I - Attente

3 minutes de lecture

  Assis à l’intérieur de mon blindé, j’attendais l’ordre de départ. Le moteur ronronnait et les stabilisateurs antigrav berçaient doucement l'habitacle dans un murmure apaisant.

  Je me sentais en sécurité.

  Plusieurs groupes d’attaques étaient répartis dans les rues adjacentes et d’autres troupes positionnées de l’autre côté de la cité afin de couper toute retraite à l'ennemi.

  La guerre avait été longue, fatigante, coûteuse des deux côtés, et même si nous en étions à la fin, j’appréhendais ce qui allait se passer.

  Mais ce n’était pas ma première guerre, et je sentais au fond de moi que ce ne serait pas la dernière.

  Prima était l’une de nos colonies les plus récentes. Après une conquête violente, la planète s'était relevée et avait prospéré pendant des années dans le giron de l'empire.

  Toutes les bonnes choses ont une fin semble-t-il. Rien ne dure éternellement. Insatisfaits de la tutelle impériale, une faction dissidente avait cherché à renverser l'empire, pour échanger un pouvoir par un autre, comme souvent…

  Avançant rapidement, les rebelles avaient conquis plusieurs systèmes planétaires avant de subir une contre-attaque féroce de nos forces qui avait bloqué leur avance et essoufflé leurs troupes. Puis la reconquête avait commencé… jusqu'à aujourd'hui.

  Prima était la dernière planète en leur possession. Et cette cité en était le dernier grand bastion sur ce continent.

  Pour cette offensive l’état-major avait mis les moyens. On sentait une envie furieuse d'en finir, d'écraser une rébellion somme toute déjà moribonde, mais qui restait enfoncée comme une tique dans le flanc de l'empire.

  Le blindé dernière génération que je commandais en était une preuve incontestable. Ironiquement, il avait été développé juste avant la guerre dans l'une des grandes zones de production de l’industrie militaire des alentours de cette même cité. Mais il était de fabrication récente, avec les dernières améliorations apportées au modèle initial dans les usines de l'empire. Finalement, on pouvait dire qu'il "rentrait" à la maison…

  Bien installé dans l’habitacle, enveloppé dans une chaleureuse lumière rouge, je contrôlais les moniteurs afin de tout vérifier une dernière fois. C'était devenu une seconde nature, une tâche presque routinière que j'accomplissais instinctivement.

  Comme d'habitude l’I.A d’assistance confirma le bon fonctionnement des systèmes, senseurs et calibrage des armes. Rien de plus normal dans une machine si bien entretenue par un équipage d'exception… enfin je me plaisais à le penser.

  J'en oubliais l’espace exigu qui m'entourait de toutes parts et le cauchemar d'y être bloqué dans une machine en feu.

  Nous allions marquer l'histoire, j'en étais convaincu. Tout-Puissant dans une machine formidable, invincible, j'étais le maître de mon destin.

  L'histoire obscure des soldats oubliés, des morts au combat, est pleine de ces sentiments illusoires de grandeur martiale… Les rebelles n'allaient bien entendu pas se laisser déloger aussi facilement.

  Cette cité était la dernière en leur possession de ce côté du front. On pouvait s'attendre à une résistance acharnée, absolue. Après tout c'était un baroud d'honneur pour eux. Plus de bases arrière, plus de planètes où se replier. Durant toute la durée du conflit, ils nous avaient causé de lourdes pertes, frontalement tout d'abord, puis avec des méthodes de guérilla que je trouvais personnellement indignes. Ils savaient que la clémence ne serait pas la règle. Nous avions trop souffert…

  Tout au long du conflit, les rebelles avaient constamment changé de tactique de combat.

Nécessité fait loi comme on dit. Leurs dirigeants avaient surestimé leurs forces et leurs moyens face à l'arsenal de l'empire.

  Ils n'avaient été, au final, pas assez bien équipés, et malgré la conquête de nombreux mondes industriels, n'avaient jamais réussi à se doter suffisamment des équipements et matériels nécessaires. De même, leurs forces, jamais assez nombreuses, s'étaient épuisées un peu plus à chaque combat, sans pouvoir se renouveler à la mesure des nôtres.

  J'avais le sentiment d'un immense gâchis, d'un conflit aussi inutile que stupide. Tout ça pour en arriver à ce dernier combat sur cette dernière planète, même si elle portait ironiquement le nom de "Prima", la "première"…

  Après des revers initiaux indéniables, le haut commandement impérial avait su tirer la leçon de ses erreurs et avait revu toute sa stratégie de fond en comble.

  Bastion après bastion, cité après cité, planète après planète, le territoire rebelle s’était réduit.

  Maintenant, j'étais là, installé dans ma tourelle, dans ce dernier secteur de combat d'une dernière cité et j'attendais avec une certaine impatience de leur faire payer l'addition.

  De manière "classique" un bombardement avait été effectué préalablement à l'attaque. Pour que les combats au sol ne soient plus que formalité… en théorie.

  Facile à dire vu du ciel… une autre histoire au niveau du sol. Mais qu’importe, maintenant c’était à nous de jouer…

Annotations

Recommandations

Hécate

Il y a des soirs où mes mots sont absents,
Un peu comme des morts qui moisissent
Et attendent en coulissent
Les murmures et les pas d'un revenant.

Alors quand la nuit ouvre ses fenêtres
Et que j'entends chênes et hêtres
Frissonner de toutes leurs feuilles
Je m'assois au creux d'un grand fauteuil,

Et j'attends, dans une heureuse somnolence,
Le poète dont je cherche l'éternelle absence,
Celui qui viendra, dans un instant, d'un temps d'avant
Avec ses nuits blanches pleines de mots d'amant…
1
0
0
0
MorringtonWriter
À la suite d'une rupture compliquée Dana Delorme décide de quitter sa suisse natale afin de partir effectuer sa dernière année de lycée sur le sol américain lors d'un échange linguistique.

Envoyée dans la prestigieuse famille de Savannah McCullen, la fille la plus influente du lycée de Seven Knights High School, Dana se retrouve alors propulsée au cœur de l'attention ; dans une popularité qu'elle ne côtoyait pas dans sa vie d'antan prise sous l'aise de sa nouvelle amie Savy.

Elle n'allait sans pour autant pas de douter une seule seconde qu'en croisant le chemin de Jamie Allen au détour d'une soirée, sa vie en allait être complètement chamboulée.

Il n'était plus question d'une simple étudiante suisse venue passée ses études aux États-Unis mais plutôt d'un macabre scénario digne des plus grands thrillers américains.

Certaines personnes ne semblant pas être ce qu'elles prétendent et un lycée aux allures oniriques cachant bien plus de secrets qu'imaginable, Dana qui pensait s'éloigner du chaos de sa vie d'avant ne sera pas au bout de ses peines.
2
4
16
9
Défi
S
La Syrie n'a pas toujours été le théâtre d'horreurs que nous connaissons actuellement. Dans Des Tournesols Et Des Bombes, vous trouverez le portrait d'un pays autrefois paisible qui s'est transformé peu à peu en lieu de cauchemars où Maen et Aya lutteront jusqu'à leur dernier souffle.
1
3
22
4

Vous aimez lire Maharbal ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0