Chapitre 96 : mercredi 10 août 2005

2 minutes de lecture

- J'en suis pas revenu que vous n'ayez pas voulu de ma blanquette... Heureusement que j'avais prévu aussi une potée ! Tu t'y attendais pas, à celle-là..., lança Sam.

- Elle sera délicieuse vendredi, quand on rentrera, dit Mickaël pour consoler son ami.

- T'as raison...

Ils étaient en route pour l'île de Skye. Mummy avait promis de s'occuper soigneusement de la blanquette de Sam. Maureen avait pris place avec Lawra, John et Kevin, pendant que Sam et Mickaël prenaient sa voiture. Elle voulait les laisser seuls pour discuter. Enfin, peut-être, car elle ne savait pas si Sam se confierait vraiment. Du moins, s'il le ferait tout de suite, concernant sa visite à Jenn. Il avait l'air plutôt en forme, la veille au soir, mais elle avait appris à le connaître et savait qu'il pouvait cacher ses préoccupations derrière un humour bien acéré.

- Il y a deux possibilités pour rejoindre Skye, avait expliqué Mickaël au petit déjeuner. Soit on prend le pont de Kyle of Lochalsh, soit on prend le bac à Mallaig. On va prendre par le pont aujourd'hui, on verra au retour. On dort à côté de Portree ce soir. Demain, à Dunvegan. On aura le temps de faire le tour tranquillement.

John avait fait remarquer qu'un nom lui disait quelque chose sur la carte : Talisker. Sam avait souri d'un air entendu, et Maureen et Lawra s'étaient alors dit qu'une dégustation serait certainement au programme. Lawra commençait à s'inquiéter de leur passage à la douane et de ce qu'ils allaient ramener...

Jusqu'à Invergarry, Maureen connaissait la route. Mais, ensuite, elle aussi découvrait. Le défilé des Five Sisters, le Glen Shiel. Mickaël fit une pause à cet endroit, pour raconter la bataille opposant l'armée écossaise, soutenue par les Espagnols, contre les Anglais :

- Encore une fois, les Ecossais furent battus... à croire que les Anglais avaient vraiment la chance avec eux...

- Une chance de cocus, dit Sam. C'est pour ça qu'ils gagnaient toujours... mais ils étaient allègrement trompés par leurs femmes.

- J'aime ta façon de voir l'Histoire, dit Lawra. Mais... je croyais que tu avais dit que tu arrêtais de fumer !

- Faut pas croire tout ce que je raconte, fille d'Eire ! Demande à Maureen... D'ailleurs, elle est passée où ?

- Là-bas, avec Mickaël.

- Ca, je me doute qu'elle est avec Mickaël. On les décolle pas, ces deux là.

John sourit. Mickaël avait en effet entraîné Maureen un peu plus loin, pour lui montrer un point de vue sur la vallée. Mais il en profitait aussi pour l'embrasser longuement.

A la sortie du défilé, ils firent un arrêt au château d'Eilean Donan, un des plus photographiés d'Ecosse. Ils le visitèrent et profitèrent de la vue sur les lochs Duich et Alsh qui baignaient les abords du château.

Ils arrivèrent à Portree en fin d'après-midi, se rendirent directement au B&B, dans la campagne, où Mickaël avait réservé les trois chambres proposées. Puis ils passèrent la fin de la journée à Portree, y dînèrent dans un pub où des musiciens s'installèrent bien vite. L'ambiance était chaleureuse, rappelant à John et Lawra ce qui se faisait aussi en Irlande. Apprenant que des Irlandais étaient parmi eux, les musiciens mirent un point d'honneur à jouer de nombreux airs irlandais, plutôt que des écossais.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0