Chapitre 92 : samedi 6 août 2005

7 minutes de lecture

- Salut, John, moi, c'est Sam.

- Enchanté ! dit le mari de Lawra en serrant avec franchise la main tendue. Amateur de whisky ?

- Ah, ça pour sûr ! Il paraît que toi aussi ?

En les entendant parler, Lawra et Maureen échangèrent un bref regard amusé. C'était certain qu'entre ces deux-là, comme avec Mickaël un peu plus tôt dans la matinée, le courant allait passer. Ils avaient des centres d'intérêt communs, et pas des moindres.

- T'es prêt, Sam ? demanda Mickaël.

- Fin prêt, chef ! répondit son ami. J'ai même une gamelle !

- Une gamelle ? s'étonna Lawra.

- Ouais, fit le grand jeune homme maigre. J'avais promis à Mummy de lui faire manger de la viande. Mais avec Micky qui va coloniser sa cuisine, j'avais peu de chance de réussir si je ne passais pas le premier... Il va lui faire manger du poisson toute la semaine, et à nous aussi, je vous préviens. Donc, j'ai préparé une gamelle !

- Et tu as fait quoi ? demanda encore Lawra.

- Un ragoût écossais. Y'a de la place, de toute façon, non ? Dans le coffre, je veux dire...

- Oui, fit Mickaël.

C'était le tout début d'après-midi et, après un repas vite avalé, un dernier rangement, ils se retrouvaient devant chez Sam, prêts à partir. John était arrivé dans la matinée, après un voyage sans souci depuis Dublin. Il avait bien dormi à bord du bateau et se sentait en forme pour débuter ses vacances.

- On se répartit comment dans les voitures ? demanda Lawra.

- Les gars d'un côté, les filles de l'autre, dit John d'un ton amusé. D'abord parce que la nôtre est plus grande... et ensuite, parce que ça vous permettra de papoter et nous, de laisser reposer nos oreilles...

- J'aurais dit l'inverse, murmura Maureen.

- Tu disais ? fit John avec malice.

- Je pense que ce sont nos oreilles qui vont se reposer. Mais ok. Je connais un peu la route et puis, on se suit. Tu passes par où ? demanda la jeune femme en regardant Mickaël.

- On va prendre la route directe, répondit-il. De toute façon, demain, on passera à Oban pour aller sur Mull.

- Déjà, rien que ces noms-là, ça me plaît, dit John avec un air entendu.

- Bon, allez, fit Mickaël. On y va. Kevin avec nous ou avec vous ?

- On a dit les gars d'un côté, les filles de l'autre... Donc, on prend le petit aussi, répondit John.

Ils partirent sans plus tarder. En chemin, Mickaël s'arrêtait de temps en temps pour permettre à Lawra et John d'apprécier certains paysages. C'était déjà comme une plongée dans les Highlands. Avant d'aborder Glencoe, Sam les prévint :

- Vous allez arriver d'ici peu en un haut lieu chargé d'Histoire, un point noir, ou plutôt rouge sang, de la mémoire écossaise et...

- Qu'est-ce que tu parles bien quand tu t'y mets, lui lança Maureen, amusée.

- Princesse, je suis très sérieux quand on parle de Glencoe ! Surtout en présence de Micky...

Ce dernier sourit. Sam l'avait toujours charrié au sujet de Glencoe, mais il savait que son ami était tout aussi impressionné que lui, qu'eux, par le lieu. Ils s'étaient arrêtés un peu avant le défilé, il avait enlacé Maureen par derrière et appuyait son menton sur son épaule, tout en écoutant Sam deviser. Les pauses étaient aussi nécessaires pour permettre à celui-ci de fumer.

Ils remontèrent en voiture et entamèrent la descente vers le Loch Leven. Maureen, comme Mickaël qui la précédait, roulait lentement, pour permettre à Lawra d'admirer les lieux.

- C'est vraiment grandiose ! soupira Lawra. Je comprends que cet endroit impressionne autant ! La légende est vraie ?

- Oui, il y a réellement eu un massacre, ici, répondit Maureen avec sérieux. Une terrible erreur... Mickaël aime beaucoup cet endroit. La première fois, je l'ai vu en quittant Fort William, il tenait à me le faire découvrir en remontant. Et puis, on avait eu le temps aussi de prendre la route côtière pour l'aller, aujourd'hui, il a préféré prendre au plus court, comme John avait voyagé hier et pour qu'on n'arrive pas trop tard chez Mummy, qu'on puisse passer un peu de temps avec Véra.

