Chapitre 133 : jeudi 24 novembre 2005

3 minutes de lecture

- Micky, je ramène Jenn avec moi, mercredi.

- Ah, ok. Pour plusieurs jours ?

- Pour une bonne semaine, oui. Elle repartira seulement le week-end d'après.

- Cool.

C'était l'heure de la pause. Malgré le froid, ils étaient sortis. Sam ne pouvait faire autrement, pour fumer. Mickaël s'était "dévoué" pour l'accompagner au-dehors.

- On se fera un petit truc un midi ? dit Sam.

- Sans problème. Maureen sera contente, fit Mickaël.

- Elle m'a dit qu'elle avait hâte de vous revoir tous !

Mickaël sourit :

- Et comment va Helen ?

- Ca ne va pas fort..., soupira Sam soudain soucieux. Jenn pense qu'il va falloir la faire hospitaliser à Glasgow.

- C'est pas très bon signe..., dit Mickaël en faisant une grimace d'inquiétude.

Sam secoua la tête avec tristesse. Quand il la releva et regarda son ami, ses yeux clairs étaient plus délavés que d'habitude.

- Pas bon du tout...

- Elle passera les fêtes, tu crois ? demanda Mickaël.

- Aucune idée. Je ne l'ai pas vue ce week-end. Jenn voulait prendre l'air. On a été à Oban.

- Et vous avez fait la distillerie...

- Même pas, sourit à peine Sam. On s'est baladé. Il faisait frais, mais c'était agréable. Elle avait besoin de marcher, de se dépenser... Elle étouffe. C'est pour cela qu'elle voulait revenir un peu à Glasgow.

- Ok, je comprends, dit Mickaël. Je préviendrai Maureen. On fera en sorte de lui changer les idées. Bon, finis ta clope... Il commence à geler, là...

- Fallait mettre ton manteau... et ton écharpe, et ton bonnet...

- Arrête...

Sam tira longuement sur sa dernière bouffée, Mickaël s'apprêtait à rentrer dans le couloir lorsque son téléphone sonna. Il lança un petit cri de surprise en voyant le numéro qui s'affichait. Il décrocha :

- Allo, Mummy ?

- Mickaël ! Tu vas bien, mon grand ? Je ne te dérange pas ?

- C'était la pause, Mummy, dit-il. On s'apprêtait à retourner bosser, Sam et moi.

- Vous preniez le frais ?

- Oui, surtout moi. Lui, il a sa clope pour le réchauffer...

- Ah, cette foutue saleté..., soupira Mummy. Bon, je ne te retiens pas longtemps, mais j'avais une nouvelle à t'annoncer !

- Ah oui ? sourit-il en l'entendant, car il avait une petite idée de la nouvelle en question.

- Il a neigé sur le Ben Nevis ! annonça la vieille dame.

- Trois jours plus tôt que l'année dernière..., fit-il remarquer.

- J'ai vu cela en me levant ce matin. C'est tombé cette nuit et ça tient. Je surveillais tous les jours.

- Je sais que je peux me fier à toi pour cela... C'est une belle nouvelle !

- Tu embrasses Maureen et Sam de ma part !

- Je n'y manquerai pas ! Grosses bises, Mummy ! Porte-toi bien !

Et il raccrocha. Sam le regardait avec un peu d'étonnement, attendant de connaître la teneur de la conversation, car il n'avait pas saisi grand-chose. Mickaël lui envoya un sourire espiègle :

- Il a neigé sur le Ben Nevis ! Il faut fêter cela...

- Je ne sais pas si c'est une bonne nouvelle pour moi... pour faire la route..., soupira Sam.

**

La première neige sur le Ben Nevis. C'était un des repères saisonniers les plus importants aux yeux de Mickaël. C'était ainsi que s'annonçait l'hiver, pour lui, bien plus que par les premières gelées ou les grandes pluies sur Glasgow. Bien plus que par les bancs de brume sur la Clyde ou la première tempête qui chassait les dernières feuilles mortes à travers les rues.

En rentrant à vélo après le service, cette nuit-là, il se dit que, cette année, cette première neige, il allait la voir tomber avec Maureen. Et il voulait vraiment qu'elle prenne une signification bien particulière pour eux deux. Un de ces moments forts dans leur histoire.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0