapport il est que tu travailles pour moi désormais. C'est moi qui attribue les tâches et le poste de chacun. Tu crois qu'on à la temps de s'occuper de la cuisine et du reste ? Non. C'est justement pour ça qu'on a besoin de bras pour le faire. Ça aussi, ça fait partie de ta formation. Apprendre à obéir aux ordres du capitaine.

Zack était sur le point de répliquer, mais il se ravisa. Le message était clair : la ferme et au boulot. Il alla voir la rouquine qui était occupée à nettoyer les portes du couloir, et attendit les instructions. Celle-ci le regarda d'un œil mauvais. Elle lui tendit une serpillère, et retourna à son ouvrage sans un mot. Apparemment, elle estimait que c'était suffisamment facile à comprendre pou lui sans qu'elle n'ait besoin d'en dire plus.

Il se mit à laver le sol froid et métallique du couloir, avec une lenteur et une maladresse déconcertante. Pas foutu de faire un truc aussi simple sans merder. Il avait tellement inondé la surface que la jeune femme glissa et se ramassa sur le postérieur. Là, au moins, elle lui parlerait peut-être même si ce n'était que pour l'engueuler. Ou pas. Il se mangea juste une bonne baffe. Elle lui fit tout éponger et s'en retourna à ses occupations.

Arrivé à la fin de son labeur, il se croyait enfin libéré pour quelques heures. Il songea d'ailleurs à aller s'allonger pour se reposer, et se posa la question de son hébergement. Le capitaine ne lui avait pas encore dit où il allait dormir. Et l'infirmerie ne pouvait certainement pas servir à ça. Quand Kyla lui fit signe de la suivre, il pensa que c'était pour lui montrer sa chambre, mais il se trompait. Elle l'emmena jusqu'à la cuisine du vaisseau. Là encore, le message était suffisamment clair pour qu'elle n'ait pas besoin de parler : il n'avait pas fini d'en baver sur ce vaisseau.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

CHAD de scribopolis "limalh" LBK
Afin de préserver l’univers, il faut sauver la Terre et vaincre le Néant. La destinée de tous repose sur le Clan Darck souverain de la Magie, et ce, depuis que les sorciers ont quitté leur planète d’origine pour la tienne.

Seul problème, le Commencement des Temps trouve sa source dans le futur. Une boucle s’est formée.

L’unique chance de la briser et de bénéficier enfin du libre arbitre : la Trinité, dont le pouvoir suprême fut forgé au long des générations sous la machiavélique supervision de la Gardienne du Continuum et des Puissances Supérieurs
34
14
557
516
Scribopolis
Cinquième concours de Scribopolis.

Thème : L'Usine.
227
91
153
115
Dragon Fire
Tremblez, créatures insidieuses !

Crocs et lames déployés, rien ne peut résister à l'équipe la plus puissante et improbable des terres d'Asgara !

Sünghya et Irya sont des personnages suscitant chez la plupart pas mal de surprise :
En effet, le premier est un puissant monstre, scellé il y a plus de mille ans par un grand guerrier exorciste ; la seconde est l'une des descendantes de ce héros à la renommée légendaire.

Parcourant le vaste monde, bravant les tempêtes et terrassant leurs ennemis, ils cherchent à percer les plus grands mystères des anciens peuples. Derrière les morceaux d'une énigme tombée dans l'Oubli se cache un savoir perdu dans les sables du Temps.

Dispersée à travers les temples, les dunes et mers, le duo n'est pas le seul à s'y intéresser ! Que peut-elle donc bien cacher de si important ? Pour le monstre et la chasseresse cherchant à l'assembler, elle renferme un bien troublant passé...
236
326
1811
86

Vous aimez lire Le Loup de Scribopolis ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0