- Elle est sympa, sa sœur ? demanda Lawra.

- Oui, dit Maureen. Très différente de Mickaël ! Physiquement, ils se ressemblent quand même. Mais c'est plus de caractère... Elle a beaucoup d'humour, tu vas voir ! Je l'ai vue une fois en présence de Sam, et je peux te dire que ça y va... C'est difficile de dire lequel gagne le concours !

- Je vois !

- Sinon, elle est très différente de Mickaël dans le sens où ce n'est pas du tout une sensorielle. Elle est incapable d'harmoniser les couleurs.

- Oh, oui, je me souviens, fit Lawra. Tu m'avais raconté le coup du bouquet ! C'était vraiment drôle !

- Tu vois. Et pareil avec la nourriture. Elle a de quoi désespérer son frère...

- J'imagine. J'ai déjà une bonne idée de l'étendue de la sensibilité de Mickaël, alors si sa sœur n'est pas du tout dans le même registre...

- Son beau-frère est très gentil aussi, poursuivit Maureen. Par certains côtés, il me fait penser à John. Il est grand et carré d'épaules, comme lui. Toujours très calme, de ce que m'en a dit Mickaël. Par contre, c'est un grand amateur de football et il est intarissable sur le sujet ! Ah, ok, on s'arrête... Je m'en doutais.

- Sam a déjà besoin d'une clope ? lança Lawra avec humour.

- Non..., répondit Maureen. Je ne te dis pas pourquoi on s'arrête là. Je te laisse la surprise.

Maureen se gara à côté de la voiture de John, Lawra sortit la première. La grande jeune femme s'avança, emplit ses yeux de l'immensité du paysage. Puis se retourna, surprise, en entendant les notes de cornemuse qui s'envolaient dans l'air. Son regard croisa celui de Maureen, grave. Et elle comprit, d'un simple hochement de tête. Les trois jeunes gens étaient sortis de voiture, eux aussi. Et, pour une fois, Sam ne sortit pas son paquet de cigarettes et ne lança pas une plaisanterie.

- Tu étais certain qu'il serait là ? demanda doucement Maureen à Mickaël qui s'était approché d'elle.

- Oui, quasiment. Surtout en cette saison. Il y a un peu de touristes, quand même, dit-il en désignant quelques voitures arrêtées sur le parking.

- Ca va plaire à Lawra, ce moment..., dit la jeune femme en passant son bras autour de la taille de Mickaël. D'ailleurs, tout le voyage lui a plu !

- Et je pense qu'elle n'est qu'au début de ses émerveillements ! sourit-il en retour.

- Moi aussi. Je ne connais que très peu d'endroits du programme que tu nous as concocté !

**

Une petite furie se précipita dans les jambes de son oncle, à peine Mickaël fut-il sorti de la voiture.

- Tonton !

- Ah, ma pitchoune ! Ca va ?

- Oui ! On va jouer ? dit-elle alors qu'il la prenait dans ses bras.

- Laisse-nous le temps d'arriver... Tu vas dire bonjour à Maureen, à Sam, et à nos amis aussi, répondit Mickaël en faisant claquer une bise sur ses joues. Et il y a un petit garçon qui va bien vouloir jouer avec toi, je crois ! Il s'appelle Kevin, mais il est encore un peu endormi...

- Salut à tous ! lança Véra qui avait suivi de peu sa fille. Vous voilà enfin ! On commençait à s'impatienter...

- Salut, Véra, dit Sam. Tu connais ton frère... Il a fallu qu'il sorte le grand jeu... Bonjour, Mummy ! Oh, mais c'est la grande forme ! Tu as rajeuni de vingt ans par rapport au mois dernier ! C'est formidable ! Alors, tu viens avec nous demain sur Mull, au moins ?

- Sam ! Grand fou ! répondit la vieille dame en souriant.

- Donc, c'est d'accord ! Il y a de la place de toute façon... On est même venu avec une voiture très confortable et il y a un grand coffre pour tes petits paquets...

Mummy secoua la tête avec amusement, tout en saluant Maureen qui s'empressa de lui présenter Lawra et John. Kevin était blotti dans les bras de son père, la joue rougie d'avoir dormi, appuyé contre le siège, les yeux encore perdus dans le sommeil.

