Chapitre 111 : samedi 27 août 2005

2 minutes de lecture

- Bonjour, Maureen, moi c'est Shana.

La jeune femme sourit et prit la main tendue. Elle ne s'était pas attendue à faire sa connaissance dès ce soir-là, mais le déménagement de William avait été rondement mené. En fin de matinée, la camionnette de son père et toutes les voitures avaient été chargées, ils avaient fait le trajet jusqu'à Callander en tout début d'après-midi, déchargé le tout là-bas et étaient rentrés sur Glasgow en fin de journée. William installerait ses affaires tranquillement au fil des jours, mais, comme il le disait lui-même avec philosophie, il avait déjà l'essentiel : un lit prêt, une douche qui fonctionnait et une gazinière raccordée. Et des bières dans le réfrigérateur qu'il ne brancherait cependant qu'à son retour dans son nouvel appartement.

Ils s'étaient retrouvés à l'appartement de Mickaël, et Sam avait lancé l'idée de manger au pub, tous ensemble.

- Bonjour, Shana, répondit Maureen. Enchantée de faire ta connaissance. Salut, Sam, salut Willy.

- Salut, Princesse, dit Sam en lui faisant la bise. T'as la bonne forme, on dirait !

- Oui, ça va, merci. Ca n'a pas été trop dur pour vous ?

- On a terminé. Le top de l'efficacité, dit William. Enfin, il me reste les cartons à déballer, le rangement, mais bon... Le plus gros est fait.

- Yep, dit Sam. Du coup, on s'disait... Tu nous as fait quoi à manger pour ce soir ? Parce que, nous, les cuistots, on est rincé...

Maureen le regarda, un peu interloquée, puis éclata de rire. Mickaël la prit contre lui, l'embrassa et dit :

- On va au pub, chez tes voisins. C'est tout près et on dort chez toi ce soir, si tu veux. Comme ça, demain matin, tu seras sur place.

- Ok, je suis partante. Mais peut-être que Sam aurait aimé goûter une de mes préparations culinaires..., lança-t-elle en sa direction.

- Faut pas me tenter, Princesse...

- Bon, dit William, allons-y ! Si on laisse Sam parler, on va finir par avoir soif...

Shana sourit. Elle venait de passer une journée avec la famille et les amis de son petit ami, et elle était maintenant bien au fait de l'humour de Sam. Elle avait aussi bien perçu la complicité qui liait les trois jeunes gens, mais était contente, ce soir, de faire la connaissance de Maureen et de ne pas se retrouver à être la seule femme au milieu du trio.

Ils quittèrent l'appartement de Mickaël, Sam lui lança encore un trait d'humour avant qu'il ne ferme la porte, lui demandant s'il n'avait pas oublié son pyjama et sa brosse à dents pour dormir chez Maureen, et ils se dirigèrent vers le pub.

Il y avait beaucoup de monde, mais il restait quelques tables de libres. William et Sam se rendirent au comptoir pour les commandes et Maureen en profita pour faire un peu plus connaissance avec Shana. Mickaël lui raconta aussi le déroulement de la journée. Ils passèrent tous une bonne soirée et, en rentrant chez elle, Maureen se fit la réflexion que la petite amie de William lui était bien sympathique. Elle espérait qu'elles auraient l'occasion de se revoir régulièrement, même si William n'était plus sur Glasgow. Mais contrairement à Sam, lui ne se posait pas de questions sur le fait d'avoir à faire de la route pour passer du temps avec sa petite amie...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0