Chapitre 115 : jeudi 8 septembre 2005

2 minutes de lecture

La nouvelle était tombée en fin d'après-midi : Jonathan avait réussi ses examens et pouvait être disponible dès le mardi suivant pour remplacer Dan, le temps nécessaire. Cette nouvelle fut accueillie avec soulagement en cuisine, car même si la semaine de reprise était assez calme, aucun ne se voyait continuer pour une longue période dans les mêmes conditions qu'en juillet. Mickaël fut certainement l'un des plus satisfaits de cette réussite, d'une part parce que le jeune homme lui était vraiment sympathique, d'autre part parce que les aléas causés par Alisson lui restaient encore en mémoire.

En rentrant ce soir-là, il s'arrêta un moment sur le pont qui enjambait la Clyde. Il fixa l'eau, songeur. La reprise de septembre était toujours un moment particulier pour lui. Une longue période de travail s'ouvrait devant eux, la prochaine fermeture ne se ferait qu'après les fêtes, en janvier. Et les premières semaines de septembre donnaient aussi le "la" de l'année. Les habitués seraient-ils au rendez-vous ? N'y aurait-il pas de crise, de soubresauts économiques, de scandales sanitaires qui pourraient rendre leur travail plus difficile ?

Il pensa aussi à Sam, à Jenn. Il savait bien que rien n'était pour autant gagné, même si des pas importants avaient été faits d'un côté comme de l'autre et que ces échanges "entre quatre z'yeux" avaient été fructueux : les choses avançaient quand même. Sam pourrait difficilement trouver quelqu'un qui lui convienne aussi bien que Jenn, même si leur relation ne serait pas un "long fleuve tranquille" et qu'elle ne ressemblerait pas beaucoup à ce que Maureen et lui-même vivaient. Mais ils avaient aussi beaucoup en commun et il espérait que cela ferait pencher la balance du bon côté.

Il se demanda aussi comment les choses allaient maintenant évoluer entre Maureen et lui. Jusqu'aux vacances, ils avaient eu des projets, il avait aussi fait connaissance avec John et Lawra. Il l'avait emmenée dans les Highlands, et jusque sur les îles. Il lui avait fait découvrir son pays et il avait été séduit par son enthousiasme sincère et par leur profonde entente qui, de jour en jour, s'installait, s'intensifiait. Mais maintenant ? Le quotidien allait prendre le dessus... A lui d'être inventif, créatif, pour ne pas s'enliser. Il aimerait aussi que Maureen puisse trouver l'apaisement par rapport à sa famille et espérait que les échanges qu'elle pouvait reprendre avec Tara le lui permettraient. "Quand je pense que j'ai le même âge que son frère aîné, à quelques mois près, et qu'il a déjà deux enfants, bientôt trois ! Moi, si j'étais à sa place, aucun des trois n'aurait la même mère !"

La Clyde s'écoulait lentement. Un vent léger, venant de l'ouest, créa quelques vagues à l'envers du courant. "Ce n'est pas non plus parce que je ne veux pas la bousculer, et que, de mon côté, je me demande où on va aller, que je dois taire ce dont j'aurais envie. Sam a bien réussi à exprimer à Jenn ce qu'il voulait vraiment... Il n'y a pas de raison que je ne puisse le faire moi aussi !"

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0