- Bonjour, Lawra. Bonjour, John, bienvenue ici..., dit Mummy. Ce petitou, il faut le laisser se réveiller tout doucement. Et puis, tant de nouvelles têtes d'un coup... Venez, le goûter vous attend. J'ai fait deux tartes, ajouta-t-elle.

- Valait mieux, Mummy ! dit Mickaël. Jimmy est tellement gourmand... Bon, on sortira les affaires plus tard.

Ils se dirigèrent tous vers le jardin. Lawra et John regardaient avec admiration la maison de Mummy. Ils avaient l'habitude des anciennes fermes en Irlande, mais il y en avait rarement d'aussi grandes. Quand ils débouchèrent sur le jardin, ils marquèrent un temps d'arrêt tant la vue les saisit.

- Waouh..., souffla Lawra. Je me doutais que ce serait beau, de ce que l'on voyait de la route, mais là... Mummy, dit-elle en s'adressant à la vieille dame, vous devez avoir une des plus belles vues au monde...

Mummy sourit doucement. Maureen échangea un coup d'œil avec Mickaël, avant qu'il ne dise :

- C'était ce que disait mon grand-père...

- C'est vrai, dit Mummy. Bon, prenez place... Vous devez avoir une petite faim et soif aussi. Mais vas-tu arrêter cette saleté, Sam ! ajouta-t-elle en lui tapant sur la main alors qu'il s'apprêtait à allumer une cigarette.

- Je suis drogué, Mummy, c'est foutu..., dit-il en faisant claquer son briquet.

- Tu ferais mieux de te droguer à autre chose ! répondit-elle d'un ton sévère.

- Au whisky ? fit-il d'un ton malicieux en tirant sa première bouffée.

- Regarde Mickaël ! poursuivit la vieille dame toujours sur le même ton. Il n'a pas besoin de ça pour tenir debout, lui !

- Ouais, mais lui, c'est pas pareil...

Puis tous prirent place autour de la table ronde. Mickaël s'empressa d'aller chercher quelques bières et de préparer un thé. Léony l'aida à rapporter les boissons en marchant comme une petite serveuse, le dos bien droit et le regard fier. Lawra et John félicitèrent Mummy pour sa tarte.

- Je commence à comprendre d'où Mickaël tient ses dons pour la cuisine..., dit Lawra.

- Et Sam aussi, ajouta Maureen en regardant le maigre jeune homme qui savourait sa part de tarte généreusement couverte de crème.

Dans la nuit

Soupir. Murmure.

- Je te réveille ? Je t'aime...

- T'es fin soul...

- Mais non... Hum... Je t'aime...

- T'as vu l'heure qu'il est ?

- C'est pas un problème... Tu sais... Je t'aime...

- Vous avez fini où ?

- Dans un super pub... Les autres sont complètement ronds, mais pas moi... Je t'aime...

- Dors, tu n'es bon qu'à ça...

- Pas sûr...Je t'..., dit-il en sombrant dans le sommeil.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Elea1006

" J'étais à l'entrée d'une ruelle. Tout était gris et bleuté. Ça sentait fort la friture et le poisson. Les panneaux étaient écrits en chinois, je ne comprenais rien. Il fallait que je traverse mais mes jambes étaient paralysées. Et puis je t'ai vu au fond du couloir, j'ai tendu les bras pour t'attraper mais tu as disparu.
C'est là que j'ai hurlé "Maman".
- C'est fini, ma chérie, c'était juste un cauchemar. "
7
6
1
0
Guillaume Conpte

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où tu couvres les monts, les cimes des arbres.
Que j'aime ces instants où ton luisant éclat
Apréhende le temps et te change en marbre.

C'est d'éternité que tu gèles les saisons
Comme le peintre au sommet de son art,
Et tu figes la faune et la flore, et tu pares
De ta longue trainée les boutiques et maisons.

Mais j'ai peur de ta faux, impitoyable amie,
Qui du corps des égarés ôte la chaleur
Et dans leur coeur transi y enfouit la terreur.

Le blanc. Couleur de vertu, vertu du temps froid
Où les corps s'endorment, où les âmes s'échappent,
Car c'est de marbre aussi que les défunts se drapent.
4
0
0
1

Vous aimez lire Pom&pomme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0